Archive pour Bruxelles

Paul Colize – Toute la violence des hommes

Posted in Littérature with tags , on 28 juin 2020 by Yvan

Le message enfoui des fresques bruxelloises !

Paul Colize - Toute la violence des hommesAprès « Ineffaçables » de Clarence Pitz, Paul Colize est le second auteur belge à s’inspirer de ces fresques clandestines qui sont apparues dans les quartiers populaires de Bruxelles. À l’instar du jeu de piste imaginé par Clarence Pitz, Paul Colize va utiliser ce fait divers véridique comme fil rouge d’un roman policier multipliant des évènements tragiques liés à ces peintures murales.

Le récit débute par la garde à vue de Nikola Stankovic, artiste-peintre à l’origine des fresques monumentales qui décorent les immeubles de la capitale. Le crime dont il est accusé est cependant le meurtre d’Ivanka Jankovic, une jeune fille d’origine croate, comme lui. Alors que toutes les preuves l’accablent, celui que l’on surnomme le « Funambule » refuse de collaborer avec la police et s’enferme dans un mutisme qu’il ne brise que pour affirmer : « C’est pas moi ».

La première originalité de cette enquête policière est qu’elle n’est pas menée par les forces de l’ordre, mais par l’avocat de l’inculpé et par la directrice de l’établissement où il est placé en observation afin de déterminer s’il est responsable de ses actes. Face au silence de Nikola, le duo atypique va s’intéresser à son passé et tenter d’interpréter les œuvres de l’artiste, en espérant y découvrir la vérité…

L’autre point fort du récit est, qu’à l’instar du roman de Mattias Köping, « Le manufacturier », Paul Colize utilise les souvenirs d’enfance de Niko afin d’aborder les horreurs du conflit serbo-croate, en particulier le siège de Vukovar, ainsi que les sévices des milices serbes sur les civils croates.

Mais, ce qui m’a probablement fait dévorer ce roman en seulement deux jours est le rythme insufflé par l’auteur à son récit. Outre des chapitres courts parsemés de « cliff-hangers », Paul Colize propose une narration incisive qui va à l’essentiel, ainsi qu’une intrigue parfaitement ficelée et un récit profondément humain malgré la noirceur du fond historique… et toute la violence des hommes.

Toute la violence des hommes, Paul Colize, HC éditions, 317p., 19€

Ils en parlent également : EmOtionS, Twin books, Carnet de lectureHanae, Pierre, Fflo, Le carnet et les instants, Nath, Lee Ham, Amicalement noir, Le dit des mots, Café noir et polars gourmands, Sharon, L’atelier de Litote

Clarence Pitz – Ineffaçables

Posted in Littérature with tags , , on 12 janvier 2020 by Yvan

Quand Bruxelles bruxellait !

Clarence Pitz – IneffaçablesMais comment ai-je pu louper la sortie de cet excellent polar qui, à l’instar de « Jeux de mains », se déroule quasiment dans mon jardin ? Heureusement que je peux compter sur mes collègues blogueurs pour éviter de passer à côté de petites pépites comme celle-ci. En l’occurrence, il me faut donc remercier le blog de Sangpages, qui a eu la bonne idée de mettre ce deuxième roman de l’auteure belge dans son bilan de 2019.

« Ineffaçables » démarre donc à Bruxelles, en 2016, au lendemain d’une vague d’attentats qui a mis la capitale sous tension et les forces de l’ordre sur les rotules. Ces derniers doivent cependant prévoir un bon stock de Red Bull car des fresques à caractère pornographique commencent à fleurir sur les murs de Bruxelles, tandis qu’en parallèle, une série de crimes particulièrement pervers sont commis quasi simultanément. Même Virgile Plisson, flic infirme relégué au placard, doit reprendre du service…

Utiliser un fait divers véridique, celui des fresques clandestines de Bruxelles, comme fil rouge d’un roman policier multipliant des meurtres liés à ces peintures murales, est une excellente idée car ce jeu de piste permet à Clarence Pitz de nous balader dans les quartiers populaires de la capitale. J’ai adoré me promener dans les rues de Bruxelles et croiser certains repères estudiantins qui ont animé ma jeunesse (Le Gauguin, la Jefke, la Marie Galante, …), surtout que depuis l’instauration du piétonnier je n’y vais quasiment plus.

Si la ville est quasiment un personnage à part entière, les autres protagonistes ne sont pas en reste. De l’inspecteur principal Karel Jacobs et ses problèmes personnels à cette adorable Monique qui promène son chien, en passant par la courageuse Samira (qui n’aura pas uniquement conquis le cœur de Vigile), l’auteure dresse le portrait de personnages plus vrais que nature et envers lesquels j’ai éprouvé énormément d’empathie.

Outre un cadre d’une grande richesse et des personnages extrêmement attachants, Clarence Pitz livre également un thriller parfaitement rythmé, parsemé d’humour, de références culturelles et d’expressions croustillantes bien de chez nous, que j’ai dévoré en moins de deux jours.

Bref, un roman coup de cœur qui me donne non seulement envie d’aller me dégourdir les jambes à Bruxelles, mais également de découvrir son premier roman « La parole du Chacal ».

Si tu ne sautes pas (sur ce livre), tu n’es pas Bruxellois !

Ineffaçables, Clarence Pitz, Editions Nouvelle Bibiliothèque, 510 p., 24€

Ils en parlent également : Branchés culture, Sangpages, Mes lectures du dimancheEntre deux livresPause polars, NigraFoliaLivrement Ka, Mylène, Indécise Book, Les plumes noires

David Morvan & Bengal – Naja T5

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Séries, [DL 2011], [Grand public], [Terminées] with tags , on 23 avril 2011 by Yvan

Naja aime les Bruxellois !

David Morvan & Bengal - Naja T5Voici la conclusion de cette saga dynamique et parsemée de tueurs impitoyables.

Le lecteur connaissait déjà l’identité des trois tueurs et celle de leur chef, savait que c’était « il » qui avait mis le feu aux poudres et avait même eu l’occasion de croiser « Jazz Maynard » lors du tome précédent. Mais malgré tout ça, il restait à connaître le fin mot de cette histoire, le pourquoi de tous ces événements, donc largement de quoi tenir le lecteur en haleine et de quoi remplir encore un album, extrêmement riche en révélations.

Le fait de garder toutes ces révélations pour la fin ne présente évidemment pas que des avantages et l’on peut également reprocher à l’auteur de finalement vouloir en faire un peu trop. Une surenchère au niveau des révélations qui ne nuit heureusement pas à la cohérence de l’ensemble, même si certains rebondissements sont assez capillo-tractée. Le lecteur ne ressortira cependant pas déçu de cette conclusion qui lui permet d’apprendre les derniers secrets concernant Naja et les motivations de chacun. Et les motivations de ces tueurs importe finalement peu, car le fait de les avoir accompagné au fil des tomes valait déjà largement le détour.

Le système narratif en voix-off est toujours aussi efficace. Cette narration très proche du lecteur continue d’être plaisante et donne l’impression au lecteur de ne pas lire l’album tout seul. Combiné avec une construction irréprochable, cette narration efficace insuffle un excellent rythme au récit. Graphiquement, Bengal contribue indéniablement au dynamisme que dégage cet album: un découpage aéré qui lui laisse suffisamment de place pour s’exprimer, des scènes d’action très fluides et une mise en couleur splendide et très efficace lors des flashbacks.

Mais ce qu’il faut retenir par-dessus tout après la lecture de ce dernier tome, c’est que Naja déteste tout le monde, sauf les Belges. Et oui, Naja a bon goût et je m’en réjouis. Naja aime également les Bruxellois, tout comme Morvan, qui profite d’ailleurs de cette conclusion pour faire un petit (enfin non, un gros) clin d’œil à Eliane et Cédric de la librairie Forbidden zone, reconvertis en trafiquants d’armes pour l’occasion.

Et bien moi aussi, je l’aime Naja !

Retrouvez cette BD dans MON TOP 2011 !

Point Bar – Bruxelles

Posted in Bruxelles, RESTAURANTS with tags , , on 25 mars 2010 by Yvan

Point barSi vous cherchez un resto qui combine originalité et qualité, je vous conseille le resto Point Bar.

L’ambiance est très sympa, le service est parfait, la présentation des plats très originale et la nourriture extra !

Un vrai coup de coeur !

Point bar
Rue du Pépin, 39
1000 Brussels
Belgium
0032 (0)2 503.04.03
http://www.restopointbar.be/

La Quincaillerie – Bruxelles

Posted in Bruxelles, RESTAURANTS with tags , on 22 mars 2010 by Yvan

Cadre magnifique, très branché, service rapide et sympa, mais … c’est très (trop) bruyant, les plats arrivent froid/tiède sur la table et la nourriture n’est pas terrible pour le prix …

Dommage !
 

La Quincaillerie
45 Rue du Page
Brussels 1050
Belgium
0032 (0)2 533.98.33
http://www.quincaillerie.be

Le monde est petit – Bruxelles

Posted in Bruxelles, RESTAURANTS with tags , on 21 mars 2010 by Yvan

Le cadre est intimiste. La déco cubaine/new-yorkaise est très agréable. Le service est parfait. Les tables sont peut-être un peu petites et la musique pourrait être un peu plus adaptée au décor, mais sinon c’est parfait au niveau de l’ambiance.

La nourriture est excellente. Des combinaisons originales, une cuisine très saine/naturelle sans trop de crème. Les plats ne sont pas trop copieux et sont super bien présentés. Un petit reproche: le café et le thé ne sont pas à la hauteur du reste, qui est irréprochable.

Un endroit à conseiller vivement !!!

Le monde est petit
Rue des Bataves 65
Brussels 1040
Belgium
0032 (0)2 732.44.34
http://www.lemondeestpetit.be

In’t Spinnekopke – Bruxelles

Posted in Bruxelles, RESTAURANTS with tags , on 20 mars 2010 by Yvan

Spinnekopke

In’t Spinnekopke

Du 100% belge, du service bruxellois, de la cuisine à la bière, des sorbets à la Kriek, bref du typique de chez nous, dans une ambiance bien sympa !!!

 
In’t Spinnekopke
Place du Jardin aux Fleurs
Brussels 1000
Belgium
0032 (0)2 511.86.95

http://www.spinnekopke.be