Sarah Jollien-Fardel - Sa Préférée


Les cicatrices d’une enfance brisée !

Sarah Jollien-Fardel - Sa PréféréeAncienne blogueuse devenue journaliste sur le tard, Sarah Jollien-Fardel livre ici un premier roman percutant, déjà couronné du Prix Roman Fnac 2022 et également candidat au Prix Goncourt 2022. 

Jeanne, la narratrice de cette histoire a grandi dans le comté du Valais, dans un petit village montagnard, en compagnie d’un père cruel et violent qui martyrise quotidiennement sa femme et ses deux filles. Malgré ce père abusif et des villageois, dont le médecin de famille, qui ferment volontiers les yeux sur les traces de coups et autres dégâts causés par ce patriarche chauffeur routier porté sur la boisson, Jeanne parviendra à s’extraire de son milieu, à quitter sa région natale et à se construire une nouvelle vie…

Tout bon père de famille est sensé donner des racines, des ailes et une bonne dose d’amour à ses enfants. Dans le cas de Jeanne, l’envol s’avère beaucoup plus périlleux car les racines sont totalement pourries, les ailes entièrement brisées et même l’amour-propre a pris des sérieux coups au fil de cette enfance meurtrie. Des trois femmes soumises à la violence de ce monstre, elle sera d’ailleurs la seule à parvenir à s’extraire de l’enfer…Mais dans quel état ? Certaines plaies ne cicatrices malheureusement jamais, obligeant de grandir marqué à vie par les traumatismes de l’enfance. Peu importe la distance qu’elle met entre sa nouvelle vie et cette enfance détruite, l’horreur ne cesse de la rattraper, de la couvrir de honte, de culpabilité, de tristesse et de colère. Outre le portrait d’une femme totalement cabossée, Sarah Jollien-Fardel dresse également celui d’une région de montagnards taiseux, à une époque où le silence ne se brisait pas encore à coups de hashtags MeToo…   

Bénévole dans une association d’aide aux femmes battues, l’autrice nous cueille dès la première phrase, nous oblige à prendre cette narratrice par la main et à partager son calvaire au quotidien, tout en levant très vite le voile sur un passé ravagé par des mots et des scènes d’une violence insoutenable. À l’aide d’un style direct et d’une justesse incroyable pour un premier roman, elle donne la parole à cette femme broyée par la vie, qui partage sa douleur au fil d’une narration qui retentit comme un appel à l’aide, un long cri de détresse dont l’écho résonne encore dans ces montagnes où tout a commencé… 

Malgré quelques scènes de tendresse plus lumineuses et à l’inverse de l’excellent « Vers la violence » de Blandine Rinkel qui, abordant les mêmes thèmes, permettait tout de même au lecteur et à l’héroïne de se relever au fil des pages tout en constatant les dégâts de l’enfance, cet ouvrage laisse beaucoup moins de place à l’espoir, mettant le lecteur définitivement KO.

Sa préférée, Sarah Jollien-Fardel, Sabine Wespieser, 206 p., 20 €

Elles/ils en parlent également : Frédéric, Audrey, Nath, Rose, Abelya, Lili, Willy 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :