Archive for the Superman Category

Geoff Johns – DC universe Rebirth

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Rebirth, Geoff Johns, Séries, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2017], [En cours] with tags on 3 juillet 2017 by Yvan

Le catalogue alléchant de DC Rebirth !

Geoff Johns - DC universe RebirthEn 2011, après le crossover « Flashpoint », DC Comics avait procédé à la remise à zéro des cinquante-deux séries de l’univers DC, baptisée « The New 52 ». En nommant ce reboot « DC Renaissance », Urban Comics s’est un peu tiré dans le pied car voilà que cinq ans plus tard, DC Comics décide de mettre fin à l’ère des New 52 en proposant un nouveau relaunch baptisé… eh oui… « DC Rebirth ». Pas de bol et une collection qui se nommera donc également « DC Rebirth » en français.

J’étais grand fan du début des New 52, suivant presque chacune des séries proposées, mais il faut bien avouer que l’ensemble commençait à s’essouffler et qu’à part « Batman », je ne suivais finalement plus grand-chose. J’étais donc impatient de m’attaquer à ce relaunch chapeauté par Geoff Johns, qui choisit comme point de départ l’événement Flashpoint, à l’origine des New 52. Pour ce faire, il ramène Wally West, que l’on croyait disparu depuis le Flashpoint. Prisonnier de la Force Véloce, le héros oublié de tous cherche à contacter ses anciens amis et à les prévenir que c’est un être incroyablement puissant, et mystérieux, qui est à l’origine de l’amnésie générale qui empêche quiconque de se souvenir de Wally West, qui a volé dix années à nos héros et qui a initié le reboot New 52. Bien vu, car Geoff Johns ne fait donc pas table rase du passé, comme cela avait été le cas avec les New 52, mais construit sur ce qui a été fait par le passé, sans remettre les compteurs à zéro.

Cette belle brique de près de 600 pages débute donc par le titre phare « DC Universe Rebirth », signé Geoff Johns, qui marque le début du relaunch et distille déjà quelques pistes intéressantes pour la suite, notamment ce smiley retrouvé par Batman, qui risque certes de faire froncer de nombreux sourcils, mais qui me donne personnellement envie de découvrir la suite au plus vite. N’empêche qu’il fallait oser le faire…

Cet album ne contient cependant pas uniquement ce récit introductif également disponible en kiosque à un prix beaucoup plus réduit, mais également les épisodes « Rebirth #1 » de chacune des 22 séries de l’éditeur. Le lecteur a donc droit à The Flash Rebirth #1, Titans Rebirth #1, Superman Rebirth #1, Justice League #52, Justice League Rebirth #1, Hal Jordan and the Green Lantern Corps Rebirth #1, Green Lanterns Rebirth #1, Wonder Woman Rebirth #1, Aquaman Rebirth #1, Cyborg Rebirth #1, Green Arrow Rebirth #1, Suicide Squad Rebirth #1, Deathstroke Rebirth #1, The Hellblazer Rebirth #1, Batman Rebirth #1, Nightwing Rebirth #1, Batman Beyond Rebirth #1, Red Hood and the Outlaws Rebirth #1, Batgirl and the Birds of Prey Rebirth #1, Supergirl Rebirth #1, Blue Beetle Rebirth #1, Teen Titans Rebirth #1.

Alors, on peut évidemment se dire que chacun de ces épisodes sera également repris dans le premier tome de chacune des séries et que cet album fait donc surtout office de catalogue payant, mais personnellement, je suis assez fan de l’approche. D’un côté cela m’a donné envie de suivre des titres qui semblent prometteurs, mais que je n’aurais probablement jamais lu autrement, tel que « Teen Titans ». D’autre part, il y a certains titres que j’aurais probablement acheté, tel que « Supergirl », mais que je compte probablement délaisser suite à un tome d’introduction peu alléchant. Bref, je me suis fait une bonne idée des sagas que je compte suivre par la suite… et le portefeuille risque à nouveau de souffrir.

Soulignons également que cet album constitue une porte d’entrée idéale à tous les néophytes qui souhaitant se lancer dans l’univers DC. Chaque titre débute en effet par texte qui résume les principales évolutions de chaque personnage, tout en faisant le lien avec le reboot précédent.

Ils en parlent également : Yaneck

Publicités

J.M. Straczynski et Ardian Syaf – Superman, Terre un (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, DC Deluxe, Séries, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2016], [En cours] with tags on 2 janvier 2017 by Yvan

Une excellente revisite !

J.M. Straczynski et Ardian Syaf - Superman, Terre un (Tome 2)À l’instar de la collection « Ultimate » de Marvel, ce label « Earth One » (« Terre Un » en français) propose une relecture moderne des super-héros dans un univers très accessible, débarrassé de toute continuité. Mais ce n’est pas tout, car DC Comics profite également de l’occasion pour rompre avec le mode de publication habituel en proposant des histoires complètes de plus de 100 pages au lieu des épisodes mensuels classiques d’une bonne vingtaine de pages. Le concept fonctionne immédiatement avec cette saga, mais également avec l’excellent « Batman Terre-Un » de Geoff Johns et Gary Frank. Comme le tome précédent reprenait deux volumes de la saga en V.O. (Superman, Earth 1 volume 1 et 2), cette suite est l’équivalent du troisième tome de Superman Earth One outre-Atlantique.

C’est Joseph Michael Straczynski (« Supreme power », Rising stars) qui est chargé de revisiter les origines de l’Homme de fer dans un contexte plus réaliste. La mission est périlleuse car il n’est pas le premier à s’attaquer aux origines de Superman et il devient donc de plus en plus difficile de proposer une alternative intéressante. Agée de plus de 60 ans, l’histoire de l’unique survivant de Krypton, est connue de tous et a déjà été revisitée plus d’une fois. Après le classique « Superman – L’homme d’acier » de John Byrne en 1986, le très beau « Superman – For All Seasons » de Jeph Loeb et Tim Sale en 1998, le très original All-Star Superman de Grant Morrison et Frank Quitely, le très sympathique Superman, Origines secrètes de Geoff Johns et Gary Frank et la version déjà très moderne de Mark Waid et Lenil Francil Yu (Superman – Droit du Sang), c’est maintenant au tour de J.M. Straczynski et Shane Davis de s’attaquer aux origines de Kal-El. Et il faut bien avouer que sur base du tome précédent, les deux auteurs s’en sortaient déjà haut la main.

La suite de cette relecture des aventures de l’Homme d’Acier invite donc à suivre les pas d’un Clark Kent qui se construit progressivement une nouvelle vie à Metropolis, tout en nouant des liens d’amitiés avec sa jolie voisine Lisa Lasalle. Alors que les autorités tentent encore d’assimiler le fait qu’une créature extra-terrestre puisse faire le ménage à Metropolis (et sur le reste de la planète) quand bon lui semble, un second Kryptonien fait son apparition sur Terre. Les intentions de Zod-El, l’oncle de Kal-El, sont cependant un peu moins nobles…

L’histoire proposée par Straczynski oppose donc Superman à une nouvelle menace, ce qui n’a rien de vraiment original à la base. Cette nouvelle confrontation n’est cependant qu’un prétexte utilisé par l’auteur pour développer un peu plus les origines de Kal-El et afin de permettre à notre héros de faire le tri entre sa nature kryptonienne et son humanité, le tout en sauvant le monde au passage… comme tout Superman qui se respecte. L’auteur propose donc une intrigue familière, mais dans un monde contemporain et en compagnie d’un héros légèrement différent. Si le vilain a beau être assez classique, le travail effectué par Straczynski sur les autres personnages s’avère assez intéressant. Sa réinterprétation du rôle de Lex Luthor s’avère en effet assez intéressante et le nouveau personnage de Lisa Lasalle contribue à rendre Clark Kent plus intéressant et à bousculer un peu son côté boyscout. En développant progressivement la personnalité de ce héros très humain, fragile et quelque peu isolé de la société, l’auteur parvient à intéresser les lecteurs à une histoire qu’ils connaissent pourtant déjà.

Visuellement, le trait fin et soigné du dessinateur sied parfaitement au développement très humain du personnage dans un contexte moderne et réaliste. Les décors sont d’ailleurs très fouillés avec une ville de Metropolis et des tenues vestimentaires très modernes.

Une des meilleures revisites des origines de Superman avec Superman – Droit du Sang.

Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top comics de l’année !

Grant Morrisson et Frank Quitely – Justice League, L’autre Terre

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Deluxe, Intégrales, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2014] with tags on 29 août 2014 by Yvan

Le Syndicat du Crime dépoussiéré par Grant Morrisson !

Grant Morrisson et Frank Quitely - Justice League, L'autre TerreGrant Morrisson est un scénariste qui adore dépoussiérer les vieilles choses. Ici, il s’attaque aux personnages du Syndicat du Crime, une version maléfique de la Ligue de Justice, créée par Gardner Fox et Mike Sekowsky dans les années soixante et qui était rangée dans les placards de DC Comics depuis la fin des années quatre-vingt.

Quand on s’imagine Grant Morrisson s’attaquant au concept des Terres Parallèles et dépoussiérant les versions inversées des célèbres super-héros de DC dans ce monde alternatif, on s’attend tellement à un récit hyper compliqué qu’on aurait presque tendance à prendre préventivement une aspirine. Et bien non, à la surprise générale, l’auteur offre un scénario hyper accessible où la Justice League est appelée à la rescousse par Alexander Luthor, le dernier héros d’une planète jumelle de la Terre, où le Syndicat du Crime fait régner la terreur.

Mais attention, accessibilité ne rime pas forcément avec simplicité. Le scénariste écossais ne se contente en effet pas de proposer une belle baston entre la JLA (Justice League of America) et le CSA (Crime Syndicate of Amerika), qui se conclurait pas une cuisante victoire du Bien sur le Mal. Il évite d’ailleurs toute confrontation entre les deux équipes et se concentre sur l’essence même des deux mondes. Chacune des équipes se retrouve ainsi dans le monde de l’autre, mais aucune ne parvient à modifier l’ordre naturel des choses, le Mal triomphant toujours dans l’un et le Bien dans l’autre. Cette fatalité qui, dans un environnement qui, par nature, est vouée à privilégier le Mal, transforme chaque bonne action en une anomalie qu’il faut corriger, est approfondie avec intelligence par l’auteur, sans pour autant complexifier inutilement l’histoire.

L’autre force du récit est la caractérisation des personnages, Morrisson s’en donnant à cœur joie avec les versions maléfiques de Superman (Ultraman), Batman (Owlman), Wonder Woman (Superwoman), Green Lantern (Power Ring) et Flash (Johnny Quick). Quel plaisir de découvrir une version bad-ass de Superman , un Gordon chef de la mafia de Gotham ou une Superwoman en salope perverse.

Visuellement, Frank Quitely propose une mise en images d’une lisibilité exemplaire et force est de constater que le duo de « All Star Superman » fonctionne de nouveau à merveille. L’ouvrage est en plus agrémenté d’un bonus de près de quarante pages, comprenant notamment des extraits du script original et de nombreux croquis.

Profitant de la publication de l’event « Forever Evil », qui replace également les membres du Syndicat du Crime sur le devant de la scène, Urban Comics a donc la bonne idée de revenir sur cette très bonne collaboration entre Grant Morrison et Frank Quitely.

Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top de l’année !

 

Geoff Johns, Ivan Reis, Tony Daniel et Paul Pelletier – Justice league, Le trône d’Atlantide (Tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Geoff Johns, Séries, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2014], [En cours] with tags on 16 juin 2014 by Yvan

Cross-over entre La Justice League et Aquaman !

Geoff Johns, Ivan Reis, Tony Daniel et Paul Pelletier - Justice league, Le trône d'Atlantide (Tome 3)Si le premier tome de cette saga revenait sur la création de la Justice League et montrait une équipe composée de Superman, Aquaman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash, Cyborg et Batman, au sommet de sa popularité, notamment grâce au livre écrit par David Graves : « La Ligue de Justice : Des Dieux Parmi Nous », le deuxième volet s’amusait à faire tomber le groupe de son piédestal.

Pointant du doigt plusieurs querelles internes, ainsi que des sérieux problèmes de confiance, le volume précédent démontrait donc que tout n’était pas forcément rose au sein de l’équipe des plus grands super-héros du monde. Ce troisième volet, qui reprend les épisodes US #13 à #17 de Justice League et #14 à #16 d’Aquaman, débute les hostilités par un affrontement entre Wonder Woman et Cheetah, avant de sombrer dans une guerre opposant Atlantis à une Ligue de Justice bien obligée de se serrer les coudes afin de protéger les habitants de la surface.

Si Geoff Johns prend tout d’abord le temps de nous faire découvrir le personnage de Cheetah, il joue ensuite pleinement la carte de l’action en proposant ce cross-over qui fait suite aux épisodes proposés dans le deuxième tome d’Aquaman. Cette histoire axée sur l’affrontement entre deux peuples est donc très dynamique et assez classique, mais offre de l’excellent divertissement, parfaitement maîtrisé.

Visuellement, le tome précédent était déjà marqué par la présence de quelques artistes remplaçants et celui-ci marque définitivement le départ de Jim Lee en tant que dessinateur. Heureusement, le travail de Tony Daniel, d’Ivan Reis et de Paul Pelletier vaut également le détour. Leur style dynamique, les cadrages hollywoodiens et leur façon de mettre en valeur les actions des différents personnages à coups de doubles-pages percutantes contribuent indéniablement à la qualité de ce récit.

Malgré l’arrivée massive des congénères d’Aquaman, cette saga dynamique est donc encore loin de prendre l’eau !

Ils en parlent également: Yaneck

Mark Waid et Howard Porter – Justice League, La tour de Babel

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Premium, Intégrales, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2012] with tags on 9 février 2014 by Yvan

Batman trahit la JLA ?

Mark Waid et Howard Porter - Justice League, La tour de Babel Cette saga écrite par Mark Waid (Kingdom Come) et dessinée par Howard Porter reprend les épisodes JLA #43 à #46, ainsi que JLA Secret Files #3.

L’idée de base est excellente, car elle exploite à merveille la paranoïa de Batman. Au cas où, ce dernier a en effet constitué un fichier reprenant tous les points faibles de ses collègues de la JLA. Avec l’aide de sa fille, Ra’s al Ghul parvient cependant à mettre la main sur ces informations qui permettent de neutraliser Superman, Wonder Woman, Flash, Green Lantern, Aquaman, Plastic Man et le Limier Martien. Un plan machiavélique donc, surtout que le principal suspect sera le Chevalier Noir…

Très alléchant donc, sauf que le développement de l’histoire laisse à désirer. Malgré un postulat de départ excellent et quelques passages intéressants, l’ensemble a donc malheureusement beaucoup de mal à convaincre. De plus, je ne suis vraiment pas fan du dessin de Howard Porter, sans parler de cette colorisation que je trouve très limite.

Notons finalement que la réédition de cet arc déjà publié en français chez Semic est vendu avec un DVD reprenant le film d’animation (La Ligue des Justiciers : Echec) inspiré par cette histoire.

Lisez plutôt « Identity Crisis » !

Mike Johnson, Michael Green et Mahmud Asrar – Supergirl, La dernière fille de Krypton

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, DC Renaissance, Séries, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2013], [En cours] with tags on 8 février 2014 by Yvan

La cousine de Superman débarque sur Terre !

Mike Johnson, Michael Green et Mahmud Asrar - Supergirl, La dernière fille de KryptonIl y a quelques super-héros qui ne m’intéressent pas et Supergirl en fait partie. Mais bon, depuis le fameux relaunch « The New 52 » de DC Comics, rebaptisé DC Renaissance par Urban Comics, j’ai dû sérieusement revoir ma copie. Grâce à cette remise à zéro des cinquante-deux séries de l’univers DC, qui propose une nouvelle porte d’entrée à tous les néophytes, je me suis même mis à apprécier des héros tels qu’Aquaman. Alors autant poursuivre sur ma lancée en m’attaquant, avec un peu de retard, aux sept premiers épisodes de Supergirl.

Ce sont Mike Johnson et Michael Green qui s’attaquent à la revisite des origines de la cousine de Superman. Dès les premières pages, le lecteur découvre une héroïne désorientée, tentant de maîtriser ses nouveaux pouvoirs, qui a du mal à trouver sa place sur cette Terre dont elle ne parle même pas la langue. Si l’arrivée de Supergirl, alias Kara Zor-El, sur Terre s’accompagne de beaucoup d’action, l’histoire a tout de même du mal à séduire. Le rebondissements ont du mal à convaincre et l’ensemble manque de crédibilité, notamment au niveau du comportement de Superman. La seule chose que je retiens, sont les quelques flashbacks sur le passé de Supergirl, qui permettent d’en apprendre plus sur l’histoire de Krypton.

Quant aux dessins de Mahmud Asrar, ils ne sont certes pas mauvais, mais ils ne me laisseront pas non plus un souvenir inoubliable.

Bref, un tome rythmé par beaucoup d’action, assez divertissant, mais une héroïne qui n’a pas réussi à me séduire.

Joe Casey et Derec Aucoin – Superman super fiction (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, DC Classiques, Diptyques, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2012] with tags on 21 juillet 2013 by Yvan

Superman confronté à des menaces originales !

Joe Casey et Derec Aucoin - Superman super fiction (Tome 2)Ce deuxième tome de « Superman – Super fiction », qui reprend les épisodes #617 à #623 de la série US « Adventures of Superman », est sorti peu de temps après le premier tome, mais comme je n’avais pas trop apprécié ce dernier, j’ai mis un peu de temps à attaquer la suite du run écrit par Joe Casey et dessiné par Derec Aucoin.

Après avoir dû affronter des personnages issus d’un roman lors du tome précédent, Superman se retrouve confronté à d’autres menaces toutes aussi originales. De vendeurs d’encyclopédies venus d’une autre dimension à une menace extra-terrestre qui transforme les enfants de Metropolis en insectes, en passant par un adversaire politique de Lex Luthor, L’Homme d’Acier a de nouveau du pain sur la planche.

Si l’originalité est à nouveau au rendez-vous et que la relation Clark Kent/Loïs Lane est développée de manière plutôt intéressante, je n’ai pas du tout accroché aux différentes intrigues. Joe Casey propose certes des menaces originales qui obligent Superman à réagir autrement qu’en utilisant sa force, mais j’ai trouvé l’ensemble assez lourd. Du Minuteman aux jumeaux, en passant par la ballade finale avec Loïs, ça ne m’a vraiment pas emballé.

Visuellement, Derec Aucoin livre un travail plus qu’honnête, avec un style légèrement rétro qui colle assez bien au ton du scénario. Les épisodes dessinés par Charlie Adlard (Walking Dead) sont également très corrects, même si ce sont surtout les couvertures de Lee Bermejo qui ont attiré mon regard.

À réserver aux fans de Superman !