Archive pour Coup de coeur

Tabitha Suzuma – Forbidden

Posted in Littérature with tags , on 14 février 2018 by Yvan

Quand un frère et une sœur jouent à papa et maman…

Tabitha Suzuma - Forbidden« Forbidden » invite à suivre l’histoire de Lochan et Maya, les aînés d’une fratrie de cinq enfants livrés à eux-mêmes. Le père est parti refaire sa vie en Australie, tandis que la mère, alcoolique et immature, n’a pas beaucoup plus envie de remplir son rôle. À deux, cette sœur et ce frère de respectivement seize et dix-sept ans élèvent à bout de bras le reste de la famille, c.à.d. le jeune Kitt, en pleine crise d’adolescence, et les petits Willa et Tiffin, baignant encore dans l’âge de l’innocence…

Avec ce roman, Tabitha Suzuma aborde un sujet totalement tabou, mais a la présence d’esprit de ne pas nous plonger immédiatement au cœur de cet amour absolument immoral et de surcroît répréhensible par la loi. L’auteure prend en effet le temps d’installer le contexte de cette histoire en partageant le quotidien de ces deux êtres obligés de jouer à papa et maman afin d’empêcher leur famille dysfonctionnelle de se disloquer. Au fil des pages, le lien fraternel entre Lochan et Maya s’estompe, ouvrant la porte à un amour certes absolument glauque, mais inéluctable.

Le récit alterne les points de vue de Maya et Lochan, permettant de partager les sentiments qui déchirent ces deux êtres épuisés par la vie, qui partagent le même fardeau familial, ainsi qu’un lien qui va bien au-delà de celui entre un frère et une sœur. Progressivement, le lecteur s’attache aux personnages et, au moment où la limite est franchie, ses valeurs sont totalement ébranlées et une partie de ses préjugés sont déjà au placard. Cet amour inacceptable continue inévitablement de déranger, mais l’envie de leur octroyer cette lueur d’espoir et de bonheur au sein d’une vie tellement injuste et difficile, cherche également à se faire une petite place. Le noir et le blanc deviennent gris, le côté incestueux de l’histoire demeure répugnant, mais cherche à se faire oublier, abandonnant le lecteur le cul entre deux chaises, l’une condamnant cet acte dégoûtant et l’autre, ému par la pureté et la beauté de cet amour interdit qui défie toutes les conventions.

Une lecture dérangeante et bouleversante, mais fortement conseillée !

Publicités

Franck Bouysse – Glaise

Posted in Guerre, Littérature with tags , , on 11 février 2018 by Yvan

Quand la guerre prive la campagne de ses hommes valides…

Franck Bouysse - GlaiseCe roman de Franck Bouysse débute au mois d’août 1914, au moment où le père de Joseph, 15 ans, doit quitter les siens pour aller combattre l’ennemi dans la boue des tranchées. L’adolescent, entouré de sa mère et de sa grand-mère, devient subitement l’homme de la famille. Si le vieux voisin d’à côté n’hésite pas à lui donner un coup de main pour faire tourner la ferme, il doit cependant se méfier de l’autre voisin, un pervers alcoolique et violent à la main atrophiée, dont le fils est également parti rejoindre le front…

L’auteur effectue le choix judicieux de ne pas suivre ceux qui partent à la guerre, mais de raconter le quotidien des femmes, enfants, vieillards et infirmes qui restent. En installant son récit à Chantegril, au pied du Puy-Violent, une montagne du Cantal située dans l’arrière-pays rural, il demeure bien loin des affrontements et de cette guerre qui vide progressivement les campagnes de ses hommes valides. Si les nouvelles du front se limitent souvent à quelques lettres, voire des avis de décès, l’inquiétude, l’attente et l’absence plus longue que prévue, commencent à peser sur ces paysans qui se tuent à la tâche à défaut de le faire au front…

À travers le quotidien de ces familles amputées de leurs bras les plus solides, Franck Bouysse dépeint avec grand talent une palette de sentiments humains, allant du premier amour à ceux beaucoup plus nauséabonds. En plongeant le lecteur dans un monde de corvées, d’amertume et de non-dits, mais également d’entraide et d’amitié, il livre un roman certes sombre, mais éclairé de sa plume emplie de poésie. Si je suis plutôt du genre à me nourrir de l’intrigue, ici, la dégustation des phrases alignées avec brio par Franck Bouysse aura suffi à me rassasier. La lenteur du récit s’accompagne ainsi du bonheur d’avoir le temps de peser chaque mot et de s’en imprégner afin de prolonger le plaisir…

Une fois le livre refermé, il ne reste plus qu’à enlever la glaise qui colle encore à nos chaussures, tout en continuant à distinguer ces personnages rugueux et taiseux qui errent encore dans la brume de notre esprit.

Beaucoup aimé !

BD – Comics : Le Bilan de 2017

Posted in BANDES DESSINÉES, DIVERS, Littérature, [DL 2017] with tags , , , , , on 31 janvier 2018 by Yvan

Que retenir de mes nombreuses lectures en 2017 ?

Je lis de moins en moins de bandes dessinées chaque année et de plus en plus de romans, mais voici ce que je retiens de ces nombreuses heures de lecture :

Les incontournables :

Zidrou et Oriol – Natures mortes Luc Brunschwig et Etienne Le Roux – La mémoire dans les poches, Troisième partie Jérémie Moreau - La Saga de Grimr
Timothé Le Boucher - Ces jours qui disparaissent Gipi – La terre des fils Luc Brunschwig et Olivier TaDuc – XIII Mystery, Jonathan Fly (Tome 11)
 Jason Aaron et R.M. Guéra – The Goddamned, Avant le Déluge  Brian K. Vaughan et Fiona Staples – Saga (Tome 7)  Jeff Lemire et Andrea Sorrentino - Old Man Logan, Folie furieuse
 Luc Brunschwig et Roberto Ricci – Urban, Enquête Immobile (Tome 4)  Bastien Vivès – Une sœur

Les bonnes découvertes :

Gess – La Malédiction de Gustave Babel  Navie et Carole Maurel – Collaboration Horizontale Renaud Dillies – Loup
 Thilde Barboni et Olivier Cinna – Hibakusha  Cédric Mayen et Lucy Mazel - Edelweiss  Espé – Le Perroquet
 Jeff Lemire et Greg Smallwood – Moon Knight, Bienvenue en Nouvelle Egypte  Pascal Rabaté et Alain Kokor – Alexandrin ou L’art de faire des vers à pied

Les confirmations :

Xavier Dorison et Ralph Meyer – Undertaker, L’ogre de Sutter Camp (Tome 3) Zidrou et Jordi Lafebre – Les beaux étés, Mam’Zelle Esterel (Tome 3) Zidrou et Arno Monin – L’adoption, La Garua (Tome 2/2)
Jeff Lemire et Dustin Nguyen – Descender, Singularités (Tome 3) Joshua Williamson et Andrei Bressan – Birthright, Histoire de famille (Tome 4)  Benjamin Von Eckartsberg et Thomas Von Kummant – Gung Ho, Sexy Beast (tome 3)
 Luc Brunschwig, Aurélien Ducoudray et Florent Bossard - Leviathan, Quelque chose sous nos pieds (Tome 2)  Wilfrid Lupano et Paul Cauuet - Les Vieux Fourneaux, La Magicienne (Tome 4)

Les nouvelles séries à lire :

Zidrou et José Homs – Shi, Au commencement était la colère Rodolphe et Christophe Dubois – Ter, L’étranger (Tome 1/3) Fabien Nury et Sylvain Vallée – Katanga, Diamants

-> Jetez également un œil à mon bilan romans de 2017 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2016 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2015 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2014 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2013 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2012 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2011 !

Jeff Lemire et Andrea Sorrentino – Old Man Logan, Folie furieuse

Posted in Comics, Marvel Now, Panini, Séries, Wolverine, [Avec super-héros], [DL 2017], [En cours] with tags , on 26 janvier 2018 by Yvan

Old Man Logan reprend du service !

Jeff Lemire et Andrea Sorrentino - Old Man Logan, Folie furieuseJe lis beaucoup moins de bandes dessinées et de comics qu’avant, mais il y a certains titres qu’il est difficile de laisser passer sans sauter dessus. En étant non seulement écrite par l’excellent Jeff Lemire et en reprenant de surcroît le personnage principal de l’incontournable « Old Man Logan » de Mark Millar et Steve McNiven, cette nouvelle saga devait inévitablement finir entre mes mains.

Cette série imaginée par Jeff Lemire et dessinée par Andrea Sorrentino, se situe donc après l’épisode de Secret Wars signé Brian Michael Bendis et Andrea Sorrentino, qui avait permis au vieux Wolverine de Mark Millar de s’immiscer dans l’univers Marvel actuel. Le duo qui avait déjà étalé tout son talent lors du relaunch de « Green Arrow », fait une nouvelle fois mouche en invitant à suivre les premiers pas de ce vieux Logan désabusé, qui se retrouve à poil dans les rues de New York, ne comprenant pas trop où il a atterri, mais se rendant vite compte que son futur n’a pas encore eu lieu. Il décide donc fort logiquement de tout mettre en œuvre afin d’éviter que ce monde ne connaisse les mêmes désastres que le sien. Afin d’empêcher que ce futur n’arrive et de sauver sa femme et ses enfants d’une mort certaine, il décide d’assassiner un vilain de seconde zone appelé le Butcher, ainsi que Bruce Banner, Mysterio et Crâne Rouge. Tout un programme !

Le premier point fort de cette saga est de retrouver un héros torturé et affaibli par les années, mais déterminé à changer ce futur où il a perdu ceux qui lui sont chers. L’autre point fort est le talent d’un Jeff Lemire, capable de nous plonger dans les pensées les plus sombres de son personnage, renforçant ses émotions à coups de flash-backs montrant les horreurs qu’il a subies. De plus, Andrea Sorrentino, qui avait déjà œuvré avec Jeff Lemire sur « Green Arrow » et qui avait déjà mis l’épisode de Secret Wars en images, livre à nouveau une excellente prestation, notamment au niveau du découpage.

Un album qui mérite donc une petite place dans mon Top comics de l’année !

Wilfrid Lupano et Paul Cauuet – Les Vieux Fourneaux, La Magicienne (Tome 4)

Posted in BANDES DESSINÉES, Dargaud, Franco-Belge, Séries, Wilfrid Lupano, [DL 2017], [En cours], [Grand public] with tags , on 19 janvier 2018 by Yvan

Les secrets de Sophie !

Wilfrid Lupano et Paul Cauuet - Les Vieux Fourneaux, La Magicienne (Tome 4)Ah, qu’il est agréable de retrouver la fine équipe de septuagénaires de Lupano et Cauuet !

Si le premier tome revenait sur le passé d’Antoine, que le second mettait Pierrot à l’honneur et que le précédent s’intéressait d’un peu plus près à Mimile, celui-ci permet d’en apprendre un peu plus sur le célibat de Sophie, la petite fille d’Antoine. Cette dernière rentre d’ailleurs au bercail après une tournée d’été pour son spectacle de marionnettes le « Loup en Slip » et retrouve son charmant petit village en pleine agitation. Le projet d’extension de l’entreprise Garan-Servier, censé relancer l’économie de la région, semble en effet compromis à cause de la présence d’une espèce de sauterelle protégée dans les champs de Berthe : la magicienne dentelée !

Les ingrédients qui ont fait le grand succès des tomes précédents sont à nouveau présents : des dialogues finement ciselés et particulièrement truculents, un enchaînement de situations cocasses qui mettent en avant des seniors qui refusent d’abdiquer et des personnages hauts en couleurs et terriblement attachants. Outre Sophie, Antoine, Pierrot, Berthe et Mimile qui se la coule initialement douce en Ecosse, le lecteur a droit à quelques nouveaux personnages, dont un jeune homme séduisant qui semble plaire à Sophie. Ce tome permet d’ailleurs de lever le voile sur certains secrets concernant la petite-fille d’Antoine, notamment les problèmes avec son père ou l’identité du géniteur de sa fille, Juliette.

En se reposant sur les vaillants représentants de cette génération soixante-huitarde dont l’engagement syndical est parfaitement exploité, Wilfrid Lupano parvient également à pointer du doigt quelques dérives du monde dans lequel nous vivons, tel que les déserts médicaux ou le vieillissement des campagnes. De médecins roumains à Game of Thrones, en passant par l’absence de wifi, l’auteur nous immisce avec beaucoup d’humour au cœur des problèmes ruraux, allant du chômage à la préservation de l’environnement. Le lecteur a donc de nouveau droit à une belle brochette de vieux qui conservent une pêche d’enfer et à de multiples intrigues qui s’entremêlent avec brio.

Si les répliques des différents protagonistes sont souvent à mourir de rire, l’aspect légèrement caricatural du dessin semi-réaliste de Paul Cauuet contribue également à l’expressivité de ces personnages extrêmement attachants et foncièrement humains. Le dessinateur avait déjà travaillé sur « L’Honneur des Tzarom » avec Wilfrid Lupano et livre une nouvelle fois de l’excellent boulot en proposant des planches débordantes de vie malgré l’âge avancé des protagonistes.

Notons également que cette saga est en cours d’adaptation cinématographique, avec Wilfrid Lupano au scénario et Pierre Richard, Roland Giraud et Eddy Mitchell comme petits vieux !

Timothé le Boucher – Ces jours qui disparaissent

Posted in BANDES DESSINÉES, Franco-Belge, Glénat, One-shots, [Accessible], [DL 2017] with tags , on 17 janvier 2018 by Yvan

À deux dans un même corps ?

Timothé Le Boucher - Ces jours qui disparaissentCe one-shot signé Timothé le Boucher invite à suivre les déboires de Lubin Maréchal, un acrobate d’une vingtaine d’années qui, suite à une vilaine chute sur la tête, s’aperçoit tout d’abord qu’il ne vit plus qu’un jour sur deux. Puis, il se rend compte qu’il ne dort pas durant ces jours qui disparaissent, mais qu’un double schizophrénique au caractère diamétralement opposé utilise son corps, construisant progressivement une vie parallèle qui n’a pas forcément tout pour lui plaire…

Ce récit fantastique, basé sur la schizophrénie et sur le dédoublement de la personnalité, permet à l’auteur de développer un thriller psychologique non seulement particulièrement prenant, mais également très intelligent. Sur près de 200 pages, Timothé le Boucher prend le temps de détailler l’impact de ce dédoublement sur la vie professionnelle, sociale et affective de son personnage, tout en installant petit-à-petit une relation conflictuelle entre les deux personnalités. De plus, cette histoire propose une réflexion intéressante sur l’immuabilité du temps qui passe et sur l’identité, mais également sur l’amour, la mort et l’amitié. De quoi questionner notre propre existence…

Visuellement, le graphisme assez épuré et aux allures de manga de Timothé le Boucher peut initialement déconcerter, mais s’avère finalement d’une efficacité et d’une lisibilité redoutable.

Un excellent one-shot que vous pouvez retrouver dans mon Top BD de l’année !

Ils en parlent également : Mo’

Jérémie Moreau – La Saga de Grimr

Posted in BANDES DESSINÉES, Delcourt, Franco-Belge, One-shots, [Accessible], [DL 2017] with tags , on 10 janvier 2018 by Yvan

La beauté hostile de l’Islande !

Jérémie Moreau - La Saga de GrimrAprès les incontournables « Max Winson » et «Le singe de Hartlepool », Jérémie Moreau propose un one-shot qui invite à suivre le destin tragique d’un orphelin à la force herculéenne dans l’Islande du XVIIIème siècle.

En 1783, il ne fait pas bon d’être islandais, surtout quand on n’a plus de nom, ni de terres. Sous le joug du Danemark depuis le XIVème siècle, l’île doit également faire face à des catastrophes naturelles, à des épidémies et à la cruauté des hommes. Dans ce pays où la valeur d’un homme est déterminée par sa lignée, Grimr, orphelin ayant perdu ses parents lors d’une éruption volcanique, ne peut compter que sur sa force colossale et sur sa détermination à bâtir sa propre légende… comme les héros des nombreuses sagas qui se transmettent de génération en génération et qui constituent l’histoire de son pays.

À travers ce récit initiatique, qui invite à suivre la destinée extraordinaire de ce garçon étrange, Jérémie Moreau nous fait découvrir toute la rudesse et la beauté de l’Islande. Tout au long des 230 pages de cette épopée découpée en six chapitres, l’auteur restitue avec grand brio les paysages sulfureux et les habitants rugueux qui font tout le charme de ses terres hostiles.

Excellent !

Ils en parlent également: Moka, Noukette