Archive for the Imho Category

Inio Asano – La fille de la plage (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Diptyques, Imho, Manga / Manhwa, [DL 2015] with tags , on 30 octobre 2015 by Yvan

Le sexe comme exutoire !

Inio Asano - La fille de la plage (Tome 2)Voici donc la suite et fin de ce diptyque dérangeant imaginé par l’inimitable Inio Asano, l’auteur de Bonne nuit Punpun, « Un monde formidable », « Le Quartier de la lumière », Solanin, La fin du monde, avant le lever du jour et l’excellent Le champ de l’arc-en-ciel.

Pour rappel, « La fille de la plage » se déroule à Sannaka, une petite ville au bord de mer et invite à suivre les expériences sexuelles en tout genre de deux adolescents paumés. Il y a tout d’abord la fille, Koume Sato, qui, sortant d’une grosse déception amoureuse, se rabat sur Kosuke Isobe, un copain de classe solitaire et mal intégré, qui est amoureux d’elle depuis deux ans. Lui, souffre de la perte de son grand frère et de l’absence répétée de parents absorbés par leur boulot et trouve dans cette relation construite sur l’amertume un moyen de combler ce vide… surtout que dans cette petite ville portuaire trop calme, il est bien difficile de tromper l’ennui.

En fin de tome précédent, les rôles semblaient néanmoins s’être inversés. Au fil des mois, Sato finit en effet par éprouver des sentiments pour Isobe, tandis que ce dernier commence à rechercher un autre exutoire à ses frustrations. Au début de ce deuxième volet, les deux « sexfriends » se sont un peu perdus de vue et retentent de combler le vide de leur quotidien, chacun de leur côté. Mais quoi qu’ils tentent, leurs blessures ne disparaissent pas pour autant et, à défaut de mieux, ils reprennent leur relation sexuelle…

Le sexe proposé par Inio Asano n’est évidemment pas gratuit, mais traduit le mal-être profond de deux adolescents en quête de soi, qui trouvent dans ces expériences charnelles un exutoire à leurs frustrations et à leur mal de vivre. S’ils n’ont aucun mal à repousser les limites de leurs actes sexuels, ils sont cependant incapables d’exprimer leurs sentiments respectifs. Elle n’arrive pas à lui dire ce qu’elle ressent, tandis que lui recherche un autre exutoire à ses frustrations et pense également au suicide… et tout le sexe du monde ne parviendra bien évidemment pas à les rapprocher l’un de l’autre. L’accumulation de non-dits au sein de leur relation fait d’ailleurs craindre le pire au fil des pages…

En mettant à nu les actes sexuels de ses protagonistes, sans aucune forme de romantisme, Inio Asano livre une œuvre dérangeante, presque malsaine et déprimante. L’auteur dépeint à nouveau avec brio le désenchantement, la solitude et le mal-être de ces jeunes nippons et souligne leur incapacité à échapper à l’ennui et à l’absurdité de leur existence, peu importe le nombre de limites et de tabous qu’ils transgressent. Leurs ébats sexuels leur donnent peut-être l’impression d’exister et de vivre, mais ce « bonheur » n’est qu’illusoire et faux et ne modifie aucunement la réalité de leur quotidien. Si le pessimisme est de nouveau au rendez-vous de cette œuvre, l’auteur donne néanmoins l’impression de vouloir terminer sur une note légèrement positive… comme si, malgré les amours gâchées et les douleurs, la vie poursuivait son chemin avec, qui sait, une petite lueur d’espoir tout au bout…

Visuellement, on reconnaît directement le style caractéristique du mangaka. En optant pour un décor portuaire, Inio Asano semble vouloir installer une ambiance calme et mélancolique, presque poétique. En y superposant les paroles crues des deux jeunes, ainsi que des dessins sexuellement explicites, le contraste est encore plus grand. Il est d’ailleurs fort probable que cette œuvre en choquera plus d’un…

Un excellent diptyque que vous pouvez retrouver dans mon Top manga de l’année !

Inio Asano – La fille de la plage

Posted in BANDES DESSINÉES, Diptyques, Imho, Manga / Manhwa, [Angoulême 2016], [DL 2014] with tags , on 14 septembre 2015 by Yvan

Le sexe comme exutoire !

Inio Asano - La fille de la plageJe lis beaucoup moins de manga qu’avant, mais quand Inio Asano, l’auteur de Bonne nuit Punpun, « Un monde formidable », « Le Quartier de la lumière », Solanin, La fin du monde, avant le lever du jour et l’excellent Le champ de l’arc-en-ciel, sort une saga en deux tomes, je n’hésite pas trop longtemps à m’y attaquer.

« La fille de la plage » se déroule à Sannaka, une petite ville au bord de mer (jusque-là, rien de surprenant) et invite à suivre les expériences sexuelles en tout genre de deux adolescents paumés (Là, ça surprend déjà plus). Il y a tout d’abord la fille, Koume Sato, qui sort d’une grosse déception amoureuse. Rejetée par Misaki après qu’il ait abusé d’elle, elle se rabat sur Kosuke Isobe, un copain de classe solitaire et mal intégré, qui est amoureux d’elle depuis deux ans. Lui, d’abord frustré de cet amour à sens unique et fâché d’avoir servi de jouet sexuel, décide finalement d’accepter cette relation purement sexuelle en espérant qu’elle finira par tomber amoureuse de lui…

Le sexe proposé par Inio Asano n’est évidemment pas gratuit, mais traduit le mal-être profond de deux adolescents en quête de soi, qui trouvent dans ces expériences charnelles un exutoire à leurs frustrations et à leur mal de vivre. Elle, souffre visiblement d’avoir été rejetée par le playboy du lycée et, à défaut de pouvoir décrocher le gros lot aux yeux de ses copines, elle entame une relation secrète avec celui que tous considèrent comme un tocard. Lui, souffre de la perte de son grand frère et de l’absence répétée de parents absorbés par leur boulot et trouve dans cette relation construite sur l’amertume un moyen de combler ce vide… surtout que dans cette petite ville portuaire trop calme, il est bien difficile de tromper l’ennui.

En mettant à nu les actes sexuels de ses protagonistes, sans aucune forme de romantisme, Inio Asano livre une œuvre dérangeante, presque malsaine et déprimante. Le lecteur met également du temps à comprendre les actes des deux adolescents et tout porte à croire que l’expression de leur mal-être ira encore crescendo lors du tome suivant. Au fil des mois, Sato semble en effet finir par éprouver des sentiments pour Isobe, tandis que ce dernier commence à rechercher un autre exutoire à ses frustrations…

Visuellement, on reconnaît directement le style caractéristique du mangaka. En optant pour un décor portuaire, Inio Asano semble vouloir installer une ambiance calme et mélancolique, presque poétique. En y superposant les paroles crues des deux jeunes, ainsi que des dessins sexuellement explicites, le contraste est encore plus grand. Il est d’ailleurs fort probable que cette œuvre en choquera plus d’un…

Personnellement, je vais me dépêcher d’aller lire le deuxième et dernier tome de cette excellente saga !