Clarence Pitz – Ineffaçables


Quand Bruxelles bruxellait !

Clarence Pitz – IneffaçablesMais comment ai-je pu louper la sortie de cet excellent polar qui, à l’instar de « Jeux de mains », se déroule quasiment dans mon jardin ? Heureusement que je peux compter sur mes collègues blogueurs pour éviter de passer à côté de petites pépites comme celle-ci. En l’occurrence, il me faut donc remercier le blog de Sangpages, qui a eu la bonne idée de mettre ce deuxième roman de l’auteure belge dans son bilan de 2019.

« Ineffaçables » démarre donc à Bruxelles, en 2016, au lendemain d’une vague d’attentats qui a mis la capitale sous tension et les forces de l’ordre sur les rotules. Ces derniers doivent cependant prévoir un bon stock de Red Bull car des fresques à caractère pornographique commencent à fleurir sur les murs de Bruxelles, tandis qu’en parallèle, une série de crimes particulièrement pervers sont commis quasi simultanément. Même Virgile Plisson, flic infirme relégué au placard, doit reprendre du service…

Utiliser un fait divers véridique, celui des fresques clandestines de Bruxelles, comme fil rouge d’un roman policier multipliant des meurtres liés à ces peintures murales, est une excellente idée car ce jeu de piste permet à Clarence Pitz de nous balader dans les quartiers populaires de la capitale. J’ai adoré me promener dans les rues de Bruxelles et croiser certains repères estudiantins qui ont animé ma jeunesse (Le Gauguin, la Jefke, la Marie Galante, …), surtout que depuis l’instauration du piétonnier je n’y vais quasiment plus.

Si la ville est quasiment un personnage à part entière, les autres protagonistes ne sont pas en reste. De l’inspecteur principal Karel Jacobs et ses problèmes personnels à cette adorable Monique qui promène son chien, en passant par la courageuse Samira (qui n’aura pas uniquement conquis le cœur de Vigile), l’auteure dresse le portrait de personnages plus vrais que nature et envers lesquels j’ai éprouvé énormément d’empathie.

Outre un cadre d’une grande richesse et des personnages extrêmement attachants, Clarence Pitz livre également un thriller parfaitement rythmé, parsemé d’humour, de références culturelles et d’expressions croustillantes bien de chez nous, que j’ai dévoré en moins de deux jours.

Bref, un roman coup de cœur qui me donne non seulement envie d’aller me dégourdir les jambes à Bruxelles, mais également de découvrir son premier roman « La parole du Chacal ».

Si tu ne sautes pas (sur ce livre), tu n’es pas Bruxellois !

Ineffaçables, Clarence Pitz, Editions Nouvelle Bibiliothèque, 510 p., 24€

Ils en parlent également : Branchés culture, Sangpages, Mes lectures du dimancheEntre deux livresPause polars, NigraFoliaLivrement Ka, Mylène, Indécise Book, Les plumes noires

6 Réponses vers “Clarence Pitz – Ineffaçables”

  1. Dans ma PAL. Va falloir que je le lise … encore un

  2. C’était savoureusement belge ! En effet, même pour moi qui ne suis qu’à 20 minutes de Bruxelles, sans Valérie, je serais passée à côté !

  3. En bonne bruxelloise je vais donc sauter sur ce livre dont tu parles si savoureusement 😀

Répondre à Yvan Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :