Archive for the Loisel Category

Loisel et Tripp – Magasin Général, Notre-Dame-des-Lacs (Tome 9)

Posted in BANDES DESSINÉES, Casterman, Festival BD Angoulême, Franco-Belge, Loisel, Séries, [Angoulême 2015], [DL 2014], [Grand public], [Terminées] with tags , on 1 décembre 2014 by Yvan

Magasin Général ferme boutique !

Loisel et Tripp – Magasin Général, Notre-Dame-des-Lacs (Tome 9)Et voilà, après neuf années de travail en commun, Régis Loisel (au crayonné des planches) et Jean-Louis Tripp (à l’encrage et à la finalisation des dessins) mettent fin à cette saga québécoise réalisée à quatre mains. Cela tombe bien car, au rythme d’un album par an, cette tranche de vie québécoise initialement prévue en seulement trois tomes commençait tout doucement à s’essouffler. Ce neuvième tome est donc l’occasion de profiter une dernière fois de l’alchimie magnifique entre ces deux grands talents de la bande dessinée et de faire nos adieux à cette petite paroisse rurale de Notre-Dame-des-Lacs.

« Magasin Général » raconte l’évolution d’une petite communauté rurale du fin fond du Québec des années 1920-30. Cette chronique rurale dépeint la lente émancipation de cette paroisse québécoise où se met subitement à souffler un vent de liberté et de modernité. Cette révolution tout en douceur vis-à-vis des mœurs de l’époque est faite de gastronomie, de couture, d’airs de Charleston et de valeurs humaines.

Ce récit choral débute par le décès du propriétaire de l’unique commerce de la commune et invite ensuite à suivre la vie des habitants du village sur plus de 600 pages. Le personnage central est Marie, la jeune veuve de Félix Ducharme, qui décide de reprendre les activités du Magasin Général à la mort de son époux, mais les personnages secondaires ne sont pas en reste. Du jeune curé au simplet du village, en passant par les trois bigotes qui finissent par pécher avec le sourire, ces seconds couteaux s’avèrent truculents et leurs tranches de vie font toute la saveur de cette saga. De plus, les auteurs (avec l’aide du montréalais Jimmy Beaulieu) ont également opté pour une narration franco-québécoise compréhensible des deux côtés de l’Atlantique et riche en expressions locales savoureuses.

Lors de ce final, les auteurs poursuivent cette chronique sociale gentillette et continuent de mettre en avant le caractère des différents personnages hauts en couleurs et, malgré tout, remplis d’humanité et de générosité. De la crise de foi du prêtre à la grossesse inespérée et inexpliquée de Marie, en passant par le retour des hommes et la mise à l’eau du bateau de Noël, le quotidien des habitants est toujours aussi plaisant à suivre. Sans oublier la voix-off de Félix qui, tout comme nous, finit par abandonner le petit village entre de bonnes mains, ou ce générique de fin servi sous forme d’album photo, qui permet de contempler une dernière fois tous nos amis et de faire nos adieux à cette saga profondément humaine qui allie simplicité, humour, bonne humeur, tolérance et générosité. Des valeurs qui se font bien rares de nos jours…

Publicités

Loisel, Le Tendre et Vincent Mallié – La quête de l’oiseau du temps, Le Chevalier Bragon (Tome 8)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Loisel, Séries, [DL 2013], [En cours], [Grand public] with tags on 31 décembre 2013 by Yvan

Le début d’une nouvelle aventure !

Loisel, Le Tendre et Vincent Mallié – La quête de l’oiseau du temps, Le Chevalier Bragon (Tome 8)Voilà donc le quatrième tome tant attendu du deuxième cycle de cette série mythique qu’est « La quête de l’oiseau du temps ». Ce retour en arrière, intitulé « Avant la Quête », permet de suivre un jeune Bragon qui meurt d’envie de vivre de grandes aventures et qui se dirige lentement vers une destinée connue de tous. Poursuivant ce cycle qui remonte dans le temps pour nous conter la jeunesse des personnages de « La quête de l’oiseau du temps », ce huitième tome débute à la fin des cinq années d’apprentissage qui ont transformé l’élève du Rige en un redoutable chevalier.

Si le combat final entre le héros de cette saga et le mythique chasseur est un peu facilement expédié, la suite du récit est surtout composée de retrouvailles. Après avoir quitté son maître d’armes, Bragon rend en effet visite à ses amis et à sa famille, avant d’aller retrouver la femme de sa vie. En cours de route, les scénaristes prennent heureusement le temps de montrer l’emprise grandissante des fanatiques de l’Ordre du Signe sur la région, tout en confiant une nouvelle mission à Bragon et à son nouveau compagnon Bulrog. Mais, malgré ces quelques péripéties, il s’agit surtout d’un tome de transition visant à regrouper les personnages et à préparer la suite de l’aventure.

Visuellement, le plaisir de retrouver l’univers de la Quête et le pays des Sept Marches est toujours aussi grand. Après un premier tome dessiné par Lidwine et un second volet mis en images par Mohamed Aouamri (« Mortepierre »), Vincent Mallié semble avoir définitivement repris le flambeau.. Déjà brillant aux côtés de Loisel sur « Le grand Mort », l’artiste livre à nouveau un travail à la hauteur des espérances, qui respecte entièrement l’esprit graphique de cette saga dont Loisel conserve la direction artistique (découpage, story-board).

Après quatre tomes sur sept prévus, cette genèse de l’aventure à succès imaginée par Loisel et Le Tendre continue donc de séduire.

Loisel et Tripp – Magasin Général, Les femmes T8

Posted in BANDES DESSINÉES, Casterman, Franco-Belge, Loisel, Séries, [DL 2012], [En cours], [Grand public] with tags on 14 janvier 2013 by Yvan

Quand les hommes sont à la chasse…

Loisel et Tripp – Magasin Général, Les femmes T8Tout comme les tomes précédents, ce huitième tome permet une nouvelle fois de retrouver la petite paroisse rurale de Notre-Dame-des-Lacs et de prolonger ce séjour empli de bonheur au fin fond du Québec des années 1920-30.

Après un tome rythmé par des airs de Charleston qui faisait souffler un vent de liberté sur la petite paroisse québécoise, plongeant même les anciennes du village en émois, cet album se déroule en compagnie des femmes et des quelques hommes qui ne sont pas partis chasser à l’approche d’un hiver qui recouvre à nouveau tout de neige.

Les auteurs poursuivent cette chronique sociale gentillette et continuent de mettre en avant le caractère des différents personnages hauts en couleurs et, malgré tout, remplis d’humanité et de générosité. De la grossesse inespérée de Marie à l’étonnement de Félix qui continue de nous accompagner en voix-off, en passant par la crise de foi de Réjean et les coups de marteau des bigotes, le quotidien des habitants est toujours aussi plaisant à suivre.

L’ impression d’étirement de l’intrigue se fait néanmoins de plus en plus forte, augmentant la nécessité d’une fin au fil des tomes. Cet essoufflement progressif pourrait inciter certains lecteurs à abandonner cette saga profondément humaine qui allie simplicité, humour, bonne humeur, tolérance et générosité, même si celle-ci continuera indéniablement de séduire bon nombre de bédéphiles.

Le dessin hybride Loisel – Tripp continue de faire mouche, avec Régis Loisel (“Peter Pan”, “La Quête de l’oiseau du temps”, “Le Grand Mort”) au crayonné des planches et Jean-Louis Tripp à l’encrage et à la finalisation des dessins. Une alchimie magnifique entre ces deux grands talents, qui nous reproduisent cette tranche de vie québécoise avec brio et nous livrent plusieurs planches muettes merveilleuses.

Afin d’augmenter l’authenticité de ce petit village dans la prairie, les auteurs (avec l’aide du montréalais Jimmy Beaulieu) ont également opté pour une narration franco-québécoise compréhensible des deux côtés de l’Atlantique et riche en expressions locales savoureuses.

Loisel & Tripp – Magasin Général T7

Posted in BANDES DESSINÉES, Casterman, Franco-Belge, Loisel, Séries, [DL 2011], [En cours], [Grand public] with tags on 12 janvier 2012 by Yvan

Des airs de Charleston et un souffle de liberté !

Loisel & Tripp – Magasin Général T7Tout comme les tomes précédents, ce septième tome permet une nouvelle fois de retrouver la petite paroisse rurale de Notre-Dame-des-Lacs et de prolonger ce séjour empli de bonheur au fin fond du Québec des années 1920-30.

Après un tome assez décevant et quelques passages par Montréal qui nous éloignaient un peu trop souvent de ce petit village bien sympathique, ce septième tome se déroule à nouveau entièrement à Notre-Dame-des-Lacs, qui a d’ailleurs retrouvé tous ses habitants pour l’occasion.

Ce retour de Montréal est accompagné d’un souffle de liberté qui plonge les anciennes du village en émois. Les airs de Charleston et les robes chatoyantes font souffler un vent nouveau sur la petite paroisse québécoise, éloignant les hommes de leurs tâches quotidiennes et faisant même tomber les barbes des frères Latulippe. Cette vague musicale bien arrosée vient à nouveau briser quiétude et installer quelques tensions au sein de cette microsociété pourtant si harmonieuse en temps normal. Mais, malgré les tensions au sein du village et les lichettes de Roger-Roger, on reste bel et bien au milieu d’une chronique sociale gentillette. Une histoire qui continue de mettre en avant le caractère des différents personnages hauts en couleurs et, malgré tout, remplis d’humanité et de générosité. Si l’humour est au rendez-vous, l’attitude de Marie me laisse par contre un peu dubitatif.

Si les relations amoureuses de Marie me laissent songeur, elles permettent néanmoins aux auteurs de rester dans le même schéma au niveau de la construction des différents tomes. Il y a chaque fois ce cliff-hanger en fin de tome qui met le feu aux poudres et plonge le village en émois lors du tome suivant… et cette fois, la surprise risque d’à nouveau mettre à mal la quiétude et l’harmonie du petit village. Si cette redondance, combinée à une impression d’étirement de l’intrigue, incitera certains lecteurs à abandonner la saga, cette histoire profondément humaine qui allie simplicité, humour, bonne humeur, tolérance et générosité, continuera cependant de séduire bon nombre de bédéphiles.

Le dessin hybride Loisel – Tripp continue de faire mouche, avec Régis Loisel (« Peter Pan », « La Quête de l’oiseau du temps », « Le Grand Mort ») au crayonné des planches et Jean-Louis Tripp à l’encrage et à la finalisation des dessins. Une alchimie magnifique entre ces deux grands talents, qui nous reproduisent cette tranche de vie québécoise avec brio et nous livrent plusieurs planches muettes merveilleuses. Perso, je suis assez fan des cases mettant en scène le petit ourson aux côtés du chien, du canard et du chat.

Afin d’augmenter l’authenticité de ce petit village dans la prairie, les auteurs (avec l’aide du montréalais Jimmy Beaulieu) ont également opté pour une narration franco-québécoise compréhensible des deux côtés de l’Atlantique et riche en expressions locales savoureuses.

Ils en parlent également : OliV’

Loisel – La quête de l’oiseau du temps, La voie du Rige

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Loisel, Séries, [DL 2010], [En cours], [Grand public] with tags on 27 avril 2010 by Yvan

Face-à-face avec le Rige !

loisel la quête de l'oiseau du temps rigeVoilà donc le troisième tome tant attendu du deuxième cycle de cette série mythique qu’est « La quête de l’oiseau du temps ». Un retour en arrière qui permet de suivre un jeune Bragon qui meurt d’envie de vivre de grandes aventures et qui se dirige lentement vers une destinée connue de tous. Poursuivant ce cycle qui remonte dans le temps pour nous conter la jeunesse des personnages de « La quête de l’oiseau du temps », ce septième tome (le troisième du cycle Avant la Quête) va se concentrer sur la première rencontre entre Bragon, le héros de cette saga, et le mythique chasseur qui deviendra son maître d’armes : le Rige !

Le scénario entretient d’ailleurs savamment le mystère qui Lire la suite

Loisel & Tripp – Magasin Général T1

Posted in BANDES DESSINÉES, Casterman, Franco-Belge, Loisel, Séries, [Angoulême 2007], [DL 2006], [En cours], [Grand public] with tags , on 5 février 2010 by Yvan

Magasin généralCet album nous ramène dans le fin fond du Québec des années 1920-30, dans la petite paroisse rurale de Notre-Dame-des-Lacs, habitée par quelques familles. En ouvrant cet album on va s’inviter au sein de cette petite communauté campagnarde québécoise au moment où elle vient de perdre Félix Ducharme, qui tenait le Magasin Général, la plaque tournante de ce petit village.

Comme tout l’équilibre de cette communauté repose entièrement sur le curé et le Magasin Général, Marie, la veuve de Felix, sera vite rattrapée par le quotidien du village et n’aura donc pas vraiment le temps de faire le deuil de son mari.

L’histoire, qui se ‘limite’ en fait à suivre le quotidien de cette communauté, est donc assez simple. Mais, cette simplicité du récit permet de mettre en avant le caractère des différents personnages, tous plus expressifs les uns que les autres.

Il y a d’abord Marie, toujours prête à rendre service, qui est une ode au courage des femmes dans ces moments difficiles. Et puis il y a ce curé vraiment attachant et non dépourvu d’humour qui est pour l’instant mon favori avec le sympathique charpentier. Et comment passer à côté de ces trappeurs qui sortent des bois entourés de mouches comme les trolls de la série « Trolls de Troy » (faut-il également craindre pour le look d’un éventuel coffret de cette trilogie ? ).

Tous les personnages sont tellement remplis d’humanité et de générosité que l’on ne s’étonnerait d’ailleurs pas de voir apparaître Charles Ingals au coin d’un des champs . Et afin d’augmenter l’authenticité de ce petit village dans la prairie, les auteurs (avec l’aide du montréalais Jimmy Beaulieu) ont également opté pour une narration franco-québécoise compréhensible des deux côtés de l’Atlantique et riche en expressions locales savoureuses.

Et que dire de ce dessin hybride Loisel – Tripp ? Régis Loisel (« Peter Pan », « La quête de l’oiseau du temps ») au crayonné des planches et Jean-Louis Tripp à l’encrage et à la finalisation des dessins. Une alchimie magnifique entre ces deux grands talents, qui nous reproduisent cette tranche de vie québécoise avec brio et nous livrent plusieurs planches muettes merveilleuses.

Bref, même si pour l’instant le scénario est un peu léger, on s’attache aux personnages dans ce premier tome d’une cohérence graphique remarquable. On apprécie et on va presque jalouser ce bonheur, cette quiétude, cette solidarité et cette tolérance qui animent cette microsociété harmonieuse dont la vie tourne autour du Magasin Général et de Marie. Quel contraste avec l’intolérance qui règne au sein d’une société articulée autour d’un petit écran !

Hostie !

Loisel & Tripp – Magasin Général T5

Posted in BANDES DESSINÉES, Casterman, Franco-Belge, Loisel, Séries, [Angoulême 2010], [DL 2009], [En cours], [Grand public] with tags , on 30 décembre 2009 by Yvan

Loisel & Tripp – Magasin Général T5Loisel et Tripp nous servent ici le cinquième volet d’une série initialement prévue en trois tomes. Tout comme Serge (et le lecteur), les auteurs ont donc du mal à quitter la petite paroisse rurale de Notre-Dame-des-Lacs et décident de prolonger ce séjour empli de bonheur au fin fond du Québec des années 1920-30. Et je trouve que pour la première fois, cet effet de rallonge se ressent lors de la lecture. Les passages intéressants semblent un peu plus dilués qu’auparavant et les conversations un peu trop allongées.

Même au niveau de la construction, la reproduction d’un même schéma à chaque tome commence à créer une certaine lassitude. Il y a chaque fois ce cliff-hanger en fin de tome précédent qui met le feu aux poudres et plonge le village en émois lors du tome suivant. Cette fois, c’est la Marie Ducharme qui a couché avec le Marceau Allaire, alors qu’il devait épouser Clara. La nouvelle se répand à vive allure et vient à nouveau briser quiétude et la solidarité au sein de cette microsociété pourtant si harmonieuse en temps normal. Mais, malgré les tensions au sein du village et les quelques baffes qui se perdent, on reste bel et bien au milieu d’une chronique sociale gentillette. Une histoire qui continue de mettre en avant le caractère des différents personnages hauts en couleurs et, malgré tout, remplis d’humanité et de générosité. C’est à nouveau le passage consacré à une discussion entre Noël et le curé qui m’a le plus plu. Au fil des pages, cette histoire profondément humaine continue donc d’allier simplicité, humour, bonne humeur, tolérance et générosité. Et afin d’augmenter l’authenticité de ce petit village dans la prairie, les auteurs (avec l’aide du montréalais Jimmy Beaulieu) ont également opté pour une narration franco-québécoise compréhensible des deux côtés de l’Atlantique et riche en expressions locales savoureuses. Hostie !

Le dessin hybride Loisel – Tripp continue de faire mouche, avec Régis Loisel (« Peter Pan », « La quête de l’oiseau du temps », « Le grand Mort ») au crayonné des planches et Jean-Louis Tripp à l’encrage et à la finalisation des dessins. Une alchimie magnifique entre ces deux grands talents, qui nous reproduisent cette tranche de vie québécoise avec brio et nous livrent plusieurs planches muettes merveilleuses. De plus, ce cinquième tome permet également aux auteurs de changer de décor et d’emmener le lecteur à Montréal, le temps de quelques planches.

Vivement le dernier tome de cette succulente saga !

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2010 !