Harper Lee – Ne Tirez pas sur l’oiseau moqueur


Une œuvre intemporelle !

Harper Lee - Ne Tirez pas sur l'oiseau moqueurAvec « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » Nell Harper Lee nous transporte dans l’Alabama des années 1930, au sein d’une petite ville rurale frappée par la récession… et par le ségrégationnisme. Parmi les habitants de Maycomb, l’auteure se concentre sur la destinée d’Atticus Finch, avocat taciturne qui élève ses deux enfants, Jem et Scout, avec l’aide d’une vieille cuisinière noire. Si les étés de la petite Scout et de son grand frère sont remplis d’insouciance et d’aventures, la petite communauté s’enflamme lorsqu’Atticus est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.

En s’intéressant surtout aux péripéties des deux enfants et de leur ami Dill, la première partie du roman fait plutôt penser aux aventures de Tom Sawyer, même si l’on détecte déjà ce racisme latent qui ne demande malheureusement qu’à s’exprimer. Lors de la seconde moitié du récit, l’Amérique ségrégationniste des années 30 montre son vrai visage, tandis que le procès de Tom Robinson tient le lecteur en haleine.

Le récit date de 1960 mais cela ne se fait pas vraiment ressentir car les thèmes abordés sont universels et le fait de montrer les événements à travers le regard naïf et innocent d’une petite fille de huit ans contribue également à rendre la narration intemporelle. Du côté garçon manqué et débrouillard de Scout Finch à l’intégrité de ce père profondément humain, tous les personnages sont admirablement construits et extrêmement attachants.

Ce récit qui invite à s’indigner du sort de ce Noir injustement accusé d’agression sur une Blanche ne laisse évidemment pas indifférent, que ce soit maintenant ou dans les années 60, où il sera d’ailleurs récompensé du prix Pulitzer en 1961, avant de s’installer définitivement comme l’un des grands classiques de la littérature antiségrégationniste. De la justesse des propos de cette gamine de huit ans à la tolérance de ce père qui invite à regarder au-delà des préjugés, « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » est une véritablement hymne à la tolérance, à la justice, à la liberté et à l’égalité.

Bref, une œuvre universelle, intemporelle et fondatrice de la littérature américaine…

Publicités

4 Réponses to “Harper Lee – Ne Tirez pas sur l’oiseau moqueur”

  1. Un classique qu’il me faut lire absolument !

  2. Jamais lu! Mais il faut absolument que je corrige cette erreur!

  3. Un grand coup de coeur que je suis certaine de relire plusieurs fois, tant il m’a embarquée et emballée 🙂

  4. Je me (re)mets doucement à la littérature américaine. J’avoue avoir commencé ce roman sans prendre le temps/la peine de l’achever. Il faudrait vraiment que je m’y remette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :