Dorison, Nury & Rossi – W.E.S.T. T5


RossiPour ce troisième diptyque, on retrouve les cinq mercenaires de W.E.S.T. (Weird Enforcement Special Team) après leur périple cubain, pour se concentrer sur la vie privée du leader de la bande, Morton Chapel.

Les vieux démons de Morton Chapel, incarnés par sa fille Megan, avaient déjà montré le bout de leur nez lors des deux cycles précédents, mais Xavier Dorison et Fabien Nury leur ouvrent ici grand la porte. Au fil des pages et de la psychanalyse de Megan, le sombre passé familial remonte à la surface, ainsi qu’une vieille histoire de vengeance, qui naquit en même temps que ce terrible drame familial qui hante Morton depuis le début de cette saga saupoudrée de surnaturel.

Aux frontières de la démence et à l’origine du Mal, les auteurs prennent un malin plaisir à mettre leurs personnages à mal. Entre cette véritable chasse à l’homme, lancée à son encontre, et la perspective de devoir tuer sa fille, rien n’est épargné au patron de cette brigade spéciale dont l’avenir semble du coup bien compromis. Les auteurs livrent certes une intrigue moins complexe que les deux précédentes, mais toujours aussi maîtrisée et bigrement haletante.

Si au niveau du scénario on retrouve ce somptueux mélange de western, paranormal et thriller, la véritable surprise de cette nouvelle enquête vient du graphisme de Christian Rossi. En jouant avec la lumière ce véritable virtuose du dessin donne lentement vie au monstre qui sommeille en Megan. Outre cette ombre de Seth qui semble flotter au-dessus des planches, le dessinateur offre également un découpage qui en met plein la vue et insuffle un rythme prenant à l’ensemble et en particulier à la course poursuite finale. Et puis, il y a cette ambiance mystérieuse qui enveloppe cette saga depuis le début. Une atmosphère aux frontières de l’occulte qui puise son énergie au sein d’un choix de tons judicieux et qui baigne le lecteur dans les Etats-Unis du début du XXe Siècle.

Un graphisme qui abandonne le lecteur bouche bée et un scénario qui donne envie de connaître l’issue du dilemme cornélien auquel Morton doit faire face et de savoir si le retour de l’indien exorciste Angel Salvaje suffira pour venir à bout de Seth !

Une Réponse to “Dorison, Nury & Rossi – W.E.S.T. T5”

  1. […] comprend vite que Joseph Joanovici est un sacré salopard, mais sous la plume de Fabien Nury (W.E.S.T., Atar Gull, La mort de Staline, l’Or et le Sang), il a énormément d’empathie pour […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :