Archive for the [Grand public] Category

Rodolphe et Christophe Dubois – Ter, Le guide (Tome 2/3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Daniel Maghen, Franco-Belge, Trilogies, [DL 2017], [Grand public] with tags on 9 février 2018 by Yvan

À l’intérieur du vaisseau !

Rodolphe et Christophe Dubois - Ter, Le guide (Tome 2/3)Rodolphe et Christophe Dubois proposent la suite de cette saga de science-fiction prévue en trois tomes.

Le premier volet invitait à suivre un étrange individu dépourvu de mémoire, mais capable de réparer n’importe quel objet, qui intriguait les habitants et les autorités de Bas-Courtil. Un tome qui s’chevait sur un cliff-hanger de format, révélant que l’histoire ne se déroule pas sur la planète « TER », mais sur un énorme vaisseau spatial nommé « JUPITER ».

Lors de cette suite, la carlingue est prise de violentes secousses, détruisant progressivement le monde qui se trouve en surface, dont la cité où vivent Mandor et ses amis. Heureusement, notre héros amnésique commence à se souvenir de ses origines et de sa mission. Faisant honneur à son statut de prophète, il emmène les habitants à l’intérieur du vaisseau, où de nouveaux dangers se profilent…

Cette histoire qui s’apparentait à une quête identitaire, délaisse donc les grands espaces de ce monde de la surface aux allures médiévales, pour un univers de métal beaucoup plus sombre. Malgré un bestiaire assez inventif, le scénario y perd un peu de son charme pour retomber dans un récit de science-fiction plus classique, mais toujours aussi efficace.

Visuellement, malgré ce changement de décor, Christophe Dubois continue à en mettre plein la vue. Que ce soit au niveau des personnages ou lors de scènes intérieures fourmillantes de détails, le dessinateur livre des planches d’une beauté remarquable. De cette superbe couverture au cahier graphique qui clôture l’album, les éditions Daniel Maghen contribuent à nouveau à mettre les planches de l’artiste en valeur.

Vivement la conclusion de cette saga que vous pouvez retrouver dans mon Top BD de l’année !

Publicités

Luc Brunschwig, Aurélien Ducoudray et Florent Bossard – Leviathan, Quelque chose sous nos pieds (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Casterman, Franco-Belge, Luc Brunschwig, Séries, [DL 2017], [En cours], [Grand public] with tags on 30 janvier 2018 by Yvan

La noirceur humaine émerge du chaos !

Luc Brunschwig, Aurélien Ducoudray et Florent Bossard - Leviathan, Quelque chose sous nos pieds (Tome 2)« Quelque chose sous nos pieds » propose donc la suite de ce scénario catastrophe signé Luc Brunschwig, Aurelien Ducoudray et Florent Bossard. Après un tome de mise en place assez dense, qui installait de nombreux personnages au sein d’une cité phocéenne ravagée par un séisme de grande ampleur, et dont la fin apportait un éclairage bienvenu concernant l’origine du drame et du titre de la saga, ce second volet constitue le véritable envol de cette série au niveau du scénario.

Les tremblements de terre, qui poussent l’armée à boucler la ville de Marseille et à rassembler les nombreuses victimes dans le Stade Vélodrome, sont donc causés par un gigantesque monstre marin et non par un impact de météorite, comme le laissaient entendre les autorités. Après avoir semé plusieurs intrigues lors du volet précédent, Luc Brunschwig, Aurelien Ducoudray s’amusent à les emboîter, tout en dévoilant déjà plusieurs zones d’ombre. Si la mort suspecte de Mademoiselle Guidoli leur permet d’ajouter une intrigue policière au scénario catastrophe, ils n’oublient pas non plus de d’insuffler une dimension sociale, humaine et politique importante à ce thriller prenant.

Les deux scénaristes prennent en effet le temps de mettre en avant plusieurs personnages touchés par cette catastrophe. Ceux qui s’attendent à voir surgir un héros genre Bruce Willis ou Will Smith, capable de sauver tout le monde, tout en renvoyant le monstre marin ad patres, ressortiront néanmoins déçu de cette lecture car cette catastrophe fait surtout ressortir toute la noirceur du genre humain. Entre une femme qui se fait violer dans les décombres, une villa pillée par des fuyards, une infirmière sous influence, des autorités qui cachent la vérité, une mamie blogueuse et un politicien en manque d’audimat, il ne ressort en effet pas grand-chose de bon de ce chaos.

Visuellement, Florent Brossard propose un graphisme réaliste qui colle parfaitement à ce scénario catastrophe.

Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top BD de l’année !

Cédric Mayen et Lucy Mazel – Edelweiss

Posted in BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, One-shots, Vents d'Ouest, [DL 2017], [Grand public] with tags on 24 janvier 2018 by Yvan

Une histoire d’amour qui atteint des sommets !

Cédric Mayen et Lucy Mazel - EdelweissCe roman graphique débute par la rencontre entre Edmond, ouvrier à l’usine Renault, et Olympe, jeune femme férue d’alpinisme, issue d’une famille aisée, lors d’un soir d’été en 1947. Si lui rêve de conquérir le cœur de sa dulcinée et d’ascension sociale, elle rêve de conquérir le sommet du Mont Blanc, tout comme son aïeule Henriette d’Angeville. Ensemble, ils connaîtront l’amour et les aléas de la vie…

Cédric Mayen livre une histoire d’amour parsemée d’embûches, mais en évitant de tomber dans les pièges du genre, tout en abordant plusieurs thèmes intéressants en toile de fond, allant de la lutte pour l’émancipation des femmes à la différence des classes, en passant par les dangers de la montagne. De plus, au fil des années, il parvient à donner plus d’épaisseur à ses deux personnages principaux. Du coup, le lecteur s’attache progressivement à ce couple, partage ses peines et ses moments de bonheur.

Visuellement, ce one-shot fait mouche dès la couverture. Le dessin de Lucy Mazel, déjà fort séduisant lors de l’album « Communardes ! – Les éléphants rouges », gagne encore en maturité, tout en parvenant à allier élégance, poésie, lisibilité et expressivité.

Bref, un très beau récit, que ce soit au niveau du scénario ou du graphisme, que vous pouvez retrouver dans mon Top BD de l’année.

Ils en parlent également: Moka, Noukette, Mes échappées livresques

Wilfrid Lupano et Paul Cauuet – Les Vieux Fourneaux, La Magicienne (Tome 4)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Séries, Wilfrid Lupano, [DL 2017], [En cours], [Grand public] with tags , on 19 janvier 2018 by Yvan

Les secrets de Sophie !

Wilfrid Lupano et Paul Cauuet - Les Vieux Fourneaux, La Magicienne (Tome 4)Ah, qu’il est agréable de retrouver la fine équipe de septuagénaires de Lupano et Cauuet !

Si le premier tome revenait sur le passé d’Antoine, que le second mettait Pierrot à l’honneur et que le précédent s’intéressait d’un peu plus près à Mimile, celui-ci permet d’en apprendre un peu plus sur le célibat de Sophie, la petite fille d’Antoine. Cette dernière rentre d’ailleurs au bercail après une tournée d’été pour son spectacle de marionnettes le « Loup en Slip » et retrouve son charmant petit village en pleine agitation. Le projet d’extension de l’entreprise Garan-Servier, censé relancer l’économie de la région, semble en effet compromis à cause de la présence d’une espèce de sauterelle protégée dans les champs de Berthe : la magicienne dentelée !

Les ingrédients qui ont fait le grand succès des tomes précédents sont à nouveau présents : des dialogues finement ciselés et particulièrement truculents, un enchaînement de situations cocasses qui mettent en avant des seniors qui refusent d’abdiquer et des personnages hauts en couleurs et terriblement attachants. Outre Sophie, Antoine, Pierrot, Berthe et Mimile qui se la coule initialement douce en Ecosse, le lecteur a droit à quelques nouveaux personnages, dont un jeune homme séduisant qui semble plaire à Sophie. Ce tome permet d’ailleurs de lever le voile sur certains secrets concernant la petite-fille d’Antoine, notamment les problèmes avec son père ou l’identité du géniteur de sa fille, Juliette.

En se reposant sur les vaillants représentants de cette génération soixante-huitarde dont l’engagement syndical est parfaitement exploité, Wilfrid Lupano parvient également à pointer du doigt quelques dérives du monde dans lequel nous vivons, tel que les déserts médicaux ou le vieillissement des campagnes. De médecins roumains à Game of Thrones, en passant par l’absence de wifi, l’auteur nous immisce avec beaucoup d’humour au cœur des problèmes ruraux, allant du chômage à la préservation de l’environnement. Le lecteur a donc de nouveau droit à une belle brochette de vieux qui conservent une pêche d’enfer et à de multiples intrigues qui s’entremêlent avec brio.

Si les répliques des différents protagonistes sont souvent à mourir de rire, l’aspect légèrement caricatural du dessin semi-réaliste de Paul Cauuet contribue également à l’expressivité de ces personnages extrêmement attachants et foncièrement humains. Le dessinateur avait déjà travaillé sur « L’Honneur des Tzarom » avec Wilfrid Lupano et livre une nouvelle fois de l’excellent boulot en proposant des planches débordantes de vie malgré l’âge avancé des protagonistes.

Notons également que cette saga est en cours d’adaptation cinématographique, avec Wilfrid Lupano au scénario et Pierre Richard, Roland Giraud et Eddy Mitchell comme petits vieux !

Benjamin Von Eckartsberg et Thomas Von Kummant – Gung Ho, Sexy Beast (tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Paquet, Séries, [DL 2017], [En cours], [Grand public] with tags , on 11 octobre 2017 by Yvan

Menace extérieure et conflits internes !

Benjamin Von Eckartsberg et Thomas Von Kummant - Gung Ho, Sexy Beast (tome 3)Ce troisième volet poursuit l’excellente saga post-apocalyptique proposée par les auteurs de La chronique des Immortels, Benjamin von Eckartsberg et Thomas von Kummant.

Les tomes précédents invitaient à suivre l’intégration de deux adolescents au sein l’enceinte fortifiée de la colonie n°16, également appelée « Fort Apache », et permettaient de découvrir les règles très strictes qui régissent ces petites communautés confrontées à une menace extérieure redoutable. Progressivement, Benjamin von Eckartsberg levait le voile sur le fonctionnement de ces campements isolés en territoire hostile, tout en pointant du doigt les rivalités existantes entre les différents clans. Au fil des attaques, l’auteur dévoilait également le potentiel létal de cette menace extérieure à la fourrure blanche et aux crocs acérés.

Ce troisième volet permet néanmoins de découvrir que cette « Plaie Blanche » n’est pas l’unique danger qui pèse sur cette petite communauté isolée en pleine nature. Outre le rationnement des fournitures, des armes et de la nourriture suite à l’attaque du train d’approvisionnement, le camp doit également faire face aux méfaits de Bagster, ainsi qu’à des tensions de plus en plus fortes entre des adultes souvent corrompus et des adolescents avides de liberté. L’atmosphère s’alourdit donc progressivement à l’intérieur des palissades, mettant à mal cette solidarité indispensable à la survie du groupe et pointant du doigt un conflit générationnel particulièrement intéressant.

Visuellement, le graphisme de Thomas von Kummant est à nouveau de toute beauté. Outre des décors fourmillant de détails et des personnages réalistes et très expressifs, il installe une ambiance faussement optimiste à l’aide d’une colorisation chaude. Si ces couleurs printanières sont encore mises en avant par l’absence d’encrage, l’auteur parvient tout de même à y insuffler une menace latente, qui dévoile une nouvelle fois son visage à coups de giclées rouges. Tout comme lors des épisodes précédents, l’album est également proposé en deux albums en format deluxe, limité à un tirage de 3000 exemplaires. Le lecteur a ainsi le choix entre la version classique prévue en cinq tomes de quatre-vingt pages et ce tirage spécial en dix tomes grand format enrichis d’un bonus d’une vingtaine de pages.

Une saga vivement conseillée que vous retrouverez également dans mon Top BD de l’année !

Zidrou et Francis Porcel – Le Chevalier Brayard

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, One-shots, Zidrou, [DL 2017], [Grand public] with tags on 13 septembre 2017 by Yvan

Une aventure moyenâgeuse lourdingue !

Zidrou et Francis Porcel - Le Chevalier Brayard« Le Chevalier Brayard » invite à suivre les péripéties du chevalier en question et du moinillon qui l’accompagne. En revenant de croisade en terre sainte, le duo croise le chemin d’Hadiyatallah, une jeune maure de treize ans qui vient d’échapper à ses ravisseurs et affirme être la fille d’un prince arabe prêt à payer une fortune pour récupérer sa progéniture.

Zidrou a beau être l’un des auteurs les plus prolifiques du moment et régulièrement varier les genres, il ne m’avait jusqu’à présent jamais déçu et même souvent conquis. Je m’attendais donc à nouveau à une petite perle en découvrant cette troisième collaboration entre le talentueux scénariste et le dessinateur hispanique Francis Porcel (« Les folies Bergère » et « Bouffon »). Je ressors malheureusement particulièrement mitigé de cette aventure médiévale en un tome…

Cela partait pourtant bien en compagnie d’un trio de personnages haut en couleurs. Avec d’un part un chevalier Brayard tranchant et bagarreur et de l’autre un moinillon peureux et censé rapporter les reliques de Sainte Bertrude la Chaste à sa communauté religieuse, le tout rehaussé par l’arrivée de ce joli brin de fillette particulièrement farouche, le lecteur s’attendait en effet à passer un bon moment. Malheureusement, au fil des pages, l’aventure se révèle anecdotique, voire sans véritable intérêt, si ce n’est de servir de prétexte à une parodie multipliant les jeux de mots grossiers et proposant un humour répétitif et finalement lassant, à l’image de la chanson paillarde qui nous accompagne du début à la fin ou des saints qui se multiplient à outrance dans le but de faire rire.

Bref, j’ai trouvé l’histoire inintéressante et l’humour lourdingue. Le dessin de Francis Porcel sied par contre parfaitement au récit en restituant avec brio l’ambiance médiévale et grâce à une splendide maîtrise des couleurs et à un trait caricatural qui accentue la parodie.

Ils en parlent également : Noukette, Jérôme

Zidrou et Arno Monin – L’adoption, La Garua (Tome 2/2)

Posted in Bamboo, BANDES DESSINÉES, Diptyques, Franco-Belge, Zidrou, [DL 2017], [Grand public] with tags , on 16 août 2017 by Yvan

Perdu dans le brouillard de Lima !

Zidrou et Arno Monin - L'adoption, La Garua (Tome 2/2)« La Garua » propose la suite et fin de cette chronique familiale en deux tomes, scénarisée par le prolifique Zidrou et mise en images par Arno Monin.

Si le premier volet racontait l’histoire de l’adoption de la petite Qinaya, ramenée du Pérou par Alain et Lynette, où un tremblement de terre avait fait des milliers d’orphelins, le cliff-hanger final déstabilisant, marqué par l’intervention de la police et le retour au pays de la fillette adoptive, donnait envie de découvrir où Zidrou voulait finalement nous emmener.

Le départ brutal de la petite péruvienne de quatre ans a en effet un solide impact sur sa famille d’adoption. Entre le père qui subit les conséquences de son acte illégal et la grand-mère qui perd la boule, Zidrou se concentre une nouvelle fois sur ce grand-père un peu bougon, qui n’était initialement pas très enthousiaste vis-à-vis de cette progéniture venue d’Amérique du Sud, mais qui avait fini par fondre devant sa petite-fille adoptive. Le lecteur retrouve donc un Gabriel Van Oosterbeek profondément marqué par la séparation, mais embarquant pour le Pérou, où il compte bien retrouver sa petite-fille adorée.

Ce deuxième volet est non seulement marqué par un changement de décor et d’ambiance, mais présente également les personnages du tome précédent sous une toute nouvelle perspective. Si l’intrigue concernant la petite Qinaya est vite résolue, le chemin de croix de ce grand-père qui espérait se racheter de ses absences en tant que père en s’occupant de sa petite-fille, se poursuit de plus belle et prend même une nouvelle tournure grâce à la rencontre de Marc Legendre, un compatriote venu récupérer le corps de sa fille décédée lors du dernier tremblement de terre. Perdu dans la Gurua, sorte de brouillard qui enveloppe la côte péruvienne, cette rencontre inattendue va permettre à Gabriel de sortir de sa propre brume. Une prise de conscience émouvante, qui lui permet finalement de retrouver bien plus que l’enfant qu’il était venu chercher…

Zidrou livre donc une nouvelle histoire remplie d’humanité, narrée avec beaucoup de tendresse et d’humour, le tout servi avec des dialogues d’une justesse incroyable. Visuellement, même dans la brume de Lima, le dessin tout en rondeur d’Arno Monin continue de faire mouche. Le dessinateur contribue à insuffler beaucoup d’humanité et de tendresse au récit, tout en livrant des personnages d’une grande expressivité et particulièrement attachants.

Un diptyque que je vous invite à adopter au plus vite !

Encore du bon Zidrou, que vous pouvez retrouver dans mon Top BD de l’année !

Ils en parlent également : Jérôme