Archive for the Greg Rucka Category

Greg Rucka et Matthew Southworth – Stumptown

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Greg Rucka, Séries, [DL 2012], [En cours], [Sans super-héros] with tags on 21 décembre 2012 by Yvan

Un polar classique et efficace !

Greg Rucka et Matthew Southworth - StumptownAyant bien aimé Fatale et « Le maître voleur », je n’ai pas su résister plus longtemps à ce troisième polar paru au sein du catalogue Contrebande de Delcourt, surtout que le scénariste n’est autre que Greg Rucka, un maître du genre à qui l’on doit notamment les excellents Gotham Central et Queen & Country.

Ce premier tome invite à suivre les déboires de Dex Parios, une jeune détective privée qui est contrainte d’accepter une nouvelle mission pour éponger ses dettes de jeux : retrouver la petite-fille de la propriétaire du casino où elle a accumulé une solide ardoise. Une enquête de routine qui tourne très vite au cauchemar comme en témoigne la scène d’introduction de cet album.

Greg Rucka propose une histoire classique, mais qui parvient à nous tenir en haleine, notamment grâce à une narration sous forme de long flash-back, qui permet progressivement au lecteur de comprendre comment l’héroïne s’est retrouvée dans un tel merdier. Cette jeune femme particulièrement loyale, noyée dans les problèmes financiers et familiaux, s’avère également assez attachante, incitant donc le lecteur à se préoccuper de son sort.

Les ancrages appuyés de Matthew Southworth renforcent l’ambiance sombre du récit, dans un style qui peut faire penser au travail de Sean Phillips, mais sans parvenir l’égaler au niveau de la qualité.

« Stumptown » est probablement le moins bon des trois polars américains publiés récemment par Delcourt, mais ce premier volet s’avère tout de même très plaisant et parfaitement maîtrisé.

Greg Rucka & J.H. Williams III – Batwoman – Elégie pour une ombre

Posted in Bande dessinée, Comics, Greg Rucka, One-shots, Panini, [Avec super-héros], [DL 2011] with tags on 19 juillet 2011 by Yvan

Batwoman sort de l’ombre de Gotham City !

Greg Rucka & J.H. Williams III - Batwoman – Elégie pour une ombre« Batwoman – Elégie pour une ombre » contient les épisodes #854 à #860 de Detective Comics, dessinés par J H Williams III et écrits par Greg Rucka (lisez « Queen and Country » !!!).

Si le scénariste nous narre les démêlés de son héroïne avec une mystérieuse secte criminelle, il dévoile surtout les origines de cette quête vengeresse costumée et parvient ainsi à faire sortir Batwoman de l’ombre de son pendant masculin qui règne sur Gotham City. Si, à l’instar de Batman, c’est également un traumatisme subit durant l’enfance qui l’incite à protéger les plus faibles dans une tenue de super-héroïne, l’auteur ne cherche pas forcément la facilité. L’homosexualité de Katherine Kane ne manquera par exemple pas de surprendre dans un ouvrage issu d’un pays extrêmement puritain et la carrière militaire abruptement interrompue de l’héroïne ne manquera d’ailleurs pas de faire écho à la mentalité qui règne encore dans certains milieux (et probablement pas seulement outre-Atlantique).

Construisant son récit à coups de nombreux flashbacks afin de revenir sur le passé de Kate, l’auteur met également une adversaire redoutable sur son chemin. Sorte de version féminine du Chapelier de Batman, saupoudrée d’une touche de Joker, la prénommée Alice fait clairement allusion à l’héroïne de Lewis Carrol. Si j’ai fortement apprécié cette mise en place des personnages qui permet de donner une véritable identité à cet alter ego de l’homme chauve-souris, j’ai moins accroché à l’affrontement avec Alice et à cette touche de fantastique qui permet d’intégrer d’étranges créatures à cette lutte.

Visuellement, par contre, c’est un vrai régal. Adaptant son style en fonction du contexte et de la chronologie de l’histoire, il propose également un découpage phénoménal et des cadrages sublimes. Et soulignera-t-on jamais assez l’incroyable talent de Dave Stewart à la colorisation ? Bref, un graphisme de toute beauté !

Greg Rucka – Queen & Country T5

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Comics, Greg Rucka, Séries, [DL 2008], [Sans super-héros], [Terminées] with tags on 15 avril 2010 by Yvan

Greg Rucka Queen & CountryRien ne va plus au sein du S.I.S. ! Victime d’une attaque cérébrale, Sir Wilson Stanton Davies se retrouve paralysé sur la moitié du corps et est poussé à la retraite anticipée. Le candidat principal pour le remplacer à la tête du service n’étant pas un homme de terrain, cela n’annonce rien de bon pour Paul Crocker et sa bande. Le directeur des opérations est cependant bien décidé à protéger son poste et celui de ses vigies. Des agents qui n’ont pourtant pas le moral au beau fixe. Tom Wallace hésite à tirer sa révérence, tandis que Tara Chace n’a toujours pas accepté la mort de son collègue Brian Butler, décédé durant leur dernière opération secrète en Géorgie.

Au fil des tomes Greg Rucka (Gotham central, Whiteout) s’emploie à développer tous les aspects de l’espionnage. Après des missions périlleuses au Kosovo et en Afghanistan (Opération Terre brisée), le démantèlement d’un réseau terroriste (Opération Crystal Ball), une affaire d’espionnage industriel (Opération Blackwall) et une histoire de vengeance personnelle (Opération Storm front), Opération Dandelion développe une intrigue plus politique. Délaissant le travail de terrain, l’auteur entre ici dans Lire la suite

Greg Rucka – Queen and Country T7

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Comics, Greg Rucka, Séries, [DL 2009], [Sans super-héros], [Terminées] with tags on 3 avril 2010 by Yvan

Queen & CountryS’il y a une chose que la série « Queen and Country » parvient à démontrer, c’est à quel point les films de James Bond sont mensongers.

Non, le métier d’agent secret n’a rien d’attirant. Luttes intestines, problèmes de recrutement, difficultés avec la hiérarchie et relations tendues font parties des obstacles journaliers rencontrés par les membres des sections spéciales britanniques. Les protagonistes ne sont pas des super-héros, mais des gens qui Lire la suite

Brubaker & Rucka – Gotham Central T5

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, Ed Brubaker, Greg Rucka, Panini, Séries, [Avec super-héros], [DL 2008], [Terminées] with tags on 5 février 2010 by Yvan

BrubakerLes forces de l’ordre n’ont pas la vie facile à Gotham City. Des relations de plus en plus tendues avec le Dark Knight poussent même le successeur du commissaire James Gordon à enlever le Bat-signal, stoppant ainsi net toute collaboration officielle entre la police et l’homme chauve-souris. Entre les meurtres et les affaires de corruption, le moral des agents n’est pas non plus au beau fixe. La carrière de Crispus Allen est menacée par la disparition d’une preuve importante pouvant le disculper d’éventuelles fautes commises lors d’une intervention musclée. Renée Montoya fait tout pour l’aider, tout en essayant de gérer une vie privée de plus en plus tourmentée. Afin de sauver un collègue victime d’une étrange mutation, les deux détectives se rendent à la prison de Keystone City pour Lire la suite

Greg Rucka – Queen & Country: Déclassifié

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Comics, Greg Rucka, One-shots, [DL 2008], [Sans super-héros] with tags on 9 janvier 2010 by Yvan

Rucka Queen & CountryPaul Crocker, agent du Secret Intelligence Service (SIS), accumule les opérations périlleuses en Europe de l’Est. Les Services Secrets Britanniques traversent une mauvaise passe et sa dernière tentative d’exfiltration d’un réfugié politique à Berlin n’était pas non plus un franc succès. Une mission similaire à Prague va cependant lui donner l’occasion de redorer son blason et celui de la section spéciale. Abandonnant sa jeune épouse à leur domicile londonien, Paul Crocker part faire ses preuves sur le terrain.

Cet album n’est pas la réédition du tome un de Queen & Country (paru au sein de la collection Semic NOIR), mais le début d’une série parallèle proposant des enquêtes hors chronologie visant à développer les personnages de Greg Rucka (Gotham Central, Whiteout). Ce premier Queen & Country: Déclassifié se concentre sur le patron de Tara Chace, avant que celui-ci ne devienne directeur des opérations.

Ce spin-off propulse le lecteur au début des années 80. Cette période où les méchants étaient encore séparés des gentils par le « Mur de la honte » renforce un peu plus le contexte politique de la série. Ce retour en arrière, en pleine guerre froide, installe d’entrée un climat différent, caractérisé par la peur permanente de se voir interpeller par la police secrète. Cette atmosphère de suspicion au sein de relations Est/Ouest tendues est palpable tout au long du récit. Même si cela n’enlève pas grand chose au suspense, le fait de situer ces missions dans le passé présente cependant l’inconvénient de connaître à l’avance le sort de Paul Crocker.

A l’instar de son autre série, Gotham central, Greg Rucka livre une enquête prenante au sein d’un décor réaliste et soigne particulièrement le développement psychologique des différents acteurs. C’est en suivant les pas de l’agent S.I.S. Paul Crocker que le lecteur va s’immerger dans le quotidien des sections spéciales britanniques. A mille lieues de James Bond, l’aventure est ici située dans un environnement ultra-réaliste : stress, relations entre collègues et difficultés hiérarchiques font ainsi partie des obstacles rencontrés par les agents secrets. Le monde de l’espionnage, du contre-espionnage et de la politique s’avère complètement pourri et le quotidien de ces hommes de terrain fait ressortir toute l’ironie du titre de cette saga.

En mettant en scène le personnage de Jenny Crocker, ce one-shot totalement indépendant va également montrer l’homme qui se cache derrière Paul Crocker. Une carrière qui pèse sur sa vie privée et une vie familiale rythmée par des voyages non planifiés et à durée indéterminée. En soulignant à la perfection l’incompatibilité totale entre ce job hors norme et une relation affective normale, l’auteur parvient à donner beaucoup de profondeur à une histoire qui repose finalement sur une intrigue au demeurant assez classique.

Le graphisme noir et blanc sans fioritures de Brian Hurtt sied parfaitement à la collection Regard noir & blanc proposée par Akileos. D’entrée, le dessin parvient à saisir le ton et l’esprit de ces villes bercées par le communisme. La scène d’ouverture montrant une vue plongeante d’un mirador sur le corridor séparant physiquement Berlin-Est de Berlin-Ouest est splendide et place cette minisérie directement dans l’ambiance adéquate. A l’aide de scènes d’action jamais gratuites, allant d’une chasse à l’homme en Ukraine à une poursuite en voiture dans les rues de Prague, l’auteur insuffle également beaucoup de rythme au récit. En multipliant les non-dits et à l’aide d’expressions faciales appropriées, Brian Hurtt (The Damned, Gotham Central) transcrit parfaitement les sentiments de ses protagonistes, à l’image de cette scène finale montrant tout le désarroi d’un Paul Crocker qui ne sera plus jamais le même.

Un hors-série qui offre un mélange parfait entre émotion, politique, action et espionnage et qui n’a certainement pas à rougir face à cette série principale couronnée d’un Eisner Award en 2002.