Fabcaro – Zaï zaï zaï zaï


Démonstration par l’absurde !

Fabcaro - Zaï zaï zaï zaïDerrière ce titre qui invite à aller siffler la haut sur la colline en compagnie de Joe Dassin, se cache un road-movie signé Fabcaro, l’auteur de « Carnet du Pérou ».

« Peut être que la prochaine fois il n’aura même pas de jeton pour son caddie! »

Le récit démarre dans un supermarché, où un auteur de bandes dessinées vient de commettre l’irréparable : se présenter à la caisse sans sa carte de fidélité, oubliée dans un autre pantalon. Face à cet acte impardonnable, l’homme panique et s’enfuit du lieu de son crime, provoquant l’émoi au sein d’une société française qui suit cette cavale à la loupe.

« – Dis donc, ce type qui se balade sans sa carte de fidélité … on voit de tout …
A ce propos chérie, j’ai une nouvelle à t’annoncer…
– ? Tu m’inquiètes Stéphane…
– Voilà, hier je suis allé faire les courses, j’ai utilisé ma carte et … nous ne sommes plus qu’à 87 points de l’appareil à raclette !
– OOOOh Stéphane ! Parfois j’ai peur que tout ça ne soit qu’un rêve…
– Mon amour, je t’aime tant… »

De l’opinion des médias à celui de ses proches, chaque planche de cet album livre un point de vue différent, tout en suivant la progression du fugitif. Si la plupart des réactions se font en une planche, certains passages, comme la rencontre d’une fille dont il était amoureux au collège, se déroulent sur plusieurs pages. Au fil des étapes, l’auteur s’amuse à détourner les réactions de la société vis-à-vis d’un fait divers d’envergure nationale. C’est totalement burlesque, mais derrière cet humour décalé qui m’a fait éclater de rire à plusieurs reprises, se cache néanmoins une analyse profonde et subtile de notre société.

« – Pff on essaie encore de nous manipuler avec cette histoire.
– Ah bon?
– Bah attend, c’est évident.. Regarde: le gars il fait ses courses quel jour?
– Jeudi…
– Jeudi -> judaique -> Juifs.
– Ça alors…
– Attends attends, c’est pas tout: c’est quoi le magasin?
– Super U.
– Super U -> U -> UB40 -> 40 -> Guerre de 40 -> Juifs.
– Putain. »

Si l’absurdité du délit pousse inévitablement à rire, le regard porté par l’auteur sur les travers de notre société de consommation fait mouche. Des journalistes aux flics, en passant par les voisins, le neuvième art et les associations musicales caritatives, tout le monde en prend pour son grade et personne n’échappe à la critique acerbe de Fabcaro.

« – Je suis auteur de BD.
– Alors là s’il y a bien des gens que ça ne dérange pas, c’est bien nous.
– Oui, chacun à le droit de vivre sa vie comme il l’entend.
– Tu sais nous votons socialistes, nous nous situons plutôt dans une mouvance progressiste.
– Dis lui que nous sommes en faveur du mariage pour tous.
– Nous ne sommes pas du genre à juger tel ou tel pour ce qu’il fait. La fonction n’a aucune espèce d’importance à nos yeux.
– On a même une amie qui fait des bijoux orientaux, dis lui.
– Si je t’ai dit que Jean-Pierre était ingénieur en exothermie des liaisons macromoléculaires par polymérisation thermodurcissable et cristallisation anisotherme en milieu cryobiologique, ça n’était absolument pas pour te mettre mal à l’aise. »

Le découpage classique en gaufrier de six cases et le réalisme du dessin peuvent surprendre par rapport au sujet. Ce décalage contribue cependant à mettre le non-sens des situations en relief, tout en rappelant au lecteur que la réalité n’est malheureusement jamais bien loin. Brillant !

« Et papa, il est où? Il mange pas avec nous? Non, je crois qu’il est en cavale poursuivi par la police. »

Une petite pépite éditée par « 6 pieds sous terre », que je vous conseille vivement ! Retrouvez d’ailleurs cet album dans mon Top BD de l’année !

Ils en parlent également : Mo’

Publicités

6 Réponses to “Fabcaro – Zaï zaï zaï zaï”

  1. C’est clairement un album qui me marquera. J’ai adoré. Fin, drôle et intelligent, un must 🙂

  2. Ça a l’air complètement barge, je sens que ça peut me plaire !

  3. […] avis : Mo’, Mitchul, Yvan, […]

  4. Complètement d’accord avec toi, Yvan. Pour moi, c’est un des meilleurs albums de l’année, clairement.

  5. […] Yvan : « De l’opinion des médias à celui de ses proches, chaque planche de cet album livre un point de vue différent, tout en suivant la progression du fugitif. Si la plupart des réactions se font en une planche, certains passages, comme la rencontre d’une fille dont il était amoureux au collège, se déroulent sur plusieurs pages. Au fil des étapes, l’auteur s’amuse à détourner les réactions de la société vis-à-vis d’un fait divers d’envergure nationale. C’est totalement burlesque, mais derrière cet humour décalé qui m’a fait éclater de rire à plusieurs reprises, se cache néanmoins une analyse profonde et subtile de notre société. » […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :