Archive for the Neil Gaiman Category

Neil Gaiman – Sandman, La saison des brumes

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Neil Gaiman, One-shots, [Angoulême 2000-2005], [DL 2000 à 2005], [Sans super-héros] with tags , , on 7 avril 2011 by Yvan

L’univers des songes continue de s’enrichir !

Neil Gaiman - Sandman, La saison des brumesC’est par ce quatrième tome que Delcourt a débuté la publication de cette excellente saga. Même si cette histoire peut se lire indépendamment des autres, le fait de ne pas respecter l’ordre de parution US est tout de même dommage à certains points de vue.

Dans ce tome, le façonneur de rêves doit en effet réparer une erreur du passé et retourner dans un endroit où l’on n’a pas encore oublié sa dernière intervention visant à récupérer ses pouvoirs après des décennies de captivité. Débuter cette histoire sans connaître l’histoire de Nada, cette mortelle qu’il condamna injustement aux Enfers dans un accès de colère, ou sans connaître le différent qui l’oppose à Lucifer et sans avoir préalablement goûté à cet univers d’une richesse incroyable, est tout de même un peu dommage.

Heureusement, ce quatrième volet débuté par une réunion de famille, qui permettra au néophyte de faire la connaissance des frères et sœurs de Morphée (Death, Destiny, Desire, Delirium, Despair et … c’est tout, car Destruction n’est pas là). C’est lors de cette réunion que Dream va entrevoir l’erreur qu’il a commise il y a déjà 10.000 ans et décide d’aller délivrer Nada du Royaume des Enfers.

La suite du récit propose donc une visite des Enfers en compagnie de Lucifer. Je conseille d’ailleurs à ceux qui ont apprécié ce petit tour du propriétaire de lire « Conte démoniaque » d’Aristophane. C’est ensuite une décision pour le moins surprenante de Lucifer qui va plonger Dream dans de sales draps. Ce dernier va en effet se retrouver en possession d’un objet qui va susciter de nombreuses convoitises. Sandman se retrouve alors confronté à de nombreuses délégations et émissaires venus de toutes parts afin de négocier la propriété de cet objet et il se retrouve des lors face à un choix très difficile.

Cette histoire démontre une nouvelle fois la capacité de Neil Gaiman à se nourrir de toutes sortes de mythologies afin de développer un univers d’une féerie et d’un onirisme rares. Le lecteur croisera ainsi des représentants du monde des Fées, les Parques, Caïn, des personnages issus de la mythologie nordique (Loki, Odin, Thor), égyptienne (Anubis) et orientale, des Démons et des humains chassés des Enfers, ainsi que des Anges. Aucun d’entre eux n’est épargné et tous sont dépeints de manière très humaine, l’auteur prenant grand soin de montrer leurs préoccupations, leurs faiblesses, leurs craintes et leurs défauts.

Au niveau du graphisme, l’alternance des différents dessinateurs nuit certes à l’unité graphique, mais dans un monde changeant comme celui du Rêve, cela ne dérange finalement pas trop de voir les personnages changer de visage, surtout que les dessins contribuent à faire ressortir toute l’étrangeté de l’univers sombre et lyrique imaginé par Neil Gaiman.

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2004 !

Neil Gaiman – Préludes & Nocturnes

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Contrebande, Delcourt, Intégrales, Neil Gaiman, [DL 2000 à 2005], [Sans super-héros] with tags on 7 mai 2010 by Yvan

Neil Gaiman - Préludes & NocturnesEdité par Delcourt après les numéros quatre et onze, ce premier tome de « Sandman » constitue le véritable début de la série et relate la quête du Seigneur des Rêves, libéré après 70 ans de captivité et lancé à la recherche des trois objets qu’on lui a dérobé : son heaume, sa bourse et son rubis.

Le lecteur est invité à suivre les pas d’un héros affaibli, dépourvu d’une partie de ses immenses pouvoirs et découvre donc un héros très humain et finalement assez vulnérable. Ce premier volet pose également les bases d’un univers extrêmement riche, rempli de cultes, de mythes, de créatures fantastiques et de légendes. Si le fil conducteur est la recherche des pouvoirs de Sandman, le récit permet de croiser différents personnages secondaires parfaitement développés, dont le célébrissime John Constantine. Un autre attrait de cette saga est la narration parfaitement maîtrisée de Neil Gaiman.

Si les superbes couvertures signés Dave McKean ne manqueront pas de séduire, le graphisme quelque peu surprenant de cette saga pourra en rebuter plus d’un. Ces huit premiers épisodes voient défiler trois dessinateurs différents (Sam Keith, Mike Dringenberg et Malcom Jones III) qui opèrent tous dans le même registre et proposent un travail visuellement assez uniforme.

Premier tome d’un chef-d’œuvre signé Neil Gaiman !

Gaiman & Kubert – 1602

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Daredevil, Deluxe, Intégrales, Neil Gaiman, Panini, Spider-Man, [Avec super-héros], [DL 2000 à 2005] with tags on 7 janvier 2010 by Yvan

Gaiman & Kubert - 1602

En 1602, l’atmosphère est tendue dans l’entourage de la reine d’Angleterre Elisabeth. Stephen Strange, le magicien de la souveraine perçoit d’étranges phénomènes sur la planète, tandis qu’une rumeur parle de jeunes gens dotés d’incroyables pouvoirs surhumains. De son côté, Sir Nicholas Fury, espion au service de sa majesté, essaye de déjouer les tentatives d’assassinats visant la reine. Une arme mystérieuse, ramenée en Europe par les Templiers et qui pourrait être liée aux mystérieuses tempêtes qui dévastent le monde, est elle convoitée par Le Comte Otto Von Fatalis de Latvérie.

Les huit épisodes de la maxi-série de Neil Gaiman et Andy Kubert se retrouvent réunis dans cette intégrale Marvel Deluxe qui reprend donc les deux premiers tomes de cette saga publiée dans la Collection 100% Marvel, ainsi qu’un bonus contenant croquis et commentaires.

L’originalité de cette série se situe dans la transposition efficace des personnages de l’univers Marvel (Les X-men, les 4 fantastiques, Magneto, Prof. Xavier, Dr. Strange, Otto Von Fatalis, Thor, Daredevil, Spider-Man, Nick Fury, etc.) au XVIIème siècle. Neil Gaiman installe son récit à une époque où l’Amérique est encore à l’aube de sa construction et place des héros comme les X-men dans un contexte historique peu exploité en comics, mais propice à une inquisition contre le paranormal et toutes formes de mutations.

Parsemant son ouvrage de références et clins d’œil multiples à l’univers Marvel, Neil Gaiman (« Sandman« ) imbrique tous les éléments de son histoire avec brio autour d’une intrigue bien construite et efficace. Il faut dire que l’environnement riche en conflits, complots et sortilèges se prête parfaitement au développement de ce scénario prenant et plein de rebondissements. Au-delà d’une mise en place judicieuse, l’auteur va cependant parfois se lancer dans de longues narrations explicatives souvent inutiles, qui viennent quelque peu plomber le rythme de cette aventure passionnante.

Graphiquement, le travail du duo tandem Kubert-Isanove (« Wolverine – Les origines« ) est impeccable, avec un dépaysement tout à fait crédible au temps de la Renaissance et une mention spéciale pour le coloriste d’origine française, Richard Isanove. Passant efficacement de décors de château à de nombreux panoramas et plan larges, le tout peut également compter sur une mise en scène irréprochable.

Malgré une conclusion un peu lourde en explications, cette première apparition des vedettes Marvel il y a plus de 400 ans vaut vraiment le détour.