Wilfrid Lupano et Paul Cauuet – Les Vieux Fourneaux, Celui qui part (Tome 3)


Les papys continuent de faire de la résistance !

Wilfrid Lupano et Paul Cauuet - Les Vieux Fourneaux, Celui qui part (Tome 3)Quel plaisir de retrouver les p’tits vieux de Lupano et Cauuet !

Si le premier tome revenait sur le passé d’Antoine et que le second mettait Pierrot à l’honneur, celui-ci devrait logiquement s’intéresser d’un peu plus près à Mimile. Ce dernier fait pourtant un malaise en début de récit et se retrouve à l’hôpital. Pierrot n’est pas beaucoup mieux loti, puisque l’activiste du groupe se fait embarquer par les CRS après un nouvel attentat gériatrique commis avec ses potes anarchistes du troisième âge contre les producteurs de pesticides. Quant à Antoine, il patauge en plein déluge et doit faire face à une avalanche d’insultes de la part d’une voisine fermière avec laquelle il a visiblement encore un solide contentieux.

Les ingrédients qui ont fait le grand succès des tomes précédents sont à nouveau présents : des dialogues finement ciselés et particulièrement truculents, un enchaînement de situations cocasses qui mettent en avant des seniors qui refusent d’abdiquer et des personnages hauts en couleurs et terriblement attachants. Outre Antoine, Mimile et Pierrot, le lecteur a droit à quelques « nouveaux » personnages… enfin, pas si nouveaux que ça car ils ont tout de même déjà quelques kilomètres au compteur. Je pense notamment à Berthe, la folledingue du village qui jure comme un charretier et qui ne porte pas vraiment non trois amis dans son cœur, mais également à Errol, un vieil estropié australien à la recherche de son ami « le Biouche ». Il ne faudrait pas non plus oublier Fanfan, la nonagénaire hackeuse qui héberge la cellule de contestataires dans sa somptueuse demeure, ou Sophie, la marionnettiste qui en voit des vertes et des pas mûres avec son grand-père Antoine et qui doit de nouveau faire face à l’héritier Garan-Servier.

En se reposant sur les vaillants représentants de cette génération soixante-huitarde dont l’engagement syndical est parfaitement exploité, Wilfrid Lupano parvient également à pointer du doigt quelques dérives du monde dans lequel nous vivons, tel que l’extinction des abeilles ou ces jeunes qui rapportent tout aux jeux vidéos (haha, la version d’Angry Birds). Le lecteur a donc de nouveau droit à une belle brochette de vieux qui conservent une pêche d’enfer et à de multiples intrigues qui s’entremêlent avec brio. Mais, en multipliant les flash-backs, les auteurs se penchent surtout sur le passé de Mimile. Ces retours dans le passé révèlent non seulement quelques secrets bien enfouis, mais contribuent également à donner encore plus de profondeur au trio.

Si les répliques des différents protagonistes sont souvent à mourir de rire, l’aspect légèrement caricatural du dessin semi-réaliste de Paul Cauuet contribue également à l’expressivité de ces personnages extrêmement attachants et foncièrement humains. Le dessinateur avait déjà travaillé sur « L’Honneur des Tzarom » avec Wilfrid Lupano et livre une nouvelle fois de l’excellent boulot en proposant des planches débordantes de vie malgré l’âge avancé des protagonistes.

Ils en parlent également : Yaneck

2 Réponses to “Wilfrid Lupano et Paul Cauuet – Les Vieux Fourneaux, Celui qui part (Tome 3)”

  1. Ils m’attendent mais je fais durer le plaisir ! J’aurais du mal à les quitter après ces vieux lascars !! 😉

  2. […] chroniques de Sabine, Jérôme, Noukette, Yvan et […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :