Archive for the Ed Brubaker Category

Ed Brubaker et Steve Epting – Velvet, Avant de mourir… (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Ed Brubaker, Séries, [DL 2016], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 21 mars 2016 by Yvan

Encore de l’excellent Brubaker !

Ed Brubaker et Steve Epting - Velvet, Avant de mourir... (Tome 2)« Avant de mourir… » propose la suite de cette excellente série d’espionnage écrite par Ed Brubaker, dessinée par Steve Epting et mise en couleurs par Elizabeth Breitweiser.

Le premier volet permettait de faire la connaissance de Velvet Templeton. Si celle-ci fut initialement présentée comme la secrétaire particulière du directeur de l’ARC-7, une agence de renseignements ultra confidentielle, il n’a fallu que quelques pages au lecteur pour comprendre que cette héroïne est bien plus qu’une simple secrétaire. Lors de ce deuxième volet, la belle est toujours recherchée par sa propre agence pour le meurtre de l’agent X-14. Accusée à tort, elle ne se contente cependant pas de cavaler, mais part à la recherche de l’identité de celui qui l’a piégée. Parmi les candidats, on découvre ainsi le sous-directeur Simonson, le directeur Manning, Jean Bellanger et le sénateur Hillerman.

Ed Brubaker (Criminal, Fatale, Incognito) n’a plus à prouver son talent en tant que narrateur hors pair de polars délicieusement sombres et nous embarque à nouveau dans une histoire de complot et d’espionnage de haut vol. Multipliant les rebondissements, les machinations, les manipulations et les trahisons, il propose une histoire d’espionnage rondement menée, ayant pour personnage principal la version féminine de James Bond. Malgré un classicisme parfaitement assumé, l’intrigue s’avère très vite captivante et ce scénario combinant action et mystères se révèle absolument passionnant.

Le dessin photo-réaliste de Steve Epting, qui a déjà fait équipe avec Brubaker lors de son run sur Captain America, accompagne avec brio cette histoire et plonge le lecteur dans un monde débordant de réalisme. De plus, le tout est rehaussé par la superbe colorisation d’Elizabeth Breitweiser.

Une série à ne pas rater et un tome que vous pouvez évidemment retrouver dans mon Top comics de l’année !

Ed Brubaker et Sean Phillips – Fatale, La malédiction du Démon (Tome 5)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Ed Brubaker, Séries, [DL 2015], [Sans super-héros], [Terminées] with tags , on 26 juin 2015 by Yvan

Conclusion d’une excellente saga !

Ed Brubaker et Sean Phillips - Fatale, La malédiction du Démon (Tome 5)Ce cinquième volet reprenant les épisodes #20 à #24 propose la conclusion de cette saga imaginée par Ed Brubaker, dessinée par Sean Phillips et mise en couleurs par Elizabeth Breitweiser.

Après un quatrième tome qui permettait de découvrir une autre facette de notre femme fatale, mais qui ne faisait pas vraiment progresser l’intrigue principale, Ed Brubaker relie les différents fils narratifs de la saga et livre toutes les pièces manquantes de son puzzle scénaristique. Le lecteur retrouve donc inévitablement cette héroïne et sa capacité à séduire les hommes, mais également Nicholas Lash, qui s’était évadé de prison en fin de tome précédent. Ces deux personnages clés vont enfin affronter l’église de la méthode et son terrible leader Hansel, lors d’un final qui tient toutes ses promesses.

A l’instar du pouvoir de son héroïne, cette série continue donc de séduire au fil des tomes et ce final, riche en révélations, ne fait que confirmer toutes les qualités de cette saga. Outre les origines de Hansel et les derniers secrets de Joséphine, Ed Brubaker réserve quelques belles surprises. Ajoutez à cela la narration experte d’Ed Brubaker et l’ambiance particulièrement sombre dont les auteurs de Criminal et d’Incognito ont le secret, et vous obtenez une conclusion qui accroche le lecteur de la première à la dernière page et qui ne l’abandonne pas sur sa faim.

Visuellement, Sean Phillips continue d’illustrer ce polar saupoudré de fantastique avec grand brio, changeant même de style à l’occasion d’un conte mêlant dragons et hibou blanc.

Une saga fatalement incontournable, que vous retrouverez bien évidemment dans mon Top comics de l’année !

Ed Brubaker et Steve Epting – Captain America, La flèche du temps (Tome 5)

Posted in BANDES DESSINÉES, Captain America, Comics, Deluxe, Ed Brubaker, Intégrales, Panini, [Avec super-héros], [DL 2015] with tags on 1 juin 2015 by Yvan

Le nouveau Captain America est arrivé !

Ed Brubaker et Steve Epting - Captain America, La flèche du temps (Tome 5)Le cinquième tome de cette collection Marvel Deluxe poursuit le run d’Ed Brubaker entamé lors du second volet. Si le début du run (La Légende Vivante) m’avait enthousiasmé, la lecture du troisième tome (L’hiver Meurtrier) m’avait fait hésiter à poursuivre cette saga. Suite à de nombreux avis positifs, j’ai heureusement poursuivi l’aventure et littéralement dévoré le tome précédent (Le rêve est mort).

Ce cinquième volet, qui reprend les épisodes #37 à #48 de la série, est donc le deuxième qui se déroule après la mort de Steve Rogers. Si le volume précédent invitait à suivre le deuil et l’enquête des proches de Captain America, à la recherche des véritables commanditaires de cet assassinat, celui-ci invite à suivre les premiers pas de Bucky Barnes dans le costume de Captain America.

Celui qui était encore l’ennemi de Captain America au début du run de Brubaker doit dorénavant poursuivre l’œuvre de son ami et faire honneur au costume à la bannière étoilée. Dans un premier arc, il doit tout d’abord contrecarrer les plans de Crâne Rouge, d’Arnim Zola et du Docteur Faustus, qui manipulent le sénateur Gordon Wright afin d’en faire le nouveau Président des États-Unis. En parallèle, le lecteur suit également le sort de Sharon Carter, qui est toujours retenue prisonnière par Crâne Rouge. Lors du deuxième arc, Bucky range provisoirement son costume de Captain America pour aller affronter quelques démons du passé. Dans cette histoire (légèrement capillo-tractée) qui implique la Torche Humaine (Jim Hammond), Bucky doit affronter Batroc, l’Homme sans Nom et le Professeur Zhang Chin.

Le run d’Ed Brubaker continue donc de mêler efficacement récit d’espionnage et action super-héroïque, avec une petite touche de fantastique. La série doit certes se passer de son personnage principal, mais Brubaker a encore quelques surprises dans son sac, comme laisse suggérer la couverture de cet album, où deux Captain America s’affrontent. Un de perdu… et déjà deux de retrouvés. Brubaker se sert aussi habilement de la mythologie de ses personnages, intégrant plusieurs éléments/personnages beaucoup plus anciens à son intrigue.

Visuellement, le travail de Steve Epting au dessin est toujours aussi remarquable et ses quelques suppléants (Roberto De La Torre et Luke Ross) ne sont pas en reste.

Un bon tome !

 

Ed Brubaker, Steve Epting et Mike Perkins – Captain America, Le rêve est mort (Tome 4)

Posted in BANDES DESSINÉES, Captain America, Comics, Deluxe, Ed Brubaker, Intégrales, Panini, [Avec super-héros], [DL 2014] with tags on 11 mai 2015 by Yvan

Un excellent polar super-héroïque !

Ed Brubaker, Steve Epting et Mike Perkins - Captain America, Le rêve est mort (Tome 4)Le quatrième tome de cette collection Marvel Deluxe poursuit le run d’Ed Brubaker entamé lors du second volet. Si le début du run (La Légende Vivante) m’avait enthousiasme, la lecture du tome précédent (L’hiver Meurtrier) m’avait fait hésiter à poursuivre cette saga. Suite à de nombreux avis positifs, j’ai finalement décidé de m’attaquer à ce tome reprenant les épisodes #25 à #36 de la série.

L’album débute donc par le mythique épisode #25, déjà présent dans le troisième volet de Civil War, et marqué par la mort de Captain America. « Captain Amercia, le rêve est mort » se déroule donc après la mort de Steve Rogers et invite à suivre l’enquête des proches de Captain America, qui recherchent les véritables commanditaires de cet assassinat.

Si le run d’Ed Brubaker continue de mêler récit d’espionnage et action super-héroïque, il doit dorénavant se passer de son personnage principal. L’absence du personnage principal ne se fait cependant pas trop ressentir car Brubaker parvient à livrer un récit prenant autour des nombreux personnages secondaires. Outre Natasha Romanov (la Veuve Noire), Sam Wilson (le Faucon), Bucky Barnes (Le Soldat de l’Hiver) et la pauvre Sharon Carter, qui traquent les meurtriers de leur ami, le lecteur suit également les actions de Crossbones, Sin, Red Skull, Tony Stark et Nick Fury. Tous les éléments mis en place lors des deux tomes précédents s’emboîtent à merveille et le travail sur la psychologie des proches de Steve est remarquable.

Visuellement, le dessin est toujours assuré par Steve Epting et Mike Perkins, avec une petite préférence pour le travail du premier.

Ils en parlent également : Yaneck

 

Ed Brubaker et Sean Phillips – Fatale, Toutes les larmes du ciel (Tome 4)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Ed Brubaker, Séries, [DL 2015], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 17 avril 2015 by Yvan

La nouvelle muse d’un groupe de rock !

Ed Brubaker et Sean Phillips - Fatale, Toutes les larmes du ciel (Tome 4)Après un troisième volet composé de quatre histoires courtes qui exploraient le passé de Joséphine en suivant la destinée de quatre incarnations de la femme fatale à quatre époques différentes, ce tome reprenant les épisodes #15 à #19 de la saga livre à nouveau une histoire complète… mais sans entièrement renouer avec la trame principale.

Cette fois, le lecteur retrouve la mystérieuse Joséphine nue sur le bord de la route à Seattle en 1995. Totalement amnésique, la jeune femme qui attire le regard de tous les hommes qu’elle croise est recueillie par les membres d’un groupe de rock en manque d’inspiration. Si le lecteur découvre une Joséphine différente, sans le moindre souvenir de qui elle est, sa capacité à séduire les hommes demeure cependant intacte et ne tarde pas à faire des ravages.

Le récit de cette Jo devenue la muse d’un groupe grunge ne déborde certes pas d’originalité, mais la narration experte d’Ed Brubaker et l’ambiance particulièrement sombre dont les auteurs de Criminal et d’Incognito ont le secret suffisent à accrocher le lecteur de la première à la dernière page. Si le récit permet de découvrir une autre facette, plus libérée (et plus dénudée), de notre femme fatale, il ne fait cependant pas trop avancer l’intrigue principale.

Brubaker a néanmoins l’intelligence de développer une seconde histoire en parallèle, qui permet de renouer avec l’intrigue principale. Le temps d’un prologue et d’un épilogue, le lecteur retrouve en effet Nicholas Lash, qui s’évade de prison grâce à l’intervention d’un certain Nelson, soi-disant envoyé par Jo pour l’aider.

Bref, ce polar saupoudré de fantastique fonctionne toujours à merveille, tout comme la complémentarité entre Sean Phillips et Ed Brubaker.

Encore un comics qui mérite une petite place dans mon Top comics de l’année !

Ed Brubaker et Steve Epting – Velvet, Avant le crépuscule

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Comics, Contrebande, Delcourt, Ed Brubaker, Séries, [DL 2014], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 15 octobre 2014 by Yvan

Encore de l’excellent Brubaker !

Ed Brubaker et Steve Epting - Velvet, Avant le crépusculeEn tant qu’amateur de polar, Ed Brubaker est l’un de mes scénaristes préférés. De l’incontournable « Criminal » aux très bons « Fatale » et « Incognito », Brubaker n’a plus à prouver son talent en tant que narrateur hors pair de polars délicieusement sombres. Je n’ai donc pas hésité un seul instant à me jeter sur cette nouvelle saga publiée par les éditions Delcourt.

« Velvet » n’est pas seulement le nom de la saga, mais également le prénom de son personnage principal : Velvet Templeton. Cette dernière est immédiatement présentée comme la secrétaire particulière du directeur de l’ARC-7, une agence de renseignements ultra confidentielle, mais il ne faut que quelques pages pour comprendre que cette héroïne est bien plus qu’une simple secrétaire. Lorsqu’un agent secret est abattu en mission, l’organisation part immédiatement à la recherche d’un traitre et la belle se retrouve embarquée dans une histoire de complot et d’espionnage de haut vol.

Ed Brubaker propose donc une histoire d’espionnage rondement menée, ayant pour personnage principal la version féminine de James Bond. L’intrigue s’avère très vite captivante malgré un classicisme parfaitement assumé et ce scénario combinant action et mystères se révèle immédiatement passionnant. Si je ne suis pas trop fan de la couverture, le dessin photo-réaliste de Steve Epting, qui a déjà fait équipe avec Brubaker lors de son run sur Captain America, accompagne avec brio cette histoire, le tout étant rehaussé par la colorisation efficace d’Elizabeth Breitweiser.

Un excellent premier tome que vous pouvez également retrouver dans mon Top de l’année !

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Ed Brubaker et Sean Phillips – Fatale, A l’Ouest de l’Enfer (Tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Ed Brubaker, Séries, [DL 2014], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 3 juillet 2014 by Yvan

Quatre femmes fatales !

Ed Brubaker et Sean Phillips - Fatale, A l'Ouest de l'Enfer (Tome 3)À l’inverse des deux tomes précédents, celui-ci invite à suivre la destinée de quatre incarnations de la femme fatale à quatre époques différentes. Reprenant les épisodes #11 à #14 de cette saga réalisée par le duo de Criminal et d’Incognito, ce troisième volet emmène donc le lecteur de la France moyenâgeuse à la Roumanie durant la Seconde Guerre Mondiale, en passant par le Texas et le Colorado.

L’épisode #11 se déroule en 1936 au Texas et invite à suivre les pas d’une Joséphine partie à la recherche d’Alfred Ravenscroft, un écrivain qui évoque l’histoire d’une femme ayant des pouvoirs similaires au siens dans l’un de ses romans. Le second chapitre se passe en France en 1286, en compagnie de Mathilda, une sorcière mise au bûcher pour avoir exercé d’étranges pouvoirs sur les hommes du village. L’épisode #13 présente une femme fatale qui est à la tête d’une bande de desperados en 1883 dans le Colorado et emmène donc le lecteur à l’époque du far west sauvage. Le dernier récit suit la piste d’un étrange groupe d’individus en Roumanie, qui se servent de la Seconde Guerre Mondiale pour couvrir leurs méfaits.

À travers ces quatre époques, le lecteur en apprend plus sur les mystères qui planent autour de cette femme qui attire le regard de tous les hommes qu’elle croise. De la découverte de ses pouvoirs à cette mystérieuse organisation qui tente de la tuer par tous les moyens, en passant par des hommes visiblement insensibles à ses charmes, Ed Brubaker lève progressivement le voile sur la quête de Joséphine. Mais, si ses quatre portraits offrent quelques clés de compréhension, le mystère demeure tout de même encore très épais et les questions sont encore nombreuses.

En voyageant à travers les époques, Ed Brubaker parvient également à montrer un visage différent de son héroïne. Joséphine n’est en effet plus uniquement une manipulatrice d’hommes, mais également une victime qui cherche à comprendre ce qu’il lui arrive et qui vit son pouvoir de séduction comme un fardeau la réduisant à un vulgaire objet de désir.

Malgré le découpage en quatre histoires indépendantes, la lecture s’avère très cohérente, offrant une vue plus globale et un éclairage supplémentaire sur les personnages et les mystères qui l’entourent. Visuellement, Sean Phillips n’a plus à prouver sa complémentarité avec Brubaker et distille à nouveau une ambiance qui s’installe au diapason du scénario. Sans oublier la colorisation, qui est l’œuvre d’Elizabeth Breitweiser et de l’incontournable Dave Stewart.

Une très bonne saga !