Alice Zeniter – Je suis une femme sans histoire


Les rouages de la narration !

Alice Zeniter - Je suis une femme sans histoireAyant eu un véritable coup de cœur pour son roman « L’Art de perdre », je me suis volontiers laissé surprendre par ce texte qu’Alice Zeniter propose dans un tout autre registre. À l’origine, « Je suis une femme sans histoire » est en effet une commande de la Comédie de Valence à l’autrice (et comédienne) pour un spectacle seule-en-scène itinérant, finalement victime de la pandémie.

D’ailleurs, dès les premières lignes, Alice Zeniter installe un dialogue avec ses lecteurs en livrant une sorte de « one-woman-show » où la « professeure » s’adresse à son auditoire, tentant de démontrer l’impact important du récit depuis la nuit des temps. D’ailleurs, dès le début, on s’est fait berner avec ces peintures rupestres montrant l’homme des cavernes chassant le mammouth l’arme au poing alors que le gros fainéant passait 80% de son temps à cueillir des airelles. L’auteure s’amuse également à démontrer que la littérature a toujours été une affaire d’hommes avec des histoires les mettant en avant, de préférence lors d’actions conquérantes, tandis que la femme devait souvent se contenter d’un rôle secondaire d’adjuvant au cœur d’un décor masculin, à l’image de la Schtroumpfette ou des James Bond girls.

Intelligent, érudit et particulièrement didactique, « Je suis une femme sans histoire » se veut surtout extrêmement accessible grâce à une vulgarisation extrême des principes de la narratologie et de la sémiotique. En agrémentant ses propos d’exemples très visuels, elle parvient à livrer un récit non seulement pédagogique, mais également très drôle qui ne manquera pas de faire sourire les lecteurs.     

S’il est bien de lire, cet échange complice avec Alice Zeniter vous permettra de mieux comprendre les rouages de la narration, expliquant notamment pourquoi l’on parvient à pleurer la mort d’un personnage fictif alors que l’on parvient à regarder le journal télévisé sans utiliser le moindre mouchoir…

Je suis une fille sans histoire, Alice Zeniter, L’Arche, 112 p., 12€

Ils étaient également dans l’auditoire d’Alice Zeniter: Stelphique, Bénédicte, Geneviève, Alexandra, AlterVorace, Lire au lit, La viduité, DiaCritik, Les festins de Pierre

2 Réponses vers “Alice Zeniter – Je suis une femme sans histoire”

  1. pas sûre. Mais « l’art de perdre » est absolument formidable

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :