Archive for the Davodeau Category

Davodeau – Les Mauvaises Gens

Posted in BANDES DESSINÉES, Davodeau, Delcourt, Encrages, Franco-Belge, One-shots, [Angoulême 2006], [Avancé], [DL 2005] with tags , on 5 janvier 2010 by Yvan

Davodeau - Les Mauvaises GensAdorant Davodeau, c’est sans la moindre hésitation que je me suis jeté sur Les Mauvaises Gens. J’ai directement retrouvé ce dessin simpliste mais efficace typique Davodeau, tout en étant agréablement surpris que dans ce récit il dessine aussi ses parents, mais également lui-même. C’est ainsi qu’on prend plaisir à voir le petit Davodeau un Astérix à la main ou sur une table de dessin avec en face de lui un plumier avec ACDC écrit dessus. Et petit à petit on découvre le petit Davodeau et ses origines.

Ce côté autobiographique de l’ouvrage m’a bien plus. La perception du petit Davodeau de la religion et de la politique est narrée et dessinée comme seule Davodeau est capable de le faire. Seulement, le sujet principal de cet ouvrage n’est pas la famille Davodeau, mais les gens qui militent au sein de cette région catholique et ouvrière et comme le dit honnêtement Davodeau à la fin de cet ouvrage : ce récit est pour eux ! Et donc : pas pour moi !

Le sujet ne m’a donc pas accroché du tout, car lire un récit sur les syndicats, la religion, la politique et ses militants, dans un pays qui n’est pas le mien et une période qui date d’avant ma naissance… désolé mais j’ai plus tendance à décrocher qu’à accrocher. Donc même si le côté autobiographique m’a intéressé, le côté plus historique et militant m’a plutôt ennuyé et je me vois donc dans l’obligation de donner ma toute première mauvaise note au grand dadais… ce qui lui rappellera peut-être l’école.

Kris & Etienne Davodeau – Un homme est mort

Posted in BANDES DESSINÉES, Davodeau, Franco-Belge, Futuropolis, Kris, One-shots, [Avancé], [DL 2006] with tags on 2 janvier 2010 by Yvan

Kris & Etienne Davodeau - Un homme est mortAvec des œuvres comme « Rural ! » et « Les Mauvaises Gens », Etienne Davodeau avait déjà su montrer son affinité pour la BD-documentaire sociale et pour le militantisme. On comprend donc aisément que Kris (« Le monde de Lucie », « Déserteur »), petit-fils du militant communiste Guy Hennebaut, se soit tourné vers Davodeau pour mettre en image cet hommage au film de René Vautier sur les mouvements sociaux de Brest en avril 1950.

Il ne reste pourtant plus rien du film de René Vautier sur les affrontements entre les ouvriers syndicalistes de Brest et les forces de l’ordre, ni de la bande son inspirée d’un poème de Paul Eluard et dont le titre orne la couverture de ce one-shot. Pourtant, un homme est mort pendant ces affrontements et c’est grâce à ce témoignage poignant de Kris et Davodeau, que la fin tragique du manifestant Edouard Mazé sera conservé dans nos mémoires.

L’aptitude du dessin de Davodeau à faire ressortir les émotions de ses personnages de façon réaliste n’est plus à démontrer. Mis à part un petit manque d’uniformité au niveau des formats qui n’agacera que les maniaques du stockage, la qualité d’édition des albums de Futuropolis n’est quasi plus à démontrer non plus. En plus, grâce à un copieux dossier en fin de tome on en apprend plus sur l’origine de ce projet BD, tout en découvrant des documents et photographies d’époque.

Un film est mort, mais le poème qui l’enveloppait résonne encore dans nos oreilles et la mort de Mazé n’est plus anonyme car cette œuvre de Kris et Davodeau l’a ressuscité !