Archive for the [Angoulême 2012] Category

Grégory Mardon – Vagues à l’âme

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, DIVERS, Festival BD Angoulême, Franco-Belge, Humanoïdes Associés, One-shots, [Accessible], [Angoulême 2012], [DL 2000 à 2005] with tags on 21 décembre 2011 by Yvan

Découvrez la vie de Dodo !

Grégory Mardon - Vagues à l'âme« Vagues à l’âme » est le premier récit de la collection Tohu-Bohu que je lis et je dois avouer que cette première lecture m’a beaucoup plu.

Grégory Mardon invite à suivre l’histoire de son grand-père, un garçon-boucher qui, à seize ans, décide de s’engager dans la marine et de partir à la découverte du monde. Au fil des escales et des sanctions disciplinaires, on fait plus ample connaissance avec Adolphe Hérault, alias Dodo. Au fil des pages, on s’attache à ce personnage qui en profite pour nous confier sa vision de la seconde guerre mondiale et qui finira par rencontrer Carmen, avant de retourner dans le bassin minier du nord de la France.

Servi sous forme de long flash-back, la vie de Dodo n’a certes rien d’extraordinaire, mais elle déborde d’humanité. C’est avec beaucoup de simplicité que l’auteur nous conte ce récit parfumé d’aventure et exotisme et partage cette tendresse qu’il éprouve envers cet être qu’il parvient à rendre très attachant. Le graphisme et les scènes muettes proposés par l’auteur accentuent encore le sentiment de nostalgie qui nous accompagne tout au long de la lecture.

Pour son premier album, Grégory Mardon livre un one-shot remarquable et très attachant !

Ils en parlent également : David

bd du mercrediAllez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Boisserie, Stalner & Guarnido – Voyageur, Omega

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, DIVERS, Festival BD Angoulême, Franco-Belge, Glénat, Séries, [Angoulême 2012], [DL 2011], [Grand public], [Terminées] with tags , on 14 décembre 2011 by Yvan

Épilogue convaincant d’une grande aventure spatio-temporelle !

Boisserie, Stalner & Guarnido - Voyageur, OmegaEt voilà ce fameux treizième tome qui vient conclure cette série blockbuster de Glénat. Après des cycles respectivement dédiés au Futur, au Présent et au Passé, voici donc enfin la conclusion de cette grande aventure spatio-temporelle, constituée de 3 cycles de 4 tomes et d’un épilogue.

Après un cycle du Passé finalement assez dispensable malgré des aventures indépendantes plutôt divertissantes, ce tome « Omega » apporte enfin toutes les explications manquantes et clôture brillamment cette saga. Le lecteur découvre non seulement ce qu’il est advenu de Clara après s’être fait tirée dessus à la fin du cycle consacré au Présent, mais trouve également une réponse à toutes les autres questions laissées en suspens. Du sort de Lili à l’histoire de Markovic, en passant par ce dernier voyage que Vedder doit encore effectuer afin de compléter l’album photo de sa vie, ce tome referme toutes les boucles avec maestria et propose également quelques retrouvailles émouvantes.

Au niveau du graphisme, après deux cycles respectivement dessinés par Eric Stalner et par Marc Bourgne, et quatre tomes des mains de Lucien Rollin, Siro, Eric Lambert et Eric Liberge, c’est Juanjo Guarnido (« Blacksad ») qui se charge d’illustrer cet ultime album. Après avoir dessiné toutes les couvertures, le virtuose espagnol s’attaque donc à l’épilogue de la série. Et là, gros étonnement, car Guarnido ne semble apparemment pas avoir lu le cahier des charges de cette série. Son style tranche énormément avec le classicisme et le réalisme de ses prédécesseurs et la ressemblance au niveau des personnages n’est pas vraiment au rendez-vous. Si le talent de l’artiste n’est plus à prouver, ce manque d’unité au niveau du graphisme est tout de même un peu regrettable, surtout qu’au niveau du scénario, ce tome répond bel et bien aux attentes.

Une conclusion très satisfaisante, qui vient d’être nominée au Festival d’Angoulême 2012.

Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Best of du Festival d’Angoulême.

bd du mercrediAllez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Arnaud Le Gouëfflec & Olivier Balez – Le chanteur sans nom

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, DIVERS, Festival BD Angoulême, Franco-Belge, Glénat, One-shots, [Accessible], [Angoulême 2012], [DL 2011] with tags , , on 7 décembre 2011 by Yvan

Une ambiance musicale qui fait mouche !

Arnaud Le Gouëfflec & Olivier Balez - Le chanteur sans nomLes deux auteurs de « Topless », Arnaud Le Gouëfflec et Olivier Balez, récidivent aux éditions Glénat avec un on-shot aux ambiances toujours aussi musicales.

Arnaud Le Gouëfflec s’intéresse à la vie de Roland Avellis, alias Le Chanteur sans nom, un chanteur de cabaret qui se produisait avec un loup sur le visage. Ami d’Édith Piaf et de Charles Aznavour, cet artiste connu son moment de gloire, pour finalement sombrer dans l’oubli.

C’est à travers l’enquête d’un jeune homme (probablement Arnaud Le Gouëfflec himself), qu’il retrace la vie de ce chanteur à la destinée malheureuse. Fouinant dans une boîte à souvenirs et interrogeant les proches (La fille du chanteur, sa dernière compagne, Charles Aznavour, etc.), il reconstruit la destinée de Roland Avellis. Alternant les éléments de l’enquête et les interventions du chanteur, présent sous forme d’ectoplasme, à des flashbacks retraçant les événements marquants de l’artiste, il dévoile lentement la personnalité de ce chanteur méconnu.

Le ton de cette biographie est léger et la présence du fantôme du chanteur permet d’ajouter une touche d’humour au récit. Malheureusement, tout comme c’était le cas pour la vie de Charlie Schlingo dans « Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps », je n’ai jamais réussi à m’intéresser à l’histoire de cet homme. Mais, à l’inverse de cette autre biographie, j’ai été subjugué par les ambiances de ce one-shot. Si le dessin et la représentation sous forme d’ectoplasme du chanteur font mouche, c’est surtout le jeu de lumières et la colorisation qui plongent cette histoire dans une atmosphère magnifique.

Un album qui vient d’être nominé au Festival d’Angoûleme 2012. Retrouvez le d’ailleurs dans mon Best of du Festival d’Angoûleme.

bd du mercrediAllez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

David & Bourgier – Servitude T3

Posted in BANDES DESSINÉES, Festival BD Angoulême, Franco-Belge, Séries, Soleil, [Angoulême 2012], [DL 2011], [En cours], [Grand public] with tags , on 29 novembre 2011 by Yvan

Le Royaume se déchire !

David & Bourgier - Servitude T3Après une incursion dans le Royaume d’Afénor parmi les Fils de la Terre (Livre I) et un aperçu du mode de fonctionnement du peuple des Drekkars (Livre II), ce troisième volet libère toutes les tensions accumulées et invite le lecteur à suivre le combat qui oppose les armées du Roi Garantiel d’Anorœur et d’Othar de Vériel devant les portes d’Al Astan.

Les auteurs de « Live war heroes » proposent une troisième partition qui sonne à nouveau extrêmement juste. Les éléments distillés au fil des tomes précédents s’emboîtent à merveille, confirmant ainsi la cohérence extrême de cet univers médiéval fantastique dense où des mythes mêlant Géants, Dragons, Sirènes, Anges et Fées sont mélangés avec brio à des intrigues politiques complexes. Les auteurs confirment la présence de quelqu’un qui tire les ficelles de cette guerre intestine qui déchire le royaume et délaissent quelque peu la politique au profit de plus d’action. Ne lésinant pas sur les détails, les auteurs mettent en place un univers d’une richesse incroyable, auquel le bonus en fin d’album apporte la touche finale incontournable.

Derrière une couverture qui ne perd rien en rudesse, Éric Bourgier propose un graphisme aux tons sépia qui insuffle esthétisme et sobriété à un genre trop souvent fidèle aux techniques numériques et aux couleurs criardes. Alliant des cadrages adéquats à un style qui combine efficacité et sobriété, le dessinateur livre un dessin d’une grande lisibilité qui sied parfaitement au côté médiéval du récit, offrant par la même occasion le confort de lecture nécessaire à cette saga épique prévue en cinq tomes. Notons également que les tons évoluent au fil des tomes, avec une mise en couleur plus sombre pour ce volet parsemé de batailles.

Publié par un éditeur qui s’est profilé comme un spécialiste du genre, « Servitude » s’impose comme une aventure d’Héroïc Fantasy absolument incontournable !

Ils en parlent également: Lunch

Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Manu Larcenet – Valérian, vu par…

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Festival BD Angoulême, Franco-Belge, Manu Larcenet, One-shots, [Accessible], [Angoulême 2012], [DL 2011] with tags , on 11 novembre 2011 by Yvan

Valérian n’est qu’un gros poivrot bedonnant !

Manu Larcenet - Valérian, vu par...Qui ne connaît pas l’histoire de Valérian et Laureline, véritable référence en matière de science-fiction, signée Christin et Mézières ? Ben moi ! Mais néanmoins bien décidé d’attaquer cet album signé Manu Larcenet (dans un genre qui n’est pas forcément mon genre de prédilection), j’effectue vite un petit détour par Wikipedia pour connaître les bases de l’histoire avant d’attaquer cette revisite par l’auteur des incontournables Blast et Le Combat ordinaire.

L’avantage de ne pas connaître la série originelle est que je ne risque pas d’être choqué par ce que Manu Larcenet réserve comme sort au célèbre agent spatio-temporel. Il faut dire que le héros est plutôt malmené par l’auteur. Dès les premières pages, on le retrouve bedonnant et accoudé au bar de Chez Francisque en compagnie d’un autre poivrot qui n’a rien d’un héros intergalactique. Ce contre-pied brillantissime ne manquera pas de faire crier les plus grands fans au sacrilège, mais personnellement j’ai plutôt apprécié cet exercice totalement décalé et débordant d’humour. Et la science-fiction me direz-vous ? Pas de panique, car notre héros s’envole très vite à bord d’épicerie arabe spatiale à la rencontres de planètes lointaines, d’extra-terrestres étranges et d’aventures rocambolesques. Mission accomplie, en ce qui me concerne !

Le risque de ne pas connaître la série originelle était par contre d’être largué par l’histoire, mais ce ne fut pas le cas car Larcenet parvient à livrer une histoire totalement indépendante qui s’approprie les personnages et l’univers de Valérian. Alors certes, j’ai peut-être loupé l’une ou l’autre référence/allusion, mais rien qui n’empêche de profiter pleinement de ce one-shot totalement déjanté, pourvu de dialogues assez loufoques.

Au niveau du graphisme, l’album multiplie les personnages aux trognes caricaturales au sein de décors intersidéraux particulièrement réussis. La colorisation somptueuse de Jeff Pourquié ponctue cet exercice divertissant, amusant et efficace.

En attendant le tome suivant de cette revisite, il ne me reste donc plus qu’à lire la série de Christin et Mézières.

Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Frederik Peeters – Aâma, L’odeur de la poussière chaude

Posted in BANDES DESSINÉES, Festival BD Angoulême, Franco-Belge, Gallimard, K.BD, Séries, [Accessible], [Angoulême 2012], [DL 2011], [Terminées] with tags , on 10 novembre 2011 by Yvan

Voyage introspectif sur la planète Ona(ji) !

Frederik Peeters - Aâma, L’odeur de la poussière chaudeAâma, la nouvelle série de SF de Frederik Peeters (Château de sable, Les Pilules bleues, R.G., Lupus) s’annonce comme une saga tentaculaire.

Ce premier volet, intitulé « L’odeur de la poussière chaude », invite à suivre les déboires de Verloc Nim, un héros devenu amnésique et se retrouvant perdu sur la planète Ona(ji) en compagnie d’un robot gorille prénommé Churchill. Au fil de longs flashbacks le lecteur découvre lentement l’origine de cette étrange mission sur une planète désertique, ainsi que le passé de personnages qui gagnent en épaisseur au fil des pages. Tout en remontant le fil des événements, il se retrouve happé par l’intrigue présente et s’attache inéluctable à ce héros qui semble s’être trompé d’époque. Passionné de livres anciens et rejetant ce monde ultra-technologique dans lequel il a du mal à trouver sa place, cet homme qui a déjà fait naufrage au niveau familial et professionnel, se retrouve maintenant perdu sur une planète inconnue pour un voyage qui s’annonce riche en rebondissements.

Bien plus qu’une mise en place, ce premier volet s’avère déjà extrêmement prenant et prometteur. Et même si de nombreux points d’interrogation demeurent à la fin de ce tome d’introduction, au fil des pages, le lecteur parvient déjà à regrouper plusieurs pièces du puzzle imaginé par l’auteur suisse. Passant d’une ville futuriste aux plaines désertiques d’Ona(ji), il distille une ambiance envoûtante et propose un récit parfaitement rythmé par un découpage exemplaire.

Notons également l’existence d’un blog, sorte de carnet de bord de l’auteur, qui permet de visiter les coulisses de fabrication de cette saga de science-fiction dont le premier tome séduit déjà.

Frederik Peeters - Aâma, L’odeur de la poussière chaudeIls en parlent également : JérômeOliV’, Choco, Mo’, Lunch, David

Lisez également la chronique à plusieurs mains de Lunch sur K.BD !

Retrouvez cet album dans mon Top de l’année !

Craig Thompson – Habibi

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Casterman, Comics, DIVERS, Ecritures, Festival BD Angoulême, K.BD, One-shots, [Accessible], [Angoulême 2012], [DL 2011] with tags , , , on 9 novembre 2011 by Yvan

Lorsque le fond et la forme s’épousent pour un mariage d’amour, proche de la perfection !

Craig Thompson - Habibi« Habibi » raconte l’histoire de deux enfants esclaves, Dodola et Zam, dans un pays imaginaire et intemporel du Moyen-Orient, sorte d’État désertique en plein boom économique. Mariée de force à un scribe qui lui appris à lire et à écrire, Dodola parvient à s’enfuir en compagnie d’un jeune garçon, pour un périple jonché d’amour et d’épreuves.

S’il aura fallu six ans et près de 700 pages à l’auteur de Blankets pour parvenir à raconter la vie de ces deux personnages extrêmement attachants, de l’enfance à l’âge adulte, cet album néanmoins vaut son pesant d’or et ajoute une nouvelle perle à cette magnifique collection « Écritures » des éditions Casterman.

Il ne faut d’ailleurs que quelques pages au lecteur pour se rendre compte qu’il vient de pénétrer dans la caverne d’Ali Baba, dans un ouvrage d’une richesse et d’une profondeur extrême. Alternant souvenirs, paraboles mystiques et événements présents, Craig Thompson livre une histoire d’amour poignante sur fond de conte des Mille et Une Nuits. L’auteur parvient à aborder une multitude de thèmes (l’esclavagisme, la prostitution, les harems, l’écologie, la religion, l’oppression des minorités, etc) au sein d’une œuvre à la fois intemporelle et contemporaine et d’une lisibilité exemplaire.

Rythmé par les références bibliques et les sourates du Coran, le récit se nourrit des textes sacrés et crée un pont très humain entre les différentes religions, entre l’Orient et l’Occident. Si Graig Thomson démontre qu’il est un conteur hors pair, ses talents de calligraphe et de dessinateur ne sont pas en reste. Textes tourbillonnants, dessins virevoltants et gravures envoûtantes ; le graphisme noir et blanc de Thompson est d’une précision rare et plonge le lecteur dans une ambiance orientale digne des Mille et Une Nuits, à la fois magique, sensuelle et cruelle.

Si ce chef-d’œuvre est une merveilleuse histoire d’amour, c’est également un hommage au pouvoir des mots, voire même des lettres. Tels des esclaves qui se libèrent de leurs chaînes pour partir à la découverte du monde, si cruel soit-il, les textes sortent de leurs bulles et se mêlent aux dessins pour partir à la découverte de pages divines. Les textes et les images se font constamment écho, dans un ballet charnel et enivrant, pour une communion entre le fond et la forme qui est à couper le souffle.

Arrivés à la fin de ce somptueux voyage parsemé d’embuches et de misère, mais rendu possible grâce à l’amour, la signification du mot « Habibi » prend toute sa valeur et le lecteur ressort grandit de ce message délivré avec tant de délicatesse par un auteur en grande forme.

Si vous ne devez lire qu’une BD cette année, lisez celle-ci !

Craig Thompson - HabibiRetrouvez cet album dans mon Top du mois et dans mon Top de l’année !

Lisez également mon avis sur K.BD !

bd du mercrediAllez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !