Archive for the [DL 2012] Category

Robert Kirkman et Ryan Ottley – Invincible, Loin de ce monde (Tome 8) !

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Robert Kirkman, Séries, [Avec super-héros], [DL 2012], [En cours] with tags on 28 avril 2014 by Yvan

Une nouvelle menace Viltrumite !

Robert Kirkman et Ryan Ottley - Invincible, Loin de ce monde (Tome 8) !Ce huitième tome d’”Invincible” poursuit les aventures de Mark Grayson, alias Invincible, qui a de plus en plus de mal à combiner sa vie d’étudiant, ses relations amoureuses et son job de super-héros.

Si sa relation avec Amber avait déjà fait les frais de cette vie surchargée, ce sont ses prestations à la fac qui souffrent cette fois de son activité parallèle de super-héros. Ajoutez à cela une nouvelle menace Viltrumite qui pointe le bout du nez, les pouvoirs de son demi-frère qui apparaissent, les avances d’Atomic Eve, sa collègue super-héroïne, ainsi qu’une mère qui se lance dans une nouvelle relation et vous comprendrez que la vie de super-héros n’est pas vraiment de tout repos.

Si les bons récits dédiés à Superman ne courent pas les rues, notamment à cause de l’invincibilité du personnage, Robert Kirkman démontre qu’il est possible de proposer une excellente saga ayant pour personnage principal un héros aux pouvoirs similaires. Invisible n’est pas juste un super-héros qui se contente de sauver le monde, mais également un adolescent confronté à des problèmes beaucoup plus personnels. Tout comme dans Walking Dead, Robert Kirkman démontre sa capacité à construire des relations humaines et à développer la psychologie de ses personnages.

Action, humour, rebondissements et romance sont donc à nouveau au rendez-vous de ce tome dynamique et divertissant. Cela fait plusieurs tomes que l’auteur parvient à développer une multitude d’intrigues qui avancent en parallèle au sein d’un tout particulièrement cohérent. Ce huitième volet a néanmoins plutôt des allures de tome de transition et semble vouloir préparer quelques solides pistes pour la suite.

Visuellement, le style cartoony de Ryan Ottley continue de faire des merveilles. Son dessin très dynamique insuffle également beaucoup de rythme au récit.

Si vous avez eu votre dose de super-héros DC et Marvel, essayez donc celui-ci !

Publicités

Mark Waid et Howard Porter – Justice League, La tour de Babel

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Premium, Intégrales, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2012] with tags on 9 février 2014 by Yvan

Batman trahit la JLA ?

Mark Waid et Howard Porter - Justice League, La tour de Babel Cette saga écrite par Mark Waid (Kingdom Come) et dessinée par Howard Porter reprend les épisodes JLA #43 à #46, ainsi que JLA Secret Files #3.

L’idée de base est excellente, car elle exploite à merveille la paranoïa de Batman. Au cas où, ce dernier a en effet constitué un fichier reprenant tous les points faibles de ses collègues de la JLA. Avec l’aide de sa fille, Ra’s al Ghul parvient cependant à mettre la main sur ces informations qui permettent de neutraliser Superman, Wonder Woman, Flash, Green Lantern, Aquaman, Plastic Man et le Limier Martien. Un plan machiavélique donc, surtout que le principal suspect sera le Chevalier Noir…

Très alléchant donc, sauf que le développement de l’histoire laisse à désirer. Malgré un postulat de départ excellent et quelques passages intéressants, l’ensemble a donc malheureusement beaucoup de mal à convaincre. De plus, je ne suis vraiment pas fan du dessin de Howard Porter, sans parler de cette colorisation que je trouve très limite.

Notons finalement que la réédition de cet arc déjà publié en français chez Semic est vendu avec un DVD reprenant le film d’animation (La Ligue des Justiciers : Echec) inspiré par cette histoire.

Lisez plutôt « Identity Crisis » !

Makoto Yukimura – Vinland Saga (Tome 11)

Posted in Kurokawa, Manga / Manhwa, Séries, [DL 2012], [En cours] with tags on 14 janvier 2014 by Yvan

La nouvelle stratégie royale de Knut !

Makoto Yukimura - Vinland Saga (Tome 11)Depuis la fin du huitième tome, Thorfinn n’est plus un guerrier viking, mais un esclave de la péninsule du Jutland au Danemark, qui a perdu toute raison de vivre depuis que l’assassin de son père a été tué. Ce nouveau cycle plus campagnard, qui permet de découvrir le milieu paysan et la manière dont les esclaves sont traités, prend cependant une nouvelle tournure au cours de ce tome.

Grâce à leur travail dans la ferme de Ketil, Thorfinn et Einar commencent en effet à entrevoir l’espoir de se libérer de leur condition d’esclave assez rapidement. Pour Thorfinn, qui s’était transformé en une enveloppe totalement vide à la fin de sa quête vengeresse, cet espoir de liberté offre de nouvelles perspectives. De plus, plusieurs nouvelles menaces se profilent à l’horizon. Il y a tout d’abord un esclave qui tue son maître dans une ferme voisine, mais il y a surtout le retour de Knut sur le devant de la scène. Le roi d’Angleterre se rend en effet au chevet de son frère aîné à la base militaire de Jelling et la nouvelle stratégie royale risque bien d’avoir des effets sur le futur de Thorfinn.

Le personnage phare de cet onzième volet n’est donc pas Thorfinn, mais Knut. Lui qui était encore un froussard lors du cycle précédent, c’est métamorphosé en un monarque charismatique et autoritaire. L’évolution du personnage est donc particulièrement intéressante et je me réjouis déjà de la perspective d’éventuelles retrouvailles entre Thorfinn et Knut lors du tome suivant.

Visuellement, Makoto Yukimura continue également d’en mettre plein la vue en proposant des personnages expressifs et particulièrement charismatiques et en intégrant à nouveau quelques scènes de combat très dynamiques.

J’adore cette saga !

Barry Windsor Smith – Wolverine, l’Arme X

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Intégrales, Panini, Wolverine, [DL 2012] with tags on 26 août 2013 by Yvan

Les origines du squelette en adamantium !

Barry Windsor Smith - Wolverine, l'Arme X« Wolverine – l’Arme X » dévoile les origines des griffes et du squelette en adamantium de Wolverine et est à ce titre une lecture indispensable pour tous les fans du célèbre griffu.

En situant son récit dans un laboratoire où Logan sert de cobaye, Barry Windsor Smith livre un huis-clos psychologique qui permet de comprendre comment Wolverine est devenu un héros complexe, asocial, bestial et taciturne. Le scénario tient certes sur deux lignes, mais ce que l’auteur cherche à partager n’est pas une histoire, mais la déshumanisation progressive du personnage au fil des injections, des mutilations, des expériences et des souffrances physiques et mentales hors normes. Si ses tortionnaires créent un véritable monstre au fil des pages, Logan parvient néanmoins à conserver une part d’humanité qui contribue à le rendre attachant. Cette empathie, combinée à l’envie du scénariste de nous faire entrer dans la tête du personnage afin de partager ses pensées, constitue toute la force du récit et permet au lecteur de partager la douleur de ce personnage qu’il affectionne tant.

Visuellement, Barry Windsor Smith livre des scènes de tortures très marquantes et restitue à merveille toute l’horreur et l’atrocité de cette expérience traumatisante. La colorisation a par contre particulièrement mal vieilli.

« Wolverine – l’Arme X » est donc un récit incontournable dans l’histoire de ce personnage !

Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti – Seuls, Les Terres Basses (Tome 7)

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Dupuis, Fabien Vehlmann, Franco-Belge, Séries, [DL 2012], [En cours], [Grand public] with tags , on 21 août 2013 by Yvan

Au fond du trou !

Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti - Seuls, Les Terres Basses (Tome 7)Le premier cycle de cinq tomes avait permis d’en apprendre un peu plus sur la condition des jeunes héros de cette saga, amis en laissant évidemment suffisamment de zones d’ombre pour justifier ce second cycle. Les spéculations concernant l’étrange phénomène qui a totalement bouleversé le quotidien de Camille, Leïla, Terry, Yvan et Dodji continuent donc d’aller bon train. La théorie de la « quatrième dimension et demie » du tome précédent était à ce titre assez séduisante, même si elle ne permettait évidemment pas d’élucider tous les mystères, comme celui des quinze familles. Mais bon, il faut bien que Fabien Vehlmann en garde un peu sous la main et entretienne le mystère qui enveloppe son histoire. Et ce n’est d’ailleurs pas ce tome qui viendra apporter toutes les réponses… au contraire…

De leur quartier qui s’enfonce dans la terre à la multiplication d’enfants zombis, en passant par un fantomatique sauvage qui n’apparaît qu’en reflet, ce septième volet est en effet particulièrement riche en évènements fantastiques qui viennent encore complexifier la donne. La situation devient d’ailleurs tellement critique, que les bandes de Saul et Dodji sont même obligées de collaborer malgré leurs différents.

Fabien Vehlmann multiplie donc les rebondissements et livre à nouveau une aventure haletante qu’il enveloppe d’une bonne dose d’angoisse, sans oublier de parsemer son suspense de fraîcheur et d’humour. En tant qu’adulte très cartésien, je me pose évidemment de nombreuses questions quant à l’accumulation de pistes non résolues, mais ma fille d’onze ans se pose beaucoup moins de questions, prend les choses comme elles viennent et s’est délectée de chaque nouveau rebondissement jusqu’à ce cliffhanger final qui lui a fait refermer cet album avec ces mots : « woaw, c’est génial, je veux connaître la suite ! ».

Visuellement, le dessin assez rond et légèrement caricatural de Bruno Gazzotti est d’une grande lisibilité et donc très adapté à un public plus jeune. La mise en couleur sied également très bien à ce monde peuplé d’enfants attachants à la bouille bien sympathique. Mais attention, cette série n’est pas aussi gentillette qu’elle n’en à l’air, comme en témoigne la méchanceté des membres de cette bande rivale, sans même parler du fait que ces enfants errent dans les limbes.

Si votre enfant a entre 10 et 15 ans, il va adorer cette saga !

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Bill Willingham et Mark Buckingham – Fables, Sorcières (Tome 17)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Séries, Urban Comics, Vertigo Classiques, [DL 2012], [En cours], [Sans super-héros] with tags on 16 août 2013 by Yvan

Place à la magie !

Bill Willingham et Mark Buckingham - Fables, Sorcières (Tome 17)Après un quinzième tome qui débutait une nouvelle ère (L’Âge des ténèbres) en présentant un ennemi particulièrement sombre (Monsieur Dark), le volet précédent proposait un cross-over entre les différentes séries de l’univers de Fables… Un tome légèrement décevant qui avait pour mérite principal de mettre fin aux intrigues liées aux Littéraux.

En reprenant les épisodes #86 à #93 de la série US, ce dix-septième volet renoue enfin avec l’intrigue liée à Mister Dark. Le lecteur a tout d’abord droit à un épisode dessiné par Jim Fern, qui revient sur le passé de ce nouvel ennemi et qui explique comment il s’est fait encoffrer par un dénommé Dunster Happ. Du parcours de ce magicien à la découverte de la ligue des encoffreurs, cet épisode joue pleinement la carte de la magie, tout comme le reste de cet album intitulé « Sorcières ».

Les cinq épisodes suivants (#87 à #91), dessinés par Mark Buckingham, renouent avec le cœur de l’intrigue. Le lecteur y découvre comment les Fables se préparent à la guerre contre Mister Dark, avec une Frau Totenkinder qui est mise en avant sous de nouveaux traits particulièrement attrayants. L’autre vedette de ces épisodes est Bufkin, le petit singe bleu, dont on suit l’affrontement avec la sorcière Baba Yaga dans le Bureau des Affaires Courantes. Ajoutez à cela un miroir magique, un chat noir aux capacités surprenantes et un Ozma qui tente de prendre la place de Frau Totenkinder en tant que responsable des sorcières, et vous obtenez un récit riche en sortilèges, qui a tout pour vous envoûter.

Les deux derniers épisodes, dessinés par David Lapham, sont plus anecdotiques et proposent une petite parenthèse au sein de royaume de Haven, l’utopie créée par Gobe Mouche. Le lecteur y a droit à une petite partie de baseball qui se transforme très vite en affaire d’état. C’est donc l’occasion de découvrir comment est géré ce nouveau royaume, tout en revisitant au passage la fable du scorpion et du crapaud…

Visuellement, Jim Fern et (surtout) David Lapham s’en sortent pas mal en tant que suppléants, mais ce sont surtout les illustrations de Mark Buckingham et la manière dont il donne vie à ses personnages qui demeurent un véritable régal.

Un très bon tome… en attendant le fameux centième épisode !

Mitsuhisa Kuji – Wolfsmund (Tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Ki-oon, Manga / Manhwa, Séries, [DL 2012], [En cours] with tags on 1 août 2013 by Yvan

Le fils de Guillaume Tell héros de cette saga médiévale !

Mitsuhisa Kuji - Wolfsmund (Tome 3)Cette saga sans véritable héros semble initialement se poursuivre sur base du même concept narratif, avec un nouveau couple de personnages qui se heurtent à la cruauté du Duc Léopold Ier et de ses acolytes qui dirigent l’état d’une main de fer. Le lecteur retrouve donc Wolfsmund, la Gueule du Loup, ce passage stratégique réputé infranchissable et gardé par l’impitoyable Wolfsram, mais il va également retrouver un ancien personnage qui se profile lentement comme le héros de cette saga médiévale.

Alors que le seul fil conducteur de cette série semblait être l’impitoyable gardien de ce cette infranchissable Gueule du Loup, Walter, le fils de Guillaume Tell, endosse progressivement le rôle de héros de cette saga. Le lecteur est même un peu surpris de découvrir une véritable histoire de fond dans cette mission de ralliement du Nord pour l’organisation d’une rébellion minutieusement coordonnée. Ces nouveautés viennent s’ajouter à la cruauté d’un Wolfsram qui nous réserve une nouvelle scène de torture particulièrement insoutenable en compagnie de la mère et du frère cadet de William Tell.

Visuellement, je ne suis toujours pas fan du style de Mitsuhisa Kuji, l’ancien assistant de l’auteur de Berserk (Kentarô Miura). Je reconnais cependant l’excellent boulot au niveau des personnages, que l’auteur parvient à rendre attachants (ou détestables) en seulement quelques pages. Cette femme dont la réputation et les talents de guerrière contribuent à sceller le résultat de cette rébellion, est un nouvel exemple de la capacité de l’auteur à donner vie à des personnages intéressants, auxquels le lecteur s’attache finalement très vite.

Une saga médiévale particulièrement sombre qui se déroule en Suisse au quatorzième siècle et que je vous conseille vivement.