Archive for the Scott Snyder Category

Scott Snyder et James Tynion IV – Batman Eternal (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015], [En cours] with tags on 22 juillet 2015 by Yvan

Le come-back d’un ennemi emblématique du Dark Knight !

Scott Snyder et James Tynion IV - Batman Eternal (Tome 2)Pour célébrer le 75ème anniversaire du Dark Knight, DC Comics a eu l’idée de lancer un titre hebdomadaire intitulé Batman Eternal, chapeauté par Scott Snyder et James Tynion IV. Afin de tenir un tel rythme de publication, le duo est secondé par d’autres scénaristes (John Layman, Ray Fawkes, Tim Seeley et Kyle Higgins) et par une flopée de dessinateurs (Jason Fabok, Dustin Nguyen, Andy Clarke, Emanuel Simeoni, Jorge Lucas, R. M. Guera et Juan Ferreyra). Ces artistes se relaient donc au fil des semaines lors des épisodes #14 à #24 de cette saga qui en compte 52 au total.

Afin de « remplir » ces 52 semaines, Scott Snyder et James Tynion IV imaginent une histoire tentaculaire aux nombreuses ramifications, qui multiplie les personnages et les rebondissements. Le fil rouge de l’histoire est l’incarcération de James Gordon, qui ouvre grand la porte au retour de la corruption à Gotham, ainsi qu’au comeback de Carmine Falcone, alias le Romain, et qui plonge Batman et Gotham au beau milieu d’une véritable guerre des gangs. Tandis que Batman et Jason Bard tentent de remettre de l’ordre dans Gotham, Batgirl, Batwoman et Red Hood se rendent au Brésil afin d’innocenter James Gordon. Red Robin et la jeune Harper Row filent au Japon afin de trouver l’origine de la nanotechnologie qui s’en prend aux habitants des Narrows. Batwing et Jim Corrigan, alias Le Spectre, explorent les souterrains de l’asile d’Arkham afin de comprendre les évènements surnaturels qui perturbent l’asile. Tout un programme donc !

Si l’intrigue principale avance bien, elle démontre également que Carmine Falcone n’est que la partie émergée de l’iceberg en proposant le retour d’un ancien ennemi de Batman qua l’on croyait pourtant réduit à jamais au silence. Si le retour du Romain était une bonne idée, je regrette un peu le fait que les auteurs aient recyclé ce personnage emblématique. Mais bon, il faut évidemment tenir un an… et pour fêter dignement l’anniversaire de Batman, les auteurs ont visiblement décidé d’inviter un maximum de personnages issus de l’univers du Chevalier Noir et de les mélanger au sein d’une grande machination visant à faire la fête à Gotham et à son héros le plus célèbre. Le récit se densifie donc au fil des pages, mais à force de multiplier les personnages et les intrigues secondaires, le récit a un peu tendance à s’éparpiller, surtout que ces nombreuses menaces ne font pas toujours avancer l’intrigue principale. Certains récits parallèles font office de remplissage et la partie dans les sous-sols d’Arkham m’a d’ailleurs foncièrement ennuyé. Après les aventures de Catwoman dans les bas-fonds de Gotham lors du tome 4 de Catwoman, je commence franchement à en avoir assez de ces aventures mystiques qui ne font pas avancer le schmilblick. Tout n’est cependant pas mauvais car, tout en recyclant le folklore de Batman, les auteurs parviennent à livrer plusieurs épisodes très plaisants à lire et quelques personnages très intéressants à suivre. Je pense notamment à l’incorruptible Jason Bard, qui comble le vide laissé par James Gordon de manière plus que convaincante, mais également à la surprenante Julia Pennyworth ou à la petite Harper Row. De plus, en opposant Alfred à sa fille et Catwoman à son père, tout en invitant à suivre la traque entre Stephanie Brown et son géniteur, les auteurs intègrent un aspect familial plutôt plaisant à suivre.

Visuellement, c’est le grand festival des styles afin de pouvoir respecter la publication hebdomadaire de cette série et cela commence tout doucement à se ressentir au niveau de la qualité et de l’uniformité graphique. Mais bon, comme il y en a pour tous les goûts, vous trouverez forcément votre bonheur parmi les nombreux styles proposés.

Ils en parlent également : Yaneck

Scott Snyder et Rafael Albuquerque – American Vampire, Le marchand gris (Tome 7)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, Vertigo Classiques, [DL 2015], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 20 mars 2015 by Yvan

Une nouvelle menace !

Scott Snyder et Rafael Albuquerque - American Vampire, Le marchand gris (Tome 7)Après un sixième volet aux allures de hors-série faisant défiler un grand nombre de guest stars, ce tome propose les cinq premiers épisodes du second cycle d’American Vampire. Après un petit récapitulatif des évènements qui ont eu lieu lors du cycle précédent, la série vampirique de Scott Snyder reprend le fil de l’intrigue abandonné lors de l’épisode « Le Marchand Gris » en fin de cinquième opus, qui constituait d’ailleurs une sorte de prélude au second cycle.

Quelques années après la retraite d’une Pearl Jones psychologiquement détruite suite à la mort de son mari Henry, le lecteur retrouve l’héroïne dans le bled où elle a grandi et où elle s’occupe dorénavant de jeunes vampires en détresse. L’apparition d’une nouvelle menace particulièrement inquiétante va néanmoins la contraindre à sortir une nouvelle fois les crocs qu’elle avait si soigneusement rangés. Le but principal de ce tome est surtout de présenter cette nouvelle menace qui oblige les différents personnages du premier cycle à unir leurs forces. Si l’on retrouve d’anciens protagonistes, tels que Pearl Jones, Skinner Sweet ou Calvin Poole, Scott Snyder profite également de cette mise en place pour nous présenter une galerie de nouveaux personnages très intéressants.

Le dernier épisode de cet album est un peu particulier car il alterne des pages issus du journal d’un mineur avec des planches classiques qui invitent à suivre les découvertes d’un agent des Vassaux de Vénus sur bases de ces notes. Cet exercice de style mis en images par Matias Bergara permet de nous éclairer un peu plus sur cette nouvelle menace.

Au niveau du graphisme, le reste de l’album est dessiné par Rafael Albuquerque et son travail s’avère à nouveau remarquable et d’une efficacité rare. Le Brésilien s’installe au diapason de l’ambiance, livre des protagonistes bien campés et déchire lors de chaque attaque de ses monstres. Son trait dynamique et nerveux accompagne parfaitement la sauvagerie dégagée par ces nouveaux ennemis et permet d’offrir quelques scènes délicieusement terrifiantes.

Un album que vous retrouverez inévitablement dans mon Top comics de l’année !

Scott Snyder et James Tynion IV – Batman Eternal

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015], [En cours] with tags on 13 mars 2015 by Yvan

C’est la grosse fête à Gotham !

Scott Snyder et James Tynion IV - Batman EternalPour célébrer le 75ème anniversaire du Dark Knight, DC Comics a eu l’idée de lancer un titre hebdomadaire intitulé Batman Eternal et chapeauté par Scott Snyder et James Tynion IV. Afin de tenir un tel rythme de publication, le duo est secondé par d’autres scénaristes (John Layman, Ray Fawkes et Tim Seeley) et par une flopée de dessinateurs (Jason Fabok, Dustin Nguyen, Andy Clarke, Trevor McCarthy, Emanuel Simeoni, Guillem March, Riccardo Burchielli, Ian Bertram, Mikel Janin et Guillermo Ortego) qui se relaient au fil des semaines.

Ce premier tome, qui rassemble les épisodes #1 à #13, s’ouvre sur un flash-forward qui n’annonce rien de bon pour Batman et sa ville, tout en faisant bien comprendre au lecteur qu’il s’attaque ici à quelque chose d’énorme. Et il faut bien avouer que l’intrigue commence de manière très prometteuse, avec un commissaire Gordon qui se retrouve emprisonné pour bavure, ouvrant ainsi grand la porte au retour de la corruption à Gotham, ainsi qu’au comeback de Carmine Falcone, alias le Romain !

Si le fil rouge de l’intrigue demeure l’incarcération de James Gordon, le retour de Carmine Falcone n’est que la partie émergée de l’iceberg. Pour fêter dignement l’anniversaire de Batman, les auteurs ont en effet décidé d’inviter un maximum de personnages issus de l’univers du Chevalier Noir et de les mélanger au sein d’une grande machination visant à faire la fête à Gotham et à son héros le plus célèbre. Le récit se densifie donc au fil des pages, mais à force de multiplier les personnages et les intrigues secondaires, le récit a un peu tendance à s’éparpiller, surtout que ces nombreuses menaces ne font pas toujours avancer l’intrigue principale. Certaines menaces sont de surcroît également laissées en suspend durant plusieurs épisodes, ce qui a tendance à diluer encore un peu plus l’ensemble. Si le récit nous emmène du Japon à l’Amérique du Sud, en passant par l’asile d’Arkham, et que ça part un peu dans tous les sens, c’est cependant loin d’être mauvais, bien au contraire. Tout en recyclant le folklore de Batman (et une grosse partie du run de Grant Morrison), les auteurs parviennent à livrer une histoire dynamique et très plaisante à lire. De plus, certains nouveaux personnages font leur apparition, de la surprenante Julia Pennyworth à l’incorruptible Jason Bard, qui comble le vide laissé par James Gordon de manière plus que convaincante.

Visuellement, c’est le grand festival des styles afin de pouvoir respecter la publication hebdomadaire de cette série, mais dans l’ensemble, la qualité est très bonne. Si j’ai particulièrement apprécié le dessin de Jason Fabok, j’ai trouvé que celui d’Ian Bertram tranchait un peu trop avec le reste.

Probablement pas un incontournable, mais indéniablement un excellent moment de lecture que vous pouvez retrouver dans mon Top comics de l’année !

Ils en parlent également: Dionysos, Yaneck

Scott Snyder et Greg Capullo – Batman, L’An Zéro, deuxième partie (Tome 5)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2015], [En cours] with tags on 23 février 2015 by Yvan

Des origines New 52 finalement assez dispensables !

Scott Snyder et Greg Capullo - Batman, L’An Zéro, deuxième partie (Tome 5)Après avoir été confronté à « La Cour des Hiboux » lors des deux premiers tomes et au Joker lors d’un titre qui faisait écho à celui de la saga de Starlin et Aparo (« Un deuil dans la famille« ), le héros de Scott Snyder avait visiblement besoin d’origines plus modernes au sein de ce relaunch de l’univers DC. Revenir sur les débuts du Dark Knight après le cultissime « Batman Year One » de Frank Miller et David Mazzucchelli, tout en nommant l’arc « Zero Year », ressemble cependant plus à une mission suicide qu’à du courage. Si Scott Snyder et Greg Capullo s’en sortaient encore plutôt bien lors de la première partie, cette suite qui reprend les épisodes #25 à #27 et #29 à #33 est déjà beaucoup moins convaincante.

Après avoir affronté le gang du Red Hood, Bruce Wayne doit maintenant faire face à deux nouveaux ennemis. Si le premier se nomme Docteur La Mort et qu’il élimine des scientifiques dans d’atroces souffrances, il se révèle néanmoins vite assez anecdotique face à la seconde menace, mise en place par Edward Nygma. Le Sphinx provoque en effet un black-out qui isole Gotham du reste du monde, tout en la réduisant à l’état sauvage.

En privilégiant l’action et en s’éloignant du polar à l’ambiance mafieuse, les auteurs parviennent certes à proposer quelque chose de radicalement différent de « Year One ». De plus, en transformant Gotham City en cité sauvage, ils sortent également le Dark Knight de son environnement habituel, proposant ainsi quelque chose de nouveau. Le hic, c’est qu’on a du mal à croire à cet Homme-Mystère qui parvient à prendre le contrôle total de la ville et que l’idée d’un « No Man’s Land » n’est pas vraiment neuve. Au fil des ennemis, on finit également par chercher où se trouve la revisite des origines, car le récit se contente surtout d’enchaîner les méchants, tout en s’éloignant du côté réaliste et sombre des histoires dont on a l’habitude.

S’il faut noter une petite baisse de régime au niveau de l’intrigue, tout n’est cependant pas à jeter. Ce récit qui invite à suivre Bruce Wayne à ses débuts, dépeint un héros qui n’est pas encore le fameux Chevalier Noir et qui se construit dans la douleur. Il manque encore cruellement d’expérience et ses actions ne sont pas encore assez réfléchies. Au fil du récit, il semble néanmoins apprendre de ses erreurs et les liens qu’il tisse avec le lieutenant Jim Gordon et Lucius Fox sont la preuve que quelque chose de solide est en train de se construire. Scott Snyder livre d’ailleurs de l’excellent boulot au niveau des personnages de Jim Gordon et d’Alfred.

Visuellement, le dessin dynamique de maître Capullo continue de faire des merveilles. La deuxième partie d’album se déroulant à Cité Sauvage délaisse les couleurs sombres des ruelles de Gotham pour faire exploser des couleurs éclatantes et plonger le lecteur dans un décor ensoleillé et inhabituellement bucolique. Le costume improvisé de Batman est d’ailleurs également très réussi.

Pas mauvais, mais des nouvelles origines que j’aurais néanmoins tendance à qualifier de dispensables…

Scott Snyder et Sean Murphy – The Wake

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, One-shots, Scott Snyder, Urban Comics, Vertigo Deluxe, [DL 2015], [Sans super-héros] with tags on 6 février 2015 by Yvan

Plongée dans les abysses océaniques !

Scott Snyder et Sean Murphy – The WakeAprès leur collaboration sur American Vampire Legacy, Scott Snyder et Sean Murphy se retrouvent pour un récit qui plonge le lecteur dans les abysses de l’océan.

Ce one-shot récompensé par l’Eisner Award du Meilleur Dessinateur et de la Meilleure Mini-série est découpé en deux parties de cinq épisodes situés à deux époques différentes. Le présent invite à découvrir l’histoire de Lee Archer, une biologiste spécialisée dans l’écoute sonar des mammifères marins, qui se retrouve embarquée dans une expédition gouvernementale top secrète sous la calotte glaciaire. Le futur permet de découvrir une Terre post-apocalyptique presque totalement submergée. Certains passages remontent également à la préhistoire, afin de revenir sur les origines de la mystérieuse créature sous-marine qui se retrouve au centre de l’intrigue.

L’univers aquatique mis en place par les auteurs happe littéralement le lecteur, tout comme cette intrigue mêlant science-fiction et horreur qui offre non seulement une plongée passionnante dans les fonds marins, mais qui s’intéresse également à l’évolution de l’humanité. Si l’ambiance est prenante et que le cocktail fonctionne à merveille, la conclusion du récit m’a par contre un peu moins enthousiasmé. Visuellement, Sean Murphy (Joe l’aventure intérieure, Punk Rock Jesus) prend visiblement plaisir à dessiner ses créatures sanguinaires et ses engins futuristes et nous gratifie de quelques belles doubles pages.

Du bon divertissement !

Scott Snyder et Greg Capullo – Batman, L’an zéro (Tome 4)

Posted in BANDES DESSINÉES, Batman, Comics, DC Renaissance, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, [Avec super-héros], [DL 2014], [En cours] with tags on 17 octobre 2014 by Yvan

Les origines « New 52 » du personnage !

Scott Snyder et Greg Capullo - Batman, L'an zéro (Tome 4)Après avoir été confronté à « La Cour des Hiboux » lors des deux premiers tomes et au Joker lors d’un titre qui faisait écho à celui de la saga de Starlin et Aparo (« Un deuil dans la famille« ), le héros de Scott Snyder avait visiblement besoin d’origines plus modernes au sein de ce relaunch de l’univers DC. Revenir sur les débuts du Dark Knight après le cultissime « Batman Year One » de Frank Miller et David Mazzucchelli, tout en nommant l’arc « Zero Year », ressemble cependant plus à une mission suicide qu’à du courage. Pourtant, après lecture de cette première partie reprenant les épisodes #0 et #21 à #24, force est de constater que Scott Snyder et Greg Capullo s’en sortent plutôt bien.

Le récit invite à suivre Bruce Wayne au moment de son retour à Gotham City. Le jeune milliardaire refuse cependant de se montrer au grand jour et, malgré ses tentatives courageuses pour arrêter les méfaits du gang de Red Hood, il n’est pas encore le fameux Chevalier Noir. En privilégiant l’action et en s’éloignant du polar à l’ambiance mafieuse, les auteurs parviennent à proposer quelque chose de radicalement différent de « Year One ». De plus, le travail au niveau de ce personnage qui se cherche en tant que justicier et qui refuse encore d’accepter le poids de son héritage familial, est très bon, avec notamment une relation aussi surprenante que tendue entre Bruce et son célèbre majordome. Les souvenirs d’enfance de Bruce sont également parfaitement intégrés au récit, tout comme quelques références à des personnages clés tels que la famille Falcone, Vicky Vale, le Pingouin et Edward Nygma, alias le Sphynx. Bref, de l’excellent boulot, ponctué par le dessin dynamique de maître Capullo, qui fait à nouveau des merveilles.

L’épisode Batman #0, proposé en guise d’amuse-bouche, ne s’intègre pas trop mal à l’ensemble car il est également dédié au gang de Red Hood. Les différents back-up proposent des petites histoires anecdotiques qui se sont déroulées dans différents pays lors de l’exil de Bruce Wayne. Des récits qui ne sont donc pas indispensables, mais qui permettent de retrouver Rafael Albuquerque et Andy Clarke au dessin.

Vivement la suite !

Ils en parlent également : Dionysos, Yaneck

Scott Snyder et Rafael Albuquerque – American Vampire, Une virée en Enfer (Tome 6)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Séries, Scott Snyder, Urban Comics, Vertigo Classiques, [DL 2014], [En cours], [Sans super-héros] with tags , on 10 octobre 2014 by Yvan

Un intermède qui ne fait pas vraiment avancer le schmilblick…

Scott Snyder et Rafael Albuquerque - American Vampire, Une virée en Enfer (Tome 6)Ce sixième volet, qui reprend l’épisode “The Long Road to Hell” ainsi qu’American Vampire Anthology #1, ne fait pas vraiment avancer l’histoire principale et est donc plus à considérer comme un hors-série accompagné d’un défilé de guest stars.

La première histoire, qui donne son titre à l’album, invite à suivre les déboires d’un couple d’escrocs de seconde zone, qui se retrouve aux prises avec un groupe de mafieux aux crocs particulièrement acérées. Si le récit permet de croiser la route de Travis Kidd (le chasseur de vampire très rock’n’roll qui orne la couverture du tome 4), ce road-movie en compagnie de Billy Bob et Jolene se révèle finalement assez anecdotique.

Lors de l’anthologie, Scott Snyder et (surtout) Rafael Albuquerque laissent la place à divers scénaristes (Becky Cloonan, Francesco Francavilla, Jason Aaron, Jeff Lemire, Gail Simone, Gabriel Bá, Fábio Moon, Greg Rucka) et dessinateurs (Becky Cloonan, Francesco Francavilla, Ivo Milazzo, Ray Fawkes, Tula Lotay, Gabriel Bá, Fábio Moon, JP Leon, Declan Shalvey), le temps d’une multitude de mini-histoires à l’intérêt très variable. De l’émergence des vampires parmi les indiens jusque dans le milieu du cinéma, ce recueil traverse diverses périodes de l’histoire des Etats-Unis. Si cela permet de croiser quelques personnages clés de la série (Skinner Sweet, Chase Hamilton, Hettie Hargrove) et de combler quelques petites zones d’ombre (notamment concernant la période hollywoodienne), on n’apprend finalement pas grand-chose et les histoires s’avèrent beaucoup trop courtes pour pouvoir laisser un souvenir impérissable. De plus, visuellement, les styles varient beaucoup trop d’une histoire à l’autre.

Un intermède sans véritable plus-value, qui permet néanmoins de passer un bon moment dans l’univers vampirique de Scott Snyder… en attendant la suite de cette excellente saga !