Jean-Louis Fournier – Où on va, papa ?


On ne peut pas rire des handicapés !

Jean-Louis Fournier - Où on va, papa ?Ce roman très court est divisé en chapitres de moins de cinq pages qui ne respectent pas la chronologie et pourraient donc éventuellement se lire indépendamment et dans le désordre. Chaque chapitre invite à partager les pensées les plus intimes de l’auteur concernant ses deux enfants handicapés. Un malheur n’arrivant jamais seul, Jean-Louis Fournier a statistiquement en effet décroché le gros lot en se retrouvant avec deux garçons lourdement handicapés mentaux et physique. Si l’aîné, Matthieu, n’est déjà plus de ce monde, Thomas répète inlassablement la phrase qui fait office de titre chaque fois qu’il monte en voiture… « Où on va, papa ? »

« Quand on me demande dans la rue un don pour les enfants handicapés, je refuse. Je n’ose pas dire que j’ai deux enfants handicapés, on va croire que je blague. L’air dégagé et souriant, je m’offre le luxe de dire : « Les enfants handicapés, j’ai déjà donné. » »

Le sujet n’est donc pas drôle du tout, surtout que l’on m’a toujours dit qu’il ne fallait pas rire des handicapés ou du malheur des autres. Pourtant… et ça a eu le mérite de solidement me surprendre au début… Jean-Louis Fournier joue pleinement la carte de l’humour noir durant la totalité du récit. Je dois dire que c’est assez déstabilisant et le fait qu’il le fasse sur le dos de ses propres enfants m’a tout de même dérangé tout au long de cette lecture. S’il s’était contenté de quelques vannes, la pilule serait probablement encore passée, mais les pauvres s’en prennent constamment plein la tronche et au bout de plusieurs chapitres, outre cette gêne latente que j’éprouvais face à ce père qui parle de telle manière de ses enfants, j’avais surtout envie de crier « Assez, j’ai eu ma dose là ! »…

Cet humour foncièrement noir, dont je suis pourtant friand, n’a donc pas vraiment réussi à me faire sourire. Il y a cependant quelque chose de touchant, d’émouvant qui émane de ce texte au fil des pages. Il se moque certes d’eux, mais ce cynisme qui lui fait constamment mettre les pieds en plein milieu du plat est surtout une sorte de mécanisme de défense, servant à dédramatiser et à prendre du recul. Derrière cet humour noir trop corrosif et parfois très maladroit, qui fait visiblement office d’exutoire, le lecteur décèle progressivement le désarroi, l’impuissance, l’amertume, la tristesse, la souffrance et tout l’amour de ce père frappé de plein fouet par un destin que l’on ne soupçonnait pas si cruel.

« Un livre que j’ai écrit pour vous. Pour qu’on ne vous oublie pas, que vous ne soyez pas seulement une photo sur une carte d’invalidité. Pour écrire des choses que je n’ai jamais dites. »

Couronné du Prix Femina en 2008, « Où on va, papa ? » m’aura touché au niveau du sujet, mais dérangé au niveau du style et de la forme. Mais je lirai probablement « La servante du seigneur », afin de connaître l’histoire de Marie, cette fille qu’il ne fait qu’évoquer en cours de récit…

Publicités

Une Réponse to “Jean-Louis Fournier – Où on va, papa ?”

  1. Un livre qui ne laisse pas indifférent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :