Archive for the Zidrou Category

Zidrou et Oriol – Natures mortes

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, One-shots, Zidrou, [Accessible], [DL 2017] with tags , on 29 mars 2017 by Yvan

Des toiles plus vraies que nature !

Zidrou et Oriol - Natures mortesPour leur troisième collaboration, Zidrou et Oriol (« La Peau de l’Ours » et « Les Trois Fruits ») partent à Barcelone côtoyer des peintres talentueux de la fin du XIXe siècle, dont un certain Vidal Balaguer (1873 — ?), encensé par ses collègues, mais méconnu du grand public.

Artiste bohème, criblé de dettes, Vidal Balaguer doit non seulement tout faire pour éviter de croiser son créancier, mais se retrouve également soupçonné de la disparition de sa compagne et muse Mar Noguera Monzo. Le fait que le corps d’une vieille dame dont il avait signé le portrait mortuaire se soit également volatilisé ne plaide évidemment pas en sa faveur…

Le scénario imaginé par Zidrou, mêlant histoire d’amour, biographie imaginaire et polar fantastique, permet très intelligemment de donner vie à l’œuvre de Vidal Balaguer et de rendre le travail de l’artiste encore plus ensorcelant et vivant. Si l’auteur insuffle beaucoup de poésie dans son récit, il faut également une nouvelle fois saluer les dialogues savoureux et la narration exemplaire effectuée à travers un vieux peintre qui se souvient de cet ami tellement talentueux, mais disparu dans d’étranges conditions…

« Mar portait bien son nom. Comme la mer, elle allait et venait…Mais entre elle et moi, c’était différent. J’étais sa plage, en quelque sorte….et la plage ne demande pas à la mer où elle a passé la nuit! »

Si je suis un inconditionnel de Zidrou, il faut surtout saluer le travail d’Oriol dans cette œuvre qui rend hommage à la peinture. Si le scénariste a l’art de s’entourer de dessinateurs talentueux, il se fait en effet voler la vedette par le dessinateur espagnol, qui livre une prestation remarquable. De cette couverture dont la texture rappelle celle d’une toile à cette mise en couleur directe tout bonnement sublime, l’album nous plonge au cœur de l’art et de cette ambiance barcelonaise envoûtante de la fin du XIXème siècle. Du grand art Monsieur Oriol !

Un coup de cœur qui mérite une belle place dans mon Top BD de l’année !

Zidrou et Alexeï Kispredilov – Rosko, Les Enfants de Marie (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Delcourt, Diptyques, Franco-Belge, Zidrou, [Accessible], [DL 2017] with tags on 15 février 2017 by Yvan

Conclusion de la saga !

Zidrou et Alexeï Kispredilov - Rosko, Les Enfants de Marie (Tome 2)Initialement prévu en trois tomes, ce thriller d’anticipation se conclut finalement avec ce second volet qui se sera d’une part fait désirer, mais qui s’avère d’autre part bien plus épais que le précédent.

Le lecteur retrouve donc Per Svenson, l’ennemi public numéro un, qui a nonante-deux victimes à son actif et qui est toujours en cavale suite à son évasion le jour de son exécution. Les autorités sont convaincues qu’il va tenter de s’en prendre à Épiphanie Kendricks, la seule survivante de ce malade qui compte 92 victimes à son actif. Quant à Rosko Timber, le policier retraité qui pourchassa et arrêta le célèbre tueur en série, six ans auparavant, il tente d’oublier ses démons et ne tient pas vraiment à participer à cette foire médiatique. Mais bon, dans la vie on n’a pas toujours le choix…

Situé dans un futur assez proche, « Rosko » plonge le lecteur au sein d’une société peu reluisante où la sécurité publique est gérée par une entreprise privée qui ne protège que les personnes en ordre de cotisations. Dans ce monde où la chirurgie esthétique et reine et l’audimat souverain, les exécutions sont retransmises en direct, abandonnant même le choix de la manière au vote des téléspectateurs. À travers ce diptyque, Zidrou ne manque donc pas de pointer du doigt les dérives d’une société hyper-libérale, axée sur le divertissement et entraînée par une course au sensationnel sans limites et dépourvue de toute considération éthique.

S’appuyant une nouvelle fois sur des personnages particulièrement denses, Zidrou propose un récit choral où les différentes histoires personnelles finissent par se regrouper avec maestria. Passant d’Épiphanie Kendricks, encore toute petite au moment des faits, qui se souvient progressivement de l’horreur qu’elle a vécue, à un ami d’enfance de Per Svenson, devenue chirurgien esthétique réputé, l’auteur dévoile petit à petit les motivations du tueur. Multipliant les rebondissements et dévoilant progressivement une machination d’envergure, le scénariste déroule une intrigue certes classique, mais maîtrisée en tous points.

Parfaitement rythmé et prenant au possible, ce polar particulièrement sombre est dessiné par Alexeï Kispredilov. Ce dernier propose une mise en images dynamique, très cinématographique, qui accompagne parfaitement cette intrigue imaginée par le tr ès prolifique Zidrou.

Un bon diptyque !

Zidrou et José Homs – Shi, Au commencement était la colère

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Séries, Zidrou, [DL 2017], [En cours], [Grand public] with tags , on 1 février 2017 by Yvan

La colère des femmes dans le Londres victorien !

Zidrou et José Homs - Shi, Au commencement était la colère« Au commencement était la colère » est le premier volet d’une saga prévue en quatre tomes. Si le peu de sagesse qui sommeille en moi m’incitait à attendre la suite avant de me lancer, il y avait tout d’abord cette superbe couverture qui me faisait dangereusement de l’œil, puis il y avait le nom de Zidrou qui a fait péter tous les mécanismes de sécurité censés contenir le bédéphile compulsif qui a dévoré ce premier tome…

Le récit débute à notre époque en compagnie d’un riche industriel, mais un flash-back explosif nous propulse très vite en plein Londres victorien. Si Zidrou invite à suivre la destinée de plusieurs personnages sur différentes époques, le cœur de l’intrigue se déroule en 1851, lors de la toute première Exposition universelle. C’est là que débute l’enquête et la colère de Jennifer Winterfield, la fille rebelle du Colonel Winterfield, qui aimerait bien découvrir le mystère qui se cache derrière cette japonaise exposée, qui tient visiblement un bébé mort dans ses bras…

Outre ces deux héroïnes fortes, qui s’installeront progressivement à l’origine d’une colère viscérale qui frappera à travers les époques, Zidrou propose une galerie de personnages charismatiques. De l’attachante petite Pickles au détestable révérend, en passant par le docteur Winterfield ou les membres de ce petit groupe sectaire aux pratiques répugnantes, aucun protagoniste ne laisse le lecteur indifférent. L’auteur ne manque pas non plus d’utiliser ce casting particulièrement réussi pour dénoncer la condition des femmes et des pauvres au sein de cette société sexiste, hypocrite et cruelle.

Au cas où la présence d’un Zidrou, de surcroît en grande forme, ne suffirait pas à vous convaincre de lire ce tome, je vous invite à le feuilleter afin de découvrir le graphisme époustouflant de José Homs (Millenium, Secrets : L’Angélus). La mise en images dynamique et soignée du dessinateur espagnol fait des merveilles, que ce soit au niveau de l’univers sombre auquel il donne vie ou au niveau de l’expressivité des personnages. Notons de plus la présence d’un cahier graphique réservé à la première édition.

Bref, lisez cette saga qui inaugure de bien belle manière mon Top BD de l’année !

Zidrou et Simon Van Liemt – Ric Hochet, Meurtres dans un jardin français (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Lombard, Séries, Zidrou, [DL 2016], [En cours], [Grand public] with tags on 30 décembre 2016 by Yvan

Deuxième enquête de cette remise à zéro !

Zidrou et Simon Van Liemt - Ric Hochet, Meurtres dans un jardin français (Tome 2)Ayant bien aimé le premier volet de ces « Nouvelles enquêtes de Ric Hochet », je n’ai pas hésité à me procurer cette deuxième aventure imaginée par les successeurs d’André-Paul Duchâteau et Tibet. Pour l’occasion, Zidrou et Simon Van Liemt nous baladent dans les Jardins du Luxembourg à Paris, où notre ami Ric Hochet enquête sur une mystérieuse jeune femme qui assassine les hommes à qui elle donne rendez-vous dans le parc d’un baiser aussi fougueux que mortel.

Après un premier tome qui invitait à suivre le Caméléon, le plus célèbre ennemi de notre ami journaliste, c’est donc bel et bien Ric Hochet qui est aux manettes de cette seconde aventure qui reprend à nouveau tous les ingrédients et les personnages de l’univers du héros… même si le professeur Hermelin manque cruellement à l’appel. Le lecteur a droit à une intrigue bien ficelée, mais sans véritable surprise, qui propose une histoire de vengeance sur fond politique. Si cette histoire de baisers mortels est un peu rocambolesque, cette remise à neuf du personnage est à nouveau marquée par des dialogues teintés d’humour, voire même légèrement (trop) parodiques.

Si le scénario est légèrement moins emballant que le précédent, le jeune dessinateur Simon Van Liemt s’en sort une nouvelle fois haut la main, surtout que reprendre le flambeau d’un homme qui a dessiné pas moins de 78 aventures du célèbre journaliste-détective n’est pas une mince affaire. Force est donc de constater qu’il s’en sort très bien, respectant d’une part le travail de son prédécesseur, tout en insufflant sa propre personnalité et une approche plus moderne.

Vivement le troisième tome, intitulé « Comment réussir un assassinat ».

Frank Pé et Zidrou – Spirou vu par…, La lumière de Bornéo (Tome 10)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dupuis, Franco-Belge, One-shots, Zidrou, [DL 2016], [Grand public] with tags , , on 7 décembre 2016 by Yvan

Un magnifique one-shot !

Frank Pé et Zidrou - Spirou vu par…, La lumière de Bornéo (Tome 10)« La lumière de Bornéo » est déjà le dixième volet de cette série « Spirou et Fantasio – Une aventure par… », qui permet à différents dessinateurs et scénaristes de s’approprier le personnage mythique de Spirou le temps d’un album. Avec Frank Pé et Zidrou aux manettes, cette nouvelle parution s’avère donc particulièrement alléchante.

Dans cet album, le lecteur retrouve donc forcément Spirou, même si ce dernier n’est plus journaliste. N’ayant pas trop apprécié la censure de l’un de ses articles (qui critiquait certes un gros annonceur du journal), notre ami vient en effet de claquer la porte du Moustique. S’il comptait initialement se la couler douce en se mettant notamment à la peinture, quelques évènements vont néanmoins venir chambouler ses plans et sa quiétude. Il y a tout d’abord cet étrange champignon noir qui menace de devenir un fléau mondial. Il y a ensuite ces mystérieuses toiles révolutionnaires d’un peintre anonyme qui arrivent à la galerie Bernard, provocant l’admiration des foules et la convoitise des collectionneurs. Puis il y a les retrouvailles avec le dompteur Noé, qui débarque en ville avec une adolescente en pleine crise hormonale, qui s’avère être sa propre fille, mais qu’il décide de confier à Spirou afin de pouvoir se concentrer sur son nouveau spectacle.

Ce qui saute aux yeux dès les premières pages, c’est que le Spirou proposé par Frank Pé et Zidrou est beaucoup plus moderne et que l’environnement dans lequel il évolue est plus contemporain. De plus, les auteurs ont la bonne idée de ressusciter plusieurs personnages cultes, tels que le dompteur Noé ou le cheik Ibn-Mah-Zout. Sans oublier les incontournables Fantasio et Champignac ou cette petite nouvelle au caractère bien détrempé. Tous ces personnages particulièrement humains, prennent vie au sein de plusieurs intrigues parallèles, dont la principale ne manque pas de mettre en valeur la création artistique et le monde animal, le tout sublimé par la beauté du dessin de Frank Pé. Le dessinateur de « Zoo » n’a en effet plus à prouver sa capacité à donner vie aux animaux comme nul autre. Il livre donc une nouvelle fois des planches pleine d’émotion et de magie, qui en mettent plein la vue.

Le meilleur album de la série depuis l’incontournable « Le Journal d’un ingénu » d’Émile Bravo !

Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top BD de l’année !

Zidrou et Matteo – Marina, Razzias (Tome 3)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Séries, Zidrou, [DL 2016], [En cours], [Grand public] with tags on 3 août 2016 by Yvan

Vengeance et prophétie !

Zidrou et Matteo - Marina, Razzias (Tome 3)Avec « Razzias » Zidrou et Matteo invitent une nouvelle fois le lecteur à embarquer pour la Cité des Doges. Sur fond historique, les deux auteurs poursuivent ce récit qui exploite la fameuse prophétie de Dante Alighieri, dont les signes annonciateurs ne laissent que peu de doutes : la destruction de Venise est imminente !

Si la réalisation de la prophétie de Dante incite le doge de Venise à vouloir éliminer sa fille en 1345, le récent accident d’un paquebot venu s’encastrer dans le palais des doges inquiète sérieusement le conseil des dix, qui voit dans cette catastrophe la réalisation de la cinquième prophétie : « L’arche venue de Rhodes profanera le sanctuaire des dix »…

Passant habilement du passé au présent, Zidrou livre une histoire prenante mêlant piraterie, fiction historique, thriller, complots et alliances, le tout lié par des prédictions qui n’annoncent rien de bon. Si ceux qui gouvernent la ville de nos jours espèrent toujours trouver une solution dans l’épave de la « Pantegana » qui vient d’être renflouée, le récit se déroule principalement au XIVème siècle, à l’époque où le Doge de Venise décida de sacrifier sa propre progéniture au nom de la Cité. Reliant passé et présent par une même malédiction et invitant le lecteur à voyager dans le temps à la recherche d’un moyen de sauver la ville, Zidrou livre une intrigue prenante et d’une grande fluidité.

Ce troisième volet permet également à Marina, la fille du doge, de revenir sur le devant de la scène, gonflée à block par une grosse envie de vengeance. Le lecteur retrouve en effet la belle, alliée à ses anciens tortionnaires et à la tête d’une bande de pirates qui met à mal l’économie de Venise. L’action est donc au rendez-vous de cet album mêlant abordages et trahisons. Le dessin réaliste de Matteo continue également d’accompagner le scénario de Zidrou avec brio. Des décors maritimes à la Sérénissime, en passant par un petit détour en Venise du Nord, le dessinateur offre une mise en images certes classique, mais particulièrement efficace.

Zidrou et Jordi Lafebre – Les beaux étés, La Calanque (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, One-shots, Zidrou, [DL 2016], [Grand public] with tags on 22 juin 2016 by Yvan

Vive les vacances !

Zidrou et Jordi Lafebre – Les beaux étés, La Calanque (Tome 2)Tout comme lors du tome précédent, ce récit estival invite le lecteur à prendre place à bord d’une 4L rouge surnommée Mam’zelle Estérel en compagnie de la famille Faldérault. Comme tous les mois d’août, Mado, Pierre et leurs enfants disent adieu à la Belgique pour se rendre dans le sud de la France et comme d’habitude, le départ a pris du retard car le papa est de nouveau à la bourre pour terminer les planches de sa nouvelle série BD.

La première surprise de ce second volet est qu’il se déroule quatre ans avant le précédent… et donc avant la naissance de Pépette. La deuxième est que l’ambiance est beaucoup plus légère que lors du tome précédent où le couple battait de l’aile, où la belle-sœur était malade, où les deux sœurs se crêpaient constamment le chignon et où la bande dessinée du père ne rencontrait pas le succès escompté. Ici, la bonne humeur est constamment au rendez-vous.

Si la destination finale est cette fois La Calanque, la famille Faldérault ne bat cependant pas un record de vitesse pour s’y rendre. Entre les pauses pipi, les pique-niques, les rencontres diverses et le camping sauvage au beau milieu d’un potager… la route vers Marseille s’annonce particulièrement longue, mais également très plaisante. Excepté le changement de ton et d’époque, cette très belle chronique familiale remplie de personnages sympathiques et attachants s’inscrit dans la veine de la précédente. En relatant ces petits riens qui font tout le sel de notre quotidien, Zidrou offre en effet un joli portrait de famille et un récit débordant d’humanité, de justesse et de tendresse.

Visuellement, le dessin de Jordi Lafebre contribue à plonger le lecteur dans une ambiance délicieusement rétro en restituant avec brio l’ambiance pleine de nostalgie des années 69. Outre un travail remarquable au niveau du jeu de lumière de ces planches empreintes de douceur, il faut également souligner l’excellent travail au niveau de l’expressivité des personnages.

Des vacances qui font à nouveau du bien…

Ils en parlent également : Noukette, Jérôme