Archive for the [Angoulême 2009] Category

Shigeru Mizuki – Opération Mort

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Cornélius, DIVERS, Festival BD Angoulême, Guerre, One-shots, [Angoulême 2009], [DL 2008] with tags , , , on 11 janvier 2012 by Yvan

Pour la patrie !

Shigeru Mizuki - Opération MortOpération Mort est un manga signé Shigeru Mizuki (Hitler). Ce mangaka qui perdit le bras gauche durant la Seconde Guerre mondiale et qui apprît ensuite à dessiner de la main droite, a déjà accumulé de nombreuses récompenses, dont un prix du meilleur album pour NonNonBâ en 2007, et le prix patrimoine pour cet ouvrage en 2009 au festival d’Angoulême. En relatant un épisode méconnu de la Guerre du Pacifique, l’auteur aborde donc un sujet qui l’a touché personnellement.

Se nourrissant de ses propres souvenirs de guerre, le mangaka invite à suivre l’histoire d’un régiment envoyé en mission sur une île de Papouasie-Nouvelle-Guinée pendant la Seconde Guerre mondiale. Si la menace d’une offensive américaine n’est jamais loin, ce n’est pourtant pas l’ennemi qui est à l’origine du taux de mortalité élevé sur cette île paradisiaque. Le quotidien de ces soldats condamnés à tout sauf au combat lors de travaux de construction éprouvants effectués dans des conditions déplorables, n’a rien de vraiment réjouissant et, à défaut de succomber sous les balles ennemies, ce sont donc la faim, la maladresse, les crocodiles et la maladie qui déciment les vaillantes troupes nippones. Et ceux qui parviennent à survivre à la vie du camp peuvent compter sur la bêtise d’une hiérarchie bien décidée à sauvegarder l’honneur des troupes de l’Empereur, quoi qu’il arrive. Isolés sur île perdue au milieu de l’océan, le destin de ces hommes semble donc inéluctable : mourir d’une mort inutile et stupide, mais…pour la patrie !

Mizuki décrit la réalité des soldats japonais avec beaucoup de brio. Mêlant horreur et humour, il souligne l’absurdité de la situation dans laquelle se trouvent ces hommes conditionnés par les traditions du pays et par une hiérarchie qui incarne la mentalité japonaise de l’époque. Si le sens de l’honneur a souvent raison de l’envie de vivre de ces jeunes soldats, l’auteur dresse néanmoins le portrait de soldats qui n’ont rien de kamikazes fanatiques, mais qui ressemblent plutôt à des victimes d’une idéologie absurde.

Visuellement, Mizuki combine des décors photo-réalistes splendides à des personnages caricaturaux expressifs. Si le mélange peut surprendre, il contribue néanmoins à souligner l’absurdité de la situation dans laquelle se trouvent ces personnes condamnées à mourir pour le bien collectif. Heureusement que ce mangaka n’est pas mort au nom de la patrie…

Retrouvez cet album dans mon Best of du Festival d’Angoûleme 2009 !

bd du mercrediAllez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Publicités

Tadashi Agi & Shu Okimoto – Les Gouttes de Dieu

Posted in BANDES DESSINÉES, Festival BD Angoulême, Glénat, Manga / Manhwa, Séries, [Angoulême 2009], [DL 2008], [En cours] with tags , on 15 septembre 2011 by Yvan

Un grand cru ?

Tadashi Agi & Shu Okimoto - Les Gouttes de DieuUn manga sur le vin ? À l’instar de la saga Les maîtres de l’orge, je m’attendais à une sorte de guerre entre producteurs de vins, mais il n’en est rien. À la place, le lecteur suit les aventures de Shizuku Kanzaki, fils d’un célèbre œnologue récemment décédé. Afin d’éviter que l’héritage du maître ne tombe dans les mains d’Issei Tomine (le fils adoptif), Shizuku doit résoudre douze énigmes vinicoles du paternel et trouver un treizième vin, surnommé « les gouttes de Dieu ».

Mais, au final, cette course à l’héritage, livrée sous forme d’enquêtes policières, n’est pour Tadashi Agi qu’une excuse pour faire partager sa passion pour le vin. Au fil des pages, le lecteur en apprend en effet beaucoup plus sur le vin, sur les termes employés dans l’œnologie, sur les grands domaines et sur les classifications. Sans être barbant, ce premier tome s’avère donc déjà très didactique.

Le fait de proposer un héros dégoûté par le vin et totalement néophyte en la matière permet de ne jamais perdre les lecteurs qui n’y connaissent rien en œnologie. Et si Shizuku Kanzaki s’avère très attachant, on comprend vite que le personnage principal de cette saga est bel et bien le vin et l’univers qui l’entoure.

Visuellement, Shu Okimoto propose un dessin soigné, détaillé, fin et élégant et des personnages intéressants.

Une excellente mise en place, qui donne envie d’en savoir plus sur le vin et sur la quête de Shizuku Kanzaki !

Adrian Tomine – Loin d’être parfait

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Delcourt, One-shots, [Angoulême 2009], [DL 2008], [Sans super-héros] with tags , on 28 avril 2011 by Yvan

Que faire de ses origines ?

Adrian Tomine - Loin d'être parfaitL’histoire de fond de ce one-shot de la collection Outsider des éditions Delcourt, est une histoire d’amour somme toute assez banale entre Ben Tanaka et Miko Hayashi. Si cette relation sentimentale est décrite avec beaucoup de justesse, l’intérêt de cette histoire se situe cependant ailleurs.

Tout comme l’auteur du récit, Adrian Tomine, les deux personnages centraux sont d’origine asiatique et vivent leur condition de manière diamétralement opposée. Alors qui Miko cherche à entretenir ses origines et à les mettre en valeur, Ben, lui, les rejette totalement. Croyant que son intégration dans la société américaine passe par le rejet de ses origines, il en arrive même à ne plus supporter les yeux bridés de sa copine et à se tourner vers les femmes à peau blanche. Mais, en reniant ses origines il éprouve finalement beaucoup plus de mal à se trouver et se retrouve finalement isolé d’une société qu’il cherche à intégrer à tout prix.

Le dessin réaliste et dépouillé se met entièrement au service de ce récit qui aborde des thèmes tels que la relation de couple et l’homosexualité, ainsi que le fait qu’il ne faut pas renier ses origines quand on est à la recherche d’une identité et d’une vie heureuse.

Un one-shot introspectif très intelligent !

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2009 !

Posy Simmonds – Tamara Drewe

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Denoël Graphic, One-shots, [Angoulême 2009], [DL 2008], [Sans super-héros] with tags , on 15 septembre 2010 by Yvan

Petit up car ça vient de sortir au ciné !

Tamara DreweAprès « Gemma Bovery », transposition du chef-d’œuvre de Flaubert, Posy Simmonds, cartooniste au quotidien The Guardian, propose « Tamara Drewe », adaptation libre d’un roman de Thomas Hardy (“Loin de la foule déchaînée”).

L’histoire se situe dans la campagne anglaise, au sein d’une retraite pour écrivains. Le lecteur se retrouve donc dans une ambiance champêtre typiquement anglaise, au milieu de personnages initialement liés par la plume, mais qui, au fil des pages, vont mettre à jour des liens beaucoup plus intimes.

Le travail effectué par Posy Simmonds sur les personnages est remarquable. De Beth Hardiman qui soignent ses pensionnaires aux petits oignons à Tamara Drewe, sexy chroniqueuse Lire la suite

Tetsuya Toyoda – Undercurrent

Posted in BANDES DESSINÉES, Kana, Manga / Manhwa, One-shots, [Angoulême 2009], [DL 2008] with tags , on 18 avril 2010 by Yvan

undercurrentDepuis la réouverture des bains publics Tsuki No Yu, les rumeurs vont bon train. Suite à la disparition de son mari, il y a près de deux mois, Kanae avait décidé de fermer l’établissement. Si certains s’indignent qu’elle reprenne la gestion des lieux sans son époux, c’est surtout la hantise de ne pas savoir ce que Satoru est devenu qui préoccupe la jeune femme. Heureusement, l’arrivée de M. Hori, envoyé par le syndicat des bains publics pour l’aider dans sa lourde tâche, va lui apporter une petite lueur d’espoir. De plus, un détective privé, recommandé par une de ses amies, se lance sur les traces du disparu.

Cette première œuvre de Tetsuya Toyoda publiée en français invite le lecteur à suivre le quotidien de Kanae. Par le biais d’une tranche de vie pleine d’humanité, l’auteur livre l’histoire de cette femme qui Lire la suite

Jean-Pierre Gibrat – Matteo

Posted in BANDES DESSINÉES, Futuropolis, Guerre, Séries, [Accessible], [Angoulême 2009], [DL 2008], [En cours] with tags , , on 15 avril 2010 by Yvan

Jean-Pierre Gibrat MatteoAprès avoir abordé le Seconde Guerre mondiale dans ses œuvres précédentes, Jean-Pierre Gibrat (« Le sursis » et « Le vol du Corbeau ») s’attaque à une série en quatre tomes couvrant la période 1914 à 1939.

Si la collection Aire Libre convenait parfaitement aux œuvres de cet artiste, rien que l’idée de retrouver Gibrat chez un éditeur qui porte énormément d’attention à la qualité de ses supports, tout en offrant beaucoup de liberté au niveau du format à ses artistes, me faisait déjà saliver. Et, une nouvelle fois, dès la couverture, cet album est de toute beauté. Le trait fin de l’auteur, les superbes aquarelles et les jeux de lumière ressortent à merveille et sont de toute beauté.

Et au niveau du scénario et des personnages, ce premier tome n’est pas en reste. Il y a d’abord ce fond historique qui plonge la deuxième moitié de cet œuvre dans l’horreur de Lire la suite

Chabouté – Tout Seul

Posted in BANDES DESSINÉES, Chabouté, Franco-Belge, One-shots, Vents d'Ouest, [Angoulême 2009], [Avancé], [DL 2008] with tags , on 14 avril 2010 by Yvan

Chabouté tout seulCertains poètes ont besoin d’une avalanche de mots pour faire passer des sentiments. Dans Tout Seul, Chabouté se la joue à l’économie, son graphisme sombre et efficace rendant tout texte superflu. Au milieu de jeux d’ombres splendides, les non-dits et les longs moments de silence, font lentement leur devoir. Le lecteur se laisse envelopper par l’ambiance, par la solitude, par les sentiments de cet homme reclus. Les mots se font rares, mais chacun d’entre eux percute le lecteur tel un coup de massue : BOUM !!!

Le grand nombre de pages et le mutisme du récit permettent à l’auteur de placer méticuleusement son décor et ses quelques personnages. Les attributs qui accompagnent cet homme dans son isolement ne sont pas nombreux, mais sont utilisés avec maestria par un Chabouté en grande forme. Des attributs qui vont graduellement contribuer à comprendre et à développer la psychologie de cet habitant solitaire du phare, à l’image de ce poisson rouge, que l’auteur utilisera par deux fois avec brio.

Il faut aussi souligner la justesse des deux personnages secondaires, l’un entretenant le mythe de ce personnage que personne n’a jamais vu et l’autre partageant l’envie du lecteur d’en apprendre plus. Un second marin qui, de par son passé, partage les sentiments d’isolement et de solitude de celui que tout le monde surnomme Tout Seul.

Du grand art !