Xavier Dorison et Terry Dodson – Red Skin, Jacky (Tome 2)


Léger et divertissant !

Xavier Dorison et Terry Dodson - Red Skin, Jacky (Tome 2)Avec ce deuxième volet, Xavier Dorison nous replonge en pleine guerre froide, au sein d’une Amérique dont le puritanisme s’est trouvé un nouveau fer de lance en la personne du « Charpentier ». Ce super-vilain au look amish a en effet pour vocation d’éliminer toutes les personnes aux valeurs déviantes et trouve de plus en plus d’adeptes à sa cause. La Russie ne voyant pas cette menace fascisante d’un très bon œil a donc décidé d’envoyer une de ses espionnes aux États-Unis. Armée d’un marteau et d’une faucille, l’élément le plus talentueux (et sexy) des forces spéciales soviétiques s’est donc rendue en Californie avec pour mission de conquérir le cœur des Yankees en tant que super-héroïne, tout en déjouant les plans du Charpentier.

Le tome précédent abandonnait le lecteur en plein cliff-hanger, au moment où Véra Yelnikov affrontait le terrible tueur aux ordres de la puritaine et extrémiste Jacky Core. Cette suite débute donc par la conclusion de cet affrontement entre la super-héroïne et son Némésis. L’action est donc immédiatement au rendez-vous, ainsi que cette belle héroïne dont le pouvoir de séduction n’a rien à envier à ses collègues Cat Woman, Kill Bill ou Black Widow. Si l’auteur exploite le contexte politique tendu entre l’Est et l’Ouest, tout en pointant du doigt le puritanisme américain, cela n’est que prétexte au développement d’une histoire assez légère mêlant action, espionnage, super-héroïsme et humour. Cette nouvelle saga joue donc pleinement la carte du divertissement sans chercher à se prendre au sérieux… au risque de frustrer les lecteurs qui ne supporteront pas la naïveté de cette espionne nymphomane qui a du mal à obéir aux ordres ou le manque de profondeur des dialogues. Je suis par contre d’accord avec ceux qui trouvent que Dorison se concentre un peu trop sur son personnage et sur l’action, délaissant ainsi une trame de fond qui a tendance à stagner un peu trop.

Visuellement, Xavier Dorison (Long John Silver, Asgard, W.E.S.T.) s’associe à un dessinateur de comics qui a déjà tenté une première aventure dans l’univers franco-belge avec le diptyque « Songes » : Terry Dodson ! Dans un style inévitablement très comics, l’auteur américain livre un dessin qui accompagne parfaitement le scénario, tout en proposant une héroïne sexy au possible, dont il n’hésite pas à mettre en valeur les courbes.

Bref, une lecture divertissante et légère, sans prise de tête !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :