Susin Nielsen – Les optimistes meurent en premier


Un roman qui fait du bien !

Susin Nielsen - Les optimistes meurent en premierDepuis qu’un drame terrible a touché sa famille, Pétula, jeune lycéenne de 16 ans à Vancouver, est devenue d’un pessimisme à toute épreuve. Anticipant tous les autres malheurs qui pourraient s’abattre sur elle, l’adolescente a développé une panoplie de phobies qui lui assurent probablement de vivre plus longtemps que les autres, mais qui la condamnent à une vie assez solitaire et plutôt compliquée. Bien à l’abri dans sa bulle débordante de tristesse, elle télescope cependant Jacob Cohen dans les couloirs du lycée. Surnommé « l’homme-bionique » depuis l’amputation de son avant-bras, cet ado pourvu d’une prothèse impressionnante va progressivement parvenir à briser la carapace de Pétula et bouleverser tous ses principes…

« Les optimistes meurent en premier » invite donc à suivre deux jeunes protagonistes abîmés par la vie qui, au fil des pages, vont lentement se réparer. Obligés de participer à un atelier de groupe d’art-thérapie afin d’apprendre à surmonter leurs traumatismes, ils vont également rencontrer d’autres jeunes qui ont connu des drames dans leur vie. En à peine 200 pages, l’auteure canadienne Susin Nielsen parvient ainsi à dresser le portrait d’une bande d’adolescents auxquels il est impossible de ne pas s’attacher. Des personnages pour le moins originaux qui touchent le lecteur, tout en le faisant régulièrement rire.

« Les optimistes meurent en premier » aborde des thèmes difficiles, tels que le deuil, la culpabilité, la différence et les phobies, tout en parlant de sujets plus optimistes tels que l’amitié, l’amour, la résilience, la tolérance et le pardon. En y ajoutant des personnages aux répliques savoureuses, ainsi qu’un style léger et parsemé d’humour, l’autrice vous invite finalement à refermer son ouvrage le sourire aux lèvres et rempli d’optimisme.

Un roman labellisé « pour ados » qui fait du bien et qui plaira également aux adultes optimistes qui se sentent encore jeunes dans la tête…

Lisez également « La fourmi rouge » d’Emilie Chazerand, « Je suis ton soleil » de Marie Pavlenko et « Le syndrome du spaghetti » de Marie Vareille.

Les optimistes meurent en premier, Susin Nielsen, Hélium, 192 p., 14,90€

Elles/ils en parlent également : Laurette, Doc Bird, M.Utéza, Derrière ma porte un monde

Publicité

9 Réponses vers “Susin Nielsen – Les optimistes meurent en premier

  1. J’ai adoré ce roman tout comme Partis sans laisser d’adresse de cette autrice aussi.

  2. J’adore cette autrice. Le journal malgré lui de Henry K. Larsen est un très beau livre, sur des thématiques proches.

  3. J’ai aimé tous les titres de cette autrice canadienne, c’est de la littérature ado de qualité !

  4. J’ai aimé tous les titres que j’ai lus de cette autrice canadienne, c’est de la littérature ado de qualité !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :