Sophie Jomain – Le Dernier Sommeil de l’Ourse


Mise au frigo de l’instinct maternel !

Sophie Jomain - Le Dernier Sommeil de l'OurseAprès 20 ans de vie parisienne, Abigail Lompré, alias Abby, retourne sur la petite île d’Eagle Bay, celle où elle a grandi et qu’elle a quitté à ses 15 ans, fuyant ce bled isolé au climat hostile, ainsi qu’une mère dépourvue d’instinct maternel à qui elle n’a plus adressé la parole depuis. Suite au décès de son père, elle ne peut cependant pas se résoudre à abandonner cette femme clouée dans un fauteuil roulant et de surcroît gravement malade… et donc incapable de vivre seule dans un tel endroit.

À l’instar de R. J. Ellory dans son dernier roman (« Une saison pour les ombres »), mais dans un style certes bien moins sombre, Sophie Jomain nous plonge au cœur d’une petite communauté isolée du reste du monde, tout en obligeant son personnage principal à y renouer avec un passé riche en secrets enfouis.

Dès les premières pages, l’autrice invite au dépaysement, pour un roman qui se veut plus sensoriel, au milieu d’une nature aussi belle que sauvage. Un retour aux sources, loin du monde moderne, là où règne encore une grande solidarité entre le peu d’habitants qui n’ont pas encore fui l’endroit. Un petit coin de l’Alaska où l’on prend vite plaisir à s’installer le temps d’un roman, bien au calme, pourvu d’une tasse de thé chaud et d’une bonne couverture.

Il ne reste alors plus qu’à profiter de la plume tendre et délicate d’une Sophie Jomain (« Quand la nuit devient jour », « Et tu entendras le bruit de l’eau », « M’asseoir cinq minutes avec toi », « Les étoiles brillent plus fort en hiver »,  « Les tortues ne fêtent pas Noël sous la neige », « Les perce-neige s’éveillent sous les flocons ») qui se veut moins drôle que d’habitude en abordant des sujets qui la touchent visiblement. Pourtant, malgré des thèmes difficiles tels que la maladie, le deuil, le handicap et les relations mère-fille conflictuelles, « Le Dernier Sommeil de l’Ourse » se veut tout de même optimiste. L’humour a beau être moins présent, le pardon, l’entraide et la résilience parviennent à éclairer ce récit qui s’avère finalement être une ode à l’amour et à la vie.

Si cette autrice que j’affectionne particulièrement a su mettre tous les ingrédients pour me séduire, il y en a cependant un qui m’a empêché d’être bouleversé comme la plupart des lecteurs. Tout comme dans « Celle qui criait au loup » de Delphine Saada ou dans « Un jour de plus de ton absence » de Mélusine Huguet, j’ai été incapable de m’attacher à cette mère dépourvue de fibre maternelle au point de ne pas aimer son enfant. Une attitude que mon cerveau refuse visiblement d’assimiler et un manque d’empathie qui m’a un peu bloqué tout au long de cette lecture que j’ai certes apprécié, mais qui aurait dû me toucher plus que ça.

Le Dernier Sommeil de l’Ourse, Sophie Jomain, Charleston, 288 p., 19€

Elles/ils en parlent également : Laure, Stéphanie, Loeildem, Petite étoile livresque

Publicité

3 Réponses vers “Sophie Jomain – Le Dernier Sommeil de l’Ourse”

  1. Et voilà encore une auteure que je dois découvrir.

  2. Merci beaucoup d’avoir partagé mon avis, je le découvre à l’instant ! Comme tu l’as vu j’ai beaucoup aimé le roman, mais il me parle tout particulièrement, étant actuellement dans une position similaire d’Abby, avec une Emma en tant que parent (tant dans le rapport affectif que la problématique de la même maladie) alors forcément je me suis sentie impliquée et même concernée. Et je trouvais qu’elle mettait des mots très justes sur la situation. Je me suis vraiment sentie comprise 🙂 Mais je comprends totalement aussi qu’on ne puisse pas ressentir d’empathie pour Emma, comme Abby, j’ai moi même été dans ce cas ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :