Archive pour 20 novembre 2021

Mohamed Mbougar Sarr – La plus secrète mémoire des hommes

Posted in Littérature with tags , , on 20 novembre 2021 by Yvan

Un chef-d’œuvre ?

Mohamed Mbougar Sarr - La plus secrète mémoire des hommesCe quatrième ouvrage de Mohamed Mbougar Sarr, couronné du Prix Goncourt 2021, invite à suivre les pas de Diégane Latyr Faye, jeune écrivain qui tombe sous le charme d’un livre mythique intitulé « Le labyrinthe de l’inhumain ». Tout d’abord salué par la critique, ce roman paru en 1938 sera retiré des ventes après des accusations de plagiat et son mystérieux auteur d’origine sénégalaise, T.C. Elimane, qualifié de « Rimbaud nègre », disparaîtra dans la nature…

« Mais peut-on croire aux disparitions sans héritage ? Aux évanouissements absolus ? Je n’y croyais pas. Je n’y crois toujours pas. Il y a une présence qui demeure après tout départ. Peut-être même la vraie présence des êtres et des choses commence-t-elle seulement après leur disparition. »

Si le point de départ de ce roman s’inspire de l’histoire vraie du Malien Yambo Ouologuem, premier romancier africain à recevoir le Prix Renaudot en 1968 pour « Le Devoir de violence » et ayant vécu reclus jusqu’à la mort suite à des accusations de plagiat, cette quête littéraire qui invite à partir à la recherche de l’auteur d’un roman culte introuvable, propose surtout une réflexion profonde sur la littérature.

J’ai été totalement subjugué par la première partie de cette enquête et par la prose magnifique de Mohamed Mbougar Sarr. Mais, malgré le souffle romanesque incroyable du roman, sa construction labyrinthique a fini par m’essouffler. De Dakar à Paris, en passant par Buenos Aires et Amsterdam, l’auteur multiplie les points de vue, sautant d’un narrateur à l’autre, multipliant les styles d’écriture, les références littéraires et les temporalités, abordant de nombreux thèmes, allant de la colonisation au nazisme, traversant un siècle d’histoire, certes en ensorcelant le lecteur grâce à la magie de ses mots, mais en l’exténuant au fil de phrases parfois interminables, l’abandonnant sur le cul, car oui c’est un beau Goncourt…mais ce n’est pas le plus accessible !

Servi par une plume prodigieuse, « La plus secrète mémoire des hommes » vous invite donc à partir sur les traces d’un chef-d’œuvre…mais pas forcément celui-ci.

« Un temps la Critique accompagne l’Œuvre, ensuite la Critique s’évanouit et ce sont les Lecteurs qui l’accompagnent. Le voyage peut être long ou court. Ensuite les Lecteurs meurent un par un et l’Œuvre poursuit sa route seule, même si une autre Critique et d’autres Lecteurs peu à peu s’adaptent à l’allure de son cinglage. Ensuite la Critique meurt encore une fois et les Lecteurs meurent encore une fois et sur cette piste d’ossements l’Œuvre poursuit son voyage vers la solitude. S’approcher d’elle, naviguer dans son sillage est signe indiscutable de mort certaine, mais une autre Critique et d’autres Lecteurs s’en approchent, infatigables et implacables et le temps et la vitesse les dévorent. Finalement l’Œuvre voyage irrémédiablement seule dans l’Immensité. Et un jour l’Oeuvre meurt, comme meurent toutes les choses, comme le Soleil s’éteindra, et la Terre, et le Système solaire et la Galaxie, et la plus secrète mémoire des hommes. »

La Plus Secrète Mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr, éditions Philippe Rey, 448 p., 22€

Ils en parlent également : Pamolico, Nicole, Natiora, Miriam, Joëlle, Marie-Eve, Karine, Calliope, Un balcon en forêt, Cercle littéraire de Dordogne