Steve Cavanagh – Un coupable idéal


Un polar digne de Michael Connelly !

Steve Cavanagh - Un coupable idéalAprès un premier roman particulièrement réussi (« La Défense »), Steve Cavanagh propose une nouvelle aventure juridique mettant en scène le personnage d’Eddie Flynn.

Quelques mois après ses déboires avec la maffia russe, notre ami se voit obligé de représenter David Child, un jeune millionnaire accusé de meurtre. Le problème est qu’il doit le faire plaider coupable et de surcroît le convaincre de témoigner contre un célèbre cabinet d’avocats soupçonné de blanchiment d’argent en échange d’une réduction de peine. S’il n’aime pas qu’on lui force la main, Eddie Flynn n’a malheureusement pas trop le choix car la CIA a monté un dossier qui menace d’envoyer sa femme en prison. Dilemme me direz-vous, surtout qu’Eddie est de plus en plus convaincu que son client est innocent. Heureusement qu’il a plus d’un tour dans son sac…

Pour son second roman, Steve Cavanagh situe donc à nouveau son histoire dans un endroit qu’il connaît bien en tant qu’ancien avocat (il a remporté le plus gros procès pour discrimination raciale d’Irlande du Nord). Mais, l’auteur irlandais a beau situer son récit dans un tribunal, il est cependant loin de nous endormir à coups de plaidoyers barbants… bien au contraire. Il installe tout d’abord un compte à rebours particulièrement efficace puisque son personnage ne dispose que de quelques heures pour soustraire les informations dont la CIA a besoin à son client. Il multiplie ensuite les rebondissements et privilégie souvent l’action aux scènes de plaidoiries. Ajoutez à cela une écriture très directe, combinée à des chapitres particulièrement courts, souvent ponctués de cliff-hangers prenants et les pages se mettent à tourner toutes seules. L’auteur ne ménage pas son héros en lui tirant une balle dans le corps dès le prologue et ne lui laisse ensuite aucun répit durant le long retour en arrière qui permet de découvrir comment il en est arrivé là. Le compte à rebours est donc immédiatement lancé et l’intrigue ne nous lâche pas une seule seconde jusqu’à la dernière page. Bref, le lecteur à de nouveau droit à un thriller aussi dynamique que prenant, qui se dévore à toute allure !

Le plaisir est également grand de retrouver Eddie Flynn, un personnage foncièrement attachant malgré une vie privée qui part totalement en couille. Si notre avocat est divorcé, traumatisé par une ancienne affaire, quasiment sans le sou et luttant contre un problème d’alcoolémie, sa débrouillardise et ses contre-interrogatoires musclés ne manquent pas de séduire. Le fait qu’il combine un sens de la justice profond à un passé d’escroc, qu’il ne renie pas du tout et au sein duquel il conserve beaucoup de contacts parfois très utiles, permet à l’auteur de ne pas cantonner son personnage d’un seul côté de la loi. Les personnages secondaires ne sont pas en reste non plus. Outre le plaisir de retrouver d’anciens personnages charismatiques tels que le Lézard, l’auteur nous livre plusieurs nouveaux protagonistes qui ne laisseront personne indifférent, de l’attachant David Child au détestable procureur Zador, en passant par le terrifiant tueur du cartel mexicain.

Un roman coup de cœur qui ravira tous les fans de polar !

Lecture vivement conseillée !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :