Archive for the [Angoulême 2011] Category

Hautière & François – De briques et de sang

Posted in BANDES DESSINÉES, Casterman, Franco-Belge, KSTR, One-shots, [Accessible], [Angoulême 2011], [DL 2010] with tags , on 16 janvier 2011 by Yvan

Enquête policière au Familistère de Guise !

Hautière & François - De briques et de sangAprès (l’introuvable) « L’étrange affaire des corps sans vie », Régis Hautière et David François réitèrent leur collaboration, cette fois au sein de la collection KSTЯ des éditions Casterman.

L’action se déroule à l’aube de la première guerre mondiale, au sein du Familistère de Guise, une cité autogérée imaginée par l’industriel visionnaire Jean-Baptiste-André Godin. Ce projet socialiste, ébranlé par une intrigante série de meurtres, confère une ambiance particulière au scénario. C’est au sein de cette communauté assez hermétique qu’un journaliste de l’Humanité tente de découvrir l’identité de l’assassin.

Si l’intrigue policière est finalement assez classique, le cadre original et les tensions de fond entre la France et l’Allemagne servent admirablement l’histoire. Si le fonctionnement de cette société repliée sur elle-même constitue l’attrait majeur de ce one-shot, l’intrigue est également parfaitement maîtrisé et la chute (ah, le choix des mots) est excellente.

Le travail de David François au dessin, est également très réussi. De la restitution des bâtiments à l’ambiance ouvrière rétro et pesante, insufflée par une colorisation froide et grisâtre, en passant par des personnages aux faciès très caractérisés, le dessinateur livre de l’excellent boulot.

Un très bon one-shot !

Visitez le site du Familistère de Guise !

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2011 !

Dash Shaw – Body World

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Dargaud, One-shots, [Angoulême 2011], [DL 2010], [Sans super-héros] with tags , on 11 janvier 2011 by Yvan

Un trip qui ne manque pas de Dash !

Dash Shaw - Body WorldAprès le très remarqué Bottomless Belly Button, Dash Shaw propose une bande dessinée hors normes, d’abord publiée en feuilleton sur le web.

L’histoire se déroule en 2060, dans un lycée américain isolé du reste du monde. Boney Borough est une bourgade paisible rythmée par l’ennui … jusqu’à l’arrivée du professeur Paulie Panther, expert en psychotropes. Chargé de remettre à jour l’encyclopédie en douze volumes sur les effets hallucinogènes de la flore d’Amérique du nord, ce botaniste rebelle est venu tester les effets d’une nouvelle plante découverte dans les bois du campus. Ce new yorkais suicidaire et borderline va venir perturber le calme et l’équilibre de cette petite communauté bien tranquille.

A travers les effets télépathiques de cette plante qui permet de ressentir les sensations et les pensées d’autrui, Dash Shaw va explorer l’univers des sens. Au fil des tafs, le délire psychédélique s’accentue et passe sans problème d’une expérience extraterrestre à grande échelle à une partouze sensorielle géante. Malgré le ton décalé et les délires hallucinogènes, le lecteur ne perd cependant jamais le fil de ce récit finalement pas si inaccessible que ça.

A l’instar du travail de Chris Ware sur l’excellent Jimmy Corrigan, Dash Shaw propose un format à l’italienne et une expérimentation formelle surprenante. Si l’on retrouve des fiches de personnages, des modes d’emploi et un plan du campus qui permet de suivre le déplacement des personnages de manière interactive, le sens de lecture vertical, qui oblige de tourner cet album de près de 400 pages sur 90°, n’est pas vraiment confortable. Mais bon, le délire visuel proposé par l’auteur vaut bien un petit effort physique. Tout en proposant une ambiance psychédélique, l’auteur retranscrit à merveille les trips télépathiques et parvient à faire passer les émotions en superposant les silhouettes et en faisant en sorte que la forme épouse constamment le fond.

Ce produit hallucinogène est sélectionné au prochain festival d’Angoulême et son dealer se nomme Dargaud, bonne défonce !

Retrouvez ce comics dans MON TOP 2010 !

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2011 !

Darwyn Cooke – Parker

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Dargaud, One-shots, [Angoulême 2011], [DL 2010], [Sans super-héros] with tags , on 7 janvier 2011 by Yvan

Vengeance & ambiance rétro !

Darwyn Cooke - Parker« Parker » raconte l’histoire d’un gangster que tout le monde croyait mort et qui, après passé six mois en prison, revient à New York pour récupérer son pognon et pour régler ses comptes. En haut de la liste des traîtres se trouve un certain Mal Resnick : l’homme qui lui a piqué son pognon et sa femme !

Ce premier des quatre tomes prévus est une adaptation du roman « The Hunter », écrit par le célèbre auteur de polars noirs Richard Stark (alias Donald Westlake), décédé en 2008. Cette histoire de vengeance divisée en quatre chapitres ne renouvelle certes pas le genre, mais est particulièrement bien racontée. Le personnage central, un gangster impitoyable, incapable d’extérioriser ses émotions et animé par une volonté d’acier, est très charismatique. Il va d’abord tenter de se refaire une santé avant de remonter la piste de celui qu’il traque. Une piste qui l’emmène au sein d’un environnement qu’il connaît trop bien et où il se sent particulièrement à l’aise, celui du grand banditisme. Si l’ambiance est très réussie et que la narration fait mouche, le suspense n’est par contre pas des plus haletants.

Au niveau du graphisme, le style caractéristique de Darwyn Cooke confère une ambiance rétro qui colle parfaitement à ce New-York des années 60, gérée par le crime et les gangsters. L’ajout de tons bleutés à ce dessin noir et blanc peaufine encore un peu plus cette atmosphère passée. L’auteur multiplie également les scènes muettes, où tout se joue sur l’ambiance et les non-dits. Brillant !

Un polar très efficace et un héros dont on est curieux de découvrir les prochaines aventures.

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2011 !

Nine Antico – Coney Island Baby

Posted in BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, L'Association, One-shots, [Angoulême 2011], [DL 2010], [Sélectif] with tags , , on 30 décembre 2010 by Yvan

Biographie romancée de deux icônes sexuelles !

Nine Antico - Coney Island BabyDerrière ce titre qui réfère à la célébrissime chanson de Lou Reed, Nine Antico propose une double biographie romancée.

Le narrateur de ces deux destins croisés n’est autre que Hugh Hefner himself, le célèbre créateur du magazine Playboy. C’est vêtu de son légendaire peignoir et inévitablement accompagné de deux jeunes filles coiffées d’oreilles de lapin, qu’il nous conte l’histoire de deux icônes de la révolution sexuelle américaine des années 50 et 70. C’est donc en parallèle que le lecteur découvre ainsi l’histoire de Bettie Page, célèbre pin-up du magazine Playboy dans les années 50, et celle de Linda Lovelace, première star du cinéma porno, dont le don pour la fellation fut révélé dans le célébrissime « Gorge Profonde » en 1972. Si l’on a d’abord droit à l’ascension et au succès de ces deux symboles de l’érotisme et de la pornographie, on a ensuite droit à leur déclin … avant de se prendre une pirouette scénaristique totalement inutile dans la tronche, qui vient remettre la crédibilité de l’entièreté du récit en question.

Si l’on fait abstraction de ces dernières pages qui viennent gâcher l’entièreté du récit, l’album s’avère cependant tout sauf inintéressant. Il y a d’abord deux trajectoires totalement distinctes, mais qui s’avèrent toutes les deux finalement tragiques. Deux vies brisées par l’industrie du X, deux icônes sexuelles aveuglées/attirées par une gloire éphémère et destructrice. Il y a également une immersion intéressante dans le monde du X et la décadence des célèbres soirées de la Playboy Mansion. Mais il y a surtout une critique acerbe du mythe du rêve américain et du l’univers porno. Car si l’ascension se veut fulgurante, le déclin n’est que plus douloureux. Manipulés, instrumentalisés, exploités à des fins strictement commerciales, ces deux objets de désir finissent par renier leur passé, l’une cherchant son salut dans la religion et l’autre devenant militante anti-porno. Le récit est bien construit, les dégâts humains évidents, puis vient cette fin totalement inattendue, qui tombe comme un cheveu dans la soupe et gâche toute l’histoire.

Au niveau du graphisme, même si ce dessin assez simpliste parvient à aller à l’essentiel sans jamais sombrer dans la vulgarité, je ne suis quand même pas trop fan. Je trouve également que la collection Ciboulette aurait pu attendre encore un volume avant de publier celui-ci, qui est le soixante-huitième volume de la Collection.

Un one-shot à la fin exécrable, nommé au festival d’Angoulême 2011.



Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2011 !

Ulli Lust – Trop n’est pas assez

Posted in BANDES DESSINÉES, Ca et Là, Franco-Belge, One-shots, [Angoulême 2011], [Avancé], [DL 2010] with tags , , on 30 décembre 2010 by Yvan

Rêve d’indépendance & désillusion !

Ulli Lust - Trop n'est pas assezNommée au festival d’Angoulême 2011, cette brique de plus de 400 pages, relate l’aventure vécue par l’auteur il y a plus de vingt-cinq ans.

C’est en 1984 que deux punkettes de dix-sept ans décident de quitter l’Autriche pour se lancer dans une aventure italienne. C’est sans papiers, sans argent, sans moyen de transport et gonflées d’insouciance, Qu’Ulli et Edi partent pour l’Italie.

C’est à travers ce récit autobiographique et avec le recul nécessaire, qu’Ulli Lust retrace cette errance qui dura finalement deux mois. Le résultat est un road-movie parsemé d’obstacles et dépeint sans aucune complaisance par l’auteur autrichienne. Quelques lettres, photos et extraits de journal intime viennent d’ailleurs agrémenter cette rétrospective pleine de justesse.

Si ce rêve d’indépendance débute de manière enthousiaste, l’excitation et la bonne humeur s’effritent très vite, pour faire place à l’angoisse et à l’insécurité. Transformées en proies faciles au sein d’un pays machiste au possible, les deux jeunes filles sont vite confrontées à la violence sexuelle, à la drogue, à la mendicité, à la prostitution, à la mafia, au sexisme et même au viol. Si le portrait que l’auteur dresse de l’ère punk de l’époque est encore assez positif (si l’on excepté quelques affrontements entre néonazis et punks), le portrait qu’elle dresse de l’Italie en général et de la Sicile en particulier, se veut par contre plus acide. Alors qu’elles partaient à la recherche de la plage et de la liberté, les deux héroïnes vont finalement découvrir un pays mafieux et machiste, où leur rêve va se transformer en cauchemar.

Le trait naïf et rapide d’Ulli Lust ne révolutionne pas le neuvième art et la bichromie verte a tendance à rebuter, mais au fil des pages le graphisme s’avère finalement efficace.

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2011 !

Anthony Pastor – Las Rosas

Posted in Actes Sud, BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, One-shots, [Angoulême 2011], [Avancé], [DL 2010] with tags , on 30 décembre 2010 by Yvan

Western tortilla à l’eau de rose !

Anthony Pastor - Las RosasRepris dans la sélection officielle du festival d’Angoulême 2011, ce one-shot signé Anthony Pastor a un petit côté soporifique qui risque de ne pas plaire à tout le monde.

Il faut dire que le récit se déroule à Las Rosas, un petit village de caravanes perdu au fond des Etats-Unis et rythmé par l’ennui. Regroupant les laissés-pour-compte de la société au sein d’un paysage aride et désolé, ce bled est de surcroît exclusivement réservé aux femmes. La principale distraction consiste à suivre les épisodes d’un feuilleton télévisé à l’eau de rose dans la station-service qui «anime» ce trou perdu.

A ces nombreuses vies brisées vient s’ajouter celle de Rosa, un jeune femme enceinte, complètement paumée. Une femme dont la vie se dévoile lentement au fil des pages et qui contribue à exhumer les secrets enfouis du village et de ses habitants. Au-delà de l’ennui et la marginalité, le lecteur découvre dès lors des personnages intéressants et parfaitement développés et se laisse emporter par une intrigue, certes lente, mais parfaitement construite.

Laissant beaucoup de place aux non-dits et à la suggestion, le dessin va également à l’essentiel et contribue à rendre ce ballet de relations humaines très intéressant.

Très justement qualifié de « western tortilla à l’eau de rose », ce roman graphique issu de la collection Actes Sud a vraiment tout pour séduire les amateurs du genre.

Retrouvez cet album parmi les titres sélectionnés au Festival d’Angoulême 2011 !

Fabien Nury – La Mort de Staline

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Diptyques, Fabien Nury, Franco-Belge, [Angoulême 2011], [DL 2010], [Grand public] with tags , , on 14 décembre 2010 by Yvan

Ballet sournois aux portes du pouvoir !

Nury - La Mort de StalineAvec cette nouvelle saga dédiée aux derniers instants du Petit père des peuples, Fabien Nury (W.E.S.T.) aura définitivement marqué l’année 2010 de son empreinte. Prolifique et efficace, l’auteur nous a en effet gratifié de trois albums de grande qualité cette année: Il Etait Une Fois en France, L’or et le sang et « La mort de Staline ».

Victime d’une attaque cérébrale dès le début de l’album, Staline ne déborde pas d’activité tout au long de l’album, mais l’ombre du tyran plane bel et bien au-dessus du récit et l’enveloppe dans un climat de terreur particulièrement réaliste. L’agitation de ses proches collaborateurs, les complots, les chantages, la corruption, la lâcheté, l’hypocrisie, la peur et la soif de pouvoir qui entourent les derniers instants du despote, reflète l’atmosphère politique tendue qui a du régner à cette époque. Malgré l’ambiance historique sombre et le ballet sournois de figures historiques qui se bousculent aux portes du pouvoir, entrouvertes par le malaise de Staline, le récit parvient à adopter un ton cynique, parfois même légèrement burlesque (l’autopsie de Staline), qui se nourrit admirablement du climat totalitaire et délétère insufflé par le régime de l’époque.

Usant de tons sombres et froids, Thierry Robin (« Rouge de Chine », « Petit père Noël ») place son dessin au diapason de l’atmosphère rude et oppressante de l’U.R.S.S. de Staline.

Encore une belle réussite signée Fabien Nury !

Retrouvez cette BD dans MON TOP 2010 !