Archive for the Batman Category

Scott Snyder et Greg Capullo – Batman, Mascarade (Tome 7)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015], [En cours] with tags on 11 décembre 2015 by Yvan

Retour en force du Joker !

Scott Snyder et Greg Capullo – Batman, Mascarade (Tome 7)Après un album « fourre-tout » proposant plusieurs tie-ins et back-ups issus de différents moments dans la continuité du Dark Knight, ce septième volet reprenant les épisodes #35 à #40 de Batman et le Batman Annual #3 met à nouveau le pire ennemi de Batman en avant.

Le Joker s’était déjà fait remarquer lors du troisième tome (Le deuil de la famille) en mettant à mal toute la Bat-family et il revient en force avec un plan que le Chevalier Noir n’est pas prêt d’oublier. D’entrée, Scott Snyder frappe assez fort car c’est sur le visage des membres de la Justice League que le sinistre rictus du célèbre clown fait son apparition à Gotham City. Si cette première menace (pourtant assez énorme) est balayée avec une facilité légèrement trop grande, Snyder continue ensuite d’envoyer du lourd avec une menace qui finit par englober tout Gotham. Sachant que cet arc narratif fait suite aux évènements narrés dans la série « Batman Eternal », dont Bruce Wayne n’est d’ailleurs pas encore totalement remis, ce retour d’un Joker laissé pour mort, fait donc assez mal.

Si le nouveau défi est de taille pour ce Dark Knight affaibli qui opère depuis sa nouvelle base d’opérations, Scott Snyder s’avère parfois un peu trop ambitieux. Il utilise certes avec brio les éléments qu’il a intégré depuis le début de son run, mais ce qu’il tente de nous faire avaler est parfois un peu trop gros. Je n’ai par exemple pas cru un seul instant à l’immortalité du pire ennemi de Batman, quant à son plan, il est tellement ambitieux que l’on sait très bien que ça ne passera pas au final… Mais bon, cela reste du tout bon, avec une intrigue qui se dévore à toute allure et un dessin de Greg Capullo dont il est impossible de se lasser.

En fin d’album, le lecteur a par contre droit à différents épisodes back-ups écrits par James Tynion IV et illustrés par différents dessinateurs (Kelley Jones, Graham Nolan, John McCrea, Sam Kieth, Dustin Nguyen, Roge Antonio). Ces récits dressent le portrait d’un Joker manipulateur qui exploite la folie de plusieurs détenus de l’asile d’Arkham afin d’alimenter sa propre légende. Ces petites histoires ne sont malheureusement pas du niveau de l’intrigue principale.

Ils en parlent également : Yaneck

 

Scott Snyder et James Tynion IV – Batman Eternal (Tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015], [En cours] with tags on 25 octobre 2015 by Yvan

Encore un nouveau vilain !

Scott Snyder et James Tynion IV - Batman Eternal (Tome 3)Ce troisième et avant-dernier volet reprend les épisodes #27 à #39 de cette saga hebdomadaire lancée à l’occasion du 75ème anniversaire du Dark Knight et qui en compte 52 au total.

Ce troisième tome est un brin meilleur que le précédent car pas mal de sous-intrigues se referment ou se rejoignent. Afin de « remplir » ces 52 semaines, Scott Snyder et James Tynion IV ont en effet imaginé une histoire tentaculaire aux nombreuses ramifications, mais à force de multiplier les personnages et les intrigues secondaires, le récit avait un peu tendance à s’éparpiller, surtout que ces nombreuses menaces ne faisaient pas toujours avancer l’intrigue principale. Certains récits parallèles qui faisaient office de remplissage se referment donc et le fait de recentrer le récit sur Batman et ses déboires est une bonne chose. Le récit passe donc moins d’un groupe de personnages à l’autre, ce qui permet de faire progresser l’intrigue principale plus rapidement.

Les projecteurs sont donc de nouveau dirigés sur le Dark Knight, qui s’enfonce de plus en plus dans le piège machiavélique tendu par ce mystérieux ennemi. Le fait de voir un Batman acculé, dépourvu de ses ressources habituelles et illimitées, est à ce titre assez intéressant. Le point un peu moins positif est cette mauvaise habitude de dissimuler le véritable vilain derrière une flopée d’autres méchants. Carmine Falcone n’était donc que la partie émergée de l’iceberg, avec de nouveaux coupables qui apparaissent tels des poupées russes au fil des tomes. Le procédé n’est certes pas nouveau et comme il fallait tenir un an, les auteurs ont visiblement décidé d’inviter un maximum de personnages issus de l’univers du Chevalier Noir et de les mélanger au sein d’une grande machination visant à faire la fête à Gotham et à son héros le plus célèbre.

Un autre point positif est que, tout en recyclant le folklore de Batman, les auteurs parviennent à livrer quelques personnages très intéressants à suivre. Il y a notamment le commissaire Jason Bard, qui comble le vide laissé par James Gordon de manière plus que convaincante, et dont le rôle devient de plus en plus ambigu au fil du récit. Si j’aime moins le rôle de Catwoman à la tête de la pègre, je reste évidemment fan d’Alfred, que l’on retrouve même en action sur le terrain, et de sa fille Julia Pennyworth.

Visuellement, c’est à nouveau un grand défilé de dessinateurs afin de pouvoir respecter la publication hebdomadaire de cette série. Si cela se ressentait au niveau de l’uniformité graphique lors du tome précédent c’est moins le cas lors de celui-ci, malgré la présence de neuf artistes différents : Javier Garron, Meghan Hetrick, Simon Coleby, Fernando Pasarin, Alvaro Martinez, Fernando Blanco, Andrea Mutti, Felix Ruiz et l’excellent Jason Fabok.

Un bon tome !

Ils en parlent également : Yaneck

 

 

Scott Snyder – Batman, Passé, Présent, Futur (Tome 6)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015], [En cours] with tags on 7 août 2015 by Yvan

Un bon album fourre-tout !

Scott Snyder – Batman, Passé, Présent, Futur (Tome 6)Après le diptyque consacré à “L’An Zéro”, Urban Comics propose un tome de transition qui reprend plusieurs tie-ins et back-ups parus entre les grands arcs narratifs. Ce volet « fourre-tout » qui contient les épisodes #18 à #20 et #34 de Batman, le Batman Annual #2 et l’épisode #27 de Detective Comics, propose donc des aventures se déroulant à différents moments de la carrière du Dark Knight… d’où le titre de cet album.

Le passé revient tout d’abord sur le deuil de Bruce Wayne, suite aux événements tragiques qui se sont déroulés lors du tome 8 du run de Grant Morrison. On y découvre un Batman au bout du rouleau, qui fait son deuil en passant sa colère sur les petites frappes de Gotham. Mais cet épisode met également en avant Harper Row, une jeune fille découverte lors du run de «La Cour des Hiboux». Le deuil de Batman est bien abordé et cette jeune fille qui rêve de devenir le side-kick de Batman et qui fait un peu penser à Catwoman apporte un plus à l’univers du Chevalier Noir.

Le lecteur a ensuite droit à un récit en deux épisodes qui démarre de manière très surprenante (Bruce Wayne serait-il devenu un méchant ?) et qui oppose finalement Batman à l’un de ses plus vieux ennemis. Outre le plaisir de retrouver le dessin de Greg Capullo, le lecteur a également droit à un bon récit, revenant à nouveau sur la période de deuil de Bruce Wayne et se terminant sur une note assez émouvante. Notons également la présence d’un back-up qui offre un team-up entre Batman et Superman au sein d’une histoire à l’ambiance glauque, saupoudrée de magie.

Le Présent raconte tout d’abord une tentative d’évasion de Batman de la prison d’Arkham, destinée à tester les systèmes de sécurité. Je ne suis personnellement pas fan du dessin de Wes Graig sur ce Batman Annual #02 qui permet de rencontrer le nouvel aide-soignant Eric Border et de découvrir une des plus anciennes pensionnaires de l’établissement, …mais celle-ci ne laissera cependant pas un souvenir impérissable.

L’épisode #34 propose ensuite une histoire de tueur en série qui s’attaque aux patients du Dr. Thompson. Une histoire glauque, située après « Batman Eternal », dont on retiendra également le très bon dessin de Matteo Scalera.

Et pour terminer : place au futur avec un récit d’une douzaine de pages qui dévoile le futur de Gotham et son indispensable protecteur. Un récit plutôt anecdotique qui permet surtout de retrouver Sean Murphy le temps de quelques planches.

Bref, un bon album de transition proposant des histoires issues de différents moments dans la continuité du Dark Knight… en attendant le prochain gros event imaginé par Scott Snyder.

Ils en parlent également : Yaneck

J.H. Williams III, W. Haden Blackman et Trevor McCarthy – Batwoman, L’élite de ce monde (Tome 3)

Posted in Bande dessinée, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2014], [En cours] with tags on 24 juillet 2015 by Yvan

Conclusion du premier arc narratif !

J.H. Williams III, W. Haden Blackman et Trevor McCarthy - Batwoman, L'élite de ce monde (Tome 3)Ce troisième tome du relaunch New 52 de Batwoman reprend les épisodes #12 à #17 de la série écrite à quatre mains par J. H. Williams III et W. Haden Blackman et propose la conclusion de cette enquête criminelle parsemée de fantastique.

Cette fin de cycle est marquée par une alliance surprenante car Batwoman s’associe à Wonder Woman afin de vaincre les nombreuses créatures mythologiques et de pouvoir retrouver les enfants enlevés par Medusa. Ce team-up avec la célèbre princesse amazone a pour conséquence d’emmener Batwoman vers un niveau super-héroïque supérieur.

Si le lecteur replonge dans cet univers peuplé de créatures surnaturelles, cette conclusion permet surtout aux auteurs de recouper les différents fils narratifs entamés lors des tomes précédents (Elégie, Hydrologie et En Immersion) et de mettre fin à cette histoire de disparition d’enfants. L’intérêt principal du récit ne se situe cependant pas dans cette enquête policière faisant écho à une légende urbaine, mais au niveau des intrigues secondaires et du développement psychologique des personnages. Outre le comeback super-héroïque de la cousine de Kate et la relative impuissance de sa petite amie face à l’invasion de créatures surnaturelles qui frappe Gotham, le lecteur a également droit à une conclusion riche en émotions entre Batwoman et l’inspecteur Maggie Sawyer.

Ce troisième tome comprend également les derniers épisodes dessinés par l’inimitable J.H. Williams III. L’artiste américain est d’une modernité incroyable dans la composition de ses planches et livre de nombreuses doubles pages qui sont à couper le souffle. Ses planches sont de véritables tableaux et quand on sait que le coloriste n’est autre que Dave Stewart, il devient difficile de faire mieux au niveau du visuel.

Bref, un peu trop de fantastique à mon goût, mais une intrigue rondement menée, un excellent travail au niveau de la caractérisation et un visuel à couper le souffle.

Scott Snyder et James Tynion IV – Batman Eternal (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015], [En cours] with tags on 22 juillet 2015 by Yvan

Le come-back d’un ennemi emblématique du Dark Knight !

Scott Snyder et James Tynion IV - Batman Eternal (Tome 2)Pour célébrer le 75ème anniversaire du Dark Knight, DC Comics a eu l’idée de lancer un titre hebdomadaire intitulé Batman Eternal, chapeauté par Scott Snyder et James Tynion IV. Afin de tenir un tel rythme de publication, le duo est secondé par d’autres scénaristes (John Layman, Ray Fawkes, Tim Seeley et Kyle Higgins) et par une flopée de dessinateurs (Jason Fabok, Dustin Nguyen, Andy Clarke, Emanuel Simeoni, Jorge Lucas, R. M. Guera et Juan Ferreyra). Ces artistes se relaient donc au fil des semaines lors des épisodes #14 à #24 de cette saga qui en compte 52 au total.

Afin de « remplir » ces 52 semaines, Scott Snyder et James Tynion IV imaginent une histoire tentaculaire aux nombreuses ramifications, qui multiplie les personnages et les rebondissements. Le fil rouge de l’histoire est l’incarcération de James Gordon, qui ouvre grand la porte au retour de la corruption à Gotham, ainsi qu’au comeback de Carmine Falcone, alias le Romain, et qui plonge Batman et Gotham au beau milieu d’une véritable guerre des gangs. Tandis que Batman et Jason Bard tentent de remettre de l’ordre dans Gotham, Batgirl, Batwoman et Red Hood se rendent au Brésil afin d’innocenter James Gordon. Red Robin et la jeune Harper Row filent au Japon afin de trouver l’origine de la nanotechnologie qui s’en prend aux habitants des Narrows. Batwing et Jim Corrigan, alias Le Spectre, explorent les souterrains de l’asile d’Arkham afin de comprendre les évènements surnaturels qui perturbent l’asile. Tout un programme donc !

Si l’intrigue principale avance bien, elle démontre également que Carmine Falcone n’est que la partie émergée de l’iceberg en proposant le retour d’un ancien ennemi de Batman qua l’on croyait pourtant réduit à jamais au silence. Si le retour du Romain était une bonne idée, je regrette un peu le fait que les auteurs aient recyclé ce personnage emblématique. Mais bon, il faut évidemment tenir un an… et pour fêter dignement l’anniversaire de Batman, les auteurs ont visiblement décidé d’inviter un maximum de personnages issus de l’univers du Chevalier Noir et de les mélanger au sein d’une grande machination visant à faire la fête à Gotham et à son héros le plus célèbre. Le récit se densifie donc au fil des pages, mais à force de multiplier les personnages et les intrigues secondaires, le récit a un peu tendance à s’éparpiller, surtout que ces nombreuses menaces ne font pas toujours avancer l’intrigue principale. Certains récits parallèles font office de remplissage et la partie dans les sous-sols d’Arkham m’a d’ailleurs foncièrement ennuyé. Après les aventures de Catwoman dans les bas-fonds de Gotham lors du tome 4 de Catwoman, je commence franchement à en avoir assez de ces aventures mystiques qui ne font pas avancer le schmilblick. Tout n’est cependant pas mauvais car, tout en recyclant le folklore de Batman, les auteurs parviennent à livrer plusieurs épisodes très plaisants à lire et quelques personnages très intéressants à suivre. Je pense notamment à l’incorruptible Jason Bard, qui comble le vide laissé par James Gordon de manière plus que convaincante, mais également à la surprenante Julia Pennyworth ou à la petite Harper Row. De plus, en opposant Alfred à sa fille et Catwoman à son père, tout en invitant à suivre la traque entre Stephanie Brown et son géniteur, les auteurs intègrent un aspect familial plutôt plaisant à suivre.

Visuellement, c’est le grand festival des styles afin de pouvoir respecter la publication hebdomadaire de cette série et cela commence tout doucement à se ressentir au niveau de la qualité et de l’uniformité graphique. Mais bon, comme il y en a pour tous les goûts, vous trouverez forcément votre bonheur parmi les nombreux styles proposés.

Ils en parlent également : Yaneck

Mike W. Barr, Michael Golden, Tony Bedard et Rags Morales – Batman Vendetta

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Classiques, One-shots, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015] with tags on 4 mai 2015 by Yvan

Un bon comics, presque gratuit !

Mike W. Barr, Michael Golden, Tony Bedard et Rags Morales - Batman VendettaÀ l’image du « Free Comic Book Day » aux États-Unis, opération qui, comme son nom l’indique, permet aux libraires d’offrir un comic, « Les 48 heures de la BD » rassemble des éditeurs français qui proposent aux visiteurs d’une librairie participante de repartir avec un ouvrage pour la modique somme de 1 euro durant le weekend du 4 et 5 Avril. Tout comme l’année dernière avec les cinq épisodes de « Batman – Les portes de Gotham », Urban Comics a de nouveau la bonne idée de participer à l’évènement en proposant ce Batman Vendetta qui contient les épisodes US Batman Special #1 et Batman Confidential #13 à #16.

Cet album aurait très bien pu être intégré à la collection DC Nemesis car il est entièrement dédie à un ennemi de Batman. Wrath (qui signifie courroux en anglais) est une sorte de version maléfique de Batman. Ce personnage qui a connu un parcours similaire à Bruce Wayne répond à la question : que serait devenu le petit Bruce s’il avait mal tourné après le meurtre de ses parents. D’après Mike W. Barr et Michael Golden il serait devenu Wrath, l’anti-Batman !

Le premier épisode, qui date de 1984, présente le destin parallèle de deux enfants qui perdent leurs parents la nuit du 26 juin, l’un deviendra un justicier nommé Batman tandis que l’autre deviendra un tueur de flics. Si les deux personnages portent quasi le même costume, le mauvais semble bien décidé à éliminer le commissaire James Gordon, tandis que l’autre va tout faire pour lui sauver la vie. Les épisodes suivants (« Les Raisons de la colère ») datent de 2008 et imaginent une suite à cet affrontement entre Batman et Wrath, ayant pour enjeu la vie du commissaire Gordon. Ces épisodes imaginés par Tony Bedard et Rags Morales permettent notamment d’en apprendre plus sur le passé et sur les motivations de ce double maléfique.

L’intrigue est assez classique, mais franchement plaisante à suivre et le travail au niveau des personnages est excellent. La caractérisation de Wrath est intéressante et les personnages secondaires tels que James Gordon et Leslie Thompkins ne sont pas en reste. De plus, la relation entre Batman et Nightwing sur la deuxième partie est particulièrement intéressante.

Bref, un bon récit de Batman et un vilain qui tient la route !

Scott Snyder et James Tynion IV – Batman Eternal

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015], [En cours] with tags on 13 mars 2015 by Yvan

C’est la grosse fête à Gotham !

Scott Snyder et James Tynion IV - Batman EternalPour célébrer le 75ème anniversaire du Dark Knight, DC Comics a eu l’idée de lancer un titre hebdomadaire intitulé Batman Eternal et chapeauté par Scott Snyder et James Tynion IV. Afin de tenir un tel rythme de publication, le duo est secondé par d’autres scénaristes (John Layman, Ray Fawkes et Tim Seeley) et par une flopée de dessinateurs (Jason Fabok, Dustin Nguyen, Andy Clarke, Trevor McCarthy, Emanuel Simeoni, Guillem March, Riccardo Burchielli, Ian Bertram, Mikel Janin et Guillermo Ortego) qui se relaient au fil des semaines.

Ce premier tome, qui rassemble les épisodes #1 à #13, s’ouvre sur un flash-forward qui n’annonce rien de bon pour Batman et sa ville, tout en faisant bien comprendre au lecteur qu’il s’attaque ici à quelque chose d’énorme. Et il faut bien avouer que l’intrigue commence de manière très prometteuse, avec un commissaire Gordon qui se retrouve emprisonné pour bavure, ouvrant ainsi grand la porte au retour de la corruption à Gotham, ainsi qu’au comeback de Carmine Falcone, alias le Romain !

Si le fil rouge de l’intrigue demeure l’incarcération de James Gordon, le retour de Carmine Falcone n’est que la partie émergée de l’iceberg. Pour fêter dignement l’anniversaire de Batman, les auteurs ont en effet décidé d’inviter un maximum de personnages issus de l’univers du Chevalier Noir et de les mélanger au sein d’une grande machination visant à faire la fête à Gotham et à son héros le plus célèbre. Le récit se densifie donc au fil des pages, mais à force de multiplier les personnages et les intrigues secondaires, le récit a un peu tendance à s’éparpiller, surtout que ces nombreuses menaces ne font pas toujours avancer l’intrigue principale. Certaines menaces sont de surcroît également laissées en suspend durant plusieurs épisodes, ce qui a tendance à diluer encore un peu plus l’ensemble. Si le récit nous emmène du Japon à l’Amérique du Sud, en passant par l’asile d’Arkham, et que ça part un peu dans tous les sens, c’est cependant loin d’être mauvais, bien au contraire. Tout en recyclant le folklore de Batman (et une grosse partie du run de Grant Morrison), les auteurs parviennent à livrer une histoire dynamique et très plaisante à lire. De plus, certains nouveaux personnages font leur apparition, de la surprenante Julia Pennyworth à l’incorruptible Jason Bard, qui comble le vide laissé par James Gordon de manière plus que convaincante.

Visuellement, c’est le grand festival des styles afin de pouvoir respecter la publication hebdomadaire de cette série, mais dans l’ensemble, la qualité est très bonne. Si j’ai particulièrement apprécié le dessin de Jason Fabok, j’ai trouvé que celui d’Ian Bertram tranchait un peu trop avec le reste.

Probablement pas un incontournable, mais indéniablement un excellent moment de lecture que vous pouvez retrouver dans mon Top comics de l’année !

Ils en parlent également: Dionysos, Yaneck