Archive for the Griffon Category

Guillaume Griffon – Apocalypse sur Carson City, L’apocalypse selon Matthews (Tome 5)

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Griffon, Séries, [Accessible], [DL 2015], [En cours] with tags , on 15 juillet 2015 by Yvan

Avant-dernier tome d’une saga qui déménage !

Guillaume Griffon - Apocalypse sur Carson City, L'apocalypse selon Matthews (Tome 5)Aaaaaah, que ça fait du bien une petite saga comme « Apocalypse sur Carson City ». Tout comme la série Doggybags, il n’y rien de tel qu’un récit rendant un hommage désopilant aux séries B américaines pour vous débranchez le cerveau et passer un bon moment de lecture.

Cela fait un petit moment que cela chauffe à Carson City, comme en témoigne la situation précaire dans laquelle se retrouvent Speed, Beverly et le Cuistot. Retranchés dans une chambre d’hôpital entourée de zombies qui commencent à percer leurs barricades de fortune, le trio n’a que peu de solutions pour échapper à cet enfer. De son côté, le général Matthews met en place une solution radicale afin d’éradiquer définitivement ce mal. Sans oublier les indestructibles Ryback et Braddock (incarnés par Steven Seagal et Chuck Norris), qui n’hésitent pas à parsemer ce road-movie apocalyptique de chair fraîche… ou pas.

Pas moyen de s’ennuyer donc, car Guillaume Griffon joue à nouveau pleinement la carte de l’action et saupoudre le tout de dialogues cinglants et d’une bonne dose d’hémoglobine. S’il multiplie le nombre de zombies, il se concentre à nouveau sur seulement quelques protagonistes mal embarqués et réinstaure au passage ses fameuses fiches de personnages totalement désopilantes qui annoncent l’espérance de vie des protagonistes, en l’occurrence Trapjaw et American Ninja. Multipliant les références cinématographiques et parsemant son récit d’humour, l’ex-pistolero de Billy Wild propose non seulement un scénario totalement déjanté et digne d’un Quentin Tarantino en grande forme, mais également des personnages truculents. Au niveau des créatures monstrueuses, l’auteur n’est pas en reste car, après le « petit » ami d’Ashley lors du tome précédent, il s’en donne cette fois à cœur joie sur l’ex de Speed.

Visuellement, le découpage dynamique et la mise en images donnent à nouveau une impression très cinématographique à l’ensemble. Le graphisme de Guillaume Griffon est toujours aussi alléchant, sa maîtrise du noir et du blanc toujours aussi impressionnante et les personnages aux tronches insolites sont à nouveau expressifs à souhait.

Bref, j’adore… et il vaut mieux en profiter car ceci est déjà l’avant-dernier tome… annonçant un final que l’on imagine particulièrement explosif !

Découvrez la bande annonce :

Publicités

Guillaume Griffon – Apocalypse sur Carson City, Halloween (Tome 4)

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Griffon, Séries, [Accessible], [DL 2013], [En cours] with tags , on 31 octobre 2013 by Yvan

Happy Halloween !

Guillaume Griffon - Apocalypse sur Carson City, Halloween (Tome 4)Y a-t-il de meilleure date que celle-ci pour poster un avis sur le quatrième volet de cette saga au scénario complètement surréaliste ? Je ne pense pas !

« Halloween » propose donc la suite des déboires de ceux qui ont eu le malheur de s’approcher de Carson City. Si le lecteur s’attendait à voir intervenir les indestructibles Ryback et Braddock (incarnés par Steven Seagal et Chuck Norris) au sein de ce road-movie apocalyptique parsemé de shérifs à la gâchette sensible, de truands et de morts-vivants, il devra néanmoins prendre son mal en patience car l’ami Guillaume Griffon les garde probablement sous la main pour un final que l’on imagine explosif. Pas de nouveaux venus donc dans ce tome, mais la suite de la quête vengeresse du shérif local et des péripéties des frères Blackwood dans une maison hantée.

Tous se retrouvent dans une situation plus que précaire. Le shérif Justice arrive au cimetière de Lone Mountain où il tombe évidemment sur des morts-vivants, mais également sur une créature écervelée répondant au nom d’Ashley et son « petit » ami Dick. Vous comprendrez les guillemets en lisant l’album, mais sachez que l’auteur en profite pour dire « non au dopage », même si cela permet de gonfler un peu les protagonistes et de les rendre encore plus effrayants. Quant aux frères Blackwood, ils ne sont pas beaucoup mieux lotis car ils sont retranchés dans leur manoir en compagnie de Jenny et du padre, mais surtout entourés de zombies qui commencent à percer leurs barricades de fortune. Heureusement que leur plan pour échapper à ce carnage est infaillible.

Si Guillaume Griffon multiplie le nombre de zombies, il se concentre sur seulement quelques protagonistes mal embarqués et joue pleinement la carte de l’action. Si l’humour noir est toujours au rendez-vous ce parti-pris a également pour conséquence que l’auteur n’a plus le temps, ni l’occasion d’insérer ces fameuses fiches de personnages totalement désopilantes qui annonçaient l’espérance de vie des nouveaux protagonistes. Si j’ai trouvé cela dommage, j’ai tout de même à nouveau accroché à la suite de cet hommage désopilant aux séries B des années 80. Multipliant les références cinématographiques et parsemant son récit d’humour, l’ex-pistolero de Billy Wild propose non seulement un scénario totalement déjanté et digne d’un Quentin Tarantino en grande forme, mais également des dialogues chiadés et des personnages truculents.

Visuellement, le découpage dynamique et la mise en images donnent à nouveau une impression très cinématographique à l’ensemble. Le graphisme de Guillaume Griffon est toujours aussi alléchant, sa maîtrise du noir et du blanc toujours aussi impressionnante et les personnages aux tronches insolites sont à nouveau expressifs à souhait.

Bon, il ne reste donc plus qu’à attendre le tome suivant, intitulé « l’apocalypse selon Matthews ». Héhé, rien que le titre me fait déjà saliver !

Guillaume Griffon – Apocalypse sur Carson City, Entre la ville et la mort

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Griffon, Séries, [Accessible], [DL 2011], [En cours] with tags , on 17 octobre 2011 by Yvan

Hommage aux séries B !

Guillaume Griffon - Apocalypse sur Carson City, Entre la ville et la mortRien ne va plus à Carson City ! Contaminée par des fûts de produits toxiques, déversés accidentellement dans la baie de Crystal Lake, menacée par l’apparition de nombreux morts vivants et terrorisée par la cavale sanguinaire de la bande des frères Blackwood, la petite ville du Nevada n’est une nouvelle fois pas de tout repos.

Troisième volet de cette saga au scénario complètement surréaliste, « Entre la ville et la mort » poursuit l’hommage de Guillaume Griffon aux séries B des années 80. Multipliant les références cinématographiques et parsemant son récit d’humour, l’ex-pistolero de Billy Wild propose non seulement un scénario qui déménage et qu’il maîtrise avec brio, mais également des dialogues chiadés et des personnages truculents. Parsemant son récit de nombreux cadavres et annonçant l’espérance de vie des nouveaux protagonistes à l’aide de fiches de personnages totalement désopilantes (« Espérance de vie : dépend de votre vitesse de lecture ». Mort de rire), incrustées au sein du récit et ne laissant que peu d’espoir concernant leur futur, Griffon livre un scénario totalement déjanté et digne d’un Quentin Tarantino en grande forme.

Divisant son récit en plusieurs chapitres distincts, l’auteur invite à suivre la quête vengeresse du shérif local, l’hémorragie inquiétante de la championne incontestable des derniers concours de Miss T-shirt mouillé et les déboires des frères Blackwood dans une maison hantée, mais surtout le retour du général Matthews, accompagné de deux mercenaires de renom. Le récit quitte d’ailleurs momentanément le Nevada pour aller chercher les indestructibles Ryback et Braddock, respectivement incarnés par Steven Seagal (imbattable au jeu de la barbichette, haha) et Chuck Norris. Ces deux nouveaux acteurs s’invitent donc à ce road-movie apocalyptique parsemé de shérifs à la gâchette sensible, de truands, de morts-vivants et de piranhas radioactifs. Si le lecteur avisé sait qu’il ne doit pas miser son argent sur les nouveaux venus, ceux-ci semblent néanmoins d’un autre calibre.

Visuellement, le découpage dynamique et la mise en images donnent à nouveau une impression très cinématographique à l’ensemble. Le graphisme de Guillaume Griffon est toujours aussi alléchant, sa maîtrise du noir et du blanc toujours aussi impressionnante et les personnages aux tronches insolites sont à nouveau expressifs à souhait.

J’adore ce dessin, cet humour et tous les albums de cet auteur !

Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Griffon – Apocalypse sur Carson City T2

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Griffon, Séries, [Accessible], [DL 2010], [En cours] with tags , on 27 octobre 2010 by Yvan

Welcome back à Carson City !!!

Griffon Apocalypse sur Carson City T2Contaminée par des fûts de produits toxiques, déversés accidentellement dans la baie de Crystal Lake, menacée par l’apparition de nombreux morts vivants et terrorisée par la cavale sanguinaire de la bande des frères Blackwood, la petite ville du Nevada n’est une nouvelle fois pas de tout repos.

Parsemant son récit de nombreux cadavres et annonçant l’espérance de vie des nouveaux protagonistes à l’aide de fiches de personnages totalement désopilantes, incrustées au sein du récit et ne laissant que peu d’espoir concernant leur futur, Griffon livre un scénario totalement déjanté, digne d’un Quentin Tarantino en grande forme. Divisant son récit en plusieurs chapitres distincts, l’ex-pistolero de « Billy Wild » propose non seulement un scénario qui déménage et qu’il maîtrise avec brio, mais également des dialogues chiadés et des personnages truculents. Le récit multiplie aussi les références cinématographiques et est savamment parsemé d’humour.

De nouveaux personnages s’invitent à ce road-movie apocalyptique parsemé de shérifs à la gâchette sensible, de truands, de morts-vivants et de piranhas radioactifs. Mais, le lecteur avisé sait qu’il ne doit pas miser son argent sur ces ados venus faire les malins dans un cimetière ou sur cette journaliste à la recherche du scoop de sa vie … euh, non, de sa mort.

Le découpage dynamique et la mise en images donnent à nouveau une impression très cinématographique à l’ensemble. Le graphisme de Guillaume Griffon est toujours aussi alléchant, sa maîtrise du noir et du blanc toujours aussi impressionnante et les personnages aux tronches insolites sont à nouveau expressifs à souhait.

Une excellente lecture à l’approche de Halloween.

Retrouvez cette BD dans MON TOP 2010 !

Guillaume Griffon – Apocalypse sur Carson City

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Griffon, Séries, [Accessible], [DL 2010], [En cours] with tags , on 20 mars 2010 by Yvan

Tarantino n’aurait pas fait mieux !

Griffon
Attention ! Guillaume Griffon, l’un des deux pistoleros de « Billy Wild » est de retour. Seul survivant de ce western gothique à l’ambiance atypique et noire, c’est en cavalier solitaire qu’il entame cette nouvelle saga.

L’auteur quitte le far-west et situe ce nouveau récit parsemé de cadavres près de Carson City, dans le Nevada. Divisant son récit en plusieurs chapitres distincts, l’auteur développe deux histoires complètement déjantées, qui se rejoignent de façon magistrale. La première s’articule autour de Lire la suite

Céka et Griffon – Billy Wild

Posted in Akileos, BANDES DESSINÉES, Diptyques, Franco-Belge, Griffon, K.BD, [Avancé], [DL 2007] with tags on 28 février 2010 by Yvan

griffon billy wildEn catégorisant cette première partie de diptyque de western fantastique, le lecteur pourrait injustement faire le rapprochement avec « Lune d’argent sur Providence« , alors que, excepté la qualité du premier volet et la présence d’un bonus en fin de tome, ces deux ouvrages sont très éloignés l’un de l’autre. C’est pourquoi le terme de western gothique, revendiqué par les auteurs, colle probablement mieux à ce western à l’ambiance atypique et noire.

A l’instar de cette couverture qui se limite à l’essentiel, la simplicité et l’efficacité de la narration viennent d’entrée cueillir l’amateur de 9ème art pour une descente aux enfers en compagnie d’un jeune looser que tout le Far West connaît maintenant sous le nom de Billy Wild : chasseur de prime ayant déjà 237 âmes à son actif !

L’intrigue a beau être assez simple, le rythme imprégné par ce récit en ‘deux temps’ nous balance efficacement entre le passé de ce jeune paysan qui finira par faire parler la poudre comme nul autre suite à la rencontre d’un certain Linus, et le présent de ce héros torturé qui réalise lentement le prix qu’il devra payer pour ses crimes et son invincibilité.

Si le nombre de dialogues n’excède jamais les besoins de l’histoire et réduit considérablement le temps de lecture, c’est au niveau du graphisme que le lecteur trouvera assurément le rapport qualité/prix recherché pour cette production qui pourrait paraître plus onéreuse que les autres.

Car, pour une première, c’est des deux pieds que Guillaume Griffon enfonce la porte à battant du saloon de la bande dessinée, avec une impressionnante maîtrise du noir et blanc, un découpage dynamique et intelligent et des personnages expressifs aux tronches insolites.

Bref, une suite de diptyque très attendue, un site (http://billy-wild.com) à visiter et deux pistoléros d’Akileos qui se retrouvent sur ma courte liste d’auteurs à rencontrer, dead or alive !

Céka et Griffon - Billy WildLisez également l’avis à plusieurs mains de K.BD !