Archive for the Seuil Category

Pascal Rabaté – Bienvenue à Jobourg

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Franco-Belge, One-shots, Pascal Rabaté, Seuil, [Avancé], [DL 2000 à 2005] with tags , on 11 avril 2012 by Yvan

Les parfums irrésistibles de l’Afrique !

Pascal Rabaté - Bienvenue à JobourgCe one-shot de Pascal Rabaté nous invite à suivre les pas d’un Français qui arrive en Afrique du Sud pour y travailler deux mois dans une imprimerie de Johannesbourg. La première impression qu’il reçoit de cette ville dont le record de criminalité fait fausse note au sein des guides touristiques, lui donne envie de rentrer au plus vite en Hexagone.

Derrière cette réalité économique et la violence qui rythme le quotidien de la ville, Patrick va néanmoins découvrir les parfums irrésistibles de l’Afrique. Les dreadlocks qui lui poussent sur la tête ne font que refléter le changement de perception de cet occidental qui se laisse lentement envoûter par l’ambiance locale.

Au niveau du graphisme, Rabaté délaisse le style allongé, malsain, sombre et grisâtre d‘Ibicus pour un style plus léger. Abandonnant le noir et blanc et utilisant seulement quelques couleurs pour mettre en images cette période de post-apartheid, l’auteur propose des tons justes et une ambiance légère malgré ce fond de violence qui alimente régulièrement le sentiment d’insécurité qui masque les charmes du pays.

bd du mercrediAllez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Publicités

Fred Bernard – La tendresse des crocodiles

Posted in BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, K.BD, One-shots, Seuil, [Accessible], [Angoulême 2000-2005], [DL 2000 à 2005] with tags , , on 7 janvier 2011 by Yvan

Fred Bernard - La tendresse des crocodiles« La tendresse des crocodiles » est tout d’abord l’histoire d’une quête, celle d’une jeune femme bien décidée à retrouver son père, disparu dans les profondeurs de l’Afrique coloniale du début du XXe siècle. Accompagnée par Eugène Love Peacock, un guide porté sur la bouteille, Jeanne entame un voyage riche en découvertes, notamment la découverte de soi, des autres et d’un Continent Noir débordant de richesses et de mystères.

Le récit, raconté à la première personne, renforce encore la proximité avec cette héroïne, déjà fort attachante à la base. Les autres personnages, hauts en couleurs, ne sont pas en reste et Fred Bernard démontre une capacité à brosser des protagonistes d’une grande justesse, en seulement quelques cases. Il soigne également l’évolution psychologique de son héroïne, qui gagne en maturité et s’émancipe au fil des pages, ainsi que les relations entre les différents personnages. Cette femme courageuse et bercée par l’Afrique et ce guide fruste et alcoolique vont ainsi se découvrir au fil de l’aventure, le tout sur base de dialogues savoureux.

Mais la recherche de ce père disparu ne permet pas seulement de rencontrer des protagonistes intéressants, mais sert également de prétexte afin de partir à la découverte de contrées lointaines aux richesses abondantes. Tout au long de l’album, l’auteur prend le temps d’imprégner le lecteur de l’ambiance africaine. Car le cœur du récit est bel et bien un voyage et la découverte de l’Afrique : son immensité, ses mystères, sa culture, ses croyances, sa chaleur, sa nature, ses fauves, ses dangers, ses guides et ses explorateurs fous.

Le trait volontairement brouillon de Fred Bernard croque les personnages et l’environnement tropical avec grande efficacité. Alors qu’un dessin colorisé aurait permis de faire ressortir toutes les couleurs et la beauté de l’Afrique, ce graphisme noir et blanc n’impose rien et laisse au lecteur le soin de composer sa propre palette de couleurs en interprétant les parfums et les ambiances distillées par l’auteur.

Un album subtil et dépaysant, mêlant aventure, psychologie, rêve et poésie, à classer auprès des meilleures aventures de Corto Maltèse.

Malgré des allures de one-shot, une deuxième aventure de Jeanne Picquigny a également été éditée par Seuil (mais est malheureusement plus difficile à trouver), ainsi qu’un album publié chez Casterman (« Lily Love Peacock »), narrant la vie quotidienne de la petite fille d’Eugène Love Peacock.

Lisez également l’avis de Mo’ sur K-BD !

Seth – Wimbledon Green

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, One-shots, Seuil, [Angoulême 2007], [DL 2006], [Sans super-héros] with tags , on 28 mars 2010 by Yvan

Seth - Wimbledon Green« Wimbledon Green » est une sorte de documentaire sur un personnage fictif. C’est par le biais d’une série de témoignages et d’anecdotes que le lecteur découvre l’histoire et la passion de Wimbledon Green, le plus grand collectionneur de comics du monde.

En brossant le portrait de ce personnage pour le moins singulier, Seth livre une critique acerbe du monde des collectionneurs et s’amuse de leurs comportements obsessionnels. Malgré quelques longueurs et une certaine redondance au niveau du contenu de ces histoires courtes, l’album repose sur une narration experte et s’avère très plaisant à lire.

Les dimensions inhabituelles, la couverture en tissu et le lettrage doré ont également de quoi séduire. Le découpage en toutes petites cases carrées et le dessin basique, fait à la va-vite, risquent par contre de rebuter de nombreux lecteurs.