Archive for the Milady Category

Joe Hill, Jason Ciaramella et Nelson Daniel – The cape 1969

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Milady, One-shots, [Avec super-héros], [DL 2014] with tags on 6 octobre 2014 by Yvan

Une préquelle sympathique, mais dispensable !

Joe Hill, Jason Ciaramella et Nelson Daniel - The cape 1969Il y a deux choses qui séduisent d’emblée sur la couverture de ce one-shot. Premièrement, le nom de Joe Hill, qui n’est pas uniquement le fils de Stephen King, mais également un auteur talentueux à qui l’on doit l’excellente série Locke & Key, également publiée chez Milady Graphics. Secondement, le nom de ce récit, qui rappelle inévitablement au bon souvenir de « The Cape », l’adaptation nominée aux Eisner Awards d’une nouvelle de Joe Hill par Jason Ciaramella (au scénario) et Zach Howard (au dessin).

Il faut cependant immédiatement rectifier le tir. Joe Hill, dont le nom orne en grand la couverture, n’est en effet pas vraiment impliqué dans cet album, qui n’est d’ailleurs pas la suite de « The Cape », mais une préquelle se déroulant en… 1969, comme le titre l’indique.

Suite au succès de son adaptation de la nouvelle de Joe Hill, Jason Ciaramella décide donc de nous plonger en pleine guerre du Viêtnam, en compagnie du capitaine Gordon Chase, qui n’est autre que le père d’Eric, le héros de « The Cape ». Le récit raconte sa capture par l’armée nord vietnamienne, ainsi que sa rencontre avec un surprenant vieillard doté de pouvoirs durant sa détention. Mêlant guerre du Viêtnam et fantastique, le récit sert surtout à nous dévoiler les origines de cette cape aux étranges pouvoirs et plonge le lecteur au sein d’un scénario finalement assez mince, qui joue pleinement la carte de l’action. À l’instar de « The Cape », l’histoire ne fait pas de concessions et sombre très vite dans une spirale de violence, mais sans jamais atteindre l’originalité et la profondeur de « The Cape ».

Visuellement, Nelson Daniel livre du très bon boulot. Proposant un dessin réaliste, il restitue parfaitement l’ambiance oppressante de cette jungle vietnamienne, tout en s’en donnant à cœur joie lors d’une seconde moitié d’album riche en scènes d’action spectaculaires.

Bref, une préquelle divertissante et rondement menée, mais pas forcément indispensable !

Ils en parlent également:

Publicités

Joe Hill et Gabriel Rodriguez – Locke and Key, Alpha & Oméga (Tome 6)

Posted in BANDES DESSINÉES, BD du mercredi, Comics, Festival BD Angoulême, Milady, Séries, [Angoulême 2015], [DL 2014], [Sans super-héros], [Terminées] with tags , , on 7 mai 2014 by Yvan

La fin d’une série culte !

Joe Hill et Gabriel Rodriguez - Locke and Key, Alpha & Oméga (Tome 6)Ce sixième et dernier tome de Locke & Key est l’occasion d’effectuer un ultime plongeon dans l’univers fascinant de Joe Hill, scénariste virtuose de cette saga et fils de Stephen King. Cette conclusion tant attendue met en effet définitivement fin aux déboires de cette sympathique petite famille venue prendre un nouveau départ à Lovecraft, dans le Massachusetts. Pour l’occasion, le lecteur a d’ailleurs droit à un album plus épais, comprenant sept épisodes au lieu des six habituels.

Suite aux événements du tome précédent, Lucas « Dodge » Caravaggio était parvenu à s’emparer de la fameuse clé Oméga permettant d’ouvrir la Porte Noire et de libérer les démons qui se tapissent derrière. En prenant l’apparence du benjamin de la famille, il était enfin parvenu à s’approcher de son but et s’apprête maintenant à finaliser son plan machiavélique.

Si le cinquième volet, riche en révélations, permettait de découvrir l’origine des clés, ainsi que l’histoire de Keyhouse et de ses habitants, celui-ci propose la bataille finale entre l’entité du Mal et la famille Locke. Cette conclusion épique et riche en rebondissements est proche de la perfection. Joe Hill (The Cape) prend le temps de boucler toutes ses intrigues et n’oublie aucun personnage en cours de route, qu’il soit secondaire ou principal. Il maîtrise toutes les pièces de son puzzle et les assemble avec une cohérence et une fluidité déconcertante. En mélangeant fantastique, suspense, émotion et humour au sein d’un scénario intelligent et terriblement efficace, qui insuffle énormément d’humanité à ses personnages, l’auteur démontre une nouvelle fois toute l’étendue de son talent.

Si l’inventivité du scénariste est le moteur de cette série, Gabriel Rodriguez confirme tout son savoir-faire aux dessins. Le dessinateur chilien continue de distiller une atmosphère efficace qui s’installe au diapason de cette saga. Il parvient également à combiner cette ambiance horrifique avec des personnages très attachants et contribue ainsi à faire de ce comics l’un des meilleurs du moment. Au fil des six tomes, il est parvenu à donner vie à un univers d’une richesse incroyable et étale une nouvelle fois tout son talent lors de cet affrontement final qui multiplie les créatures de l’ombre.

Cette saga qui a multiplié les nominations aux Eisner Awards tire donc sa révérence et c’est avec un gros pincement au cœur que l’on referme la dernière porte. N’hésitez donc pas à franchir le pas et à découvrir les aventures de la famille Locke à Lovecraft. Vous ne serez pas déçus !

Je remercie d’ailleurs Milady d’avoir édité cette excellente saga que vous pouvez une nouvelle fois retrouver dans mon Top du mois et dans mon Top de l’année !

bd du mercredi Allez découvrir les autres BDs du mercredi sur le blog de Mango !

Bryan Talbot – Grandville

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Milady, Séries, [DL 2010], [En cours], [Sans super-héros] with tags on 15 décembre 2013 by Yvan

Polar animalier au sein d’un univers uchronique steampunk !

Bryan Talbot - GrandvilleGrandville est une série de Bryan Talbot parue aux éditions Milady, à travers laquelle l’auteur rend hommage au caricaturiste français du XIXe siècle J.J. Grandville, ainsi qu’à l’illustrateur de science-fiction Albert Robida.

Ce premier volet débute par une course-poursuite haletante dans les rues de Grandville, où Raymond Leigh-Loutre tente d’échapper à ses poursuivants à bord d’une splendide machine à vapeur. Après avoir réussi à regagner l’Angleterre, il est malheureusement retrouvé mort dans sa demeure. Pour l’inspecteur Archie Lebrock de Scotland Yard et son fidèle adjoint le détective Roderick Ratiz, c’est le début d’une enquête policière sur fond politique.

Grandville est le nouveau nom de Paris dans cette uchronie à l’ambiance rétro-futuriste. Napoléon a en effet triomphé des anglais deux-cents ans plus tôt et n’a que récemment octroyé son indépendance à l’Angleterre suite à une série d’attentats anarchistes. Outre l’univers steampunk particulièrement réussi, l’autre élément étonnant est la zoomorphie des personnages.

Cette aventure anthropomorphique invite donc à suivre les pas d’un inspecteur de Scotland Yard à Paris. Si l’intrigue ne déborde pas d’originalité, ce polar animalier est par contre parfaitement maîtrisé et diablement bien rythmé. De plus, ce divertissement de qualité est superbement mis en images par l’auteur. Si la colorisation informatique ne plaira pas forcément à tout le monde, le découpage cinématographique est très réussi et les nombreuses références graphiques, notamment à des personnages de BD bien connus, particulièrement amusantes.

Alors que le dernier tome de Blacksad déçoit un tout petit peu, cette saga mérite toute votre attention. Une excellente découverte !

Joe Hill et Gabriel Rodriguez – Locke and Key, Rouages (Tome 5)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Milady, Séries, [DL 2013], [Sans super-héros], [Terminées] with tags , on 6 décembre 2013 by Yvan

Avant-dernier tome d’une saga incontournable !

Joe Hill et Gabriel Rodriguez - Locke and Key, Rouages (Tome 5)Ah, qu’il est bon de replonger dans l’univers fascinant de Joe Hill, scénariste virtuose de cette saga et fils de Stephen King. Si le plaisir de retrouver les déboires de cette sympathique petite famille venue prendre un nouveau départ à Lovecraft, dans le Massachusetts, est chaque fois immense, cet avant-dernier tome rapproche cependant le lecteur de la fin de cette incontournable série.

En transformant le benjamin de la famille en nouvel hôte de l’entité maléfique, Joe Hill fait planer une menace encore plus grande sur les enfants Locke. Transformer l’adorable Bode Locke en une véritable ordure est non seulement d’une cruauté extrême, mais augmente surtout les chances de Lucas « Dodge » Caravaggio de s’emparer de la clé Oméga afin d’ouvrir la Porte Noire et de libérer les démons qui se tapissent derrière.

Si les différentes clés cachées dans le manoir Keyhouse étaient jusqu’à présent au centre du récit, ce volume n’en dévoile qu’une seule nouvelle, mais une qui devrait donner à Tyler et Kinsley une dernière chance de vaincre le Mal : la clé du Temps. Cette arme redoutable va leur permettre de remonter le temps sous forme de fantômes et de découvrir les origines de leurs malheurs.

Le premier bond dans le temps remonte en 1775 et permet d’assister à la création de la première clé, l’Oméga, forgée par l’ancêtre des Locke afin de contenir les démons qui se cachent derrière la Porte Noire. Le second saut temporel plonge le lecteur en 1988 et permet de découvrir l’histoire de Rendell Locke et de Lucas « Dodge » Caravaggio, de l’époque où tout allait bien et où ils s’amusaient avec les clés, jusqu’au moment où tout à basculé. Ce passage permet d’en apprendre plus sur le fonctionnement des clés et de découvrir pourquoi les adultes ne se souviennent de rien.

Toutes ces révélations qui s’assemblent d’une manière tellement cohérente et fluide prouvent à quel point Joe Hill (The Cape) maîtrise toutes les pièces de son puzzle. En mélangeant fantastique, suspense, émotion et humour au sein d’un scénario intelligent et terriblement efficace, qui insuffle énormément d’humanité à ses personnages, l’auteur démontre une nouvelle fois toute l’étendue de son talent.

Si l’inventivité du scénariste est le moteur de cette série, Gabriel Rodriguez confirme tout son savoir-faire aux dessins. Le dessinateur chilien continue de distiller une atmosphère efficace qui s’installe au diapason de cette saga. Il parvient également à combiner cette ambiance horrifique avec des personnages très attachants et contribue ainsi à faire de ce comics l’un des meilleurs du moment.

Retrouvez cet album dans mon Top du mois et dans mon Top de l’année.

INCONTOURNABLE !!!

Joe Hill et Gabriel Rodriguez – Locke and Key, Les clés du royaume (Tome 4)

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Milady, Séries, [DL 2013], [Sans super-héros], [Terminées] with tags , on 5 août 2013 by Yvan

Locke & key c’est du solide !

Joe Hill et Gabriel Rodriguez - Locke and Key, Les clés du royaume (Tome 4)Locke & key c’est du solide ! Pas seulement parce que ce quatrième volet est sorti en version cartonnée (après trois premiers tomes initialement publiés en format souple), mais surtout parce que cette saga s’avère de plus en plus incontournable… et pas seulement pour les amateurs de fantastique.

Il aura donc fallu attendre près d’un an pour pouvoir replonger dans l’univers fascinant de Joe Hill, scénariste virtuose de cette saga et fils de Stephen King. C’est avec grand plaisir que le lecteur retrouve cette sympathique petite famille venue prendre un nouveau départ à Lovecraft, dans le Massachusetts, suite à l’assassinat du père par Sam Lesser. Au centre du récit, il retrouve évidemment ces fameuses clés cachées dans le manoir Keyhouse, qui sont activement recherchées par le benjamin des Locke, ainsi que par le diabolique petit ami de la fille. Si les différentes clés et leurs pouvoirs respectifs permettent au scénariste de multiplier les bonnes trouvailles, elles contribuent également à entretenir le suspense et l’ambiance envoûtante de cette saga.

Chacun de ces phénomènes paranormaux est également utilisé pour donner plus de profondeur aux différents protagonistes. Passant d’un personnage à l’autre, le lecteur suit les déboires de cette famille qui se déchire au fil des événements. De la mère dépressive qui sombre dans l’alcoolisme au grand frère qui protège les siens tant bien que mal, en passant par la fille qui tente d’échapper à cette spirale négative en fréquentant deux jeunes un peu bizarres, le scénariste parvient à rendre ses protagonistes extrêmement attachants. Mes préférés demeurent le petit Bode, le cadet des trois enfants qui multiplie les découvertes en fouillant dans les recoins de la propriété familiale, ainsi que Scot et Jamal, les deux amis de la fille, qui insufflent une bonne dose d’humour au scénario.

Si les différentes clés demeurent au centre du récit, celui-ci s’intéresse également aux émotions et aux relations amoureuses des différents protagonistes. En mélangeant fantastique, suspense, émotion et humour au sein d’un scénario intelligent et parfaitement maîtrisé qui insuffle énormément d’humanité à ses personnages, Joe Hill (The Cape) démontre une nouvelle fois toute l’étendue de son talent.

Si l’inventivité du scénariste est le moteur de cette série, Gabriel Rodriguez confirme tout son savoir-faire aux dessins. Le dessinateur chilien continue de distiller une atmosphère efficace qui s’installe au diapason de cette saga. Il parvient non seulement à combiner cette ambiance horrifique avec des personnages attachants, mais se permet également un hommage particulièrement réussi à Calvin et Hobbes de Bill Watterson, ainsi qu’aux vieilles séries EC Comics.

Une saga incontournable que vous pouvez également retrouver dans mon Top de l’année !

Ils en parlent également : Jérôme

Joe Hill, Jason Ciaramella et Zach Howard – The cape

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Milady, One-shots, [Avec super-héros], [DL 2013] with tags on 4 juillet 2013 by Yvan

Une nouvelle réussite du fils de Stephen King !

Joe Hill, Jason Ciaramella et Zach Howard - The capeJoe Hill n’est pas uniquement le fils de Stephen King, c’est également un auteur talentueux à qui l’on doit l’excellente série Locke & Key, également publiée chez Milady Graphics. « The Cape » est l’adaptation d’une nouvelle de Joe Hill par Jason Ciaramella (au scénario) et Zach Howard (au dessin).

Ce one-shot raconte l’histoire de deux frères qui avaient pour habitude de jouer aux super-héros quand ils étaient gamins. De nos jours, il n’y en a plus qu’un des deux, diplômé à Harvard, qui brille, tandis que l’autre est devenu un loser qui multiplie les petits boulots quand il ne se contente pas de jouer aux jeux vidéo depuis son divan. Lorsqu’il retrouve la cape qui faisait de lui un héros étant enfant et qu’il découvre que celle-ci lui procure bel et bien des pouvoirs, le moment est cependant venu pour lui de prendre un nouvel envol…

Si le lecteur a droit à la énième genèse d’un super-héros dans un monde pourtant dénué de super-pouvoirs, il a surtout de nouveau droit à l’histoire d’un surhumain qui pète les plombs, genre « Black Summer » ou « Irrécupérable ». Malgré cette impression de déjà-vu, le récit s’en sort avec les honneurs sur la longueur. En s’envolant dans les airs, le jeune héros va en effet entraîner ses proches dans une véritable descente aux enfers. Au fil de flashbacks savamment distillés, le lecteur va progressivement comprendre l’origine de cette chute libre et de toute cette rancœur. L’histoire ne fait pas de concession et sombre très vite dans une spirale de violence, tout en invitant le lecteur à s’interroger sur les raisons de toute cette colère. Remontant jusqu’à l’enfance de cet encapé, l’auteur dévoile progressivement une vie pleine de rancœur qui finit par sombrer dans la paranoïa et la psychose. Visuellement, le dessin de Zach Howard accompagne d’ailleurs avec brio la noirceur croissante du récit.

Une excellente surprise et je me réjoui d’avance de savoir qu’une autre mini-série, intitulée « The Cape : 1969 », de la même équipe créative est déjà sortie en 2012 outre-Atlantique.

Un one-shot qui mérite d’ailleurs une petite place dans mon Top de l’année.

Joe Hill & Gabriel Rodriguez – Locke & Key T3

Posted in BANDES DESSINÉES, Comics, Milady, Séries, [DL 2012], [En cours], [Sans super-héros] with tags on 10 février 2012 by Yvan

Indispensable aux amateurs de fantastique !

Joe Hill & Gabriel Rodriguez - Locke & Key T3Si le tome précédent confirmait tout le bien de l’excellente mise en place de cette saga, ce troisième volet transforme cette série en véritable référence pour les amateurs de fantastique.

Ce sont à nouveau les clés et leurs pouvoirs respectifs qui rythment ce récit imaginé par Joe Hill, qui n’est autre que le fils de Stephen King. Après une clé qui permettait de quitter son corps et une autre qui offrait la possibilité d’ouvrir son propre crâne, ce sont trois nouveaux exemplaires qui sont à l’honneur dans cet album. Cela permet au scénariste de multiplier les bonnes trouvailles, tout en entretenant le suspense et l’ambiance envoûtante de cette saga. C’est une nouvelle fois Dodge qui, en se faufilant d’un endroit à l’autre à la recherche des mystérieux objets, entretient cette menace qui plane sur cette sympathique petite famille venue prendre un nouveau départ à Lovecraft, dans le Massachusetts, suite à l’assassinat du père par Sam Lesser. Dodge fera d’ailleurs appel au fantôme du lycéen pour retrouver toutes les clés et mener à bien son plan machiavélique.

Si les différentes clés sont au centre du récit, celui-ci se concentre également sur le développement psychologique des membres de la famille Locke. Passant d’un personnage à l’autre, le lecteur suit les déboires de cette famille qui se déchire au fil des événements. De la mère dépressive qui sombre dans l’alcoolisme au grand frère qui protège les siens tant bien que mal, en passant par la fille qui tente d’échapper à cette spirale négative en fréquentant deux jeunes un peu bizarres, le scénariste parvient à rendre ses protagonistes extrêmement attachants. Si Bode, le cadet des trois enfants qui multipliait les découvertes en fouillant dans les recoins de la propriété familiale, passe un peu en retrait, les deux nouveaux personnages (Scot et Jamal) insufflent une bonne dose d’humour au scénario.

Si le scénariste parvient à faire franchir un nouveau palier à sa série, Gabriel Rodriguez confirme tout son savoir-faire aux dessins. Le dessinateur chilien continue de distiller cette atmosphère efficace qui s’installe au diapason de cette saga.

Une excellente série qui mélange fantastique, suspense, émotion et humour au sein d’un scénario intelligent et parfaitement maîtrisé.

Bref, du très bon, que retrouverez d’ailleurs dans mon Top Comics de l’année !