Archive for the Matthieu Bonhomme Category

Matthieu Bonhomme – L’homme qui tua Lucky Luke

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Matthieu Bonhomme, One-shots, [DL 2016], [Grand public] with tags on 20 avril 2016 by Yvan

Hommage réussi !

Matthieu Bonhomme - L'homme qui tua Lucky Luke70 ans c’est encore un peu jeune pour mourir, même pour un cow-boy qui doit constamment faire face aux nombreux dangers du Wild West. Pourtant, Matthieu Bonhomme, qui s’est vu confier le premier one-shot de cette nouvelle collection « Lucky Luke vu par… », intitule son album « L’homme qui tua Lucky Luke ». En voilà une drôle de manière de fêter l’anniversaire du héros de Morris !

Cette collection ne propose donc pas la suite des aventures du célèbre cow-boy qui tire plus vite que son ombre, mais invite plusieurs artistes à venir donner leur propre vision du personnage, le temps d’un album. Après son excellent « Texas Cowboys », l’auteur d’ « Esteban » renoue donc avec le western en s’attaquant au mythe du célèbre cow-boy solitaire.

Force est de constater que Matthieu Bonhomme rend un hommage particulièrement respectueux au personnage, notamment en utilisant d’autres protagonistes créés par Morris, tel que Laura Legs, mais également en plaçant la renommée du célèbre pistolero au centre du récit. Il ajoute néanmoins sa touche personnelle au personnage, notamment en dépeignant un héros légèrement plus sombre et moins solitaire que d’habitude, puisqu’il est aidé par un certain Doc Wednesday, dont le nom fait inévitablement penser à Doc Holliday, l’as de la gâchette célèbre pour sa participation à la fusillade d’O.K. Corral en compagnie de Wyatt Earp.

Si ce récit, qui se déroule dans une ville minière, est forcément riche en pépites (quoi que…), Matthieu Bonhomme livre une intrigue très classique et sans véritables surprises. Même le subterfuge qui se cache derrière cette scène où notre héros mord la poussière est finalement assez prévisible. De plus, les adversaires de Lucky Luke manquent quelque peu de charisme et ne laisseront donc pas un souvenir impérissable.

Et pourtant, malgré un scénario un peu trop convenu, cet hommage au personnage vaut assurément le détour. Déjà, rien qu’au niveau du graphisme, cet album est un véritable délice. De la couverture à la dégaine de Lucky Luke, le dessin est une totale réussite. De plus, Matthieu Bonhomme parvient à insuffler une certaine modernité à l’univers imaginé par Morris.

Un premier one-shot convainquant et je suis curieux de découvrir ce que Guillaume Bouzard réserve au personnage, dans un second one-shot prévu pour le mois de juin.

Ils en parlent également : Yaneck

Publicités

Lewis Trondheim et Matthieu Bonhomme – Texas cowboys (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dupuis, Franco-Belge, Intégrales, Matthieu Bonhomme, [DL 2014], [Grand public] with tags , on 24 octobre 2014 by Yvan

Nouvel hommage réussi au genre !

Lewis Trondheim et Matthieu Bonhomme - Texas cowboys (Tome 2)Jihaaaaaaa ! Alors que le tome précédent avait tout d’un one-shot, les Texas Cowboys de Lewis Trondheim et Matthieu Bonhomme sont de retour pour une nouvelle virée à Fort Worth, l’endroit le plus dangereux de l’Ouest américain.

Le récit se déroule six ans après les évènements du volet précédent, mais invite de nouveau à suivre les pas de Harvey Drinkwater. Devenu célèbre grâce à ses chroniques sur Fort Worth, ce dernier retourne dans ce bled perdu de l’ouest sauvage afin d’y aider son ami Ivy Forest, dont la famille est retenue prisonnière par les anciens partenaires de Sam Brass.

Outre ce personnage qui doit faire face à des gens qui ont encore un compte à régler avec lui, Trondheim invite également à suivre les déboires d’une galerie de nouveaux personnages absolument succulents. De Thomas Woodham, un vétéran sudiste alcoolique qui raconte de quel manière il a perdu son bras, à Butch La Framboise, une grande gueule qui cherche la bagarre à tout le monde, en passant par la propriétaire de bétail Madame Cooper, les auteurs brossent le portrait de personnages charismatiques et haut en couleurs, qui s’entrecroisent au fil des pages, donnant progressivement tout son sens à ce récit choral géré de main de maître.

La narration exemplaire, ponctuée de dialogues savoureux, permet de mener plusieurs récits en parallèle, sans jamais perdre le lecteur. À coups de six cases par planche, Lewis Trondheim assemble un puzzle dont les pièces s’assemblent au fil des pages. Le découpage en chapitres de 16 pages, précédés d’une couverture pleine page au style d’antan, entretient l’aspect feuilleton du récit. Le graphisme judicieusement vieillot de Matthieu Bonhomme vient couronner cette belle réussite.

Ce nouveau récit qui peut se lire indépendamment du premier est donc un pur hommage au genre, qui mêle shérifs, brigands, poker, bagarres de saloon, femmes fatales et une bonne dose d’alcool, dans un endroit rythmé par les duels au colt entre cow-boys, où les couteaux plantés dans des mains tenant deux as de cœur ne sont pas rares.

Un véritable coup de cœur, que vous pouvez retrouver dans mon Top du mois et dans mon Top de l’année !

Matthieu Bonhomme – Esteban, Le sang et la glace (Tome 5)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dupuis, Franco-Belge, Matthieu Bonhomme, Séries, [DL 2013], [En cours], [Grand public] with tags , , on 17 mars 2014 by Yvan

Fin d’un excellent premier cycle !

Matthieu Bonhomme - Esteban, Le sang et la glace (Tome 5)Après deux tomes édités chez Milan sous le label Treize étrange et un voyage rebaptisé “Esteban” à partir du troisième volet suite à l’arraisonnement du baleinier par Dupuis, Matthieu Bonhomme (Le Marquis d’Anaon, Omni-visibilis, « Messire Guillaume ») livre à présent la conclusion du premier cycle de cette aventure.

Entamée comme le récit initiatique d’un jeune orphelin qui rêvait de devenir harponneur, cette saga avait temporairement abandonné les mers houleuses pour rejoindre la terre ferme de Patagonie, où l’équipage du Léviathan se retrouvait prisonnier du bagne d’Ushuaia. Si Matthieu Bonhomme a su passer avec grande aisance du récit maritime à un huis-clos carcéral, l’évasion en fin de tome précédent invitait le lecteur à rejoindre l’océan.

Matthieu Bonhomme continue donc de nous raconter l’évasion d’Esteban et de ses compagnons voguant vers la liberté. Tout ne se déroule cependant pas comme prévu et, après avoir été prisonnier en Terre de Feu, l’équipage se retrouve sans carburant, pris au piège entre le général qui les poursuit et une tribu d’indiens qui n’apprécient pas trop les visages pâles. Multipliant les rebondissements et accentuant la tension au fil des pages, l’auteur livre un récit prenant, porté par des personnages extrêmement attachants.

Visuellement, je demeure fan du dessin de Matthieu Bonhomme. Passant d’un environnement carcéral à de grands espaces sauvages au bout du monde avec une aisance déconcertante, il continue de faire des merveilles avec ce trait simple et efficace qui donne vie à une extraordinaire aventure humaine. Et pour couronner le tout, il y a l’admirable colorisation de Delphine Chedru, qui parachève le tout et contribue à plonger cette histoire dans une ambiance qui s’installe au diapason du scénario.

Vivement le deuxième cycle !

Lewis Trondheim et Matthieu Bonhomme – Texas cowboys

Posted in BANDES DESSINÉES, Dupuis, Franco-Belge, Intégrales, Matthieu Bonhomme, [DL 2012], [Grand public] with tags , on 10 septembre 2012 by Yvan

Une pépite du Wild West !

Lewis Trondheim et Matthieu Bonhomme - Texas cowboysAprès l’excellent Omni-Visibilis, Lewis Trondheim (au scénario) et Matthieu Bonhomme (au dessin) réitèrent leur collaboration dans un registre radicalement différent.

Prépubliée dans le magazine Spirou sous forme de fascicules faussement numérotés, cette histoire invite à suivre les pas de Harvey Drinkwater, un jeune journaliste de Boston qui est envoyé au Texas pour faire un reportage sur le « Hell’s Half Acre », le coin le plus dangereux de tout le Far West. Débarquant dans ce bled perdu de l’ouest sauvage où la loi s’impose à coups de revolver, il décide néanmoins d’abandonner le journalisme pour se lancer dans une aventure remplie de bandits et de magouilles.

Ce one-shot est donc un pur hommage au genre, qui mêle shérifs corrompus, brigands, serpents à sonnettes, lynchages, poker, braquages, femmes fatales et une bonne dose de dynamite, dans un endroit rythmé par les duels au colt entre cow-boys, où les couteaux plantés dans des mains tenant deux as de cœur ne sont pas rares.

Les auteurs brossent le portrait de personnages charismatiques et haut en couleurs, qui s’entrecroisent au fil des pages, donnant progressivement tout son sens à ce récit choral géré de main de maître. De Sam Brass, le dangereux hors-la-loi dont la tête est mise à prix, à l’irrésistible Betsy Malone, la joueuse de poker du saloon local, en passant par Ivy, le vieux briscard qui sert de guide au jeune Harvey, les personnages sont tout bonnement exquis. Le tout étant ponctué de dialogues savoureux.

En se jouant de la chronologie linéaire, la narration permet de mener plusieurs récits en parallèle, sans jamais perdre le lecteur. À coups de six cases par planche, Lewis Trondheim assemble un puzzle dont les pièces s’assemblent au fil des pages. Le découpage en huit chapitres de 16 pages, précédés d’une couverture pleine page au style d’antan, entretient l’aspect feuilleton du récit. Le graphisme judicieusement vieillot de Matthieu Bonhomme vient couronner cette belle réussite.

Une leçon d’art séquentiel par deux pistoleros du neuvième art !

Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top de l’année et dans mon Top du mois !

Matthieu Bonhomme – Esteban, Prisonniers du bout du monde

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Dupuis, Franco-Belge, Matthieu Bonhomme, Séries, [DL 2012], [En cours], [Grand public] with tags , , , on 18 juillet 2012 by Yvan

Merveilleuse série d’un grand Bonhomme !

Matthieu Bonhomme - Esteban, Prisonniers du bout du mondeAprès deux tomes édités chez Milan sous le label Treize étrange et un voyage rebaptisé « Esteban » suite à l’arraisonnement du baleinier par Dupuis, c’est à présent un changement de cap scénaristique que propose Matthieu Bonhomme (Le Marquis d’Anaon, Omni-visibilis, « Messire Guillaume »). Si le commandant de cette saga a su prouver qu’il avait le pied marin lors des trois premiers volets de ce récit initiatique qui raconte l’histoire d’un jeune orphelin qui rêvait de devenir harponneur, il décide de rejoindre la terre ferme lors de ce quatrième tome.

L’aventure du jeune Esteban se poursuit en effet en Patagonie, là où l’équipage du Léviathan a échoué. Après avoir échappé à l’emprisonnement grâce à son oncle Tonto, le jeune indien décide donc d’aider ses amis à s’évader du bagne d’Ushuaia en se faisant enrôler comme gardien de prison. Si Matthieu Bonhomme passe habilement du récit maritime à un huis-clos carcéral, il livre surtout un récit qui à de quoi faire jalouser la récente série concept sur le thème de l’évasion dirigée par David Chauvel.

Encore prisonniers des glaces lors du tome précédent, les personnages de cette saga se retrouvent maintenant pris au piège dans une prison en Terre de Feu. Si l’auteur propose un univers carcéral assez classique et un scénario qui ne recherche pas forcément l’originalité, il démontre cependant une nouvelle fois cette capacité à exceller dans la simplicité. Il installe tout d’abord un univers crédible, dont la dureté n’a rien à envier au quotidien à bord d’un baleinier, ainsi qu’une tension qui monte crescendo au fil des pages. Du capitaine charismatique du Léviathan, victime des maltraitances de ses geôliers, à la femme du général, en passant par la mission périlleuse d’un héros tentant de déjouer la surveillance des gardes, le travail au niveau des personnages est proche de la perfection.

Si la mise en scène est également exemplaire, c’est surtout le talent graphique de Matthieu Bonhomme qui n’en finit pas de me séduire. Passant de grands espaces marins à un environnement carcéral avec une aisance déconcertante, il continue de faire des merveilles avec ce trait simple et efficace qui donne vie à une extraordinaire aventure humaine. Et pour couronner le tout, il y a l’admirable colorisation de Delphine Chedru, qui parachève le tout et contribue à plonger cette histoire dans une ambiance qui s’installe au diapason du scénario.

Un album que vous pouvez retrouver dans mon Top de l’année et un auteur que je place dorénavant dans mon Hall of Fame (voir mes auteurs favoris dans le menu à droite de l’écran), afin d’y rejoindre ces quelques auteurs dont il m’est parfois difficile de parler en toute objectivité.

De l’aventure comme on en redemande !

picasion

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Trondheim et Bonhomme – Omni-visibilis

Posted in BANDES DESSINÉES, Dupuis, Franco-Belge, K.BD, Matthieu Bonhomme, One-shots, [Accessible], [Angoulême 2011], [DL 2010] with tags , on 7 septembre 2010 by Yvan

Big Brother version Trondheim !

Omni-visibilis Trondheim Bonhomme« Omni-visibilis » est indéniablement une des belles surprises de cette rentrée.

Le héros, un trentenaire on ne peu plus ordinaire, si ce n’est qu’il a une phobie aiguë des bactéries. Son existence pépère va pourtant vite basculer lorsqu’il devient la vedette d’un show live retransmis à tout les habitants de la planète : sa vie ! Un beau matin, au réveil, Hervé découvre en effet qu’il retransmet télépathiquement ses cinq sens à toute la planète, passant ainsi d’un mister nobody à une vedette mondiale.

Partant de cette idée de base géniale, Lewis Trondheim livre une aventure rocambolesque, haletante, originale et drôle. Les talents de cet homme constituent vite la convoitise de tous, de sa petite amie au restaurateur du coin, en passant par les services secrets, et l’auteur prend un malin plaisir à étaler les perspectives lucratives de son phénomène de foire, tout en abordant les conséquences souvent amusantes sur l’intimité du personnage. Rythmé par la chasse à l’homme lancée à l’encontre d’Hervé, le récit imaginé par Trondheim s’avère aussi intelligent que burlesque. Construit sur des dialogues efficaces et un ton léger, ce récit pourvu d’une excellente chute, se dévore d’une seule traite.

De plus, le trait séduisant de Matthieu Bonhomme, rehaussé d’une bichromie bleuâtre, convient parfaitement à cette course poursuite burlesque et parfaitement maîtrisée.

Trondheim et Bonhomme - Omni-visibilisLisez également l’avis à plusieurs mains de K.BD !

Vehlmann & Bonhomme – Le Marquis d’Anaon T5

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Fabien Vehlmann, Franco-Belge, Matthieu Bonhomme, Séries, [Angoulême 2009], [DL 2008], [En cours], [Grand public] with tags , on 14 février 2010 by Yvan

Vehlmann Bonhomme marquis d anaonParis. Suite à une convocation notariale, Jean-Baptiste Poulain découvre que, tout comme cinq autres personnes, il est l’héritier d’un certain Umberto Leone. Peu disposé à accepter une partie de la fortune de cet illustre inconnu sans essayer d’en comprendre les motivations, il se rend au domicile du bienfaiteur. Au milieu d’étranges objets et de notes, la gouvernante du défunt lui apprend que Leone était obnubilé par l’Egypte les dix dernières années de sa vie. Intrigué par l’immense secret que semble renfermer la pyramide de Khéops et par les circonstances étranges du décès de ce mystérieux donateur, Poulain embarque pour le Caire. La chasse aux secrets peut débuter !

Après avoir visité la région natale de Fabien Vehlmann (Les cinq conteurs de Bagdad, Des Lendemains sans Nuage, Dieu qui pue Dieu qui pète, Green Manor, Seuls) le Marquis d’Anaon livre une aventure un peu plus légère, au sein d’un décor bien plus exotique. Malgré le changement de cadre, le lecteur est une nouvelle fois happé par Lire la suite