Delia Owens – Là où chantent les écrevisses


La fille des marais !

Delia Owens - Là où chantent les écrevissesCe premier roman de la zoologue américaine Delia Owens débute en 1969 par la découverte du cadavre de Chase Andrews, ex-vedette de l’équipe de football locale. Une mort plutôt suspecte qui pousse le lecteur à revenir en 1952, dans les pas de Kya, une gamine de six ans qui vit seule avec son père alcoolique depuis que sa mère et ses frères et sœurs ont décidé de quitter cette cabane enfouie dans les marais de la Caroline du Nord… l’abandonnant ainsi à son triste sort !

Si un meurtre est commis dans ce roman, l’intrigue n’est cependant pas son principal attrait. Par contre, si vous avez aimé des héroïnes telles que Turtle dans « My absolute darling » de Gabriel Tallent, Lucy dans « Lucy in the sky » de Peter Fromm, Nell et Eva de « Dans la forêt » de Jean Hegland ou Tracy dans « Sauvage » de Jamey Bradbury, vous devriez très vite vous attacher à Kya, la petite sauvageonne qui vit seule dans les marais, qui collectionne les plumes et côtoie principalement des goélands.

« Là où chantent les écrevisses » propulse le lecteur dans les environs de la petite ville ségrégationniste de Barkley Cove, au plus profond d’un marais obscur, illuminé par la présence d’une analphabète débrouillarde qui passe ses journées à étudier la nature environnante. Le fond de l’histoire est certes une nouvelle fois assez sombre, mais cette noirceur est filtrée par une brume de poésie qui flotte au-dessus de ces marais où chantent les écrevisses. Dès le titre, aussi intriguant que splendide, l’auteure propose un véritable immersion au cœur de cet écosystème fourmillant de surprises et de découvertes. Au fil des pages, la petite Kya nous invite à venir humer les parfums de cette nature sauvage, partageant son amour des coquillages, des oiseaux, des arbres, des plantes et des insectes.

Récit initiatique saupoudré d’une thriller juridique, « Là où chantent les écrevisses » est également une réflexion sur la différence et un hymne à la nature, débordant d’humanité, de poésie et de délicatesse.

Splendide !

Là où chantent les écrevisses, Delia Owens, Seuil, 480 p., 21,50€

Ils étaient également dans les marais : Anthony, Frédéric, Mumu, StephanieMes échappées livresques, Andréa, SamEmma, Marion, Dealer de lignesDomi, Estelle, Fanny, Lire et pourquoi pasJean-Pierre, Céline, Culture VSnews, Leslie-Fleur, Patricia, Louise, Annick, Naurile, HimeropeAngélique, Kitty, Jean-Paul

3 Réponses to “Delia Owens – Là où chantent les écrevisses”

  1. Je te rejoins totalement Yvan, c’est un livre qui m’a enthousiasmé, transporté. Un véritable coup de cœur. Merci pour le lien vers le blog c’est cool ! 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :