Joe Kubert – Yossel, 19 avril 1943


Une œuvre de fiction basée sur un cauchemar qui a réellement eu lieu !

Joe Kubert - Yossel, 19 avril 1943Joe Kubert, figure emblématique du comics américain, a quitté la Pologne à l’âge de deux mois, pour se rendre en Amérique en compagnie de ses parents. Mais que se serait-il passé s’il n’avait pas quitté son pays en 1926, que serait-il advenu de ce jeune juif passionné de dessin pendant la deuxième guerre mondiale ? Cet album est non seulement le fruit de cette réflexion, mais également l’énième témoignage poignant de l’une des pages les plus sombres de notre Histoire.

Basant son récit sur de nombreux témoignages et données historiques, l’auteur raconte l’insurrection du ghetto de Varsovie, la déportation, les camps de concentration … toute l’horreur de la Solution finale. Dès les premières pages, le lecteur est invité à emboîter les pas du jeune Yossel, de la rafle dans son village au ghetto de Varsovie. L’auteur nous décrit l’insurrection du ghetto de Varsovie de l’intérieur et montre la résistance des habitants face à l’occupant allemand. Si le quotidien des personnages, entassés par dizaines dans des petites pièces insalubres et régulièrement séparés de leurs proches lors de départs vers de mystérieux «camps de travail», est déjà proche de l’indescriptible, c’est le témoignage d’un prisonnier évadé d’un camp de concentration qui va pousser l’horreur à son apogée. Rien n’est épargné au lecteur : transportés comme du vulgaire bétail, dépouillés de leurs biens et de leur humanité, confinés dans des petits baraquements et épuisés au travail avant d’être gazés et brûlés … l’histoire est connue, mais demeure toujours aussi choquante !

Si les adjectifs manquent pour décrire toute l’horreur infligée aux juifs et autres minorités durant la guerre, le graphisme, dépourvu de couleurs et d’encrage, accompagne par contre parfaitement la justesse de ce récit au côté malsain. Si les dessins du petit Yossel l’aident à s’évader de l’horreur indescriptible qui l’entoure, les crayonnés de l’auteur donnent l’impression d’avoir été dessinés dans l’urgence, sous la terreur de l’ennemi, comme des esquisses qui tentent de capturer l’essence de l’horreur environnante. Des croquis d’une grande justesse, accompagnés d’une voix-off poignante.

Tout comme « Maus, un survivant raconte », « Yossel, 19 avril 1943 » est un récit fort et poignant, qui raconte l’histoire de rescapés de l’holocauste.

Une lecture indispensable !

Une Réponse to “Joe Kubert – Yossel, 19 avril 1943”

  1. Je partage ton avis. Une oeuvre très très marquante qui m’a beaucoup remué. Un récit ou plutôt des récits sans concession.
    Le dessin tout en crayonné est également très surprenant.
    A la fois horrible et beau…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :