Luca Di Fulvio – Les Enfants de Venise

Posted in Littérature with tags , on 19 septembre 2018 by Yvan

Il n’y a pas de rêves trop grands !

Luca Di Fulvio - Les Enfants de VeniseAyant adoré « Le Gang des rêves », je n’ai pas longtemps hésité à dévorer ce nouveau pavé de plus de 800 pages signé Luca Di Fulvio.

Dès les premières pages, l’auteur confirme son talent de conteur, invitant à suivre la destinée improbable d’une bande de gamins miséreux, obligés de faire preuve d’imagination et de roublardise pour s’en sortir. C’est le début d’une formidable aventure, portée par un souffle romanesque incroyable, qui pousse le lecteur à tourner les pages au plus vite, peu importe leur nombre…

« Les Enfants de Venise » propulse le lecteur au début de XVIè siècle et l’embarque de Rome à Venise, à la découverte d’une ville vivante et bruyante, où se côtoient escroqueries, maladies, prostitution, antisémitisme, corruption, politique, religion, sorcellerie, miséreux et nobles. Une époque trouble, pleine d’inégalités et d’injustices, d’où émergent plusieurs personnages hauts en couleurs dont l’auteur a le secret.

Luca Di Fulvio n’est en effet pas seulement un conteur hors pair, il a également l’art de créer des personnages particulièrement attachants. En nous plaçant immédiatement du côté des enfants de la rue, il parvient inévitablement à nous faire vibrer et poursuit cette stratégie tout au long du livre, nous plaçant systématiquement du côté des opprimés et des miséreux, qu’ils soient orphelins, prostituées ou juifs enfermés dans des ghettos et forcés à porter le bonnet jaune. Même les personnages moins sympathiques, tels que Shimon Baruch le juif revanchard ou Scavamorto le fossoyeur, ne laisseront personne indifférent et finiront même par en séduire plus d’un. Sans oublier cette histoire d’amour impossible à la Roméo et Juliette, entre un escroc chrétien et une fille de médecin juive.

J’ai donc à nouveau été conquis par cette brique mêlant amour, amitié, émancipation, contexte historique, jalousie, haine, cupidité et misère.

Bref, si vous avez aimé « Le Gang des rêves » vous ne pouvez pas passer à côté de ce roman et si vous n’avez pas encore lu « Le Gang des rêves »… ce sont deux coups de cœur qui vous attendent…

Publicités

Guy Boley – Fils du Feu

Posted in Littérature with tags , on 12 septembre 2018 by Yvan

D’une beauté époustouflante !

Guy Boley – Fils du FeuCe premier roman de Guy Boley invite le lecteur à s’immerger dans un monde disparu, avalé par une société de consommation où le travail artisanal n’est plus roi. Fils de forgeron, l’auteur évoque son enfance au sein d’une France rurale faite de labeur et de choses simples : les lessives, la cuisine, le travail à la forge, la nature et les quelques voisins. À l’aide d’une narration pleine de nostalgie, d’humour et de tendresse, il parvient à ressusciter l’ambiance, les sons et les odeurs de l’époque, jusqu’à l’arrivée du progrès qui vient bousculer ce quotidien paisible…

Si Guy Boley n’a pas son pareil pour retranscrire l’atmosphère des Trente Glorieuses, son roman propose également la chronique d’une famille marquée par un drame effroyable, ainsi que la construction d’un enfant sensible et taciturne face aux épreuves de la vie…

Mais, le « Fils du Feu » c’est surtout une plume extraordinaire, une capacité à construire des phrases débordantes de poésie, d’ironie, de nostalgie, d’émotion et d’érudition. Une virtuosité que je prends tant de plaisir à retrouver en lisant les œuvres d’auteurs tels que Jean Luc Seigle ou Jeanne Benameur, et qui vous saute aux yeux dès les premières pages de ce livre. Une beauté d’écriture qui laisse pantois, puis invite à relire chaque phrase afin d’en profiter plus d’une fois… tout en se demandant pourquoi cet auteur, né en 1952, ne nous a pas fait profiter de sa plume époustouflante beaucoup plus tôt ?

Laissez-vous séduire…

Angelina Delcroix – Ne la réveillez pas

Posted in Littérature with tags on 5 septembre 2018 by Yvan

Jeu de piste macabre !

Angelina Delcroix – Ne la réveillez pasPour son premier roman, Angelina Delcroix n’hésite pas à nous plonger dans un polar particulièrement sombre.

Son héroïne, Joy Morel, qui est une putain de bonne flic (dixit elle-même), se retrouve en effet embarquée dans un jeu macabre imaginé par un tueur en série particulièrement machiavélique. Ce dernier prend non seulement plaisir à torturer ses victimes en utilisant des techniques dignes des pires bourreaux nazis pendant la guerre, mais il s’amuse également à élaborer un jeu de piste multipliant les horreurs les plus atroces pour les enquêteurs.

