Dimitri Rouchon-Borie – Le démon de la colline aux loups


Gros coup de cœur !

Dimitri Rouchon-Borie - Le démon de la colline aux loupsMon Dieu, quelle claque ce premier roman !

Dimitri Rouchon-Borie y raconte l’histoire d’un homme emprisonné, qui revient progressivement sur son enfance saccagée, ainsi que sur les événements qui ont d’abord fait de lui une victime… puis un bourreau condamné à la perpétuité pour les crimes qu’il a commis.

Si le garçon c’est pris les horreurs de la vie en pleine tronche dès le plus jeune âge, il a par contre loupé l’école. Du coup, il n’a pas tous les mots pour exprimer ce qu’il a vécu, s’invente un vocabulaire pour décrire l’innommable et livre des phrases dépourvues ponctuation. Il faut donc un peu de temps pour s’habituer à ce style qui au niveau de la forme fait parfois mal aux yeux, mais qui au niveau du fond vous transperce souvent le cœur.

« Je disais à la nuit tu ne me feras pas peur j’ai plus noir que toi dans mon enfance »

L’absence de ponctuation a en effet de quoi déstabiliser, mais cela vaut finalement la peine d’apprivoiser le style du narrateur car il a tellement d’émotions à partager, que le lecteur en ressort inévitablement bouleversé. L’horreur qui parsème le récit peut également rebuter, mais l’innocence avec laquelle celle-ci est racontée a tendance à diluer toute cette infamie et constitue toute la beauté de ce roman, certes coup de poing, mais également coup de cœur !

Le trauma de ce narrateur dont je ne révèle délibérément pas le nom est d’une profondeur extrême et la lutte intérieure qui se déroule sous nos yeux entre le démon dont il a hérité et cette humanité dont il déborde, s’avère absolument bouleversante. Emboîtant ses pas et ses pensées, nous recherchons avec lui cette rédemption tellement méritée, éclairant de son amour, de sa naïveté et de sa bonté ce chemin d’une noirceur profonde.

« Je sentais bien que j’avais à l’intérieur une trace qui ne partait pas c’était la déchirure de l’enfance c’est pas parce qu’on a mis un pont au-dessus du ravin qu’on a bouché le vide. »

« Le démon de la Colline aux Loups » a méritoirement remporté le Prix Première, décerné depuis 2007 par la RTBF à un premier roman francophone.

Une pépite à classer quelque part entre « Les Monstres » de Maud Mayeras, « My absolute darling » de Gabriel Tallent et « Papillon de nuit » de R.J. Ellory…voire même peut-être au-dessus !

Le Démon de la Colline aux Loups, Dimitri Rouchon-Borie, le Tripode, 240 p., 17€

Ils en parlent également : Aude, Mumu, Stelphique, USVA, La viduité, Jmahsea, Sophie, La page qui marque, Fanny, Mylittlepatchoulie, Nikita, Ma collection de livres, Lisette, Isabelle, Le bateau livre, Librairie la nuit des temps, Serial lectrice, Lirelire, L’horizon et l’infini, Et ça vous l’avez lu?

10 Réponses vers “Dimitri Rouchon-Borie – Le démon de la colline aux loups”

  1. A y réfléchir depuis je pense que justement le récit n’aurait pas autant d’impact et de force si le langage et donc l’écriture n’avait pas respecté ce que Dick est 🙂 Merci pour le lien 🙂

  2. Tu le vends bien 😉
    Merci

  3. Comment résister, je le note 😉 merci Yvan 🙂

  4. Merci Yvan, j’hésitais face à ce livre et à présent je n’hésite plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :