Archive for the [Angoulême 2006] Category

Gipi – Notes pour une histoire de guerre

Posted in Actes Sud, BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Gipi, Guerre, One-shots, [Angoulême 2006], [Avancé], [DL 2005] with tags , , on 18 janvier 2010 by Yvan

Gipi est incontestablement une des révélations de 2005. Un auteur italien qui entre par la grande porte dans la BD franco-belge avec la traduction de quatre bijoux : Notes pour une histoire de guerre, Baci dalla provincia, Le local et Extérieur Nuit et qui rafle d’entrée le prix du meilleur album à Angoulême et le prix René Gosciny en prime pour ce one-shot Notes pour une histoire de guerre« .

Pour moi, dans cet album de Gipi, il y a un peu de Davodeau avec le côté humain de l’histoire et de la narration et également un peu du style de Baru et en particulier de L’autoroute du soleil, qui ajoute au côté contemporain du récit une touche d’adolescence défavorisée et caïd.

Dans cet album divisé en trois chapitres on va suivre trois adolescents dans un pays (que l’on situe dans les Balkans) en guerre. Julien, fils à papa et narrateur de l’histoire, et deux jeunes issus d’un milieu défavorisé : Stéphane alias P’tit Kalibre qui n’a pas peur de flirter avec la mort et Christian, son fidèle compagnon.

Ce que j’ai fortement apprécié dans cet album c’est que contrairement à d’autres récits relatant le destin d’adolescents dans un pays en guerre (comme Deogratias), ici on ne retrouve pas ce côté victime de la guerre. On va suivre trois adolescents qui vont se frayer une voie au milieu de cette galère et consciemment choisir le côté des profiteurs de la guerre plutôt que celui des victimes.

Tout au long des différents chapitres on va s’attacher à ces trois personnages, les voir s’affranchir, se frayer un chemin dans la guerre, mais également dans la vie. La narration est exemplaire, parsemée de rêves brouillons de Julien, pour brillamment se conclure à la fin du troisième chapitre.

Bref, une belle découverte cet auteur italien, dont le dessin nous plonge immédiatement dans la bonne ambiance et dont la narration juste nous accroche au destin de trois adolescents qui doivent tracer leur vie au milieu d’une guerre civile.

Un album que beaucoup refermeront avec un sentiment de contentement, que d’autres rouvriront afin d’essayer de déchiffrer les textes en italien dissimulés dans le dessin (entre autre dans les flammes de la maison qui brûle), mais que peu iront revendre.

Nicolas de Crécy – Période glaciaire

Posted in BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Futuropolis, One-shots, [Angoulême 2006], [Avancé], [DL 2005] with tags , on 5 janvier 2010 by Yvan

Nicolas de Crécy - Période glaciairePremière constatation : tout comme pour « Le sourire du Clown », l’autre BD qui relance Futuropolis, il faut apprécier la qualité exceptionnelle de cet album. Que ce soit l’épaisseur et la qualité du papier, la couverture ou la reliure, c’est un véritable plaisir de toucher et feuilleter des objets d’une telle beauté. Bravo Futuropolis.

Ensuite il faut applaudir cette collaboration surprenante entre Futuropolis et le Musée du Louvre, qui co-éditent cet album. En tout ils seront quatre auteurs à imaginer une histoire autour de ce prestigieux musée. Après Nicolas de Crécy, ce seront Bernard Yslaire, Marc-Antoine Mathieu et Emmanuel Guibert qui s’attaqueront à une oeuvre, une collection ou une partie du musée : cela promet !

Au premier feuilletage, on apprécie l’esthétique du dessin de De Crecy. De très belles planches avec des couleurs apaisantes et aqueuses qui installent une ambiance agréable.

Ensuite à la lecture, on apprécie immédiatement l’originalité du scénario. On se retrouve dans un récit d’anticipation, où en pleine période glaciaire, une équipe d’archéologues du futur va tenter de découvrir les traces d’une mythique civilisation préglaciaire : notre civilisation.

Mais on se retrouve également dans un album à l’humour décalé, intelligent et fin. Tout d’abord parce que l’équipe de scientifique est encore plus inculte que moi (et c’est peu dire), et puis parce qu’ils vont tomber sur ni plus ni moins que le Louvre. Cela donne évidemment lieu à des situations loufoques, d’autant plus que l’expédition est accompagnée de 3 cochons-chiens pisteurs d’œuvres historiques, dont Hulk et Spiderman (baptisé du nom de dieux de l’ancien temps).

J’ai beaucoup apprécié la première partie de cet album qui offre une réflexion lumineuse sur la culture et l’art, à l’aide de personnages attachants, de dialogues savoureux et de situations cocasses. Par contre, j’ai moins aimé la deuxième partie de l’album, où les pièces du musée s’animent et se mettent à parler, pour nous plonger totalement dans le fantastique. Un délire qui a le mérite de faire revivre une grande partie du Louvre (et c’est probablement là le but), mais qui a refroidi l’enthousiasme qu’avait généré la première partie de l’histoire.

On est cependant curieux de découvrir la suite de cette collection dédiée au Louvre.

Van Hamme & Francq – Largo Winch T13

Posted in BANDES DESSINÉES, Dupuis, Franco-Belge, Séries, Van Hamme, [Angoulême 2006], [DL 2005], [En cours], [Grand public] with tags , on 5 janvier 2010 by Yvan

Van Hamme & Francq - Largo Winch T13Ce treizième tome marque le grand retour de l’intrigue financière après deux diptyques plus axés sur l’aventure.

Le retour du côté financier de la série est marqué par le comeback de la FENICO et de Gus Fenimore, alias ‘Monkey balls’. Au menu de ce retour aux sources de la série : délocalisation, mondialisation et un petit cours sur les stock-options en dessert.

Heureusement, Jean Van Hamme ne délaisse pas le côté aventure en accusant notre milliardaire en blue jeans de meurtre. Parsemant son récit de références aux diptyques précédents, Van Hamme nous raconte enfin la suite de l’histoire de Freddy Kaplan (entamée dans le tome 11), sa rencontre avec Nério et Largo Winch, l’origine de sa cicatrice et son vrai nom : Ari Ben Chaïm. Il introduira également un nouveau personnage récurrent de la série, en la personne de l’asiatique Silky Song, la nouvelle pilote de Largo Winch.

J’ai un peu moins apprécié le dessin par rapport aux tomes précédents, mais c’est peut-être dû à l’absence d’exotisme du nouveau décor de cette aventure, ou alors quelques imperfections (sur lesquelles je me suis focalisé) au niveau des personnages ?

Joann Sfar – Le chat du rabbin, Le paradis terrestre

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Poisson Pilote, Séries, [Accessible], [Angoulême 2006], [DL 2005], [En cours] with tags , on 5 janvier 2010 by Yvan

 Joann Sfar - Le chat du rabbin, Le paradis terrestreLe chat du rabbin suit le Malka des lions à travers le désert. Le Malka est en apparence un grand conteur, un vrai héros et un séducteur hors pair. Seulement, le chat du rabbin va vite se rendre compte que derrière le Grand Malka se cache un vieil homme rongé par le doute.

Sfar est un grand narrateur et c’est avec une grande habilité et brio qu’il nous conte cette jolie fable d’un artiste en fin de carrière qui sent que son emprise sur le publique n’est plus la même qu’avant. Tout comme son lion il devient vieux, mais par fierté il ne veut pas terminer sa carrière dans un cirque. Comme tout artiste il aimerait qu’on se souvienne encore longtemps de lui après sa mort, il aimerait tant laisser une trace indélébile avant de quitter la scène.

Sfar nous livre ici une réflexion subtile, humaine et non moralisante sur la vieillesse, la mort, la sagesse et la tolérance face à la terreur et la guerre. Son dessin est toujours aussi particulier, haut en couleurs et chatoyant.

Malheureusement, le chat du rabbin n’a toujours pas retrouvé la parole et reste « réduit » à son rôle de narrateur. C’est vraiment dommage car depuis le premier tome de la série nous savons tous que si le chat est un excellent conteur, c’est dans le dialogue que son esprit contradictoire excelle.

Jodorowsky & Boucq – Bouncer T4

Posted in BANDES DESSINÉES, Diptyques, François Boucq, Franco-Belge, Humanoïdes Associés, [Accessible], [Angoulême 2006], [DL 2005] with tags , , on 5 janvier 2010 by Yvan

Jodorowsky & Boucq – Bouncer T4Le bouncer est vraiment né sous une mauvaise étoile : après avoir combattu ses 2 frères jusqu’à la mort dans le cycle précédent, ce fils d’une prostitué et d’un indien croit enfin trouver le bonheur dans les bras d’une prostitué au passé bien sombre, mais c’est évidemment pour mieux retomber dans l’horreur et le malheur !

Si le seul fait de se faire planter le jour de son mariage aurait suffit à son malheur, ce videur de saloon manchot se voit également contraint d’exécuter sa bien-aimée après avoir été désigné bourreau officiel de Barro-City par un sort qui à l’art de s’acharner de façon malsaine sur lui dans cette fantastique série.

Si le scénario m’a semblé un peu moins fluide que dans le premier cycle, le dessin aux paysages panoramiques du grand Ouest de cette époque reste fabuleux et les personnages portent toujours leur personnalité sur le visage.

Comme dans le cycle précédent la quête de vengeance est à la base de cette nouvelle tranche de malheur du bouncer, avec une histoire qui connaît son apogée avec le siège du ranch qui est digne des plus grandes scènes cinématographiques de l’Ouest !

Abouet & Oubrerie – Aya de Yopougon T1

Posted in BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Gallimard, Séries, [Accessible], [Angoulême 2006], [DL 2005], [En cours] with tags , , on 5 janvier 2010 by Yvan

Abouet & Oubrerie - Aya de Yopougon T1Ce récit nous transporte à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan, en 1978 en compagnie de trois copines : Aya, fille studieuse qui rêve d’étudier la médecine, et ces deux amies Adjoua et Bintou, qui elles ne pensent qu’à faire la fête et à courir les hommes.

Le dépaysement est garantit au milieu de l’insouciance africaine, des expressions pittoresques, des coutumes locales et de cette ambiance communautaire où tout se partage et qui contraste cruellement avec nos habitudes sédentaires.

Loin des fléaux qui touchent l’Afrique, Marguerite Abouet nous livre un récit au rythme africain, plein de légèreté et de fraîcheur. Le tout admirablement mis en image par Clément Oubrerie.

Edité dans la collection Bayou (dirigée par Joann Sfar), tout comme « Le local » de Gipi, ce récit a reçu le prix du meilleur premier album au Festival d’Angoulême 2006.

Jean-Pierre Gibrat – Le vol du corbeau T2

Posted in Aire Libre, BANDES DESSINÉES, Diptyques, Dupuis, Franco-Belge, Guerre, [Accessible], [Angoulême 2006], [DL 2005] with tags , , on 5 janvier 2010 by Yvan

Jean-Pierre Gibrat - Le vol du corbeau T2Suite et fin de ce récit de Jean-Pierre Gibrat sous l’occupation allemande, qui se déroule en parallèle avec son précédent diptyque, « Le sursis », construit autour de la sœur de l’héroïne principale.

Avec ce deuxième tome on s’éloigne de cette balade amoureuse sur les toits de Paris pour une ambiance plus proche du huis clos, à bord d’une péniche également victime de l’occupation allemande, et qui va permettre à Jean-Pierre Gibrat d’approfondir ses personnages et de resserrer son intrigue.

Les différents protagonistes vont se faire rattraper par les événements du premier tome et par cette ambiance de fin de guerre propice aux dénonciations et autres lâchetés humaines, permettant à l’auteur de regrouper tous les éléments de son intrigue et de créer le lien avec son précédent diptyque de la collection «Aire Libre» de chez Dupuis.

Au niveau graphique, Jean-Pierre Gibrat garde la même légèreté dans le trait et son œil pour le détail au niveau des décors. La douceur dégagée par le dessin est encore accentuée par une mise en couleur directe splendide et une narration enveloppée d’allégresse et de poésie.

Superbe !