Archive for the Ed Brubaker Category

Ed Brubaker et Sean Phillips – Fatale, A l’Ouest de l’Enfer (Tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Ed Brubaker, Séries, [DL 2014], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 3 juillet 2014 by Yvan

Quatre femmes fatales !

Ed Brubaker et Sean Phillips - Fatale, A l'Ouest de l'Enfer (Tome 3)À l’inverse des deux tomes précédents, celui-ci invite à suivre la destinée de quatre incarnations de la femme fatale à quatre époques différentes. Reprenant les épisodes #11 à #14 de cette saga réalisée par le duo de Criminal et d’Incognito, ce troisième volet emmène donc le lecteur de la France moyenâgeuse à la Roumanie durant la Seconde Guerre Mondiale, en passant par le Texas et le Colorado.

L’épisode #11 se déroule en 1936 au Texas et invite à suivre les pas d’une Joséphine partie à la recherche d’Alfred Ravenscroft, un écrivain qui évoque l’histoire d’une femme ayant des pouvoirs similaires au siens dans l’un de ses romans. Le second chapitre se passe en France en 1286, en compagnie de Mathilda, une sorcière mise au bûcher pour avoir exercé d’étranges pouvoirs sur les hommes du village. L’épisode #13 présente une femme fatale qui est à la tête d’une bande de desperados en 1883 dans le Colorado et emmène donc le lecteur à l’époque du far west sauvage. Le dernier récit suit la piste d’un étrange groupe d’individus en Roumanie, qui se servent de la Seconde Guerre Mondiale pour couvrir leurs méfaits.

À travers ces quatre époques, le lecteur en apprend plus sur les mystères qui planent autour de cette femme qui attire le regard de tous les hommes qu’elle croise. De la découverte de ses pouvoirs à cette mystérieuse organisation qui tente de la tuer par tous les moyens, en passant par des hommes visiblement insensibles à ses charmes, Ed Brubaker lève progressivement le voile sur la quête de Joséphine. Mais, si ses quatre portraits offrent quelques clés de compréhension, le mystère demeure tout de même encore très épais et les questions sont encore nombreuses.

En voyageant à travers les époques, Ed Brubaker parvient également à montrer un visage différent de son héroïne. Joséphine n’est en effet plus uniquement une manipulatrice d’hommes, mais également une victime qui cherche à comprendre ce qu’il lui arrive et qui vit son pouvoir de séduction comme un fardeau la réduisant à un vulgaire objet de désir.

Malgré le découpage en quatre histoires indépendantes, la lecture s’avère très cohérente, offrant une vue plus globale et un éclairage supplémentaire sur les personnages et les mystères qui l’entourent. Visuellement, Sean Phillips n’a plus à prouver sa complémentarité avec Brubaker et distille à nouveau une ambiance qui s’installe au diapason du scénario. Sans oublier la colorisation, qui est l’œuvre d’Elizabeth Breitweiser et de l’incontournable Dave Stewart.

Une très bonne saga !

 

Ed Brubaker, Steve Epting et Mike Perkins – Captain America, L’hiver meurtrier (Tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Captain America, Comics, Deluxe, Ed Brubaker, Intégrales, Panini, [Avec super-héros], [DL 2013] with tags on 13 janvier 2014 by Yvan

À la recherche de Bucky !

Ed Brubaker, Steve Epting et Mike Perkins - Captain America, L'hiver meurtrier (Tome 3)Si le premier volet assez moyen de cette collection Marvel Deluxe, intitulé Captain America La Sentinelle De La Liberté, reprenait les onze premiers épisodes de la quatrième série régulière consacrée au super-héros à la bannière étoilée, ce troisième tome poursuit le run d’Ed Brubaker entamé lors du volet précédent. Le lecteur a donc droit aux épisodes #15 à #24 de la cinquième série de Captain America, ainsi qu’à deux numéros spéciaux : « Captain America 65th Anniversary Special » et « Winter Soldier : Winter Kills ».

Si le run d’Ed Brubaker est marqué par une approche mêlant récit d’espionnage à de l’action super-héroïque, l’auteur s’amuse également à réécrire une grande partie de la mythologie du super-héros. Lors de l’excellent tome précédent, Brubaker avait non seulement osé éliminer Crâne Rouge, le principal ennemi de Capitain America, mais il avait surtout ressuscité Bucky Barnes, le partenaire de Cap qui perdit la vie durant la Seconde Guerre Mondiale, suite à l’explosion en plein vol d’un avion allemand auquel il était accroché. Après avoir livré une très bonne histoire d’espionnage autour du « Soldat de l’Hiver », le célèbre assassin à la solde des services secrets russes, Brubaker s’intéresse maintenant à Crossbones et Sin, la fille de Crâne Rouge. À l’aube d’une Civil War dont l’issue lui sera fatale, Steve Rogers doit donc affronter les menaces de ces deux vilains liés à son éternel ennemi, tout en continuant de traquer son ancien compagnon.

Si le scénariste de l’incontournable Criminal continue de donner pas mal de relief à ce personnage qui perd progressivement confiance en son pays, cette suite s’avère tout de même beaucoup moins emballante que le tome précédent. Il faut de plus regretter la présence des épisodes #22 à #24, qui étaient déjà présents dans le troisième volet de Civil War. S’il faut retenir une seule histoire de cet album, c’est probablement cet épisode rétro qui revient sur le passé de Steve et Bucky. Sachant que l’épisode #25 est marqué par la mort de Captain America, je ne sais donc pas trop si je vais poursuivre cette saga…

Ed Brubaker présente Catwoman, L’Équipée sauvage (Tome 4)

Posted in BANDES DESSINÉES, Catwoman, Comics, DC Signatures, Ed Brubaker, Séries, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2013], [Terminées] with tags on 30 septembre 2013 by Yvan

Road-trip à travers l’univers DC !

Ed Brubaker présente Catwoman, L'Équipée sauvage (Tome 4)« L’Équipée sauvage » est (provisoirement) le quatrième et dernier tome du run d’Ed Brubaker au sein de cette collection DC Signatures d’Urban Comics.

Le premier tome remettait une Catwoman présumée morte sur les devants de la scène, lui octroyant au passage un nouveau but dans la vie : veiller sur l’East End et sur ses habitants les plus démunis !

Lors du deuxième volet, l’héroïne et son amie Holly Robinson s’attaquaient à un trafic de drogue supervisé par des flics ripoux et dirigé par un homme dont le lecteur ne découvrit l’identité qu’en fin de tome.

Le troisième tome se concentrait sur la vengeance d’un Black Mask, bien décidé à faire payer Catwoman pour les dommages encourus par son organisation criminelle et est probablement le meilleur album de cette saga. Cette vendetta qui s’attaquait aux proches de Selina, détruisant progressivement tous ses rêves et ses espoirs, abandonnait l’héroïne et son amie Holly totalement brisées.

En reprenant les épisodes #20 à #24 de Catwoman, ce quatrième volet délaisse l’ambiance polar sombre du tome précédent pour des aventures plus légères en dehors de Gotham City. Suite aux événements traumatisants de l’album précédent, Selina et son amie Holly décident en effet de prendre la route et de s’éloigner de Gotham pendant quelque temps. Ce road-trip de New York à st Roch, en passant par Keystone City et Opal City, permet aux deux amies de croiser quelques personnages connus de l’univers DC, tels que Wildcat, Captain Cold, Hawkman et Hawkgirl. Si l’accent est d’avantage porté sur l’action et l’humour, Ed Brubaker n’oublie cependant pas de soigner le développement psychologique de ses personnages à travers les lettres écrites par Holly ou via cet affrontement épique entre Slam Bradley et Batman sur les toits de Gotham City. Visuellement, le graphisme plus cartoonesque de Cameron Stewart sied parfaitement au ton plus léger de ces aventures.

Seul petit bémol de ce tome : le mot fin qui vient ponctuer cette histoire alors que l’intrigue liée à cette bande de mystérieux ninjas n’est pas terminée, tout comme le run d’Ed Brubaker qui se poursuit jusqu’à l’épisodes #37…à suivre ?

Ed Brubaker et Sean Phillips – Fatale, La main du diable (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Ed Brubaker, Séries, [DL 2013], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 2 août 2013 by Yvan

Polar noir mâtiné de fantastique !

Ed Brubaker et Sean Phillips - Fatale, La main du diable (Tome 2)Ce deuxième volet permet aux lecteurs de retrouver la mystérieuse Joséphine. La femme fatale vit dorénavant recluse à Hollywood, mais se fait bien vite rattraper par de vieux démons. Si sa capacité à séduire les hommes fait une nouvelle fois des ravages, le personnage se dévoile un peu plus au fil des pages.

Se retrouvant immédiatement en terrain connu, suite à la très bonne mise en place du tome précédent, le lecteur profite pleinement de cette nouvelle intrigue qui s’offre à lui. Plongé dans le Los Angeles des années 70, il se délecte une nouvelle fois de cet univers policier particulièrement sombre dont les auteurs de Criminal et Incognito ont le secret. Par le biais d’un film interdit, occultisme refait également progressivement surface, mais le contexte fantastique demeure plutôt discret et est utilisé avec parcimonie. Si le mélange de polar et de fantastique peut surprendre, Ed Brubaker reste néanmoins intelligemment dans les sentiers battus du genre… avec toute la maîtrise qu’on lui connaît. Construisant son récit sur deux périodes et croisant les différentes destinées, il lève progressivement le voile sur les mystères qui planent autour de cette Joséphine qui attire le regard de tous les hommes qu’elle croise.

Visuellement, Sean Phillips n’a plus à prouver sa complémentarité avec Brubaker et distille à nouveau une ambiance qui s’installe au diapason du scénario. Quant à la colorisation, elle est l’œuvre de l’un des meilleurs coloristes du neuvième art : Dave Stewart !

Une très bonne saga que vous pouvez retrouver dans mon Top de l’année !

Ed Brubaker présente Catwoman, Sans répit (Tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Catwoman, Comics, DC Signatures, Ed Brubaker, Séries, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2013], [En cours] with tags on 6 juin 2013 by Yvan

La descente aux enfers de Catwoman !

Ed Brubaker présente Catwoman, Sans répit (Tome 3)Le premier tome du run d’Ed Brubaker au sein de cette collection DC Signatures d’Urban Comics remettait une Catwoman présumée morte sur les devants de la scène, lui octroyant au passage un nouveau but dans la vie : veiller sur l’East End et sur ses habitants les plus démunis !

Lors du deuxième volet, l’héroïne et son amie Holly Robinson s’attaquaient à un trafic de drogue supervisé par des flics ripoux et dirigé par un homme dont le lecteur ne découvrit l’identité qu’en fin de tome.

En reprenant les épisodes #12 à #19 de Catwoman, ainsi que l’épisode #1 de Secret Files, cette suite se concentre précisément sur la vengeance d’un Black Mask, bien décidé à faire payer Catwoman pour les dommages encourus par son organisation criminelle.

Cette vendetta qui s’attaque aux proches de Selina et qui détruit progressivement tous ses rêves et ses espoirs pour la ramener à la dure réalité de l’East End de Gotham City est menée de main de maître par un scénariste habitué à mélanger une ambiance polar sombre avec des héros confrontés à des problèmes très humains. Si la narration experte de ce roi du polar qui maîtrise la voix-off comme nul autre, fait à nouveau des miracles, son travail sur le développement psychologique des personnages est exemplaire. Des sentiments amoureux du détective Slam Bradley à l’extrême vulnérabilité de Catwoman, l’auteur livre de l’excellent boulot. Si la première partie de l’album se concentre sur la descente aux enfers de la Féline, la suite fait le bilan des dégâts psychologiques au niveau des personnages.

Si le scénario proposé par Ed Brubaker est pour l’instant le meilleur de ce run, visuellement, le départ de Darwyn Cooke continue de laisser un vide. Si Cameron Stewart s’en sort encore avec les honneurs, j’ai eu tout de même plus de mal avec le style de Javier Pulido.

Vivement la suite !

Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Ed Brubaker présente Catwoman, Dans les bas-fonds

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Catwoman, Comics, DC Signatures, Ed Brubaker, Séries, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2012], [En cours] with tags on 4 février 2013 by Yvan

Catwoman vieille dorénavant sur les bas-fonds de Gotham !

Ed Brubaker présente Catwoman, Dans les bas-fondsLe premier tome remettait une Catwoman présumée morte sur les devants de la scène, lui octroyant au passage un nouveau but dans la vie : veiller sur l’East End et sur ses habitants les plus démunis !

Au menu de ce deuxième tome l’on retrouve donc une héroïne qui s’attaque à un trafic de drogue supervisé par des flics ripoux. Elle ne s’y prend cependant pas seule car son amie Holly Robinson, qui l’avait incitée à renouer avec son costume de Catwoman lors du tome précédent, va enquêter pour son compte dans les bas-fonds de Gotham.

La suite du run d’Ed Brubaker au sein de cette collection DC Signatures d’Urban Comics permet donc de faire plus ample connaissance avec Holly. Au fil des pages, le lecteur découvre ainsi son passé de droguée, son enfance et ses liens d’amitié avec Karon et s’attache de plus en plus à ce personnage qui gagne en importance. Les autres personnages ne sont d’ailleurs pas en reste et le rôle du détective Slam Bradley demeure ainsi très intéressant… sans oublier Batman qui ne manque pas une occasion pour surgir de l’ombre de Gotham.

C’est donc une nouvelle fois avec maestria qu’Ed Brubaker mélange cette ambiance polar sombre avec des héros confrontés à des problèmes très humains. L’histoire ne déborde certes pas d’originalité, mais la narration experte de ce roi du polar qui maîtrise la voix-off comme nul autre, fait à nouveau des miracles. Visuellement, le départ de Darwyn Cooke laisse évidemment un vide, que Brad Rader, Rick Burchett et Cameron Stewart comblent cependant avec une certaine efficacité.

Vivement le tome trois, en compagnie du redoutable chef de ce trafic de drogue, dont on vient de découvrir l’identité.

Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Ed Brubaker et Sean Phillips – Fatale, La Mort aux trousses

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Ed Brubaker, Séries, [DL 2012], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 16 octobre 2012 by Yvan

Revoilà le duo Brubaker/Phillips !

Ed Brubaker et Sean Phillips - Fatale, La Mort aux troussesLes deux auteurs de Criminal et Incognito récidivent donc chez Delcourt avec cet album regroupant les cinq premiers épisodes de « Fatale ».

Ed Brubaker installe immédiatement ses différents personnages, tout en demeurant dans ce genre polar, qu’il affectionne tant et dont il est passé maître. Flic pourris, meurtres crapuleux et femme fatale sont donc au rendez-vous, mais également une étrange secte de fanatiques qui fait progressivement basculer le récit vers le fantastique. L’hémoglobine devient de plus en plus abondante et des mystérieuses créatures sorties tout droit des enfers s’invitent également au récit. On s’attend presque à voir Ben Templesmith surgir au dessin !

Si le mélange surprend, Ed Brubaker reste néanmoins intelligemment dans les sentiers battus du genre, mais avec toute la maîtrise qu’on lui connaît. Construisant son récit sur deux périodes, l’une se déroulant de nos jours et l’autre en 1957, il lève progressivement le voile sur les mystères qui planent autour de cette Josephine qui attire le regard de tous les hommes qu’elle croise.

Visuellement, Sean Phillips n’a plus à prouver sa complémentarité avec Brubaker et distille à nouveau une ambiance qui s’installe au diapason du scénario. Quant à la colorisation, elle est l’œuvre de l’un des meilleurs coloristes du neuvième art : Dave Stewart !

Un très bon tome de mise en place !

Ils en parlent également: Zaelle
picasion gif maker