Archive pour avril, 2022

Rupi Kaur – Lait et miel

Posted in Littérature with tags on 27 avril 2022 by Yvan

Un journal intime poétique !

Rupi Kaur - Lait et mielA mi-chemin entre un journal intime et un recueil de poèmes, ce petit roman de Rupi Kaur est découpé en quatre parties : souffrir, aimer, rompre et guérir.

Des courts textes dépourvus de structure, de ponctuation et de majuscules, qui vont à l’essentiel, tout en partageant les sentiments à fleur de peau de la jeune autrice. Utilisant sa plume comme exutoire, Rupi Kaur débute ce petit recueil dans la douleur, bercée par un amour nocif et destructeur, pour terminer reconstruite et plus forte, ouvrant même la porte à un brin d’espoir.

« Mon coeur m’a réveillé la nuit dernière

Il pleurait

Comment puis-je t’aider lui demandais-je

Mon coeur m’a répondu

Ecris ce livre »

Si l’amour, souvent destructeur, est présent tout au long du récit, le thème principal de l’ouvrage est la féminité, belle et fragile, que ces mots d’une grande justesse invitent à respecter, le tout illustré par des petites esquisses réalisées au crayon.

Etant assez hermétique au genre, j’ai néanmoins été énormément séduit par cet ouvrage !

Lait et miel, Rupi Kaur, Charleston, 204 p., 17€

Elles/ils en parlent également : Mumu, Stelphique, Anaïs, Nina, Matilde, Calypso, Bas, Eric, La bibliothèque blonde

Olivier Norek – Dans les brumes de Capelans

Posted in Littérature, Olivier Norek with tags , on 20 avril 2022 by Yvan

Le retour du Capitaine Coste !

Olivier Norek – Dans les brumes de CapelansAh, revoilà enfin Victor Coste, l’enquêteur favori des lecteurs de la trilogie 93… sauf qu’il n’est plus capitaine de police au groupe crime de la SDPJ du 9-3, mais exilé à Saint-Pierre, une petite île française perdue au sud de Terre-Neuve. Ayant voulu mettre fin à sa carrière, totalement brisé, l’homme s’est vu proposé un emploi pépère sous secret défense et vit dorénavant totalement isolé en résidence surveillée dans cet endroit qui a la particularité d’être, chaque année, entièrement englouti par des brumes tellement épaisses que, durant plusieurs jours, l’on ne voit même plus sa propre main lorsque l’on tend le bras.

Pendant ce temps, sur le continent, des jeunes filles sont victimes d’un tueur en série insaisissable, jusqu’au jour où l’une d’entre elles est retrouvée vivante dans le sous-sol d’une maison inhabitée. Etant la seule à pouvoir identifier ce « monstre » qui court toujours, elle intègre le programme de protection des témoins et se retrouve en compagnie du Capitaine Coste dans la « safe house » de Saint-Pierre-et-Miquelon au large du Canada. Ce dernier aura pour mission d’apprivoiser cette jeune femme traumatisée et incapable de parler…

Cette traque au serial-killer est un véritable « page turner » pourvu de personnages hauts en couleurs qui trimbalent tous un vécu assez chargé. Outre une intrigue haletante et parfaitement ficelée, Olivier Norek livre également des dialogues qui claquent, ainsi qu’une ambiance pesante, amplifiée par le climat austère et la brume épaisse de Saint-Pierre.

Du polar comme j’en raffole !

Un gros coup de cœur !

Dans les brumes de Capelans, Olivier Norek, Michel Lafon, 400 p., 20,95€

Elles/ils en parlent également : Lord Arsenik, Yvan, Aude, Nath, Stelphique, Mes échappées livresques, Petite étoile livresque, Sonia, Thomas, Emilie, One more cup of coffee, Rose

Barbara Abel – Les fêlures

Posted in Barbara Abel, Littérature with tags , on 13 avril 2022 by Yvan

Un double suicide suspect !

Barbara Abel – Les fêluresQuand on me pose la question « Qu’as-tu lu de bon cette année », Barbara Abel fait quasiment toujours partie de la réponse. Autant j’adore découvrir de nouveaux auteurs et des petites pépites dissimulées sous les avalanches de sorties littéraires, autant je prends également plaisir à retrouver ces valeurs sûres que j’achète les yeux fermés, certain de passer un excellent moment de lecture. Les romans de Barbara Abel en font indéniablement partie !

« Les fêlures » débute dans le lit de Roxane et de Martin, un couple fusionnel qui vient de se suicider… sauf que… Roxane n’est pas morte. Son réveil à l’hôpital sera d’ailleurs particulièrement douloureux car, outre la perte de son compagnon, elle devra également s’expliquer auprès de ses proches et ceux de Martin, ainsi que devant la police car ce suicide partiellement réussi…ou partiellement raté (tout dépend du point de vue)… semble pour le moins suspect !

Pour son quatorzième roman, Barbara Abel livre à nouveau un thriller psychologique qui plonge le lecteur dans la tête de ses personnages. À coups de flashbacks, l’autrice remonte dans le temps, à l’origine des fêlures qui permettent d’expliquer les gestes du présent. Tout en distillant ces blessures d’enfance qui déterminent les adultes que nous devenons, l’autrice partage avec brio les émotions et les doutes de ses personnages, entraînant le lecteur derrière les apparences trompeuses de ce couple que tout le monde croyait pourtant très heureux…

Outre cet aspect psychologique d’une grande justesse, Barbara Abel propose également une intrigue qui parvient à tenir le lecteur en haleine dès la première page. Roxanne est-elle une Juliette des temps modernes, rejetée par sa belle-famille, simulant sa mort et pleurant le décès malheureux de son Roméo… ou juste une tueuse impitoyable ? Tout en donnant progressivement de l’épaisseur à ses personnages, l’autrice nous balade de révélation en révélation, faisant pencher la balance d’un côté, puis de l’autre, nourrissant l’envie de connaître la vérité.

Lisez Barbara Abel (Et les vivants autour, Je sais pas, Je t’aimeEcouter le noir, Regarder le noir, Derrière la haine, Après la fin) !

Les fêlures, Barbara Abel, Plon, 420 p., 20€

Elles/ils en parlent également : Aude, Laurence, Mélie

Joël Dicker – L’Affaire Alaska Sanders

Posted in Joël Dicker, Littérature with tags on 4 avril 2022 by Yvan

La suite de l’affaire Harry Quebert !

41tF4TU2KxL._SX195_Pour son sixième roman, premier à être publié dans sa propre maison d’édition suite au décès de son éditeur Bernard de Fallois, Joël Dicker clôt sa trilogie entamée avec « La Vérité sur l’affaire Harry Quebert » il y a dix ans et qui se termine par « Le Livre des Baltimore », publié en 2015. Une trilogie qui a donc la particularité de ne pas avoir été écrite dans l’ordre chronologique, mais qui offre l’avantage de pouvoir se lire dans n’importe quel ordre.

Le roman s’ouvre sur un meurtre, perpétré le 3 avril 1999 sur Alaska Sanders, la jolie employée d’une petite station-service dans une bourgade du New Hampshire. Retrouvée morte au bord d’un lac par une joggeuse, l’affaire sera finalement assez vite résolue par les autorités locales, aveux à l’appui. Sauf que onze ans plus tard, une lettre anonyme vient subitement semer le doute sur les conclusions de l’époque…

C’est donc une « cold case » que nous sert Joël Dicker, menée par un duo que les fans de « La Vérité sur l’affaire Harry Quebert » prendront grand plaisir à retrouver. Le narrateur s’avère en effet être l’écrivain Marcus Goldman, venu prêter main forte au sergent Perry Gahalowood, avec qui il a tissé des liens d’amitié depuis l’affaire Harry Quebert et qui a participé à l’enquête initiale sur la mort d’Alaska Sanders il y a plus d’une décennie.

Reprenant les ingrédients qui ont fait le succès de « La Vérité sur l’affaire Harry Quebert », l’auteur suisse nous balade donc dans le temps, invitant d’une part à suivre l’enquête menée par Perry Gahalowood en 1999 et, en parallèle, celle menée par Marcus Goldman onze ans plus tard. Dans un style très accessible qui privilégie l’action et les rebondissements, Joël Dicker multiplie les fausses pistes, tout en livrant un « page turner » efficace qui tient en haleine de la première à la dernière page.

Beaucoup plus crédible que « L’énigme de la chambre 622 » et dans la lignée des deux autres tomes de cette trilogie : « La Vérité sur l’affaire Harry Quebert » et « Le Livre des Baltimore ».

L’Affaire Alaska Sanders, Joël Dicker, Rosie & Wolfe, 576 p., 23 €

Elles/ils en parlent également : HCh_Dahlem, One more cup of coffee, NathiLit, Nat & Rose, Anita, Sea You Son