David Diop – La porte du voyage sans retour


Une mystérieuse fleur africaine…

David Diop - La porte du voyage sans retourAprès «Frère d’âme», lauréat du prix Goncourt des lycéens en 2018, David Diop nous ouvre « La porte du voyage sans retour », surnom donné à l’île de Gorée, d’où partirent des millions d’esclaves africains au temps de la traite des Noirs.

Le récit débute cependant à Paris, en 1806, en compagnie d’Aglaé, dont le père, célèbre botaniste, vient de mourir. Héritant de nombreux objets hétéroclites, elle parvient à mettre la main sur des cahiers dissimulés par son père dans un meuble en acajou, révélant ce qu’il lui est véritablement arrivé lors de son périple au Sénégal. Parti y étudier la flore locale et rêvant de devenir mondialement connu en rédigeant sa grande encyclopédie universelle des plantes, il y trouvera surtout un amour impossible et beaucoup de souffrances…

Inspiré de la vie du botaniste Michel Adanson, « La porte du voyage sans retour » raconte l’histoire d’un homme tout d’abord intrigué par l’histoire du fantôme d’une jeune Africaine promise à l’esclavage, puis tombant éperdument amoureux de cette femme aussi mystérieuse qu’envoutante, pour finalement faire basculer cette quête sentimentale en une révolte contre le sort réservé aux Noirs. Le tout emmené par des personnages hauts en couleur, du jeune Ndiak, qui sert de guide au botaniste, à Maram, qui incarne non seulement toute la beauté et l’exotisme de ce magnifique pays, mais également ses injustices et ses peines…   

À travers les révélations post-mortem de ce vieux botaniste, David Diop livre non seulement l’héritage d’un père incompris à sa fille, mais surtout une histoire d’amour aussi merveilleuse que tragique, ainsi qu’une dénonciation de l’exploitation coloniale et de la traite des noirs. Le tout porté par la superbe plume de David Diop et parfumé par les splendeurs de l’Afrique, mélangeant croyances, proverbes, folklore et coutumes, allant même jusqu’à donner des allures de conte à cette bouleversante aventure africaine…   

La porte du voyage sans retour, David Diop, Seuil, 320 p., 19€

Ils en parlent également : Matatoune, Frédéric, Esméralda, Miriam, Emi lit, Nikita, Willy, Baz’art

7 Réponses vers “David Diop – La porte du voyage sans retour”

  1. Encore une belle chronique qui rend bien compte de toute la qualité de ce roman toujours servi par une écriture si exigeante ! Merci pour le lien.

  2. Les Lectures de Maud Says:

    Encore un livre que je ne connais pas ! Merci beaucoup 📚

  3. Que de secrets l’on peut trouver dans les cahiers et les carnets……. Vidons les tiroirs et les armoires ! J’avais eu un peu de mal avec Frère d’âme où j’avais presque culpabilisée de ne pas être autant touchée par le personnage et par l’écriture. Peut-être que celui-ci dont je lis énormément de louanges me conviendrait mieux 🙂

  4. je l’ai noté, et dire que je n’ai toujours pas lu « Frère d’âme » 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :