Archive for the Mirages Category

Marc Vlieger – Les âmes sombres

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Delcourt, Franco-Belge, Mirages, One-shots, [Accessible], [DL 2007] with tags on 20 avril 2011 by Yvan

Une grand-mère SDF parmi des banlieusards aux âmes sombres !

Marc Vlieger - Les âmes sombresQuatre ans après « L’Échangeur » et muni de couleurs, Marc Vlieger livre ce nouveau one-shot chez Delcourt.

En quelques planches, cet auteur bruxellois bien sympathique, parvient à placer l’ambiance de son récit et ses différents personnages.

Tout d’abord, à l’image de Davodeau ou Gipi, le graphisme de Marc Vlieger nous installe immédiatement dans cette ambiance de chronique sociale.

Ensuite, les personnages principaux, Mélodie l’adorable grand-mère SDF et Ralph le chef de bande charismatique et sans scrupules, ne ratent pas leur entrée dans cette ambiance pleine d’authenticité. Si, à la base, ces deux personnages n’ont rien en commun, c’est de leur rencontre que découlera pourtant cette belle tranche de vie.

Tout comme dans Les petits ruisseaux ou La mémoire dans les poches, on retrouve donc à nouveau le troisième âge aux avant-postes dans cette histoire. Si, au départ, les paroles de Mélodie ne sonnent pas comme de la musique dans les oreilles de Ralph et de sa bande de voyous, au fil des pages, cette petite vieille atypique va lentement gagner la confiance de ces banlieusards aux âmes sombres.

Malgré un message par moments un peu trop appuyé et un vocabulaire parfois légèrement trop développé pour des voyous, Marc Vlieger nous livre une histoire touchante et non-dépourvue d’humour.

Une grand-mère qui décrocherait sans problèmes un rôle dans la série «Les Routes du Paradis», pour une invitation à écouter ces voix intérieures qui, dans le silence, nous font entendre l’essentiel et nous invitent à vivre un autre quotidien plein de richesses.

Un album à classer en compagnie de tomes comme Fritz Haber ou Pourquoi j’ai tué Pierre dans cette collection «Mirages» de chez Delcourt qui s’embellit au fil du temps. Une collection qui n’est peut-être pas un gage de ventes astronomiques, mais qui semble bel et bien être un gage de qualité.

Le genre de BD qu’il serait dommage de louper au milieu de ce Neuvième Art en surproduction.

bd du mercrediAllez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Nathalie Ferlut – Lettres d’Agathe

Posted in BANDES DESSINÉES, Delcourt, Franco-Belge, Mirages, One-shots, [Avancé], [DL 2008] with tags on 18 avril 2010 by Yvan

Ferlut lettres d'agatheInspiré d’une histoire vraie, Lettres d’Agathe raconte la relation difficile entre une enfant non désirée et sa mère.

La perception que l’on a du comportement de ses parents se modifie avec l’âge et c’est ainsi que petit à petit l’on commence à mieux comprendre leurs actions et leurs décisions. Mais que se passerait-il si la relation mère-fille était dépourvue de dialogues, et si au moment d’arriver à la maturité nécessaire pour comprendre des actions parentales traumatisantes, le parent en question n’était plus là, abandonnant l’enfant à ses incompréhensions ? Agathe se retrouve ainsi à la recherche du «Pourquoi ?» d’une enfance dépourvue d’amour maternel. Poussée par une envie de Lire la suite

Olivier Ka – Pourquoi j’ai tué Pierre

Posted in Alfred, BANDES DESSINÉES, Delcourt, Franco-Belge, Mirages, One-shots, [Accessible], [Angoulême 2007], [DL 2006] with tags , , , on 23 mars 2010 by Yvan

POURQUOI J'AI TUE PIERRE En fait, le plus facile serait de juste mettre la note maximale à cet album, sans mettre de commentaires, tellement il est difficile de trouver les mots justes pour décrire les sentiments que libère ce petit chef œuvre. Mais si Olivier Ka a réussi à trouver les mots justes pour exprimer ses sentiments dans ce récit 100% autobiographique, la moindre des choses, c’est d’essayer de le faire également.

Le récit débute à l’âge de 7 ans : l’ambiance est baba-cool, le ton est joyeux, Pierre est notre ami et Olivier baigne dans ce qu’il interprète comme le meilleur des mondes. On va dès lors suivre les pensées de cet enfant et vivre avec lui ce traumatisme qui Lire la suite

Carlos Trillo – l’héritage du colonel

Posted in BANDES DESSINÉES, Delcourt, Franco-Belge, Mirages, One-shots, [Accessible], [Angoulême 2009], [DL 2008] with tags , , on 5 mars 2010 by Yvan

Carlos Trillo - l'héritage du colonelCarlos Trillo, scénariste de l’excellent « Spaghetti Brothers », invite à suivre le parcours d’Elvio Guastavino, un petit fonctionnaire d’Etat argentin qui tombe éperdument amoureux de Luisita, une poupée qui se trouve derrière la vitrine d’un antiquaire.

Si le récit démarre de manière assez burlesque, les troubles obsessionnels d’Elvio vont cependant mettre à jour le passé militaire de son père. Au fil des pages, l’héritage de ce colonel amateur de séances de tortures sur des jeunes filles communistes, va s’avérer trop lourd à porter. Usant des délires pervers et paranoïaques du fiston, l’auteur revient sur les années noires de la dictature militaire argentine et sur les atrocités commises par le régime de l’époque. C’est donc à travers les psychoses d’Elvio que le lecteur mesure les conséquences et l’ignominie du pouvoir dictatorial des années 70. Il est d’ailleurs fortement conseillé de lire la préface de l’auteur afin de se plonger dans le contexte de cette époque marquée par une répression sans pitié vis-à-vis des opposants au régime.

On retrouve ce même contraste au niveau du graphisme, avec un dessin cartoonesque qui accentue le côté burlesque du récit, mais qui ne va pourtant épargner aucune scène d’horreur au lecteur.

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2009 !

Alfred – Je mourrai pas gibier

Posted in Alfred, BANDES DESSINÉES, Delcourt, Mirages, One-shots, [Angoulême 2010], [Avancé], [DL 2009] with tags , on 9 février 2010 by Yvan

je mourrai pas gibier alfredAvec cette brillante adaptation du roman éponyme de Guillaume Guéraud, Alfred livre un nouveau récit profondément humain et débordant de sensibilité.

Tout démarre par l’acte incompréhensible d’un adolescent qui commet l’irréparable dans un bled perdu nommé Mortagne. L’auteur va ensuite remonter le fil des événements qui ont conduit à ce fait divers sanglant. C’est de manière détachée que le narrateur et auteur du crime remonte à la source de cette haine qui aveugla son geste impardonnable. Et pourtant, au fil des pages, le lecteur va lentement partager cette haine, s’imprégner des émotions qui parcourent le meurtrier et même comprendre son acte sans pour autant chercher à l’excuser.

Graphiquement, derrière cette couverture d’une grande sobriété, le dessinateur de Pourquoi j’ai tué Pierre démontre une nouvelle fois sa capacité à mettre en image des récits bouleversants. Un dessin qui, aidé par l’excellente colorisation de Henri Meunier, retransmet à merveille les émotions et les ambiances.

A ne pas manquer !

David Vandermeulen – Fritz Haber T1

Posted in BANDES DESSINÉES, Delcourt, Franco-Belge, Mirages, Séries, [Angoulême 2006], [Angoulême 2011], [Avancé], [DL 2005], [En cours] with tags , , on 30 janvier 2010 by Yvan

David Vandermeulen - Fritz Haber T1Avec se premier tome d’une série qui devrait finalement en compter cinq (initialement trois), David Vandermeulen retrace les débuts de Fritz Haber (1868-1934), juif allemand et un des grands chimistes du siècle précédent.

On se retrouve en 1888 à Breslau pour le début de la biographie (1888-1906) d’un Fritz Haber bien décidé de faire carrière en Allemagne et que l’histoire remémorera comme l’inventeur du gaz moutarde et du Zyklon B et comme Prix Nobel de chimie en 1918.

Graphiquement on retrouve des vignettes splendides, grâce à une peinture aux tons sépia ensuite ‘délavée’ à l’eau de javel et qui donne l’impression de contempler de vieilles photos d’époque. Une impression de se retrouver au début du cinéma muet qui est renforcée par le sous-titrage des vignettes et l’intercalation de cadres noirs explicatifs.

Bref, une adaptation osée de la triste biographie d’un homme dont l’histoire aimerait ne pas trop se souvenir. Un homme poussé par son ambition de faire carrière et délaissant sa famille, un homme tourmenté par ses racines et dont David Vandermeulen décrit ici les débuts à l’aide d’un tome graphiquement superbe. Un tome qui pourrait bien être précurseur d’un petit chef-d’œuvre.

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2011 !