La psychologie de l’enquêtrice et des autres personnages est développée avec grande maîtrise, ce qui n’est pas trop surprenant puisque l’auteure est elle-même psychothérapeute. Au fil des pages, elle invite à découvrir le passé et les faiblesses de personnages fortement torturés, tout en livrant une intrigue de haut vol. Poussé par l’envie de découvrir le fin mot de l’histoire et pris au jeu de ce meurtrier sans pitié, le lecteur dévore littéralement les chapitres courts et haletants de cet excellent thriller.

Bref, si votre âme n’est pas trop sensible, lisez-le !
Vous ne vous endormirez pas !

Julie Ewa – Les petites filles

Posted in Littérature with tags on 29 août 2018 by Yvan

Les conséquences de la politique de l’enfant unique !

Julie Ewa – Les petites fillesCe premier roman de Julie Ewa emmène le lecteur dans un tout petit hameau de la Chine profonde, victime de mystérieuses disparitions de petites filles.

A coups de chapitres de seulement quelques pages, qui alternent deux époques qui se font habilement écho, l’auteure insuffle beaucoup de rythme à cette enquête qui renvoie à une disparition ayant eu lieu en 1991. Le lecteur suit donc d’une part les investigations d’une jeune française de Strasbourg partie perfectionner son chinois, mais finalement mêlée aux secrets enfuis du petit village de Mou Di. Il découvre d’autre part l’histoire de Sung Tang, dont la fille a disparu vingt-deux ans plus tôt.

Cette balade entre le présent et les années 90, permet donc de suivre cette mère qui remua ciel et terre pour retrouver sa fille, tout en faisant avancer à peu près en même temps l’enquête de cette jeune étudiante française. Sous couvert d’une intrigue policière, Julie Ewa dénonce les traditions machistes d’un pays n’autorisant qu’un seul enfant par foyer, poussant de nombreuses familles à abandonner, vendre ou même tuer leurs filles, afin de faire de la place pour l’héritier tant espéré. Dévoilant les drames vécus par de nombreuses familles suite à cette politique aberrante de l’enfant unique, l’auteure nourrit certes une intrigue policière haletante, mais bouleverse surtout les lecteurs en levant le voile sur une société chinoise où il ne fait pas bon d’être une fille…

Bien aime !

Denis Zott – Maudite !

Posted in Littérature with tags on 22 août 2018 by Yvan

La cité phocéenne en ébullition !

Denis Zott - Maudite !Dès la première page, le message de l’auteur est on ne peut plus clair : Ici, ce n’est pas Paris, c’est Marseille ! Denis Zott entraîne en effet ses lecteurs dans les bas-fonds sordides des banlieues de la cité phocéenne, le temps d’un polar qui déménage !

« Maudite ! » c’est donc tout d’abord un environnement, celui des supporters de l’OM, du grand banditisme et de la corruption à tous les niveaux. Au menu de ce city trip qui ne vous donnera pas forcément envie d’aller visiter la Canebière : du hooliganisme, de la drogue, de la violence, du sexe, de la vengeance, ah… et même un brin d’amour.

« Maudite ! » ce sont également des personnages hauts en couleur, dont Luce, la maudite en question. Il faut bien avouer que malgré ses 16 ans, la gamine a déjà un passé assez lourd et que, vu l’environnement dans lequel elle vit, son avenir ne s’annonce pas forcément plus reluisant. Etre enceinte jusqu’aux oreilles et habiter un petit appart de la Cité des Mimosas, situé juste en face du stade Vélodrome, en compagnie de Tony Berretta, alias « La Légende », n’est pas un point de départ idéal dans la vie. Surtout que sa légende, Tony l’a construite au sein des ultras de l’OM et que là, l’OM vient de louper un pénalty décisif pour le championnat… lors du classico contre l’ennemi juré du PSG. Perso, je ne voudrais pas être à sa place… Bref, vous l’aurez compris, les personnages envoient du lourd et ce n’est pas Neymar sur la pelouse, car les acteurs imaginés par Denis Zott ne tombent pas facilement et ont de surcroît la fâcheuse tendance à se relever au plus vite pour venir vous tacler à hauteur des genoux, crampons en avant… Ca va saigner !

« Maudite ! » c’est surtout un rythme à vous couper le souffle. Si vous êtes amateurs de polars anglo-saxons, où l’auteur s’amuse à décrire chaque buisson qu’il croise durant deux pages, mettez votre casque et désactiver votre « mode contemplation », car ici, Denis Zott fonce droit au but et joue pleinement la carte de l’action. Les chapitres courts et percutants incitent en effet à tourner les pages au plus vite. Ajoutez à cela une écriture nerveuse, des mots qui claquent et des scènes où l’auteur frôle le carton rouge, le pénalty et l’exclusion, et vous obtenez un roman coup de poing capable de décoiffer même Fabien Barthez.

Foncez !

Virginie Grimaldi – Il est grand temps de rallumer les étoiles

Posted in Littérature with tags , on 15 août 2018 by Yvan

Road-trip d’une famille qui part à la dérive !

Virginie Grimaldi – Il est grand temps de rallumer les étoilesAyant beaucoup aimé « Tu comprendras quand tu seras plus grande », je n’ai pas longtemps hésité à lire ce nouveau roman de Virginie Grimaldi.

« Il est grand temps de rallumer les étoiles » raconte l’histoire d’Anne, séparée d’un homme qui a déménagé à Marseille et mère de deux filles, Chloé, 17 ans et Lily, 12 ans. Face au mal-être grandissant de ses filles et l’accumulation de dettes, cette femme de 37 ans a de plus en plus de mal à nouer les deux bouts et à gérer les tensions familiales. Lorsqu’elle perd subitement son emploi et que les huissiers commencent à sonner à sa porte, elle décide de tout plaquer et de partir pour la Scandinavie pour aller admirer les aurores boréales du Grand Nord en famille.

Ce road-trip initiatique, visant à remettre un peu de lumière dans un quotidien qui s’assombrit chaque jour un peu plus et à colmater les fissures de plus en plus grandes de cette famille qui part à la dérive, alterne trois points qui se font brillamment écho. Il y a forcément cette mère dépassée, qui partage ses réflexions, ses craintes, ses crises de panique et son amour pour ses filles tout au long du récit. Puis il y a cette adolescente hypersensible en pleine construction, qui tient un blog intitulé « Les chroniques de Chloé », où elle raconte sa vie, ses chagrins d’amour et son manque de confiance en elle. Mais il y a surtout le journal intime de Lilly qui vaut son pesant d’or. Outra la naïveté attendrissante du regard que porte la cadette de la famille sur les déboires qu’ils vivent, il y a sa capacité à mélanger les expressions de la langue française de manière exquise et totalement hilarante.

Virginie Grimaldi parvient donc à nouveau à créer une galerie de personnages non seulement hauts en couleur, mais également intergénérationnels, ce qui permet à tout le monde d’y trouver son bonheur. Il faut également souligner la capacité de cette auteure à aborder des sujets sérieux, tels que le handicap, l’adolescence, la vieillesse, les premiers émois, le harcèlement scolaire, la maternité, la solitude et les relations mère-fille, avec énormément de légèreté. Le résultat est un roman feel-good, plein d’humanité et d’humour, qui invite à prendre la vie du bon côté. Au-delà de cette histoire familiale, le lecteur appréciera également ce road-trip qui donne inévitablement envie de voyager, tout en offrant une véritable bouffée d’oxygène.

Un récit qui a réussi à séduire un père de famille… donc, si vous êtes maman, foncez !

Franck Thilliez – Le manuscrit inachevé

Posted in Littérature with tags on 8 août 2018 by Yvan

Sombre et addictif !

Franck Thilliez - Le manuscrit inachevéAvec ce manuscrit inachevé Franck Thilliez plonge ses lecteurs dans un univers sombre, allant du SM extrême à la nécrophilie, en passant par les autres dérives du Darknet, et invite à suivre deux histoires en parallèle qui se rejoignent au fil des pages.

La première histoire raconte les déboires de Léane Morgan, auteure célèbre qui cherche à découvrir la vérité sur la disparition de sa fille, probablement assassinée par un tueur en série qui croupit en prison. La seconde propose de suivre l’enquête menée par Vic Altran et Vadim Morel, deux policiers qui découvrent le cadavre sans yeux d’une femme, ainsi qu’une paire de mains, dans le coffre d’une voiture volée.

C’est le point de départ choisi par Franck Thilliez pour nous mener par le bout du nez. Multipliant les sous-intrigues et les indices, il invite le lecteur à démêler les fils d’une intrigue, certes complexe, mais menée de main de maître par un auteur qui sait tenir ses lecteurs en haleine. Du coup, on excusera le comportement parfois illogique de certains personnages (principalement Léane), ainsi qu’un tour de passe-passe final qui ne surprendra plus vraiment les amateurs du genre. Surtout que Franck Thilliez ne joue pas la carte de la facilité en proposant de surcroît une mise en abîme à plusieurs niveaux. L’héroïne, elle-même écrivaine de polar, écrit en effet un livre dans le livre, intitulé le manuscrit inachevé… de quoi perturber les lecteurs de ce roman… également inachevé. Ajoutez à cela des clins d’œil à Stephen King et surtout aux célèbres personnages de Conan Doyle et vous obtenez un excellent polar.

Bref, un tueur en série qui découpe ses victimes en morceaux et un lecteur qui prend son pied !