Marty & Nie – Juge Bao & la Belle Empoisonnée


Famine & corruption à He Zhong !

Marty & Nie – Juge Bao & la Belle EmpoisonnéeMoins d’un an après l’inauguration de la maison d’éditions Fei, voici déjà le troisième volet de cette saga prévue en neuf volumes.

Dessiné par un auteur chinois et scénarisé par un français, ce manhua propose une nouvelle enquête policière au sein d’une chine d’antan. Accompagné de sa troupe habituelle, Bao Zheng (999 – 1062), juge sous la dynastie Song et tellement célèbre pour son intégrité et son respect des lois qu’il reçu le surnom de Bao Gong («Bao le juste»), s’arrête cette fois dans la cité de He Zhong. Patrick Marty propose de suivre plusieurs intrigues en parallèle. Il y a tout d’abord la capitale de la province du He Nan qui est en proie à une abominable famine malgré l’aide financière de l’Empereur, ce qui pousse le Juge Bao à éplucher les comptes du duc Zhao, gouverneur des lieux. Mais il y a également un mystérieux empoisonnement qui vient quelque peu compliquer cette nouvelle affaire de corruption.

Cette nouvelle intrigue mêlant mystère et reconstitution historique est certes assez classique, mais parfaitement menée et très fluide. Située à l’époque de la dynastie des Song du Nord, cette nouvelle enquête à l’allure assez moderne est parfaitement menée par le quatuor composé du Juge, de Zhan Zao (le valeureux guerrier), de Gongsun Ce (le médecin-légiste) et de Bao Xing (le jeune apprenti). Ce quatuor assez attachant et très complémentaire, semble maintenant bien installé au sein de cette saga et s’avère de plus en plus efficace.

Malgré des personnages qui demeurent parfois un peu figés, les dessins de Chongrui Nie (« La Belle du Temple Hanté » et « Le Fils du Marchand ») demeurent excellents et confèrent une ambiance adéquate à ce polar médiéval chinois. L’auteur propose un dessin noir et blanc foisonnant de détails, qui procure beaucoup d’authenticité au récit, et des personnages aux traits photo-réalistes assez réussis. Et puis, il y a ce format traditionnel chinois (que l’on appelle à l’italienne), qui n’autorise que quelques cases par planche et s’avère très plaisant.

Notons finalement que cette nouvelle enquête est également disponible au sein d’un élégant coffret, comprenant les trois enquêtes du juge Bao parues jusqu’à présent: « le Phoenix de Jade », « le Roi des enfants » et « la Belle Empoisonnée ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :