Archive for the Superman Category

J.M. Straczynski et Shane Davis – Superman, Terre un

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, DC Deluxe, Séries, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2013], [En cours] with tags , on 2 juillet 2013 by Yvan

Des nouvelles origines signées JMS !

J.M. Straczynski et Shane Davis - Superman, Terre unProfitant de la sortie du film « Superman – Man of Steel », réalisé par Zack Snyder et produit par Christopher Nolan, Urban Comics multiplie les récits dédiés à la vedette kryptonienne de DC Comics. Outre les deux tomes signés Geoff Johns au sein de la collection DC Signatures, il faut également noter les rééditons de Superman – les Origines de Mark Waid et Leinil Francis Yu, de Superman – Kryptonite de Darwyn Cooke et Tim Sale et de Superman – Pour Demain de Brian Azzarello et Jim Lee.

À l’instar de la collection « Ultimate » de Marvel, ce label « Earth One » (« Terre Un » en français) propose une relecture moderne des super-héros dans un univers très accessible, débarrassé de toute continuité. Mais ce n’est pas tout, car DC Comics profite également de l’occasion pour rompre avec le mode de publication habituel en proposant des histoires complètes de plus de 100 pages au lieu des épisodes mensuels classiques d’une bonne vingtaine de pages. Le concept fonctionne immédiatement et outre les deux volumes de Superman (Superman, Earth 1 volume 1 et 2) repris dans ce tome de 250 pages, il faut également noter la parution du premier volume de « Batman Earth One » de Geoff Johns et Gary Frank outre-Atlantique.

C’est Joseph Michael Straczynski (« Supreme Power », Rising stars) qui est chargé de revisiter les origines de l’Homme de fer dans un contexte plus réaliste. La mission est périlleuse car il n’est pas le premier à s’attaquer aux origines de Superman et il devient donc de plus en plus difficile de proposer une alternative intéressante. Agée de plus de 60 ans, l’histoire de l’unique survivant de Krypton, est connue de tous et a déjà été revisitée plus d’une fois. Après le classique « Superman – L’homme d’acier » de John Byrne en 1986, le très beau « Superman – For All Seasons » de Jeph Loeb et Tim Sale en 1998, le très original All-Star Superman de Grant Morrison et Frank Quitely, le très sympathique Superman, Origines secrètes de Geoff Johns et Gary Frank et la version déjà très moderne de Mark Waid et Lenil Francil Yu (Superman – Droit du Sang), c’est maintenant au tour de J.M. Straczynski et Shane Davis de s’attaquer aux origines de Kal-El.

Straczynski propose un récit initiatique qui se concentre sur le développement psychologique de Clark Kent. Le jeune homme issu de Smallville cherche en effet encore le rôle qu’il jouera en tant que super-héros, mais cherche également encore sa place en tant qu’homme. En développant progressivement la personnalité de ce héros très humain, fragile et quelque peu isolé de la société, l’auteur parvient à intéresser les lecteurs à une histoire qu’il connaissent pourtant déjà. Si l’auteur a la bonne idée de ne pas immédiatement recycler les ennemis classiques de Superman, l’affrontement proposé avec le vilain de chacune des deux histoires est finalement assez classique. Mais, ces menaces ne sont en définitive qu’une excuse pour amener le héros à se trouver lui-même.

Visuellement, le trait fin et soigné de Shane Davis sied parfaitement au développement très humain du personnage dans un contexte moderne et réaliste. Les décors sont d’ailleurs très fouillés avec une ville de Metropolis et des tenues vestimentaires très moderne, notamment avec un Clark Kent qui ne porte une capuche (hoodie) et pas de slip (haha).

Une des meilleures revisites des origines de Superman avec Superman – Droit du Sang. Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top de l’année.

Geoff Johns présente Superman, La grande évasion du Bizarro-monde (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, DC Signatures, Geoff Johns, Séries, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2013], [En cours] with tags on 1 juillet 2013 by Yvan

Un monde bizarre et drôle pour un tome moyen et hétérogène !

Geoff Johns présente Superman, La grande évasion du Bizarro-monde (Tome 2)Après une année 2012 qui multipliait les récits consacrés au Dark Knight, Urban Comics semble bien décidé à mettre en avant l’autre vedette de DC Comics. Superman a donc le vent en poupe et la sortie du film « Superman – Man of Steel » n’y est probablement pas étranger. Outre les rééditons de Superman – les Origines de Mark Waid et Leinil Francis Yu, de Superman – Kryptonite de Darwyn Cooke et Tim Sale et de Superman – Pour Demain de Brian Azzarello et Jim Lee, il y a cette collection DC Signatures d’Urban Comics qui se joint à la super-danse avec déjà deux tomes signés Geoff Johns. Et ce n’est pas tout, car cette collection destinée à mettre en valeur le travail d’un auteur sur un héros promet encore quelques arcs intéressants.

Ce deuxième volet dédié au travail de Geoff Johns sur Superman reprend les épisodes #850 et #855 à #857 (Escape from Bizarro World) d’Action Comics, ainsi que l’épisode #5 de Superman Man of Steel de John Byrne.

L’album débute par le kidnapping de Jonathan Kent par le clone raté de Superman et oblige Superman à se rendre sur la planète de Bizarro afin d’y délivrer son paternel adoptif. Le lecteur découvre un monde complètement tordu, illuminé par un soleil bleu qui procure d’étranges pouvoirs. Ce Bizarro-monde, entièrement remodelé par le clone de l’Homme d’Acier, n’abrite pas seulement sa propre version de Metropolis, du Daily Planet et de l’asile d’Arkham, mais également une version particulièrement drôle de Justice League. Si le look du Flash local est à mourir de rire et que le récit permet de ressentir le désarroi, la solitude et la folie de Bizarro, l’histoire ne m’a pas trop emballé. Si le rôle secondaire de Superman n’est pas trop dérangeant, la narration en mode Bizarro est par contre particulièrement pénible. Le graphisme plutôt cartoonesque et particulièrement expressif d’Eric Powell (The Goon) colle par contre parfaitement à la folie de ce Bizarro-monde.

Geoff Johns présente ensuite… une histoire signée John Byrne. C’est déjà la seconde fois qu’on me sert une histoire écrite par un autre auteur au sein de cette collection DC Signatures et c’est une pratique qui ne me met pas forcément de bonne humeur, surtout que cette histoire revenant sur la création de Bizarro et datant de 1986 ne casse pas vraiment la baraque.

Afin de varier les styles et les plaisirs, l’album se conclut par le numéro anniversaire (#850) d’Action Comics, signé Geoff Johns, Kurt Busiek, Fabian Nicieza et Renato Guedes. Cette histoire mettant en scène Supergirl, Brainiac 5 et la Légion des Super-Héros sert de prétexte pour revenir sur les moments-clés de la vie de Superman. Bref, un épisode répétitif au possible et totalement inintéressant, sauf au niveau du visuel car les dessins signés Renato Guedes valent le détour.

Un tome très moyen, proposant trois récits différents aux univers trop hétérogènes.

Brian Azzarello et Jim Lee – Superman, Pour demain

Posted in BANDES DESSINÉES, Brian Azzarello, Comics, DC Essentiels, Deluxe, Intégrales, Panini, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2010], [DL 2013] with tags on 30 avril 2013 by Yvan

Pas le meilleur récit de Brian Azzarello !

gif creator onlineCe récit complet écrit par Brian Azzarello et illustré par Jim Lee reprend les épisodes Superman #204 à #215, parus entre juin 2004 et mai 2005.

Cette histoire qui débute par un Superman essayant de comprendre pourquoi des milliers de gens ont disparu de la surface de la Terre sans laisser de trace, est pour le moins confuse. L’idée de base, partant d’un Kal-El, dernier représentant d’une planète que son père n’a pas réussi à sauver et hanté par l’idée que la même chose puisse arriver à sa Terre d’accueil, n’est pourtant pas mauvaise. Ce récit plus mystique change certes des classiques récits de bastons consacrés à l’Homme d’Acier, mais le fait de ne comprendre le fond de l’histoire qu’en toute fin d’album est tout de même assez frustrant et gâche une grande partie de la lecture. Sans même parler de cette zone fantôme et de ce père Leone transformé, qui m’ont laissé assez dubitatif. L’aspect introspectif de cette saga exhibant un Superman plus humain que d’habitude n’est pourtant pas inintéressant, mais le fait d’être maintenu dans l’obscurité avant d’aboutir à une fin finalement assez décevante, est plutôt frustrant. Le personnage féminin issu du Moyen-Orient est visuellement intéressant mais finalement pas assez développé, tout comme l’identité et le rôle des employeurs de Mr. Orr.

Le dessin musclé de Jim Lee est par contre à la hauteur des espérances. Si son style nous donne droit à une Wonder Woman assez réussie, j’ai malheureusement été moins convaincu par la représentation de Lois Lane. Les scènes d’action, comme l’affrontement avec Wonder Woman ou avec les quatre créatures élémentaires, sont par contre très réussies.

DC Comics Anthologie

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, Intégrales, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2012] with tags on 31 mars 2013 by Yvan

Un bel aperçu de l’univers DC !

DC Comics AnthologieCette anthologie fut publiée à l’occasion du lancement du label Urban Comics par Dargaud et constitue une excellente porte d’entrée à l’univers de DC Comics.

Apparus dans les années 30, la plupart des super-héros ont un long vécu et résumer près de 75 ans d’aventures en un seul album n’est évidemment pas chose aisée. Cette compilation qui se concentre principalement sur les super-héros les plus populaires de la maison d’édition (Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern) constitue néanmoins l’introduction idéale à l’univers DC.

L’ouvrage regroupe seize récits qui traversent les époques clés des comics de manière chronologique, de l’âge d’or au fameux relaunch New 52 (jetez un œil à la collection DC Renaissance), en passant par l’âge d’argent, de bronze et moderne. Chaque chapitre est précédé d’un texte explicatif qui revient sur le contexte de l’époque et apporte les explications nécessaires sur les histoires et leurs créateurs. L’équilibre entre les textes et les différents épisodes est d’ailleurs proche de la perfection, permettant ainsi aux lecteurs de traverser les différentes époques du comics avec suffisamment de bagage, mais sans entrer trop dans le détail, au risque de devenir ennuyeux.

Cette sélection de récits emblématiques permet ainsi de revenir sur la genèse de ces héros et sur les événements qui ont marqué leurs parcours respectifs. Du premier épisode de Superman datant de 1939 jusqu’au premier épisode du relaunch de la Justice League par Jim Lee et Geoff Johns, en passant par la rencontre entre les deux Flash des Terres parallèles ou la rencontre entre Batman et Ra’s Al Ghul, cette anthologie regroupe plusieurs épisodes très intéressants. J’avais initialement un peu peur de tomber sur des épisodes trop bavards, ayant visuellement très mal vieilli, mais j’ai finalement été très agréablement surpris par l’excellente qualité de la majorité des histoires.

Mais cette introduction montre surtout une chose très importante, qui a d’ailleurs pu se vérifier par la suite : la naissance d’un éditeur bien décidé à publier le catalogue DC en soignant son travail éditorial jusque dans les moindres détails et en faisant preuve d’un grand respect envers le lecteur et envers l’univers de DC Comics.

Brad Meltzer et Rags Morales – Justice League, Crise d’identité

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Classiques, Intégrales, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2013] with tags , on 5 mars 2013 by Yvan

Les hommes qui se cachent derrière les masques !

Brad Meltzer et Rags Morales - Justice League, Crise d’identitéN’étant pas trop fan de gigantesques crossovers, redoutant souvent une avalanche de personnages super-héroïques au sein d’un récit porté par l’action, j’ai mis du temps à m’attaquer à cette saga signée Brad Meltzer. J’ai eu tort, grand tort même, car cette mini-série en sept volets datant de 2004 n’est pas seulement un comics de super-héros, mais surtout une enquête policière particulièrement prenante.

Le lecteur se lie tout d’abord à Ralph Dibny, alias Extensiman, un personnage extrêmement attachant dont la femme est retrouvée sauvagement assassinée. L’empathie envers ce personnage est tellement grande que le drame qui le frappe ne peut laisser le lecteur indifférent. De plus, l’enquête qui suit est non seulement riche en rebondissements et en fausses pistes, mais permet également de lever le voile sur certains sombres secrets dissimulés par les plus grands super-héros de la planète. Et pour couronner le tout, il y a cette menace constante qui plane sur tous les proches des grands héros DC et qui contribue à dresser un portrait très humain de ces derniers.

Si le récit implique quelques grosses pointures de DC Comics tels que Superman, Batman ou Flash, ainsi que de nombreux héros moins connus, ce sont surtout leurs proches, devenus la cible d’un mystérieux assassin, qui sont au centre de cette histoire. L’auteur s’attaque donc à l’entourage vulnérable de ces êtres invincibles et soulève une question intéressante qui modifie à jamais notre vision de la JLA : les héros peuvent-ils avoir recours à des méthodes discutables, voire à des actes répréhensibles, afin de protéger leur identité secrète et leurs proches ou se doivent-ils d’avoir un comportement au-dessus de tout reproche ? La question est particulièrement intéressante et permet de dépeindre des héros inquiets, voire même faibles et vulnérables.

Le trait sobre et classique de Rags Morales accompagne à merveille ce scénario riche en émotions, axé sur l’humanité des personnages. Cet album qui reprend les épisodes #1 à #7 contient également les épisodes #166 à #168 de Justice League of America. Ces numéros datant de 1979 sont l’œuvre de Gerry Conway et sont à l’origine du scénario imaginé par Brad Meltzer.

Bref, Identity Crisis est un non seulement un crossover très humain et incontournable pour tous les fans de comics, mais également un polar haletant qui ravira tous les amateurs du genre.

Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top de l’année !

Geoff Johns et Jim Lee – Justice league, L’Odyssée du mal (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Geoff Johns, Séries, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2013], [En cours] with tags on 4 mars 2013 by Yvan

Une Odyssée qui n’est pas si mal !

Geoff Johns et Jim Lee - Justice league, L'Odyssée du mal (Tome 2)Le premier tome de cette saga qui fait partie de la première vague du fameux relaunch “The New 52″ de DC Comics, rebaptisé DC Renaissance par Urban Comics, revenait sur la création de la Justice League. Cinq ans après ce fameux combat contre Darkseid, l’équipe composée de Superman, Aquaman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash, Cyborg et Batman est au sommet de sa popularité, notamment grâce au livre écrit par David Graves : « La Ligue de Justice : Des Dieux Parmi Nous » !

Ce deuxième volume, qui reprend les épisodes US #7 à #12 ainsi que le Justice League #0, fait cependant tomber le groupe de son piédestal et c’est ce même David Graves qui se retrouve à l’origine de la chute de ces dieux des temps modernes. Des problèmes de confiance aux querelles internes, le lecteur découvre progressivement que tout n’est pas forcément rose au sein de l’équipe des plus grands super-héros du monde.

Le méchant dont doit s’occuper la Justice League n’est cependant pas très charismatique et ce pouvoir qui lui permet de se nourrir de la détresse des autres semble un peu sorti de nulle part, mais son rôle est surtout d’accentuer les problèmes internes du groupe. Si certains passages sont intéressants au niveau de la dynamique de groupe, le développement psychologique des personnages manque tout de même un peu de profondeur. Le personnage le plus intéressant n’est d’ailleurs pas l’un des super-héros, mais Steve Trevor, l’agent de liaison entre l’équipe et le gouvernement qui est amoureux de Diana. On notera également l’arrivée de Green Arrow, dont les tentatives d’intégration au sein du groupe sont finalement assez amusantes.

Du point de vue du scénario, le récit est assez classique, mais parfaitement maîtrisé. Les auteurs offrent de l’excellent divertissement, porté sur l’action et saupoudré de quelques touches d’humour que je qualifierais volontiers de « spidermanesques ». Cela manque certes un peu de profondeur, mais l’idée de s’interroger sur le rôle de la Justice League n’est finalement pas mauvaise. Visuellement, le déclin du groupe n’est pas uniquement mis en images par Jim Lee, mais également par quelques artistes remplaçants qui se débrouillent très bien, tels que Ivan Reis, Gene Ha, Carlos d’Anda ou Kenneth Rocafort. Jim Lee ne livre peut-être pas son meilleur travail, mais ses planches demeurent tout de même somptueuses. Son style dynamique, ses cadrages hollywoodiens et sa façon de mettre en valeur les actions de ses personnages à coups de doubles-pages percutantes contribuent indéniablement à la qualité de ce récit.

En fin d’album, le lecteur découvre le numéro du Free Comic Book Day qui présente le personnage de Pandora, ainsi que des pages du Justice League #0. Cela tombe un peu comme un cheveu dans la soupe, mais cela incite également à vouloir découvrir la suite au plus vite.

Geoff Johns présente Superman, Le dernier fils

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, DC Signatures, Geoff Johns, Séries, Superman, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2013], [En cours] with tags on 26 février 2013 by Yvan

La version papier de « Superman 2: The Richard Donner Cut » !

Geoff Johns présente Superman, Le dernier filsAprès une année 2012 qui multipliait les récits consacrés au Dark Knight, Urban Comics semble bien décidé à mettre en avant l’autre vedette de DC Comics. Outre les rééditons de « Superman – les Origines » de Mark Waid et Leinil Francis Yu, de « Superman – Kryptonite » de Darwyn Cooke et Tim Sale et de « Superman – Pour Demain » de Brian Azzarello et Jim Lee, c’est carrément la collection DC Signatures d’Urban Comics qui se joint à la super-danse. Cette collection destinée à mettre en valeur le travail d’un auteur sur un héros promet donc encore quelques arcs intéressants, tels que “Superman and the Legion of Super-Heroes”, “Superman : Escape From Bizarro World”, “Superman : Brainiac” ou “Superman : Secret Origin”. Superman a donc le vent en poupe et la sortie du film « Superman – Man of Steel » n’y est probablement pas étranger.

Ce premier volet dédié au travail de Geoff Johns sur Superman reprend les épisodes #844 à #846 et l’épisode #851 d’Action Comics, ainsi que les annuals #10 et #11. Le lecteur a donc droit à l’arc « Superman Last Son », co-scénarisé par Richard Donner, le réalisateur du premier film avec Christopher Reeves. Cet album ressemble d’ailleurs beaucoup à la suite de ce film ou à un remake de « Superman 2: The Richard Donner Cut » (la suite du premier film telle qu’elle était prévue au départ, c’est-à-dire sans les scènes enlevées suite à la mise à l’écart de Richard Donner durant le tournage de Superman 2 pour divergences artistiques). L’idéal est donc de revoir les premiers films de Superman avant d’entamer cette histoire qui recycle les trois célèbres criminels kryptoniens enfermés dans Zone Fantôme.

L’idée de base de cette histoire repose sur le fait que Kal-El ne serait pas l’unique survivant de la planète Krypton (ce qu’on savait déjà). Le lecteur est d’ailleurs immédiatement intrigué par l’arrivée à Metropolis d’un enfant ayant des pouvoirs similaires à ceux de Superman. Les auteurs en profitent également pour dépeindre un homme d’acier moins boy-scout, capable d’exprimer des sentiments. Si ce côté paternel lui va finalement assez bien, certaines de ses réactions pourront tout de même surprendre les lecteurs.

Si le récit est très bon, j’ai trouvé que la deuxième partie était un peu trop vite expédiée. Les combats ne durent que quelques cases et quand on sait que Lex Luthor cherche à éliminer un kryptonien depuis tant d’années, on a un peu de mal à accepter l’élimination aussi rapide (et facile) d’une armée entière de kryptoniens. L’autre point légèrement dérangeant est le découpage de l’annual en plusieurs petites histoires qui sont intercalées entre les chapitres principaux et qui cassent donc un peu le rythme de lecture. Mais ces courts récits centrés sur divers protagonistes permettent également d’en apprendre plus sur les différents personnages et apportent ainsi un plus indéniable à l’histoire. De Lex Luthor et son étude des moyens qui permettent de tuer Superman (dessiné par Arthur Adams et Gary Frank) à l’emprisonnement des criminels kryptoniens dans la Zone Fantôme (par Rags Morales), en passant par la première rencontre entre Superman et Mon-El (par Eric Wright), ces récits permettent donc de mieux comprendre l’intrigue principale.

L’autre bonne surprise de cet album est l’excellent travail d’Adam Kubert au dessin. Outre des personnages très expressifs et des décors fourmillants de détails, il multiplie surtout les somptueuses illustrations en double-pages et fait preuve d’énormément de savoir-faire lors des scènes qui se déroulent dans la Zone Fantôme.

Un bon album, à lire après avoir revu le premier film dédié à Superman !