Brigitte Giraud – Vivre vite


Et si… ?

Brigitte Giraud - Vivre viteVingt ans après l’accident de moto qui a tué son mari, Brigitte Giraud tente encore toujours de comprendre la succession des événements qui ont conduit au drame. Une délicate introspection couronnée du Prix Goncourt 2022.

Mère d’un petit garçon, elle n’avait que 36 ans et était pleine de projets d’avenir lorsque Claude a perdu la vie. Ils venaient d’acquérir une nouvelle maison… que lui n’habitera d’ailleurs jamais. Le bonheur qui devait suivre la signature de l’acte de vente fut remplacé par l’accident, le déménagement et les obsèques. Vingt ans plus tard, alors qu’elle s’apprête à revendre cette maison qui est inévitablement liée à la tragédie, Brigitte Giraud revisite l’enchaînement des circonstances qui ont conduit à cette date fatidique du 22 juin 1999.   

Avec des « Si », on met Paris en bouteille… mais on construit visiblement aussi un roman. Au fil des vingt-trois chapitres, Brigitte Giraud ausculte en effet un par un les hasards qui ont précédé la perte de son homme : « Si je n’avais pas voulu vendre l’appartement », « Si mon grand-père ne s’était pas suicidé », « Si nous n’avions pas demandé les clefs à l’avance », « Si mon frère n’avait pas eu un problème de garage » etc… À mi-chemin entre l’uchronie de « Si » qui permettrait d’enrayer le destin et l’enquête policière visant à reconstituer et à comprendre le fil des événements, l’autrice choisit de rejouer ce film dont elle connaît malheureusement déjà la fin, sans pour autant y trouver une logique. Des scènes qu’elle retranscrit certes avec suffisamment de recul, mais qui demeurent néanmoins enveloppées de deux décennies d’incompréhension et de chagrin.    

Le problème avec le Prix Goncourt est qu’il vous incite souvent à lire des livres que vous n’aviez peut-être pas l’intention de lire à la base et j’ai donc un peu le sentiment de m’être assis à côté d’une dame qui a subitement commencé à me raconter le drame de sa vie alors que je n’étais peut-être pas forcément demandeur. Heureusement pour moi, le lauréat de cette année est beaucoup plus accessible que celui de 2021. De plus, la perte d’un être cher et la difficulté d’accepter que des proches partent beaucoup trop tôt, sont des thèmes qui ne manqueront pas de réveiller des émotions chez de nombreux lecteurs. Je ne doute donc pas un seul instant que beaucoup de gens seront touchés par cette introspection intime d’une autrice qui tente une énième fois de déjouer le destin… Et si… ?

Vivre vite, Brigitte Giraud, Flammarion, 206 p., 20 €, numérique 15 €.

Elles/ils en parlent également : Cannetille, Karine, Lili, Caroline, Antigone, Rose, Mélanie, Ghislaine, Isabelle, Vincent, Topobiblioteca

Publicité

6 Réponses vers “Brigitte Giraud – Vivre vite

  1. C’est une auteure que je ne connais. Je me méfie, en général, des Prix Goncourt.
    De plus, les témoignages ne m’intéressent pas souvent. J’en lis puis je me dis que le récit peut intéresser les proches de l’auteur, mais pas le grand public… Je ne sais pas si c’est le cas ici.

  2. Bcp plus abordable que celui de l’an dernier…tout à fait d’accord même si on sent qq réserves dans cette chronique 🙂

  3. Pas pour moi, et bizarrement, je fuis de mon côté justement les titres primés au Goncourt !

  4. […] au fil des pages. Tu l’as lu ?. L’île aux trésors. Les lectures d’Antigone. Sin city. Maman lyonnaise. Les Carpenters […]

  5. J’ai déjà lu un roman de cette autrice et je n’ai pas vraiment apprécié. Je ne pense pas me laisser tenter tout de suite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :