Jussi Adler-Olsen – Sel


Des enquêteurs confinés !

Jussi Adler-Olsen - SelAprès « Miséricorde », « Profanation », « Délivrance », « Dossier 64 », « L’effet Papillon », « Promesse », « Selfies » et « Victime 2117 », le Département V de la police criminelle de Copenhague reprend du service avec le suicide d’une femme le jour de son soixantième anniversaire. Si ce genre dossier n’est généralement pas réservé au fameux service de police chargé d’élucider les vieilles affaires non résolues, ce décès semble toutefois lié à une ancienne enquête datant des années 80, ainsi qu’à un tueur en série particulièrement méticuleux qui sévit en toute impunité depuis plusieurs décennies sans qu’aucune piste ne mène à lui… sauf qu’il laisse à chaque fois un peu de sel de cuisine sur les différentes scènes de crime déguisées en accident ou en suicide.

Après s’être brillamment frotté au passé d’Hafez el Assad, le personnage le plus attachant et le plus mystérieux de cette saga, lors du tome précédent, Jussi Adler-Olsen semble éprouver un peu de mal à démarrer cette neuvième enquête du Département V. Ce n’est qu’au moment où tout semble indiquer qu’il ne reste que quelques jours pour sauver la prochaine victime du fameux meurtrier que l’intrigue devient vraiment prenante. Ce compte à rebours met cependant trop de temps à se mettre en place, surtout que même les différents personnages semblent un peu plus insipides que d’habitude. La pandémie de COVID-19 et les restrictions sanitaires qui obligent Carl Mørck, Hafez el Assad, Rose et Gordon à plus enquêter par téléphone que sur le terrain y sont peut-être pour quelque chose ou alors c’est l’auteur qui s’essouffle un peu après avoir livré un excellent huitième tome ?

Si le neuvième dossier de ce « Cold Case » à la danoise s’avère donc légèrement moins emballant, l’intrigue de fond qui se rapprochait de Carl Mørck et de ses anciens collègues au fil des tomes prend ici une tournure pour le moins surprenante lors du cliffhanger final, annonçant un dixième volet que l’on espère explosif pour conclure cette excellente série !

Sel, Jussi Adler-Olsen, Albin Michel, 560 p., 22 ,90€

6 Réponses vers “Jussi Adler-Olsen – Sel”

  1. natlarouge Says:

    donc commencer par le tome 1 !

    • Il vaut mieux afin de pouvoir suivre l’évolution des personnages, mais il peuvent se lire séparément aussi. Dans ce cas là je conseillerais de commencer par « Délivrance » 😉

  2. J’aimerais beaucoup découvrir ce fameux département, mais ma PAL est tellement immense…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :