Archive pour Prix – Palmarès

Mohamed Mbougar Sarr – La plus secrète mémoire des hommes

Posted in Littérature with tags , , on 20 novembre 2021 by Yvan

Un chef-d’œuvre ?

Mohamed Mbougar Sarr - La plus secrète mémoire des hommesCe quatrième ouvrage de Mohamed Mbougar Sarr, couronné du Prix Goncourt 2021, invite à suivre les pas de Diégane Latyr Faye, jeune écrivain qui tombe sous le charme d’un livre mythique intitulé « Le labyrinthe de l’inhumain ». Tout d’abord salué par la critique, ce roman paru en 1938 sera retiré des ventes après des accusations de plagiat et son mystérieux auteur d’origine sénégalaise, T.C. Elimane, qualifié de « Rimbaud nègre », disparaîtra dans la nature…

« Mais peut-on croire aux disparitions sans héritage ? Aux évanouissements absolus ? Je n’y croyais pas. Je n’y crois toujours pas. Il y a une présence qui demeure après tout départ. Peut-être même la vraie présence des êtres et des choses commence-t-elle seulement après leur disparition. »

Si le point de départ de ce roman s’inspire de l’histoire vraie du Malien Yambo Ouologuem, premier romancier africain à recevoir le Prix Renaudot en 1968 pour « Le Devoir de violence » et ayant vécu reclus jusqu’à la mort suite à des accusations de plagiat, cette quête littéraire qui invite à partir à la recherche de l’auteur d’un roman culte introuvable, propose surtout une réflexion profonde sur la littérature.

J’ai été totalement subjugué par la première partie de cette enquête et par la prose magnifique de Mohamed Mbougar Sarr. Mais, malgré le souffle romanesque incroyable du roman, sa construction labyrinthique a fini par m’essouffler. De Dakar à Paris, en passant par Buenos Aires et Amsterdam, l’auteur multiplie les points de vue, sautant d’un narrateur à l’autre, multipliant les styles d’écriture, les références littéraires et les temporalités, abordant de nombreux thèmes, allant de la colonisation au nazisme, traversant un siècle d’histoire, certes en ensorcelant le lecteur grâce à la magie de ses mots, mais en l’exténuant au fil de phrases parfois interminables, l’abandonnant sur le cul, car oui c’est un beau Goncourt…mais ce n’est pas le plus accessible !

Servi par une plume prodigieuse, « La plus secrète mémoire des hommes » vous invite donc à partir sur les traces d’un chef-d’œuvre…mais pas forcément celui-ci.

« Un temps la Critique accompagne l’Œuvre, ensuite la Critique s’évanouit et ce sont les Lecteurs qui l’accompagnent. Le voyage peut être long ou court. Ensuite les Lecteurs meurent un par un et l’Œuvre poursuit sa route seule, même si une autre Critique et d’autres Lecteurs peu à peu s’adaptent à l’allure de son cinglage. Ensuite la Critique meurt encore une fois et les Lecteurs meurent encore une fois et sur cette piste d’ossements l’Œuvre poursuit son voyage vers la solitude. S’approcher d’elle, naviguer dans son sillage est signe indiscutable de mort certaine, mais une autre Critique et d’autres Lecteurs s’en approchent, infatigables et implacables et le temps et la vitesse les dévorent. Finalement l’Œuvre voyage irrémédiablement seule dans l’Immensité. Et un jour l’Oeuvre meurt, comme meurent toutes les choses, comme le Soleil s’éteindra, et la Terre, et le Système solaire et la Galaxie, et la plus secrète mémoire des hommes. »

La Plus Secrète Mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr, éditions Philippe Rey, 448 p., 22€

Ils en parlent également : Pamolico, Nicole, Natiora, Miriam, Joëlle, Marie-Eve, Karine, Calliope, Un balcon en forêt, Cercle littéraire de Dordogne

Émilienne Malfatto – Que sur toi se lamente le tigre

Posted in Littérature with tags , , on 27 octobre 2021 by Yvan

Pourvu que l’honneur soit sauf !

Émilienne Malfatto - Que sur toi se lamente le tigreCouronné du prix Goncourt du Premier roman 2021, ce court récit d’Emilienne Malfatto plonge le lecteur au cœur du crime d’honneur qui doit avoir lieu au sein d’une famille irakienne.

Ayant souvent séjourné en Irak en tant que photojournaliste indépendante, Emilienne Malfatto situe son récit dans un pays qu’elle connaît bien et propose un roman choral qui s’ouvre sur la voix d’une jeune femme enceinte de cinq mois, qui sait que son frère Amir va la tuer le soir même. Enceinte sans être mariée, d’un fiancé qui vient d’être tué à la guerre, elle se retrouve condamnée à mourir afin de préserver l’honneur de la famille.

«L’honneur est plus important que la vie. Chez nous, mieux vaut une fille morte qu’une fille mère.»

L’autrice donne ensuite la parole à chacun des membres de la famille, du frère aîné à la mère, en passant par la belle-sœur et les autres membres de la fratrie. Malgré une sentence inéluctable et connue d’avance, tous viennent témoigner de leur impuissance face à un système dont ils sont prisonniers. Respect de la tradition, acceptation des règles, résignation, lâcheté, impuissance… tous ont en commun d’accepter le verdict comme une fatalité.

« Je suis le lâche, celui qui désapprouve en silence. Je suis la majorité inerte, je suis l’homme banal et désolé de l’être. Je suis le frère de ma sœur qui aime et qui comprend. Je suis le frère de mon frère qui respecte l’autorité de l’aîné. Je suis celui qui condamne les règles mais ne les défie pas. Je suis le complice par faiblesse ».

Chaque portrait est entrecoupé de courts extraits de l’épopée de Gilgamesh et de textes poétiques narrées par le Tigre, fleuve traversant le pays du Nord au Sud et témoin de la folie des hommes depuis des millénaires.     

« On m’appelle Tigre mais chaque jour je nais du taureau et de l’orage, là-haut dans les montagnes du nord. Les hommes de cette région ont déchiré mon flanc, éraflé mon flot avec leur métal et leurs pioches. Ils ont élevé des parois de béton et d’acier pour contraindre mes eaux. Ils sont comme le vent dans les roseaux, ils passent mais ne dureront pas. Quand on compte comme moi en millénaires, plus rien n’a vraiment d’importance. »

Derrière cette couverture reproduisant une photographie de l’autrice, se dissimule un texte qui allie simplicité et authenticité. En seulement 80 pages, Emilienne Malfatto dresse quelques portraits qui parviennent à restituer toute la complexité d’un pays déchiré par les guerres et d’une culture qui justifie l’inacceptable…  

Lisez également: « La laveuse de mort » de Sara Omar, « Les impatientes » de Djaïli Amadou Amal, « Les putes voilées n’iront jamais au Paradis ! » de Chahdortt Djavann, « Confidences à Allah » de Saphia Azzedine

Que sur toi se lamente le Tigre, Emilienne Malfatto, Editions Elyzad, 80 p., 13,90 €

Ils en parlent également : Mumu, Mes échappées livresques, Audrey, Emi lit, Bénédicte, Domi, Thierry, Joëlle, Julie, Céline, Thomas, Des pages et des lettres, Ally, Ghislaine, Cannetille

Romans : Le Bilan de la mi-2021

Posted in DIVERS, Littérature with tags , , on 4 juillet 2021 by Yvan

Bilan livres 2021Après une nouvelle période de confinement, heureusement assez riche en lectures, le moment est venu de faire un petit bilan sur mes lectures de cette première moitié de 2021… et de peut-être vous donnez quelques idées de lectures pour cet été.

Si vous n’avez de la place que pour un seul roman dans vos valises, n’hésitez pas et prenez « Des diables et des saints » de Jean-Baptiste Andrea avec ! Perso, je le prendrais même avec sur une île déserte !

Mes coups de coeur de 2021 :

Jean-Baptiste Andrea – Des diables et des saints  width= Laetitia Colombani – Le cerf-volant
Agnès Martin-Lugand – La Datcha Séjal Badani – La passeuse d’histoires Marie Vareille – Ainsi gèlent les bulles de savon
Caroline Laurent – Rivage de la colère Guillaume Sire – Avant la longue flamme rouge R.J. Ellory – Le carnaval des ombres
Valentine Stergann – Les ours mal léchés s’apprivoisent à Noël Brittainy C Cherry – Eleanor & Grey Niklas Natt och Dag – 1794

Les autres très bonnes lectures :

Virginie Grimaldi – Les possibles Chahdortt Djavann – Et ces êtres sans pénis! Solène Bakowski – Rue du Rendez-vous
Yoann Iacono – Le Stradivarius de Goebbels Mathieu Menegaux – Femmes en colère Sophie Jomain – M’asseoir cinq minutes avec toi
Thibault Bérard – Il est juste que les forts soient frappés Aki Shimazaki – Sémi Anna McPartlin – Sous un grand ciel bleu

Excellent, mais découvert sur le tard :

Haruki Murakami – Le Meurtre du Commandeur Markus Zusak – La voleuse de livres Luis Sepúlveda – Le vieux qui lisait des romans d’amour
Négar Djavadi – Désorientale Primo Levi – Si c’est un homme Pierre Lemaître – Trois jours et une vie
Karine Giebel – Juste une ombre Serena Giuliano – Mamma Maria Bernard Minier - Une putain d'histoire

Encore une dose de bons polars pour les amateurs :

René Manzor – A Vif A.J. Kazinski et Thomas Rydahl – La mort d’une sirène Michel Bussi – Rien ne t’efface
Ane Riel – Résine Chrystel Duchamp – Le sang des Belasko Yves Laurent – Jeux de vilains
François-Xavier Dillard – Prendre un enfant par la main

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2020 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2019 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2018 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2017 !

Romans : Le Bilan de 2020

Posted in DIVERS, Littérature with tags , , on 1 janvier 2021 by Yvan

Romans Best of 2020Après deux longues périodes de confinement assez immobiles, mais heureusement aussi riches en lectures qu’en calories, le moment est venu de faire un petit bilan sur les romans que j’ai eu l’occasion de lire en cette étrange année 2020, qui aura tout de même eu le mérite de confirmer que les livres sont bel et bien un produit essentiel à la santé mentale des belges, leur permettant de s’évader pendant cette période particulièrement difficile.

Je tiens d’ailleurs à remercier tous les blogueurs qui m’ont permis de découvrir toutes ces pépites. Du coup, j’espère que cette liste totalement subjective pourra peut-être également vous donner quelques idées de lectures pour bien commencer 2021.

Les quatre principales choses que je retiendrai de cette année de lecture sont :

Bonne lecture et tous mes meilleurs voeux pour 2021 !

Mes coups de coeur de l’année :

Rebecca Lighieri – Il est des hommes qui se perdront toujours Samuelle Barbier – Celles qui restent Maud Mayeras – Les Monstres
Tiffany McDaniel – Betty Delia Owens – Là où chantent les écrevisses Colson Whitehead – Nickel Boys
Paul Cleave – Intuitions Sophie Jomain – Les étoiles brillent plus fort en hiver CLudovic Manchette et Christian Niemiec – Alabama 1963
R.J. Ellory - Le jour où Kennedy n'est pas mort Marie Vareille – Le syndrome du spaghetti Olivier Norek – Impact
Sebastian Fitzek – Siège 7A Alejandro Palomas – Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins Barbara Abel – Et les vivants autour
Franck Thilliez – Il était deux fois Mélissa Da Costa – Tout le bleu du ciel Djaïli Amadou Amal – Les impatientes
Virginie Grimaldi – Et que durent les moments doux Vanessa Springora – Le Consentement Oscar Lalo - La race des orphelins

Les autres très bonnes lectures :

Hervé Le Tellier – L’anomalie Anne-Gaëlle Huon – Les Demoiselles Grégoire Delacourt – Un jour viendra couleur d’orange
Alia Cardyn – Mademoiselle Papillon Sandrine Collette – Et toujours les forêts Laurent Petitmangin – Ce qu’il faut de nuit
Henri Loevenbruck – Le Loup des Cordeliers Maxime Girardeau – Persona Marie Pavlenko – Et le désert disparaîtra
Sébastien Spitzer – La Fièvre Amélie Antoine – Le jour où Stephen Chbosky – L’ami imaginaire

Excellent, mais découvert sur le tard :

Mattias Köping – Le Manufacturier Stephen King – 22/11/63 Mathias Malzieu – Journal d’un vampire en pyjama
Yasmina Khadra – L’attentat Wladyslaw Szpilman – Le pianiste Irvin Yalom - Le Problème Spinoza
Maud Mayeras – Reflex Anonyme – Le livre sans nom (Bourbon Kid Tome 1) Clémentine Beauvais – Les petites reines

Encore une dose de bons polars pour les amateurs :

Sally Hepworth – La belle-mère Chevy Stevens – Jamais tu ne me quitteras Sylvain Forge – Sauve-là
Bernard Minier – La vallée Karine Giebel – Chambres noires Paul Colize - Toute la violence des hommes
Jussi Adler-Olsen – Victime 2117 Clarence Pitz – Ineffaçables Joël Dicker – L’énigme de la chambre 622
Olivier Bal - L'Affaire Clara Miller Elly Griffiths – Le Journal de Claire Cassidy Joseph Incardona – La Soustraction des possibles

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2019 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2018 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2017 !

Romans : Le Bilan de la mi-2020

Posted in DIVERS, Littérature with tags , , on 1 juillet 2020 by Yvan

Après une longue période de confinement, le moment est venu de faire un petit bilan sur mes lectures de cette première moitié de 2020… et de peut-être vous donnez quelques idées de lectures pour cet été.

Mes coups de coeur de l’année :

Alejandro Palomas – Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins Delia Owens – Là où chantent les écrevisses Mélissa Da Costa – Tout le bleu du ciel
Maxime Girardeau – Persona Sebastian Fitzek – Siège 7A Barbara Abel – Et les vivants autour
R.J. Ellory - Le jour où Kennedy n'est pas mort Jussi Adler-Olsen – Victime 2117 Vanessa Springora – Le Consentement

Les autres très bonnes lectures :

Sandrine Collette – Et toujours les forêts Henri Loevenbruck – Le Loup des Cordeliers Marion Brunet – Sans foi ni loi

Excellent, mais découvert sur le tard :

Mattias Köping – Le Manufacturier Stephen King – 22/11/63 Mathias Malzieu – Journal d’un vampire en pyjama
Yasmina Khadra – L’attentat Wladyslaw Szpilman – Le pianiste Irvin Yalom - Le Problème Spinoza
Maud Mayeras – Reflex Anonyme – Le livre sans nom (Bourbon Kid Tome 1)

Encore une dose de bons polars pour les amateurs :

Clarence Pitz – Ineffaçables Joël Dicker – L’énigme de la chambre 622 Joseph Incardona – La Soustraction des possibles
Olivier Bal - L'Affaire Clara Miller Elly Griffiths – Le Journal de Claire Cassidy Paul Colize - Toute la violence des hommes

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2019 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2018 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2017 !

 

Romans : Le Bilan de 2019

Posted in DIVERS, Littérature with tags , , on 1 janvier 2020 by Yvan

Bonne année à tous !

C’est le moment des bonnes résolutions, mais également l’heure du bilan et l’occasion de remercier tous les blogueurs qui contribuent à me faire découvrir des auteurs et des titres… voire même à m’éloigner parfois du genre polar ! Je constate d’ailleurs que j’apprécie de plus en plus les romans chick-lit et les parutions jeunesse.

Grâce à vous, j’ai non seulement lu beaucoup de romans (sans parler de ma PAL qui déborde), mais surtout d’excellents titres car vous m’aidez à faire le tri parmi les (trop) nombreuses parutions. Vous m’avez ainsi incité à lire plus ou moins 80 romans cette année et voici ce que je retiens de ces nombreuses heures de lecture :

Mes coups de coeur de l’année :

Marie Pavlenko – Un si petit oiseau Joseph Ponthus – A la ligne, Feuillets d’usine Steve Cavanagh – Treize
Amélie Antoine – Raisons obscures Delphine de Vigan – Les gratitudes Olivier Norek – Surface
Søren Sveistrup – Octobre Virginie Grimaldi – Quand nos souvenirs viendront danser Franck Thilliez – Luca
R.J. Ellory – Le chant de l’assassin Niklas Natt och Dag – 1793 Marie Vareille – La vie rêvée des chaussettes orphelines
Victoria Mas – Le bal des folles Bénédicte Belpois – Suiza Bérengère Cornut – De Pierre et d’Os
Jérôme Loubry – Les refuges Luca Di Fulvio – Le Soleil des Rebelles Jean-Claude Grumberg – La plus précieuse des marchandises, Un conte

Les autres très bonnes lectures :

Michel Houellebecq – Sérotonine Mick Kitson – Manuel de survie à l’usage des jeunes filles Olivier Liron – Einstein, le sexe et moi
Philippe Lançon – Le Lambeau Hyam Zaytoun – Vigile Sarah Gysler – Petite
René Manzor – Apocryphe Grégoire Delacourt – Mon père Cédric Sire – Vindicta
Franck Bouysse – Né d’aucune femme Jón Kalman Stefánsson – Ásta Jean-Baptiste Andrea - Cent millions d’années et un jour
Victor Dixen – Cogito Karine Tuil – Les choses humaines Romain Puértolas – La police des fleurs, des arbres et des forêts

Excellent, mais découvert sur le tard :

Tim Willocks – La Religion Michaël Mention – Power Isabelle Duquesnoy – L’embaumeur ou l’odieuse confession de Victor Renard
Pete Fromm – Lucy in the sky Yuval Noah Harari – Sapiens, une brève histoire de l’humanité Emilie Chazerand – La fourmi rouge

Encore une dose de bons polars pour les amateurs :

Fred Vargas – Temps glaciaires David Joy – Le Poids du monde Bryan Reardon – Jake
Estelle Tharreau – Mon ombre assassine Alex Michaelides – Dans son silence J.M. Erre – Qui a tué l’homme-homard ?
Jamey Bradbury – Sauvage Morgan Audic – De bonnes raisons de mourir Xavier Massé – L’inconnue de l’équation
Angelina Delcroix – Si je serais grande Collectif – Ecouter le noir Sarah Pinborough – Si je mens, tu vas en enfer
Karine Giebel – Ce que tu as fait de moi Paul Cleave – Cauchemar Ellison Cooper – Sacrifices

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2018 !

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2017 !

 

Romans : Le Bilan de 2018

Posted in DIVERS, Littérature with tags , , on 23 décembre 2018 by Yvan

Comme je n’ai pas lu de bande dessinées cette année vous n’aurez droit qu’à un bilan romans… mais, du coup, il y en a beaucoup plus !

Voici ce que je retiens de ces nombreuses heures de lecture :

Mes coups de coeur de l’année :

Nicolas Mathieu – Leurs enfants après eux Heni Loevenbruck – J’irai tuer pour vous Laurent Gaudé – Salina, les trois exils
Adeline Dieudonné – La Vraie Vie Gabriel Tallent – My Absolute Darling Karine Giebel – Toutes blessent, la dernière tue
Tabitha Suzuma – Forbidden Anna McPartlin – Du côté du bonheur Véronique Mougin – Où passe l’aiguille…
Guy Boley – Quand Dieu boxait en amateur Martha Hall Kelley – Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux Luca Di Fulvio – Les Enfants de Venise

Les autres très bonnes lectures :

Jeremy Fel – Helena Carole Fives – Tenir jusqu’à l’aube Pascal Manoukian – Le Paradoxe d’Anderson
Tim Willocks - La Mort selon Turner Julie Ewa – Les petites filles C. J. Tudor – L’homme craie
Franck Bouysse – Glaise Franck Thilliez – Le manuscrit inachevé Denis Zott – Maudite !
Gavin’s Clemente-Ruiz – Le club des feignasses Barbara Abel – Je t’aime Virginie Grimaldi – Il est grand temps de rallumer les étoiles
Gail Honeyman – Eleanor Oliphant va très bien Mathieu Menegaux – Un fils parfait Sophie Daull – Camille mon envolée
Benoît Cohen – Mohammad, ma mère et moi Julien Sandrel – La chambre des merveilles Gaëlle Josse – Une longue impatience

Excellent, mais découvert sur le tard :

Guy Boley – Fils du Feu Cyril Massarotto – Quelqu’un à qui parler Marcus Malte – Le Garçon
John Boyne – Le garçon au sommet de la montagne Jackie Copleton – La Voix des vagues Emma Donoghue - Room

Encore une dose de bons polars pour les amateurs :

Angelina Delcroix – Ne la réveillez pas Claire Favan – Inexorable Donato Carrisi – L’égarée
Vincent Hauuy – Le tricycle rouge Joël Dicker – La disparition de Stéphanie Mailer Daniel Cole – L’Appât
Jacques Saussey – Enfermé.e Sandrine Collette – Les larmes noires sur la terre Jane Harper – Canicule
Hervé Commère – Sauf Amélie Antoine – Sans elle Anne Mette Hancock – Fleur de cadavre

-> Jetez également un œil à mon bilan de 2017 !