Denis Bajram – Universal War Two, L’exode (Tome 3)


Le retour de Kalish !

Denis Bajram - Universal War Two, L’exode (Tome 3)Avec « L’exode », le lecteur arrive à la moitié de cette seconde épopée galactique, qui se déroule treize après la victoire contre les CIC, quarante-trois ans après la destruction de la Terre et deux cents quatre-vingt-dix-neuf ans après la création de Canaan. Dans « Universal War Two », c’est l’apparition de gigantesques triangles noirs qui plongent les descendants de Kalish dans une nouvelle crise, abandonnant le lecteur en plein suspense à la fin du tome précédent, suite à l’anéantissement du Soleil et de la planète Mars. Denis Bajram avait déjà fait fort en détruisant notre belle Terre lors d’ « Universal War One » et il remet donc le couvert de plus belle lors de cette suite, surtout que c’est dorénavant Canaan qui se retrouve enveloppée d’une sorte de sphère noire mystérieuse qui menace de la faire disparaître à son tour.

Si les deux volumes précédents présentaient cette nouvelle menace, tout en proposant quelques scènes spectaculaires, celui-ci s’attaque principalement au développement psychologique des personnages. Il faut bien avoué qu’à ce niveau-là, comparé à l’équipe de têtes brûlées du premier cycle, Théa et ses amis faisaient bien pâle figure. Jusqu’à présent, le lecteur devait en effet se contenter du caractère bien trempé de Théa, mais il peut dorénavant se réjouir du retour de Kalish… même si la contribution de ce dernier demeure jusqu’ici plutôt maigrichonne…

Multipliant les théories afin d’expliquer ce qu’il se passe, Bajram propose une intrigue qui se déroule à encore plus grande échelle que la première, emmenant les protagonistes en dehors du système solaire et en faisant progressivement monter la pression grâce à cette mystérieuse menace qui s’étend de manière exponentielle. L’auteur s’amuse également à démontrer les limites de cette civilisation fondée par Kalish, où les jeunes, une fois déconnectés du réseau, semblent totalement perdus…

L’auteur continue donc de poser les pièces de ce nouveau puzzle en six tomes, tout en jonglant comme nul autre avec les sauts et les paradoxes temporels. De plus, ceux qui trouvaient la nouvelle héroïne un peu « légère » par rapport aux personnages du premier cycle, se réjouiront du retour de Kalish au sein de l’équation. Et pour couronner le tout, visuellement, Bajram continue d’en mettre plein la vue avec des planches d’une grande puissance. Passant de tons froids, qui accompagnent avec brio ce vide spatial plongé dans le noir, à des ambiances plus chaudes lors des attaques, la colorisation n’est évidemment pas en reste.

Bref, ce qui se fait de mieux dans le genre SF et… avec trois autres tomes au menu, plus un troisième cycle (Universal War Three) de six tomes, les bédéphiles ont vraiment de quoi se réjouir.

Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top BD de l’année !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :