Archive pour Coup de coeur

Virginie Grimaldi – Il est grand temps de rallumer les étoiles

Posted in Littérature with tags , on 15 août 2018 by Yvan

Road-trip d’une famille qui part à la dérive !

Virginie Grimaldi – Il est grand temps de rallumer les étoilesAyant beaucoup aimé « Tu comprendras quand tu seras plus grande », je n’ai pas longtemps hésité à lire ce nouveau roman de Virginie Grimaldi.

« Il est grand temps de rallumer les étoiles » raconte l’histoire d’Anne, séparée d’un homme qui a déménagé à Marseille et mère de deux filles, Chloé, 17 ans et Lily, 12 ans. Face au mal-être grandissant de ses filles et l’accumulation de dettes, cette femme de 37 ans a de plus en plus de mal à nouer les deux bouts et à gérer les tensions familiales. Lorsqu’elle perd subitement son emploi et que les huissiers commencent à sonner à sa porte, elle décide de tout plaquer et de partir pour la Scandinavie pour aller admirer les aurores boréales du Grand Nord en famille.

Ce road-trip initiatique, visant à remettre un peu de lumière dans un quotidien qui s’assombrit chaque jour un peu plus et à colmater les fissures de plus en plus grandes de cette famille qui part à la dérive, alterne trois points qui se font brillamment écho. Il y a forcément cette mère dépassée, qui partage ses réflexions, ses craintes, ses crises de panique et son amour pour ses filles tout au long du récit. Puis il y a cette adolescente hypersensible en pleine construction, qui tient un blog intitulé « Les chroniques de Chloé », où elle raconte sa vie, ses chagrins d’amour et son manque de confiance en elle. Mais il y a surtout le journal intime de Lilly qui vaut son pesant d’or. Outra la naïveté attendrissante du regard que porte la cadette de la famille sur les déboires qu’ils vivent, il y a sa capacité à mélanger les expressions de la langue française de manière exquise et totalement hilarante.

Virginie Grimaldi parvient donc à nouveau à créer une galerie de personnages non seulement hauts en couleur, mais également intergénérationnels, ce qui permet à tout le monde d’y trouver son bonheur. Il faut également souligner la capacité de cette auteure à aborder des sujets sérieux, tels que le handicap, l’adolescence, la vieillesse, les premiers émois, le harcèlement scolaire, la maternité, la solitude et les relations mère-fille, avec énormément de légèreté. Le résultat est un roman feel-good, plein d’humanité et d’humour, qui invite à prendre la vie du bon côté. Au-delà de cette histoire familiale, le lecteur appréciera également ce road-trip qui donne inévitablement envie de voyager, tout en offrant une véritable bouffée d’oxygène.

Un récit qui a réussi à séduire un père de famille… donc, si vous êtes maman, foncez !

Publicités

Cyril Massarotto – Quelqu’un à qui parler

Posted in Littérature with tags , on 18 juillet 2018 by Yvan

Avez-vous réalisé vos rêves d’enfant ?

Cyril Massarotto - Quelqu’un à qui parlerLe jour où Samuel se retrouve seul pour fêter ses 35 ans, il décide d’appeler le numéro de téléphone de la maison de son enfance. Après quelques sonneries, il se retrouve en ligne avec un enfant de 10 ans… qui s’appelle Samuel !

L’idée de base de ce roman est donc assez originale et invite à suivre un personnage principal solitaire et mal dans sa peau, qui a mis tous ses rêves de gosses au placard au détriment d’une vie sans sel, sans surprises et sans amour. Ce coup de fil surprenant va cependant l’inciter à regarder sa vie à travers le prisme du regard de l’enfant qu’il était…

Il ne faut évidemment que très peu de temps au lecteur pour s’identifier au personnage de Samuel et pour commencer à réfléchir à l’adulte qu’il est devenu et à l’enfant qu’il était. A travers cet ouvrage philosophique, Cyril Massarotto propose donc une introspection qui invite à réfléchir à nos choix de vie et à nos rêves d’enfant qui se sont envolés. Un regard dans le rétroviseur de notre vie, plein de tendresse, d’humour, d’amour et de bons sentiments.

Une lecture qui fait du bien et que je recommande vivement !

Joël Dicker – La disparition de Stéphanie Mailer

Posted in Littérature with tags , on 11 juillet 2018 by Yvan

Quadruple meurtre à Orphéa !

Joël Dicker - La disparition de Stéphanie MailerAuteur du best-seller mondial « La Vérité Sur L’Affaire Harry Québert » en 2012, couronné du Grand Prix du roman de l’Académie française et du Prix Goncourt des lycéens, Joël Dicker nous livre ici son quatrième roman.

Le jeune auteur suisse invite à suivre un policier proche de la retraite, subitement contraint de rouvrir une enquête qu’il pensait avoir bouclée il y a vingt ans de cela. Lorsqu’une brillante journaliste nommée Stéphanie Mailer prétend qu’il s’est jadis trompé de coupable, avant de disparaître mystérieusement, il commence en effet à se dire que l’auteur du quadruple meurtre qui a secoué la petite communauté en 1994 court peut-être encore les rues…

L’action se déroule à Orphéa, une petite station balnéaire des Hamptons, sur la côte est des Etats-Unis. Au fil des pages, cette petite ville paisible, où un festival annuel de théâtre semble être l’événement le plus emballant, dévoile cependant plusieurs secrets enfouis au plus profond de cette communauté restreinte.

Tout en installant un huis clos riche en zones d’ombre, Joël Dicker développe son intrigue entre passé et présent, tout en changeant régulièrement de narrateur, permettant ainsi d’alterner les points de vue, tout en levant le voile sur leurs démons du passé. Si la profusion de personnages permet à l’auteur de brouiller les pistes et d’induire souvent le lecteur en erreur, cela ne prête pas pour autant à confusion car l’enquête avance assez lentement et les nombreux allers-retours entre passé et présent, ainsi que l’alternance des narrateurs, sont à l’origine de nombreuses répétitions qui empêchent le lecteur de se perdre.

Malgré un style dont on appréciera surtout la facilité et l’accessibilité et quelques personnages trop caricaturaux, voire même grotesques, Joël Dicker propose un récit assez prenant, qui multiplie les rebondissements. Le résultat est un page-turner de plus de 600 pages à la mécanique parfaitement huilée.

Gabriel Tallent – My Absolute Darling

Posted in Littérature with tags , on 6 juin 2018 by Yvan

Le réveil d’une ninja !

Gabriel Tallent – My Absolute Darling« My absolute darling » raconte l’histoire de « Croquette », une jeune adolescente de quatorze ans qui vit dans une vieille bicoque insalubre, isolée dans une forêt du nord de la Californie, en compagnie d’un père rustre et incestueux et d’un grand-père alcoolique…

Oui, je sais, ça ne donne pas vraiment envie, surtout que les personnages ne sont pas du tout attachants, même pas cette gamine élevée comme une sauvageonne, particulièrement asociale, capable de manier toutes sortes d’armes et de survivre seule en pleine nature, aussi hostile soit-elle. Pourtant, au fil des pages, le lecteur va apprendre à aimer cette jeune héroïne, qui s’éveille progressivement, illuminant cet environnement sombre de sa présence.

C’est particulièrement bien écrit et le lecteur pénètre petit à petit dans ce huis-clos nauséabond et oppressant, tout en découvrant le mode de pensée totalement tordu du père et de cette fille manipulée par un amour malsain. Tout en évitant la surenchère, Gabriel Tallent livre avec grand brio les hésitations de cette adolescente, partagée entre la culpabilité d’abandonner un père qui n’a qu’elle et le besoin d’échapper à son emprise destructrice…

Un premier roman coup de poing, qui m’a mis plusieurs fois KO !
Je conseille donc, mais ça envoie du lourd…

Karine Giebel – Toutes blessent, la dernière tue

Posted in Littérature with tags , on 25 avril 2018 by Yvan

Tama, la cendrillon des temps modernes…

Karine Giebel - Toutes blessent, la dernière tueCe pavé de Karine Giebel invite à suivre deux histoires en parallèle :

– Celle de Tama, jeune marocaine arrachée à sa famille à l’âge de huit ans afin d’être exploitée en tant que boniche dans la France d’aujourd’hui.
– Celle de Gabriel, tueur professionnel impitoyable, dont la vie se retrouve à nouveau bouleversée le jour où il découvre une jeune femme grièvement blessée et amnésique dans son écurie.

Si Karine Giebel livre des personnages particulièrement forts et également assez ambigus, il est impossible de ne pas s’attacher à cette jeune esclave des temps modernes, dont on partage les souffrances physiques et mentales et que l’on aimerait sauver de ce cauchemar quotidien totalement révoltant. À travers la destinée de cette enfant, l’auteure invite à prendre conscience de l’existence d’un esclavage moderne, où des êtres humain sont exploités de manière non rémunérée et privés de tous droits, dans des conditions inhumaines et à un âge tout bonnement écœurant.

Si la noirceur est indéniablement au rendez-vous de de roman qui n’épargne pas grand-chose au lecteur, l’amitié, l’entraide et même l’amour viennent heureusement offrir une lueur d’espoir et réchauffer le cœur du lecteur. Ce dernier, se retrouve inévitablement happé de la première à la dernière page par ce récit totalement addictif, qui alterne brillamment les destinées de Tama et Gabriel.

Un coup de cœur !

C. J. Tudor – L’homme craie

Posted in Littérature with tags , on 28 mars 2018 by Yvan

Les secrets du passé !

C. J. Tudor - L’homme craieCe premier roman de l’écrivaine britannique C. J. Tudor est une belle réussite !

« L’homme craie » invite à suivre une bande d’enfants qui passent l’été de leurs douze ans à jouer ensemble, notamment à un jeu qui consiste à se laisser des messages secrets, dessinés à la craie un peu partout dans la petite ville d’Andersbury. Jusqu’au jour où ces indications à la craie mènent jusqu’à l’emplacement d’un cadavre démembré dissimulé au milieu des bois. Trente ans plus tard, l’histoire refait surface, les obligeant à assumer les conséquences de leurs actes…

Si le récit est narré à travers le regard de l’un des cinq gosses, l’auteure a la brillante idée d’alterner les passages au présent, où il est devenu adulte, et ceux au passé, en 1986, où il n’était encore qu’un enfant. Au fil des pages, le lecteur découvre non seulement ce qu’il est advenu des protagonistes, mais également les pièces manquantes qui permettent de comprendre ce qu’il c’est réellement passé.

Ce livre est certes un polar, dont l’ambiance ne manque d’ailleurs pas de rappeler celle des romans de Stephen King, mais c’est également une histoire d’amitié, de gamins qui perdent leur innocence et d’adultes qui doivent vivre avec le poids de leurs secrets. Un livre rempli de personnages attachants et tous potentiellement coupables… question de tenir le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

Bref, un excellent polar et une auteure à surveiller de près !

Zidrou et José Homs – Shi, Le roi démon (Tome 2)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Séries, Zidrou, [DL 2017], [En cours], [Grand public] with tags , on 21 mars 2018 by Yvan

L’heure de la vengeance a sonné !

Zidrou et José Homs - Shi, Le roi démon (Tome 2)Si le premier volet de cette saga prévue en quatre tomes présentait deux héroïnes intrigantes, cette suite, qui se déroule sept mois plus tard, revient sur le calvaire qu’elles ont vécu entretemps.

Tandis que Jennifer Winterfield a été mariée de force au Révérend Green, Kita a été contrainte de se prostituer au sein d’un bordel de luxe. Au fil du temps, la haine des deux femmes envers cette noblesse britannique, qui écrase le sexe « faible » et les pauvres, ne fait que s’accroître… et l’heure de la vengeance approche…

Outre ces deux héroïnes fortes, qui s’installent progressivement à l’origine d’une colère viscérale qui frappe à travers les époques, Zidrou propose une galerie de personnages charismatiques, dont l’étrange Sensei venu rendre visite à notre prostituée nippone. Si Zidrou invite à suivre la destinée de plusieurs personnages sur différentes époques, il multiplie également les intrigues, n’hésitant pas de passer d’un riche industriel victime d’une organisation terroriste à notre époque à la Reine Victoria en plein Londres victorien. Si le cœur de l’intrigue se déroule toujours en 1851, la touche surnaturelle insufflée par ce « Roi Démon » tatoué sur le dos de la japonaise ne manque pas de surprendre. Au passage, l’auteur ne manque pas non plus de dénoncer la condition des femmes et des pauvres au sein de cette société sexiste, hypocrite et cruelle.

Visuellement, le graphisme de José Homs (Millenium, Secrets : L’Angélus) demeure époustouflant. La mise en images dynamique et soignée du dessinateur espagnol fait des merveilles, que ce soit au niveau de l’univers sombre auquel il donne vie ou au niveau de l’expressivité des personnages.

Du tout bon !