Archive for the Emmanuel Lepage Category

Emmanuel et François Lepage – La lune est blanche

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Emmanuel Lepage, Franco-Belge, Futuropolis, One-shots, [Avancé], [DL 2014] with tags on 19 novembre 2014 by Yvan

À la conquête d’un continent indomptable !

Emmanuel et François Lepage - La lune est blancheAprès « Un printemps à Tchernobyl » et « Le Voyage aux îles de la désolation » Emmanuel Lepage ajoute un nouveau voyage à son palmarès. Après avoir embarqué à bord du Marion Dufresne pour aller ravitailler les Terres Australes et Antarctiques Françaises (les TAAF), également surnommées les îles de la Désolation, l’auteur se voit proposer une nouvelle expédition accompagné de son frère.

Cette nouvelle aventure ne se contente pas de les emmener en Antarctique, mais leur offre également l’occasion de participer, en tant que chauffeurs, au grand raid de ravitaillement entre la base Dumont d’Urville et la station Concordia, soit un périple de 1.200 km les menant au cœur même de ce continent de glace.

Livré sous forme de carnet de bord, ce périple parsemé d’embûches et d’imprévus soumet une poignée d’hommes aux aléas de la nature. Du mal de mer à bord de l’Astrolabe au froid cinglant de ce désert de glace indomptable, cette conquête du sixième continent est une véritable aventure humaine et dépassement de soi. En pénétrant dans l’intimité de cette communauté scientifique qui vit isolée de tout durant plusieurs mois, le lecteur apprend à connaître les membres de cette mission scientifique et découvre les liens de camaraderie et de respect qui s’installent entre eux.

En revenant sur les expéditions menées en Antarctique au fil des ans, l’auteur rappelle également l’histoire et les enjeux stratégiques de cette conquête du Pôle Sud. Si cette BD reportage s’avère donc didactique, c’est surtout la beauté graphique qui vaut le détour. L’auteur retranscrit les paysages avec brio et croque chaque instant du voyage avec grande justesse. Si Emmanuel Lepage alterne à nouveau les styles, cette mise en images époustouflante est cette fois également agrémentée de superbes photographies réalisées par son frère François.

Un carnet de voyage de toute beauté, que j’ai encore plus apprécié que son précédent.

Ils en parlent également: Yaneck, Mo’

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !
Publicités

Emmanuel Lepage – Un printemps à Tchernobyl

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Emmanuel Lepage, Franco-Belge, Futuropolis, K.BD, One-shots, [Accessible], [DL 2012] with tags , on 17 octobre 2012 by Yvan

22 ans après la catastrophe !

Emmanuel Lepage - Un printemps à TchernobylLe 26 avril 1986, dans la centrale Lénine à Tchernobyl en Ukraine, eut lieu le plus grave accident nucléaire du XXème siècle. Si les chiffres concernant les conséquences de cette catastrophe varient d’une source à l’autre, vingt-deux ans après les faits, Emmanuel Lepage accepte de se rendre sur place afin de réaliser un carnet de voyage pour le compte de l’association Dessin’acteurs. En mai 2008, il se rend donc pendant deux semaines dans le village de Volodarka, à 20 km de la zone interdite, pour une expérience qui résultera en deux ouvrages : « Fleurs de Tchernobyl », édité chez La boîte à bulles et ce merveilleux « Un printemps à Tchernobyl », édité chez Futuropolis.

A l’instar du très beau Voyage aux Iles de la Désolation, le lecteur assiste tout d’abord aux prémices du voyage. Partageant tout d’abord les doutes de l’artiste et de ses proches concernant la nécessité d’un tel engagement, étant donné les risques de contamination non négligeables, l’album revient ensuite brièvement sur le drame même et sur ses conséquences directes. L’organisation du voyage étant beaucoup plus concise que lors de son Voyage aux Iles de la Désolation, le lecteur se retrouve très vite sur place pour un témoignage dont on retiendra principalement la beauté, alors qu’il était initialement destiné à pointer du doigt les dangers du nucléaire.

Le ton est d’ailleurs initialement résolument sombre, distillant un décor grisâtre et fantomatique, prouvant les séquelles de cette tragédie. Au fil des rencontres et des visites, Emmanuel Lepage s’immerge progressivement dans ces lieux, découvrant des enfants qui jouent et des panoramas bucoliques splendides. Le tic tac du dosimètre, sorte d’écho menaçant de ce gigantesque désastre technologique, se fait alors quelque peu oublier au profit d’une vie et d’une nature qui reprennent leurs droits. L’association des mots « printemps » et « Tchernobyl » sur la couverture de cet album, prend subitement tout son sens. Le bruit de fond des becquerels fait alors place aux rires et aux chants de ces gens pourtant frappés de plein fouet par la contamination et par les conséquences économiques et écologiques du drame. Le spectre noir de l’ancienne centrale semble néanmoins s’effacer au profit d’une flore verdoyante qui démontre tous les talents de Mère Nature lorsque l’homme n’est pas là pour lui mettre des bâtons dans les roues.

Visuellement, la maîtrise graphique d’Emmanuel Lepage est à nouveau impressionnante, avec quelques pleines pages à couper le souffle. Si la première moitié de l’album ne laisse que peu de place aux couleurs, restituant l’univers post-apocalyptique de Tchernobyl, l’auteur semble par la suite prendre conscience de la beauté des paysages qui l’entourent. Laissant progressivement choir ses préjugés, il s’ouvre à la bonté des habitants et à la beauté de la nature qui l’entoure et propose des scènes de plus en plus bucoliques et colorées. Le doute s’installe alors brièvement chez l’auteur : lui qui était venu pour mettre la mort et la désolation en images, se met subitement à dessiner la vie… Comment dessiner cette menace impalpable, ces radiations invisibles et ce silence environnant, alors que son regard ne capte que la beauté et la joie de vivre ?

Allez donc faire un tour à Tchernobyl !
gif maker

Un printemps à Tchernobyl (Lepage) Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Ils en parlent également: Syl

Lisez également l’avis à plusieurs mains de K.BD !

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Emmanuel Lepage – Voyage aux îles de la Désolation

Posted in BANDES DESSINÉES, Emmanuel Lepage, Franco-Belge, Futuropolis, One-shots, [Avancé], [DL 2011] with tags on 22 mars 2011 by Yvan

Le bout du monde en images !

Emmanuel Lepage - Voyage aux îles de la Désolation« Voyage aux îles de la Désolation » invite à suivre le périple d’Emmanuel Lepage dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises, les TAAF, également surnommées les îles de la Désolation. Accompagné de son frère photographe et d’une amie journaliste, il embarque à bord du Marion Dufresne pour aller ravitailler cet archipel du bout du monde en vivres et en carburant.

Livré sous forme de carnet de bord, ce voyage s’avère assez lent et décrit au jour le jour l’aventure de ces océanographes, scientifiques et autres, dans le sud de l’océan indien. Mais, une fois arrivé à destination, face à la beauté des paysages, cette lenteur n’est plus du tout dérangeante. Car, si cette BD reportage s’avère didactique, c’est surtout la beauté graphique qui vaut le détour. L’auteur retranscrit les paysages avec brio et croque chaque instant du voyage avec grande justesse. Alternant les planches en noir et blanc avec des cases en couleurs, l’auteur livre une mise en images époustouflante et quelques double-planches magnifiques.

Si le récit permet également de saisir l’atmosphère qui règne au sein de cette communauté scientifique qui vit isolée de tout durant plusieurs mois, il ne fait cependant que survoler les personnages. J’ai trouvé un peu dommage de ne pas en apprendre un peu plus sur ces hommes et ces femmes dont l’auteur se contente souvent de mentionner le nom et la fonction.

Un carnet de voyage de toute beauté !

Michel & Lepage – Oh les filles T2

Posted in BANDES DESSINÉES, Diptyques, Emmanuel Lepage, Futuropolis, [Accessible], [DL 2009] with tags on 9 février 2010 by Yvan

Oh les fillesSophie Michel, au scénario, et Emmanuel Lepage, aux dessins, poursuivent cette histoire qui montre les destins entrecroisées de trois fillettes issues de milieux radicalement différents. Chloé, issue d’un milieu modeste, Leïla, d’origine maghrébine, et Agnès, issue des beaux quartiers, ont maintenant douze ans et quittent donc l’enfance pour affronter l’adolescence, puis l’âge adulte.

Si le tome précédent contait encore cette histoire à travers le regard innocent des trois enfants, ce deuxième volet tourne lentement le dos à cette innocence et confronte les trois héroïnes à la dureté de la vie. Si le ton se veut plus dur, le lecteur retrouve par contre la même justesse au niveau des dialogues et cette authenticité au niveau des relations humaines. Malgré quelques stéréotypes qui ne desservent pas forcément le récit et la simplicité de l’histoire, Sophie Michel parvient à livrer un récit humain et touchant.

Au niveau du graphisme, Emmanuel Lepage a fortement simplifié son dessin par rapport à « Muchacho » ou « La terre sans mal », abandonnant le détail des décors au profit du développement des personnages. Un style épuré moins spectaculaire, mais toujours aussi élégant et empli d’émotions.

Un excellent diptyque qui vous sert chronologiquement des tranches de vie pleines d’authenticité. L’histoire d’une amitié indéfectible entre trois filles issues de milieux différents et dont on suit les destins, de la naissance à l’âge adulte.

Brillant !

Emmanuel Lepage – Muchacho

Posted in Aire Libre, BANDES DESSINÉES, Diptyques, Dupuis, Emmanuel Lepage, Franco-Belge, [Accessible], [DL 2000 à 2005] with tags , on 5 février 2010 by Yvan

MuchachoL’Amérique Latine ne laisse pas Emmanuel Lepage indifférent, car après ses Carnets de Brésil parus chez Casterman et une traversée de l’Amérique du Sud d’est en ouest en pleine jungle amazonienne dans « La terre sans mal » en duo avec Anne Sibran, c’est en solo et à nouveau dans la collection Aire Libre qu’il s’attaque ici à un diptyque se déroulant au Nicaragua.

Tout comme dans « La terre sans mal » on retrouve cette quête initiatique d’une personne ayant du mal à se faire accepter par des étrangers, ainsi que des décors époustouflants au sein d’une bande dessinée dépaysante. Mais, alors que l’histoire de « La terre sans mal » me semblait un peu fade et n’exploitait pas complètement tous les éléments du scénario, ce premier tome de « Muchacho » est un vrai régal.

Derrière une trame somme toute assez banale on retrouve l’histoire forte d’un jeune homme qui se cherche au milieu de ses origines, de sa foi et de son art. Un jeune homme qui en ouvrant les yeux va découvrir l’injustice qui l’entoure et qui va lentement se dissocier du milieu bourgeois dont il est issu, face à ces paysans de la jungle nicaraguayenne qui étouffent sous le poids de la dictature militaire.

Et si Gabriel parvient à exprimer ses désirs, sa foi et sa passion à travers son art, c’est surtout grâce au graphisme époustouflant d’Emmanuel Lepage. Un graphisme exceptionnel qui nous plonge dans la chaleur et l’humidité de la jungle nicaraguayenne et qui insuffle une véritable âme à cette histoire bouleversante. Un dessin et une colorisation qui se nourrissent du Nicaragua et de la force des personnages et qui relèguent le texte au second plan.

Vivement le deuxième tome !